Yuneec H520, le test

21
15770

Il ressemble comme deux gouttes d’eau au Typhoon H (H480), pourtant le H520 n’est pas destiné à la même clientèle. Sa couleur orange flashy est évidemment un indice. Il cible les professionnels qui ont besoin d’un multirotor capable de réaliser des prises de vues en changeant de caméra selon l’usage, et sécurisé pour ne pas laisser de place au hasard en cas de panne. J’ai eu la chance de pouvoir voler plusieurs semaines avec cet appareil pour évaluer ses capacités. Notez que le H520 m’a été prêté par Yuneec. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Si YouTube ne permet pas de visionner la vidéo en 4K, vous pouvez la télécharger ici.

Tour du propriétaire

Le H520 est un hexacoptère : il s’appuie sur 6 moteurs brushless 3210 à 740KV pour ses vols. Quel est l’avantage face à des engins à 4 hélices ? C’est la redondance des moteurs. S’il l’un d’eux venait à lâcher en vol, soit parce qu’un ESC a rendu l’âme, soit parce qu’une hélice s’est brisée, soit parce que le moteur est défectueux, l’appareil ne chute pas. Il reste contrôlable le temps de le poser, assure Yuneec. Voilà qui est rassurant.

Suite du tour

Le principe du H520 est le même que celui du Typhoon H : les 6 bras moteurs sont pliables pour réduire l’envergure de l’appareil pendant le transport. Le train d’atterrissage rétractable est alors en position basse. Dans cette configuration, le H520 mesure 27,7 x 35,3 x 25,5 cm. Pour mettre les bras en place, il suffit de les soulever : ils se clipsent sans effort. L’appareil mesure alors 52 cm de diagonale de moteur à moteur. Ensuite il faut ajouter les hélices, des modèles autoserrants de 25 cm de diamètre (9,8 pouces). Aucun risque de se tromper dans la position d’insertion, elles sont notées avec ou sans un cercle argenté, et dotées d’un mécanisme de fixation d’une simplicité désarmante. Il faut moins de 30 secondes pour installer les 6 hélices, et pas plus pour les retirer.

Batterie et capteurs

A l’arrière se trouve le compartiment pour la batterie, un modèle 4S de 5250 mAh LiHV 15,2V qui pèse 576,4 grammes. Elle est munie d’une poignée montée sur une charnière pour faciliter l’extraction. L’insertion est facile, et la batterie reste bien en place. A l’avant sont placés 2 capteurs à ultrason pour la détection des collisions. En-dessous se trouve le plateau destiné à accueillir une caméra. Le H520 que nous avons testé a été livré avec la caméra E90. C’est un nouveau modèle haut de gamme stabilisé mécaniquement sur 3 axes. Cet ensemble nacelle et caméra offre de nombreux modes vidéo qui sont décrits un peu plus loin dans ce post.

Des chiffres ?

La trappe pour la carte mémoire se trouve derrière un cache amovible situé sous la caméra. Une carte microSD Panasonic de 16 Go est fournie avec la caméra. A la différence d’appareils concurrents, le H520 ne dispose pas de capteurs placés en dessous : ni sonar à ultrasons ni caméra verticale. Notez que l’appareil est légèrement plus grand que le Typhoon H. Le poids du H520 sans batterie, sans caméra, sans hélices, est de 1011 grammes. Il faut ajouter 574 grammes pour la batterie, 341 grammes pour la caméra E90, et 54 grammes pour les hélices. Soit un poids au décollage de 1980 grammes, juste en-dessous de la barre des 2 kilos.

Fin du tour

Le chargeur fourni avec le H520 permet d’accueillir une batterie. Il dispose aussi d’un connecteur USB pour la recharge de la radiocommande ST16S. Le tour d’horizon de l’appareil s’achève avec une mention au processeur à l’intérieur : il s’agit d’un PX4 dont le firmware a été développé, indique Yuneec, par Lorenz Maier. Cet ingénieur dirige la cellule Recherche & Développement du constructeur. Parmi ses faits d’armes, il a été élu « Inventeur 2017 » dans la catégorie des inventeurs de moins de 35 ans au MIT…

Tableau de bord

La radiocommande ST16S livrée avec le H520 ressemble beaucoup à la ST16. Ce qui permet de les distinguer ? La ST16S dispose d’une antenne polarisée et de deux antennes dipôles. Pour le reste, les différences ne sont pas visibles. Sachez que le processeur qui anime la radiocommande est plus rapide, que le connecteur USB à l’avant est supposé pouvoir accueillir une clé pour un accès mobile GSM. La radio est alimentée par une batterie propriétaire, une Lipo 1S 3,6V 8700 mAh. On est loin des radios épurées de type DJI, la ST16S affiche de nombreux boutons, interrupteurs et molettes en façade et à l’arrière. Un petit air d’Airbus, mais ce n’est pas désagréable ! A l’allumage du H520 avec la caméra E90 et celui de la ST16S, il faut compter 1 minute pour que le logiciel soit lancé, et 1 minute 30 secondes pour que le retour vidéo apparaisse à l’écran.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

