DJI Action 2, le test de la mini caméra 4K stabilisée !

12
11670

La Osmo Action (voir le test ici) était au format classique des caméra sportives, de type GoPro 6/7. La Action 2 abandonne ce form-factor : elle est beaucoup plus petite. Cette nouvelle caméra de DJI semble plutôt reprendre le flambeau de la Hero 5 Session, un format de mini caméra laissé de côté par GoPro. 

Le principe de l’Action 2 ?

La caméra est un bloc compact capable en filmer de manière autonome avec enregistrement des images dans une mémoire interne. Pour le charger et récupérer les images de manière filaire, il faut lui adjoindre un bloc additionnel, de taille à peu près semblable. Ce module comprend une batterie additionnelle et un connecteur USB-C. Les deux composants forment le coeur du système de l’Action 2. La liaison entre caméra et module additionnel repose sur un système magnétique et à mâchoires.

La vidéo

Dans cette chronique, je me suis concentré sur l’usage à bord de différents racers. Mais vous le verrez dans la vidéo d’illustration, la caméra est aussi allée sous l’eau, en parapente, je l’ai tenue à la main, fixée avec le pendentif en VTT… Prenez le temps de regarder la vidéo, surtout les séquences filmées avec des drones qui vibrent beaucoup. Ensuite ? Je vous propose d’entrer dans les détails pour découvrir les points forts et faible de la Action 2… L’Action 2 m’a été prêtée par DJI. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo est en 4K, mais la visionner sur YouTube dégrade sa qualité. Vous pouvez télécharger la vidéo sans la compression YouTube ici (attention, elle pèse 10 Go). Vous pouvez aussi télécharger quelques séquences vidéo brutes et quelques exemples de photos

Presqu’un cube !

La Action 2 de DJI mesure 3,9 x 3,9 x 2,23 cm. Elle est un peu plus imposante que la Hero 5 Session, mais moins profonde. Elle pèse exactement 56 grammes ! Pour mémoire, la Session pèse 72,7 grammes. Le boitier comprend le capteur, un CMOS Sony 1/1.7’’ et une optique f/2.8 avec un FOV maximal de 155°, une batterie 1S de 580 mAh non amovible. La mémoire est également non amovible, d’une capacité de 32 Go. Il y 22,4 Go réellement exploitables dit la caméra après formatage, mais la capacité réelle est de 24,2 Go une fois connectée sur un ordinateur. Sur la façade arrière, on trouve un écran couleur tactile de 1,76 pouce (soit 4,47 cm). A l’intérieur se trouvent une puce Bluetooth BLE 5.0 et un composant wifi 802.11 a/b/g/b/ac en 2,4 GHz, 5,1 GHz et 5,8 GHz.

Connexion sans fil avec un smartphone

C’est une étape obligatoire pour utiliser la Action 2. En effet, il faut télécharger l’application DJI Mimo et établir la liaison pour activer la caméra. Pour que la connexion fonctionne, il faut que la caméra soit allumée. La liaison s’effectue d’abord en Bluetooth, qui déclenche la mise en place automatique d’un hotspot wifi.

Immersion jusqu’à 10 mètres

Sur le boitier, on ne voit qu’un bouton unique et une série de contacts en métal. Pas de trappe, pas de connecteur USB. Pourquoi ? Parce que la caméra peut aller sous l’eau, jusqu’à une profondeur de 10 mètres. Parfait pour vous accompagner en vacances ! L’inconvénient de ce choix ? Il n’est pas possible de recharger directement la caméra, ni de transférer les images de manière filaire. C’est grave, docteur ? Il faut s’y faire – et les possesseurs de GO et GO2 d’Insta360 s’y sont déjà habitués. Pour la récupération des images, il est tout de même possible d’établir une connexion sans fil en Bluetooth et en wifi, avec un smartphone ou une tablette et l’application DJI Mimo. 

L’autonomie ?

La fiche technique de DJI parle de 70 minutes de vidéo. Mais une mention en tout petit décrit les conditions : c’est en mode 1080p Power Reserve et sans stabilisation. Ce mode Power Reserve limite le débit des données. Dans des conditions réelles, c’est-à-dire en 2,7K ou 4K, à 60 ou 120 fps, avec la stabilisation activée, l’autonomie est de 23 minutes environ. On est loin des 70 minutes, et c’est une autonomie décevante. D’autant plus que la caméra ne dispose d’aucun connecteur pour être rechargée ! La solution proposée par DJI pour recharger la caméra prend la forme d’un module batterie additionnel. Soit d’un module batterie simple, soit d’un module batterie et écran… C’est l’un ou l’autre qui est livré avec la caméra, selon le pack que vous choisissez.

