Dubaï et le taxi Ehang 184

34
1511

Lorsque la société chinoise Ehang avait présenté le Ehang 184 au CES de Las Vegas début 2016, nous étions dubitatifs (voir ici). Un multirotor autonome et destiné au transport des personnes ? Sans doute un artifice marketing pour faire vendre les drones de loisirs de la marque… Notamment le Ghost Drone 2.0, distribué en France par Archos. Mais si, souvenez-vous, celui qui a été utilisé, x1000, pour cet événement en Chine. Mais après avoir discuté (voir ici) avec Kevin Gordon, un ancien de DJI et responsable de Ehang en Europe, il s’est avéré que le projet était beaucoup plus sérieux. L’état du Nevada aux Etats-Unis a accordé l’autorisation de procéder à des essais grandeur nature de l’appareil. Kevin Gordon était resté évasif sur le débouché commercial de l’engin. Son développement vient de connaître un bon coup d’accélérateur !

Dubaï et ses dollars !

Crédit photo : AP Photo/Jon Gambrell

De projet un peu fou, le Ehang 184 est devenu une réalité avec l’aide de 53 millions de dollars apportés par des capital-risqueurs. La marque vient de franchir une nouvelle étape en dévoilant un partenariat avec la ville de Dubaï. Son responsable des transports a indiqué qu’il comptait équiper la ville de taxis autonomes d’ici à l’été 2017. Soit dans quelques mois seulement. Une décision qui s’inscrit dans la volonté de la ville d’automatiser 25 % des transports d’ici à 2030. L’appareil, qui a effectué plusieurs vols d’essai à Dubaï, est capable selon ses concepteurs de transporter des personnes jusqu’à 100 kilos, avec une autonomie de 30 kilomètres, à environ 100 km/h. L’appareil mesure 6 mètres de longueur, 4 de largeur et 1,6 de hauteur. Son poids à vide, en ordre de vol, est de 250 kilos. Ehang avait communiqué en janvier 2017 au sujet de l’avancement de la machine…

Ne m’appelez plus jamais drone !

Le Ehang 184 est un véhicule aérien autonome, habité. Ce n’est par conséquent pas un drone, bien que tous les médias aient repris ce mot. En parlant des médias, certains ont indiqué que l’appareil n’avait jamais volé, et qu’il était probablement très dangereux de lui faire confiance. C’était sans doute le cas des premiers prototypes, mais Ehang a pris très au sérieux la sécurité, avec une redondance de tous les composants, y compris les hélices, les batteries, le contrôleur de vol, les capteurs. Le coup de pouce des investisseurs et de Dubaï va très certainement faciliter les travaux de sécurisation de l’appareil. S’il réussit à convaincre et à voler en sécurité à Dubaï, la perception du transport des personnes en multirotor risque fort de changer… Le Ehang 184 sera peut-être une réalité bien plus tôt qu’initialement prévu, et finalement pas uniquement un délire de responsables marketing.

D’autres photos

 

 

34 COMMENTAIRES

  1. bonjour tt le monde
    perso j’adhère a l exception que les pales devraient être en haut comme en hélicoptère.
    bons vols

  2. Ce qui m’inquiète le plus c’est la sécurité des éventuelles personnes a proximité de ce taxi, il faudra des aires d’atterrissage spécifique sécurisé.

  3. Je note depuis longtemps, que les propos sur helicomicro sont très pessimistes voir négatifs sur la possibilité de tels engins, Fred inclu et pas qu’un peu!
    Je ne vous comprend pas. Quand on voit la rapidité d’évolution dans tout les domaines liés à ces technologies ( batterie, moteurs, materiaux, électronique. ……) et quand on voit la technicité et la fiabilité de nos quad actuels, comment douter que de telles machines seront viables dans un avenir imminent? ??
    Les hélicoptères sont une réalité ancienne et pas moins impressionnants. Alors est-ce le côté électrique qui vous fait douter? Dans ce cas réveillez vous… car c’est sans aucun doute le pétrole de demain.

