Eachine Cvatar 120 4S, le test

0
2147

Le constructeur Eachine étend sa gamme de Cinewhoop. Il y avait le Cvatar 4S (voir le test ici), que j’avais beaucoup apprécié. Est-ce que son petit frère le Cvatar 120, est aussi réussi ? Puisqu’il est plus petit, il est destiné à porter des caméras HD plus légères, de type GoPro Naked. Il est fourni avec un support à anneaux pour une fixation de type GoPro. La version que j’ai testée est la 4S, elle repose sur un récepteur Crossfire et un équipement vidéo 5,8 GHz analogique. Le Cvatar 120 est-il à la hauteur de son grand frère le Cvatar 4S ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil m’a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

La diagonale de moteur à moteur est de 12 cm pour de dimensions de 18,2 x 17,5 x 4 cm (hors antennes) et un poids de 180,3 grammes sans support caméra et sans batterie. La structure centrale est faite de 2 plaques de carbone reliées par 6 entretoises. A la différence de nombreux Cinewhoop, la structure carbone n’inclut pas les moteurs. Les protections d’hélices de type duct, en plastique dur, sont vissées sur la structure centrale, mais aussi solidarisées par de mini plaques de carbone. De la mousse épaisse, entre 4 et 7 mm, protège les coins des protections d’hélices. Les moteurs sont fixés sur les protections d’hélices, avec de petites plaques carbone rondes pour rigidifier leur base. L’ensemble est plutôt solide – mais le principe de la conception rend les protections d’hélices inamovibles. Les moteurs, dans la version 4S que j’ai testée, sont des brushless 1404 à 5000KV. Les hélices sont des modèles à 5 pales de 2,5 pouces Gemfan D63. Notez qu’elles sont placées vers le bas, en disposition « pusher ».

L’électronique de bord

Elle repose sur un tout-en-un avec un contrôleur de vol F722 basé sur un processeur F7, flashé avec Betaflight, avec 4 UART… dit la fiche technique, pourtant il y en a 5 !, un OSD actif mais pas de Blackbox. Il est associé à un ESC 4 en 1 de 25A BLheli32, le tout regroupé sur un seul composant de 3,25 x 3,25 cm. La caméra FPV est une Nano2 de RunCam, une 700TVL avec une lentille de 2,1 mm fixée aux entretoises avant avec 2 pièces en TPU. Elle est reliée à un émetteur vidéo 5,8 GHz analogique Eachine Nano V3 VTX compatible avec 40 canaux, d’une puissance réglable de 25 mW à 400 mW. L’antenne est une Eachine polarisée RHCP branchée avec une rallonge sur un connecteur u.FL. Il est possible d’accéder à l’émetteur vidéo et une partie du contrôleur de vol en retirant une pièce en carbone sur le dessus, fixée avec 4 vis.

Fin du tour

Une pièce en TPU à l’arrière permet de fixer l’antenne vidéo et une antenne Immortal-T de TBS. Une autre pièce en TPU maintient le récepteur Crossfire Nano RX, de telle sorte qu’il puisse être tiré pour accéder à son bouton d’appairage. La prise d’alimentation est un XT30, placée vers le haut : la batterie est à installer sur le dos de l’appareil, avec l’aide d’un autocollant antidérapant, et avec un Velcro (fourni). A l’intérieur de la structure est installé un condensateur. Dans la boite du Cvatar 120, on trouve le support pour fixation GoPro, un guide du contrôleur de vol – qui montre que le branchement avec un boitier numérique Vista est facile – et de l’émetteur vidéo Nano V3 VTX, une planche d’autocollant et une protection d’hélice de rechange, ainsi qu’un jeu d’hélices.

Réglages ?

Le connecteur microUSB du contrôleur de vol n’est pas facile d’accès. Puisque Eachine ne fournit pas de rallonge coudée, il faut se débrouiller avec un câble USB-microUSB. Avec un peu de patience, on parvient à réaliser le branchement, pour peu que le câble soit assez flexible, au besoin en retirant une hélice pour faciliter l’insertion. Mais ce n’est pas pratique du tout ! Le firmware est Betaflight dans sa version 4.2.0. Les principaux réglages ont été effectués d’usine : PID, armement à 180°, sens de rotation des moteurs inversés de type « props out », table VTX remplie y compris avec les puissances, réglages à 25 mW, 100 mW, 200 mW et 400 mW, VTX réglable via le protocole IRC Tramp sur l’UART 3, les indications de l’OSD, etc. Sur la version que j’ai testée, le récepteur Crossfire était également configuré. Ne restent à modifier que les réglages des méthodes d’armement, du choix des modes de vol…

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.