Comment ça fonctionne ? 

La Action 2 dispose d’une partie magnétique, située sous la caméra, là où se trouvent 8 contacts. Elle permet la fixation de la base de la caméra sur une surface métallique – et l’aimant est costaud. Mais ce n’est pas tout. La base magnétique permet de fixer le module batterie. Il affiche des dimensions assez proches de celles de l’Action 2 : 3,9 x 4,16 x 2,13 cm pour un poids de 56,6 grammes. Une fois fixé sous l’Action 2, les deux forment un bloc compact. L’alternative au module batterie, c’est un module écran. Le principe est le même : il affiche aussi des dimensions assez proches de celles de l’Action 2 : 3,9 x 4,16 x 2,46 cm pour un poids de 64 grammes.

Les caractéristiques des modules batterie et écran ?

Le module batterie offre une batterie supplémentaire 2S de 1300 mAh et un connecteur USB-C. Le module écran ajoute la même batterie et le connecteur USB-C, mais aussi un écran couleur tactile de 1,76 pouce (4,47 cm, soit la même taille que l’écran principal) du même côté que l’objectif de la caméra, ce qui permet de contrôler le cadrage de selfies. 

Une fixation magnétique, c’est sympa, mais…

… est-ce que ça tient suffisamment bien ? A vrai dire, DJI a bien bossé le principe de fixation : en plus de la partie aimantée, les modules batteries et écran sont équipés de deux mâchoires qui viennent se fixer automatiquement sur la caméra. Vous pouvez secouer le bloc composé de la caméra et son module, et le secouer fort : les deux restent solidement fixés ! D’ailleurs j’ai installé la caméra et son module sur un racer 5 pouces. Le tout est plus lourd, 112 grammes avec le module batterie, 119,5 grammes avec le module écran, mais ils tiennent bien en place. Pour retirer le module ? Il suffit de pincer ses mâchoires pour qu’elles libèrent la caméra.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

12 COMMENTAIRES

  1. Super review Fred.👍🏆
    C’est une blague cette caméra ?
    519€ pour une autonomie si faible le même prix environ qu’une GoPro 10? Ils prennent les consommateurs pour des pigeons c’est du n’importe quoi!
    Mais si certains sont capables de mettre ce prix sur un drone alors je ne les plains pas, ils pleureront au premier crash ou fly-away…
    Bref c’est du nimp!

  2. @ Stéphane Bas : C’est 399 €, sans 2e écran. Sur un drone, pas besoin de doubler les écrans. Je l’ai plantée une bonne dizaine de fois, elle n’a pas bronché. Et puis la Action 2 se remplace 2x ou 3x avec le DJI Care pour pas grand-chose. Par rapport à une GP10 Naked fragile, encore plus chère et plus volumineuse (même en naked), mon choix a été assez facile…

  3. Batterie non amovible donc du jetable. Je ne comprends pas qu’on puisse encore accepter que de tels produits existent encore.

  4. Merci pour la video non compressé en // de youbute ;).
    Cela sera possible d’avoir la non compressé aussi pour le test de l’insta360 go 2 ?
    Merci d’avance.

  5. Super test, merci !
    Dommage qu’il n’y ait pas moyen de l’alimenter directement avec un USB-C comme la vieille Session 5, même sans slot mémoire, ça aurait été pratique pour les longues sorties à vélo fixée sous le guidon ! Là on est dans le même cas de figure que la GO2 finalement, la stabilisation intégrée en plus et le recadrage possible en moins. Un comparatif entre les deux stabilisation serait intéressant d’ailleurs 😉

  6. @ Fred : TOP ! merci beaucoup, je n’avais trouvé aucune video “brut” à l’époque de la sortie :).

  7. Ok , c est une camera pour drone FPV ou pas
    Car pour le reste, pas d’optique remplaçable, une surchauffe rendant la caméra inutilisable rapidement, une autonomie bof et sans batterie de rechange, pas de stabilisation “totale” en 4K….
    Elle fait tout moyen pour tout type d usager à un prix Premium
    DJI c est toujours différencié avec des produits différents, qualitatif à la pointe de la technologie
    A mon avis c est leur produit Karma façon Gopro…un futur bide, heureusement la société à d autres produits phares pour ne pas boire la tasse

  8. @ Bart : Je pense avoir tout dit à son sujet : elle est parfaite pour un usage sur un petit drone, là où il faut une GoPro naked qui coûte plus cher, qui résiste moins, avec une stabilisation qui s’accommode de machines qui bougent beaucoup (et là où Hypersmooth et RSGO 1 ne fonctionnent pas). Pour les autres usages, c’est comme les GoPro et les Insta360, elle n’est pas adaptée à toutes les situations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.