  4. @ Amisylvain : Ah ben pour une fois que je pense que c’est un pari possible… 🙂
    Quand ce truc a été annoncé, effectivement, je n’y voyais que du bluff marketing. Mais après avoir discuté de son développement avec Ehang, j’ai commencé à changer d’avis.

  5. C’est plutôt le côte “autonome” qui me gène. Quand on voit la difficulté pour concevoir une véritable voiture autonome, on se dit qu’ajouter la 3e dimension au domaine de gestion va accroitre drastiquement la complexité. D’autant que l’objectif est bien de concevoir une flotte d’engins volants autonomes. Ils devront donc tous communiquer entre eux pour connaitre leurs positions respectives. En terme d’infrastructure de communication c’est un véritable défi.

  6. @Bryan : Oui et non, quand on voit qu’une simple APM te pilote un multi ou une aile en pure autonomie, les doigts dans le nez. Le top du top étant l’Ebee de SenseFly, dans ce domaine. Juste à implémenter un processeur qui analyse les positions, trajectoires des autres, et connaissances des parcours de chacuns dans un rayon limité (sert à rien d’aller encombrer les Ehang de Dubai avec les positions de ceux de Moscou ou autre…)

    @Amisylvain : Pour le coup c’est toi que je trouve pessimiste. Personne n’a craché dessus, dans cette article. On soulève quelaues questions sur la sécurité, mais évidemment qu’on y croit. Mais il faut bien reconnaître que les effets d’annonces mirobolants font légion dans ce domaine, alors quand on a une vidéo pour prouver que ça marche, ben on se réjouit, et on a envie de croire à l’aboutissement de ce genre de projets.

  7. Le projet est tellement chouette …. que je ne peux m’empêcher de faire le lien avec la voiture autonome:
    Alors, que vont cogiter nos juristes-assureurs concernant la/les responsabilité/s en cas de d’incident /d’accident … et non, non, je n’ai pas dit qu’ils étaient à la botte des financiers-assureurs… :-p

  8. @ Amisylvain : c’est un peu une constante dans les commentaires sur les articles présentant des innovations, et comme toi je ne les comprends pas. A lire nos camarades dronistes, il faudrait arrêter toutes tentatives d’innovations parce qu’elles sont dangereuses, ridicules, irréalistes, pas belles… Ca rappelle cette belle prédiction “Tout ce qui peut être inventé l’a été” (soi-disant venant du bureau des brevets aux US en 1899).

    Mais, pour ne citer que moi-même : “ces chinois, quand même!”

  9. Perso pour l’instant je me sentirai plus a l’aise s’il y avait un parachute balistique type BRS ou CAPS qui équipe certains avion de loisirs.
    Après les automatismes existent depuis longtemps et beaucoup d’avions de ligne exécutent déjà des atterrissages de façon complètement autonomes (ILS CatIII), y compris avec la phase de freinage.
    Pour avoir discute en interne avec des ingénieurs d’Airbus, cette société travaille depuis longtemps sur des avions a un seul pilote. Ce qui sous entend que l’avion pourra continuer le vol ou atterrir seul même en cas d’urgence ou si l’unique pilote se retrouve en incapacité.
    La technologie est prête, les Directeurs financiers aussi… il s’agit maintenant d’un problème de mentalité et de certification. Ça arrivera très bientôt, notamment avec les voitures autonomes (Ford viens de racheter une start up dans ce domaine pour 1 milliard de $).
    L’emergence de drones autonomes correspond bien a Dubaï, il y a des héliport partout, le territoire est petit, les autorités locales aiment bien faire le buzz et seront accommodantes sur le cadre légal.
    Après évidement l’automatisme ne peut pas tout, quid d’un incident type Hudson River ? Il faut voir ou l’on veux placer le curseur mais 80% des accidents aériens sont d’origines humaine (erreur de l’équipage).
    A suivre.

  10. @LaLoke. D’accord avec toi, mais là on parle de taxi, donc ce n’est pas la même ‘proximité’ .Tu ne tombe pas sur un hélico au coin d’une rue.
    Après comme le précise Fred, les infrastructures de Dubaï sont différentes de se que l’on trouve chez nous.

