Radiomaster TX12, le test

1
4722

La radiocommande TX12 est un modèle multiprotocole, c’est-à-dire qu’elle est compatible avec un grand nombre de récepteurs radio de marques et de protocoles différents. Le look vous semble sans doute familier : il est calqué sur celui de la T8SG Plus de Jumper (voir le test ici) puis de la T12 (voir le test ici). Quelles sont les améliorations ? La TX12 convient-elle pour piloter tous les appareils ? Réponse dans cette chronique. Notez que la TX12 m’a été donnée par Radiomaster. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

Tour du propriétaire

Les dimensions de la TX12 (17 x 15,9 x 10,8 cm) la classent dans la catégorie des petites radiocommandes. Mais elle reste à format classique, par opposition aux radios de type manettes de jeu. Son poids sans batterie est de 396,4 grammes. Avec une batterie Li-Ion 2S de 3400 mAh basée sur des piles 18650, elle passe à 507,4 grammes. Elle est équipée d’une poignée de transport qui peut se rabattre, et de quoi fixer un tour de cou. Les deux joysticks sont agréables en main, mais ils ne profitent pas de la technologie Hall qui offre plus de précision. Ils sont accompagnés par des trims. On trouve aussi 2 boutons simples, 4 interrupteurs à 3 positions et deux molettes.

Alimentation

Elle à est fournir via une prise d’équilibrage 2S. Une trappe sous la radiocommande permet d’insérer un bloc destiné à accueillir 2 piles rechargeables 18650 – il est fourni avec la TX12. Vous pouvez utiliser une autre Li-ion ou une Lipo 2S classique, pour peu qu’elle ne dépasse pas des dimensions de 7,5 x 4,3 x 2,8 cm. Bon point : la prise USB-C sur le haut de la radiocommande permet la recharge du bloc batteries. Attention, la charge monte à 4,20 V par cellule, il est donc préférable d’utiliser des Li-ion capables de dépasser les 4,10 V habituels.

Carte microSD

Juste à côté de la prise d’équilibrage se trouve une trappe destinée à accueillir une carte mémoire microSD. Elle n’est pas fournie, pourtant il est indispensable d’en utiliser une pour stocker des modèles, ajouter de sons, faire des sauvegardes, etc. Pas besoin d’une grosse capacité, les données à y stocker pèsent moins de 200 Mo ! Le contenu de cette carte est à télécharger sur le site de Radiomaster. Bonne nouvelle : le haut-parleur de la radiocommande n’est pas trop nasillard, on parvient à entendre assez clairement ce que dit la radiocommande.

L’interface ?

La gestion de la TX12 repose sur un écran monochrome rétroéclairé de 6,2 cm de diagonale (2,44 pouces), d’une définition de 128 x 64 pixels. Un bouton avec une LED témoin allume et éteint la radio. Le bouton SYS permet d’accéder aux réglages de la radiocommande, le bouton MDL à ceux du modèle d’appareil. Pour naviguer dans les menus, Radiomaster a prévu une longue molette (avec une fonction validation) et 4 boutons : RTN (revenir en arrière), PAGE> (page suivante), PAGE< (page précédente) et TELE (télémétrie). Cette disposition est différente de celles des précédents modèles de forme semblable et des radiocommandes concurrentes. Pas de souci si la TX12 est votre première radiocommande, on se fait très vite aux touches de contrôle. Il faudra mémoriser les positions et fonctions dans le cas contraire.

OpenTX inside

Le firmware qui anime la TX12 est le classique et très répandu OpenTX, dans une version assez récente. Suffisamment en tous cas pour ne pas devoir procéder à une mise à jour majeure de la radiocommande. Si vous connaissez déjà OpenTX, la TX12 vous semblera familière une fois les positions des boutons mémorisées. Dans le cas contraire, il faudra passer un peu de temps pour en comprendre la « philosophie ».

Multiprotocole ?

La TX12 est une radiocommande 16 voies (max) équipée d’un module CC2500 interne. Ce composant émetteur radio et le logiciel qui l’accompagne assurent la compatibilité avec les récepteurs FrSky Accst D8 et D16 EU-LBT et Non-EU, les Radiolink, les Graupner HoTT, les Futaba S-FHSS, les Hitec, les Corona. Cela permet de piloter un bon nombre d’appareils. Pas de souci, par exemple, pour prendre les commandes d’un racer freestyle en FrSky D16 conforme à la réglementation radio européenne, et d’un nano racer équipé d’un récepteur radio D16 non conforme ou D8. Notez que ce n’est dans ce cas pas un usage légal en Europe, mais la compatibilité est assurée. La puissance d’émission est figée à 100 mW. Il ne faut pas oublier de brancher l’antenne dipôle (fournie) quand on utilise le module interne.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

1 commentaire

  1. Merci Fred pour le test !
    Je te rejoins sur le produit jumper T12 et ravis que tu l’aies exploité à la corde.
    Possesseur de sa grande soeur, la T12 pro, qui me ravis aux plus hauts points !
    Radiomaster nous a vraiment gâté ses derniers temps. J’avoue cependant avoir été déçu immédiatement par les specs de cette TX12.
    Produit d’appel dans le cadre de la démarche commerciale Radiomaster ? Certainement.
    Pas de gimbals effet hall, pas de module interne JP4in1… La T-lite de chez Jumper est certainement la meilleure alternative pour quelques euros de plus, seulement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.