21 COMMENTAIRES

  1. C’est une alternative (la seule?) située entre le Phantom 4 Pro (sensiblement moins cher) et l’Inspire de DJI qui monte en gamme et en prix avec l’arrivée de l’inspire 2.
    La présence de 6 rotors peut rassurer, mais la fiabilité n’est pas démontrée par rapport à un Phantom 4 par exemple.
    L’autre plus par rapport au Phantom 4 Pro est la présence du train relevable et le cadrage de la caméra.
    Pour autant pour ceux qui sont déjà équipés de plusieurs drones de la marque chinoise, changer de modèle (et donc de procédures pour la préparation et la réalisation des vols) ne sera intéressant que si Yuneec propose des prestations plus en rupture. La cartographie et les montages ortho photographiques annoncent par ailleurs une évolution logique vers le marché des images techniques tournées par Drone.
    Il sera intéressant si les rumeurs se confirment de comparer le Typhon H520 au futur Phantom 5…

  2. Bonjour et merci pour ce test très complet et vraiment intéressant!
    Ce Yunneec est une alternative supplémentaire sur le marché, dans la mesure où il offre une possibilité aux procédures contraignantes de DJI pour s’affranchir des No Fly Zones.

  3. Bravo Fred pour cet test plutôt bien avancé !
    Les possesseurs du Typhoon H480 version précédente savent ce que vaut l’hexacoptère de Yuneec, et attendent de savoir si la caméra E90 sera adaptable à leur Typhoon par le biais d’un firmware, puisque le socle nacelle est identique, et que la nouvelle radiocommande ST16 “boostée”ne rentre pas en ligne de compte pour piloter cette caméra performante qui va enfin pouvoir aller titiller la concurrence que l’on ne nommera pas !
    Encore merci pour ce test, complet et sans complaisance ! (C’est un “typhooniste” qui le dit)

  4. Ici, quand il y a un test d’une machine, c’a ne plaisante pas, il passe sur le gril ! Bravo, le boulot est impresionnant !

  5. @Patrice Drone, tu parle de fiabilité pas démontrée, je suis désolé mais avant d’avancer ce genre de
    commentaire tu aurais du te renseigner un poil plus, non seulement le matériel YUNEEC est fiable mais
    en plus s’il y à un problème le SAV est efficace et sans payer d’assurance comme chez DJI.

    les “H” peuves voler et se poser sans soucis avec une hélices en moins et une autre cassé, le 520 propose plusieurs systèmes de redondance qui assure encore plus de sécurité de vol.
    pour moi, le prochain sera un H480 pour remplacer mon Q500 de 3 ans qui est d’origine (ESC/Moteurs, etc, etc..) avec les deux batteries d’origine changée cette année et totalisant 250 cycles chacune et les 4 autres
    non d’origine qui en sont a 181 cycles pour 2 GiFi et 176 cycles pour deux Morpilots.

    1214 cycles pour un Q500 , en calculant juste une moyenne de 20 minutes de vol pour chaque batteries
    je dépasse les 20 000 heures de vol, m’étonnerais que d’autres constructeurs affiches une telle fiabilité!

  6. @azbloc: je suis plutôt favorable à ce nouveau drone Typhon qui me parait bien armé justement pour concurrencer les modèles de DJI, avec quelques innovations proposées. En ce qui concerne la sûreté de fonctionnement je n’ai pas eu non plus de problème avec mon PH4 et mon Inspire en 3 ans: je me demande seulement si on peut démontrer a priori qu’il y a un véritable plus en terme de fiaibilité. Il serait intéressant d’avoir un retex sur ces deux options sans préférence pour telle ou telle marque.
    Dans tous les cas un grand Merci à Fred car l’essai est complet yc concernant le traitement des images techniques.

  7. A noter (j’ai ajouté dans le texte) que Yuneec m’a communiqué ceci aujourd’hui :
    « Le H520 recevra bientôt toute une série de mises à jour logicielles (par Yuneec lui-même ou par des applications tierces créées à l’aide du SDK). Avec ces mises à jour, le H520 sera notamment doté de l’ensemble des modes de vol du Typhoon H (en plus de son mode de planification de mission actuel) ».

  8. J’étais au salon de la photo cette année.
    C’était stupéfiant:
    Le stand DJI était pris d’assaut
    Le stand yunnec…
    Vide ! Complètement vide.