  11. C’est nul le vol automatisé.
    Il devrait au moins mettre un mode manuel, ça serez plus excitant hihihi.

    -Sérieusement, c’est vraiment sympas sur le papier. En vraie, ça doit être très impressionnant :).

    Le seul truc qui manque, c’est juste un petit manche de contrôle. Car aucun système de vol automatique n’est fiable à 100%. Car ça serez un peu co* si le drone foncer sur un obstacle, sans qu’on puisse rien faire ^^….

  12. faire voler un bipede en electrique dans le pays de l or noir c est de la SF.
    un bon petit coup de buz, qui fera un grand flop…comme amazon, la poste etc…
    quand une batterie d 1Kg sera aussi energetique qu 1litre du super, la on pourra y croire.

  13. @ jc : Hmmm, je pense que tu peux réviser ton jugement côté pétrole. Le dernier invité star de Dubaï, c’est Elon Musk… Certes il est aussi énergies fossiles pour SpaceX, mais là c’est pour Tesla.

  14. On est pas loin, on est pas loin, vivement les quadracers style Moto, allez ! d’ici 5 ans on peut espérer ????

  15. @ VLX60 : Klr, mais alors on enverrais pas des powerloop n’importe ou en espérant que ça passe, parce que la, les crashs, ça sera un peu plus conséquent pour notre intégrité physique qu’un peu de soudure et 3 coups de tournevis pour changer un bras. Pis heureusement qu’on sera limité en perf, parce qu’à part Vincent Perraut, les 12G à chaque coup de gaz, si tu finis pas dans les vaps, faudra 3 semaines pour se remettre d’un run !

    xD

  16. Comment un appareil “Carré” (ça se voit sur la vue d’en haut) peut mesurer 6 mètres de long et seulement 4 de large ? 😉

  17. @ Dany : Les chiffres diffèrent sur plusieurs pages du site web de Ehang, il y en a d’autres encore dans le communiqué de Dubaï. Je suppose qu’il y a plusieurs prototypes.

  18. Je propose qu’on se cotise et que l’on envoie Fred tester l’engin…. Ils cherchent des cobayes à Dubaï (ça rime)

  19. Je ne pense pas que l’on puisse comparer l’aviation (commerciale et/ou de tourisme) à ce type de produit. Les contraintes et les conditions son radicalement différentes. Ils ne répondent d’ailleurs pas au même besoin.
    il n’y as aucune constance dans l’utilisation d’un taxi, que ce soit la charge, l’environnement, les territorialité de vols, les responsabilité et prérogatives du vol, etc, etc, etc, etc, … qui plus est si l’on rajoute l’autonomie dessus, qui doit être également une autonomie de diagnostique pendant la campagne (quotidienne!) de vol.

    Je crois au technologies autonomes de transport, est ce que je pense que ça peut être un multirotor?

    en aparté : Est ce qu’ils ont fait le test des poulets congelés?

  20. Je ne veux pas être rabat joie mais le problème est bien la taille. Pour porter 500 kg, le meilleur rendement à la forme d’un…hélicoptère, bipale. Vous remarquez bien le manque de réactivité sur la vidéo, rien à voir avec nos petites machines hyper stables. Si vous voulez de la réactivité, il faut un plateau cyclique comme ça a déjà été dit. Si vous voulez qu’il soit électrique, il suffit de remplacer le rotax 100ch essence des ulm classe 6 mais vous passez à une autonomie de 15 min max. Et comme il faut 1/2 heure d’autonomie pour décoller en sécurité (que faire si la piste d’arrivée est hors service ou que le vent se lève ?), pas d’avenir possible en batterie lithium. Au mieux, pour faire tourner votre “drône” il faut un moteur essence qui tourne au meilleur rendement (100 kg) pour maintenir la charge des batteries (encore 100kg) et vous avez alors un truc lourd, dangereux, monoplace, qui fonctionne en mode multirotor, qui est super joli, mais sans avenir.

    J’espère me tromper mais allez voir le site de Loravia qui a tenté l’aérien électrique du mieux possible.

LAISSER UN COMMENTAIRE