Un GPS sur un Beta75X ?

4
1160

Le Beta75X de BetaFPV (voir le test ici) est une base pour de nombreuses expérimentations. Comme par exemple la possibilité de placer un récepteur Crossfire Nano RX de TBS pour augmenter la portée radio, le remplacement de la caméra FPV par une EOS2 de Caddx, le placement d’une caméra HD à bord (ici et ). Il y a aussi l’essai d’une greffe de GPS ! C’est un projet mené par SeekND FPV, publié sur YouTube. Evidemment, sur un appareil de cette taille, chaque gramme compte… et un GPS n’est pas léger. Le choix de SeekND FPV, c’est le NZ Mini GPS, qui mesure 2,6 x 2,1 cm pour un poids de 8 grammes. C’est trop pour un Beta75X ! Evidemment… Mais il peut subir un régime minceur rapide en retirant son boitier plastique. Une fois les câbles branchés sur un UART du contrôleur de vol du Beta75X, il est opérationnel et accessible depuis Betaflight.

A quoi ça sert ?

Le GPS fournit en temps réel des informations intéressantes comme le cap, la distance par rapport au point de décollage (ou plutôt à l’endroit où l’appareil a été armé), la hauteur, la vitesse. Il est possible de les afficher dans l’OSD pour une incrustation à l’écran. Mais ce GPS permet aussi de profiter de la fonction « GPS Rescue » de Betaflight ! Pour faire simple, c’est un retour automatisé au point de départ (RTH), une version encore un peu brute de ce que l’on trouve sur les caméras volantes. Ce n’est pas un outil destiné à faire revenir le Beta75X et le faire atterrir à vos pieds, mais un retour automatisé à proximité du pilote, qui doit reprendre le contrôle de l’appareil pour le poser.

Ca fonctionne ?

Oui, ça fonctionne. Regardez la vidéo, qui montre un vol avec un retour automatisé et dispense les explications (en anglais) pour tenter l’expérience. On souhaite bien du courage aux forces de l’ordre dans les années… ou même les mois à venir, à qui il sera demandé de détecter et neutraliser des nano caméras volantes capables d’aller à plus d’un kilomètre (et de revenir). Car la technologie progresse très vite : nous ne sommes plus très loin d’un nano racer brushless équipé à la fois d’un récepteur radio long range, d’un émetteur vidéo 5,8 GHz à 600 mW (pour un usage hors de France, ééééévideeeeemment), d’une caméra HD, d’un GPS, avec une autonomie de 3 à 4 minutes…

Merci à Christophe pour l’info !

 

4 COMMENTAIRES

  1. Projet de loi n°768-2021 relatif aux aéronefs sans pilote à bord.
    Article 1 : Le présent dispositif distingue deux catégories : les applications professionnelles et les applications non professionnelles.
    Article 2 : les applications professionnelles sont soumises à autorisation préfectorale, après passage d’un examen sanctionné par l’obtention d’un permis dont les modalités sont fixés par décret.
    Article 2-1 : Les aéronefs à usage professionnels seront immatriculés, déclarés en préfecture, après mise en conformité.
    Article 2-2 : le professionnel télépilote sera détenteur d’un permis, d’un certificat d’immatriculation et d’une attestation d’assurance. Un passage de validité en centre d’examen est obligatoire 2 mois au plus tard avant la date anniversaire du premier passage.
    Article 3 : Toute utilisation d’un aéronef sans pilote en dehors du cadre professionnel visé plus haut est interdite. Tout aéronef non immatriculé est interdit. La possession, l’utilisation, le port, le transport, la vente, l’achat ou l’importation d’aéronefs en dehors des cadres fixés par la loi sont classés délit.
    Article 3-1 : pas d’article 3-1. Bisoux.

  2. @ styloblanc : Héhé. Mais heureusement la nécessité de croissance permettra un article 3-1, celui où la sécurité est évincée au profit de la formation pour un forfait raisonnable ne pouvant pas être inférieur à 1000 €, le signalement électronique, la limitation de capacités et l’enregistrement de chaque machine sur une base raisonnable ne pouvant pas être inférieure à 1000 € 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.