    Le Grand public ET un grand nombre de professionnels ont déjà choisi dans leur esprit, malheureusement

  9. Bonjour Fred, Comme souvent les tests ne valent que par comparaison et donc on apprendrait bien plus en comparant les résultats photo&vidéo par rapport au P4P qui a aussi un capteur 1 pouce. Et là faute d’éléments de comparaison je dirai que les résultats de la caméra semblent carrément décevants. Et à parler franchement je reste sur ma faim quand je vois que tu t’es contenté de filmer et de photographier un champ. Sans te manquer de respect pour en savoir plus il faudrait sans doute confier cette machine à un télépilote expérimenté qui pourrait nous dire au juste quoi penser de ce matériel.

  10. @22vlalesflics

    Voilà ce que je pense, il y’a quelques années, tout le monde était sur la même ligne de départ. Et tandis que chez DJI on a eu de cesse d’innover, de perfectionner,
    de réfléchir, d’inventer, d’autres comme Walkera n’ont fait que suivre avec un train de retard et copier bêtement et maladroitement au lieu de réfléchir et se démarquer… Alors ce n’est certainement pas la faute de DJI si ils proposent de super produits à des prix ultra-compétitifs. Le P4P est génial tout comme le Mavic et que dire de l’Inspire 2… Mais je n’ai pas d’actions chez DJI et aucun à priori. Donc si Yuneec ou un autre propose mieux que DJI, j’achète…

  11. @Fred, Je me suis un peu calmé depuis mon post et je reconnais que tu as fait un excellent travail de présentation de cette machine. J’ai regardé de nouveau ton film et il n’est pas très parlant étant donné que tu as pris de images en 4K mais posté sur youtube en 1080. Donc difficile de se faire une idée précise. La qualité à l’air toutefois bien en retrait par rapport à la concurrence idem pour la photo. Il va sans doute falloir que Yuneec redouble d’effort pour proposer une alternative intéressante. Sinon j’ai vu la splash drone ( sur you tube) et ce produit semble arriver à maturité et proposer des possibilités encore inédites chez les autres acteurs du marché . De toute manière cette technologie est extrêmement récente et si certains sont dominants pour le moment rien ne dit que d’autres acteurs ne vont pas émerger à notre bénéfice… à supposer que cette activité soit encore permise dans les années à venir !!

  12. @ Bellenger : Une précision, la vidéo sur YouTube a été uploadée en 4K. Pour une raison que j’ignore, elle ne se lit pas en 4K… Je l’ai placée en téléchargement direct (ça pèse 4,7 Go tout de même) sur Mega.nz.

  13. @Patrice Drone : Aucun drone n’est à l’abris d’une panne moteur ou d’une hélice défectueuse suit à un choc. Sur un quadricoptère, c’est la chute assurée (comme une pierre) avec dégâts supplémentaires…
    Sur un hexacoptère ou un octocoptère, ils pourront se poser sans encombres. C’est un élément de sécurité très important pour les professionnels. (dans l’aviation en générale, la redondance est un élément clé de la sécurité).

  14. Bonjour, J’ai lu avec intérêt votre “reportage”. J’avoue que je suis tentée par ce modèle qui offre la possibilité de permuter 2 caméras .. (Je ne sais pas s’il existe d’autres drones l’effectuant).Mais je pense que je vais attendre que les modifications annoncées soient effectuées, si elles arrivent un jour…Merci

  15. Bonjour,
    Il me semble que AZBLOC a été un peu rapide sur le nombre d’heures: 1214 cycles de 20 minutes donnent plus de 20 000 minutes soit près de 405 heures de vol! Mais c’est déjà pas mal. Pour donner un ordre de grandeur, 20 000 Heures, c’est 2500 journées de 8H. C’et certain, c’est un Yuneecophile!! Bien cordialement!!

  16. Bonjour Fred…
    “Edit : Yuneec m’a fait part d’informations sûres ! « Le H520 recevra bientôt toute une série de mises à jour logicielles (par Yuneec lui-même ou par des applications tierces créées à l’aide du SDK). Avec ces mises à jour, le H520 sera notamment doté de l’ensemble des modes de vol du Typhoon H (en plus de son mode de planification de mission actuel) ». Excellente nouvelle, même s’il n’y a pas encore de date avancée par le constructeur.”
    Tu sais cela fait plus d’un an que tous les utilisateurs attendent ces améliorations et quelles doivent encore trainer dans un coin de l’atelier et que personne les retrouvent. Par contre, ils ont réussis à les mettre sur le HPlus. C’est incroyable !
    Bref pour te dire que pour ton “Edit”, la pommade devait être bonne…..
    Au plaisir de te lire.

  17. @ claudius62 : Oh, le “sûres” vient du fait qu’à l’époque, il y avait une rumeur qui disait que des màj allaient arriver. Pour avoir l’infi à la source, j’ai posé la question à Yuneec, en citant texto leur réponse. A ce moment-là, pouvais-je dire “Oui mais c’est du flan, elles n’arriveront jamais” ? J’ai juste dit “pas de date avancée” (et je n’en savais pas plus)…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.