Fimi X8 SE, le test

16
16329

Nombreux sont les clones du Mavic de DJI ! Le point commun entre tous les drones qui partent à l’attaque de la citadelle DJI : un prix plus léger. Et évidemment des caractéristiques plus en retrait. Le X8 SE est un engin attendu depuis de longs mois, distribué au compte-gouttes chez les revendeurs. Vous n’avez jamais entendu parler du constructeur Fimi ? C’est une entreprise chinoise qui a produit le Mi Drone, le Mi Drone 4K et le MiTu pour Xiaomi, ou encore sa caméra sportive Mi 4K. Elle a plus récemment commercialisé une caméra volante sous son propre nom, le Fimi A3, testé ici. Que vaut ce nouveau venu ? Réponse dans cette chronique.

La vidéo

Cette vidéo 4K/60 est disponible en téléchargement ici pour s’affranchir de la compression YouTube. Vous trouverez aussi des exemples de fichiers bruts issus du X8 SE, là.

Tour du propriétaire

Le X8 SE est livré dans une boite qui fait office de mallette, avec une poignée. Elle est suffisamment résistante pour assurer le transport de l’appareil. A l’intérieur, on trouve le drone. C’est un modèle compact lorsque ses bras moteurs sont repliés : il mesure 20,2 x 10,5 x 7,2 cm. Pour le déplier, il faut d’abord tirer les bras avant, munis de pieds dans lesquels se trouvent les antennes, puis les bras arrière. Un mécanisme de ressort les maintient en place, sans les verrouiller totalement. De quoi, sans doute, leur permettre d’être mobile en cas de choc. Une fois déplié, il mesure 20,4 x 10,6 x 7,3 cm.

L’extérieur

Les hélices sont des modèles bipales désolidarisées, pour un diamètre total de 21,7 cm (soit 8,5 pouces). Elles se clipsent sur les moteurs avec un système autobloquant et muni d’un détrompeur. On peut donc mettre et retirer les hélices facilement. Mais à vrai dire, ce n’est pas la peine. Bras repliés, les pales ne dépassent pas de l’appareil, qui peut être rangé ainsi dans sa mallette. La caméra, à l’avant, est protégée par un morceau de mousse. Protégée est un bien grand mot : ce bloc se sauve tout seul lorsqu’on manipule l’appareil. La caméra est petite, montée sur une nacelle 3 axes.

Suite du tour

Au-dessus de la nacelle se trouve un morceau de plastique noir fumé. Qu’y a-t-il derrière ? Des capteurs de proximité ? Des LEDs ? Non, il n’y a rien. Il n’est là que pour l’esthétique. Sur le flanc droit, une protection en caoutchouc. Elle cache la trappe pour insérer une carte mémoire de type microSD (non fournie), un connecteur microUSB, un bouton destiné à l’appairage de la radiocommande, ainsi qu’un interrupteur qui permet de choisir entre le pilotage avec la radiocommande ou un smartphone, en wifi. Il n’y a rien sur le flanc gauche ni à l’arrière de l’appareil, mis à part une diode.

Les capteurs

Il y a ceux qu’on ne voit pas : l’IMU qui permet les mesures pour assurer la stabilité de l’appareil, un baromètre altimétrique pour la mesure de la hauteur, le module satellite GPS et Glonass. Ceux visibles se trouvent sous l’appareil, dans la partie inférieure qui est en fait un radiateur passif. Il n’y en a que 2 : une caméra verticale pour le positionnement, et un sonar pour une mesure de la hauteur par rapport au sol. C’est tout. Vous l’aurez compris, le X8 SE fait l’impasse sur les capteurs de proximité…

Alimentation

La batterie se trouve sur le dessus, avec 2 ergots pour la libérer. Pour l’insérer, il suffit de la placer dans sa trappe et d’appuyer. Un clic indique qu’elle est bien en place. Elle est munie de 4 LED et d’un bouton. Avec une pression, les LED indiquent l’état de la batterie. Avec une pression courte puis une pression longue (comme sur les appareils de DJI), on allume le X8 SE. Pour charger la batterie, Fimi fournit un chargeur secteur. Il faut environ 1h40 pour obtenir une pleine charge. C’est assez long… La batterie pèse 272,4 grammes. Il s’agit d’une 3S 11,4V de 4500 mAh.

>>>> La suite de cette chronique se trouve <<<<

16 COMMENTAIRES

  1. Hello Fred, merci pour ce test !
    Question qui ne semble pas avoir été traité dans ton test : les couleurs.
    Dans ta vidéo la balance des blanc varie beaucoup.
    J’ai l’impression qu’en 4K les couleurs tirent vers le bleu et sont moins saturées, et qu’en 2.7K c’est mieux.
    Tu confirmes ?
    Est il possible de filmer en couleurs “flat” ? Et de fixer la balance des blancs pour qu’elle ne change pas au cours de la séquence ?
    Que penses tu des couleurs face à un Anafi ?

  2. Superbe test, merci encore une fois pour toutes tes connaissances mises à notre disposition et surtout pour ton phrasé rédactionnel qui permet une lecture plus réellement agréable.

  3. Ils sont énormes ces Chinois! mais comment DJI ne blinde pas plus ces brevets pour éviter ce genre de copie?
    C’est toujours hallucinant de voir à quel point la copie est poussée, certes il y a les mauvaises copies approximatives avec les caractéristiques loin de l’original mais qui sont selon moi plus des “Mavic like” que des copies conformes (et tu nous en as présenté déjà un grand nombre ici). Mais ici ce qui est inquiétant pour DJI ce sont les caractéristiques très bonnes et le nombre de points communs avec le “modèle”… Bref je ne m’inquiètes pas pour DJI mais j’aimerai que l’on m’explique comment on peut copier à ce point et pouvoir commercialiser ce genre de produit (pour notre plus grand plaisir il ne faut aussi pas se le cacher…).
    Encore merci Fred.

  4. Je n’ai pas le souvenir que la 4K soit moins bonne en 4K. Mais il faut dire que j’ai peu de séquences 4K, tout simplement 🙁
    Je vais fouiller dans mes rushs.

    Pour les couleurs flat, le plus proche est “classique”. Il n’y a pas de Cinelike.

    Pour la balance des blancs, j’ai tout filmé en Auto. Il y a moyen de forcer avec des modes style Cloudy, ça doit aider à éviter les changements brusques. Mais pas de réglage sur la température des couleurs.

  5. au sujet de l’ecran il y aussi la possibilté de caster l’ecran du tel avec un dongle type miracast par ex et d’utiliser par ex les goggles de dji qui ont une entree hdmi

  6. Merci pour le test ! Un beau rapport Q/P et pas vraiment de gros défaut.
    Pour ce qui est de l’inclinaison de l’horizon lors d’une rotation ça ne paraît pas pire (voire meilleur) que sur le Mavic Pro a aussi ce problème (contrairement aux Spark, Air et M2) ?
    Comment le Air s’est’il perdu ? 😉

  7. Salut fred, pour tous je me permet de mettre le lien sur la notice que j’ai traduis !
    la traduction n’est pas parfaite, mais elle permet à un gars qu’a des difficultés à comprendre la langue de shakespeare comme moi, de pouvoir comprendre certaines subtilités de la machine 😉
    Attention à bien prendre soins lors du montage des hélices , de nombreux crash sont du à une hélice qui se fait la malle en vol ! https://drive.google.com/open?id=10hD755xB3bisWepp5d-d40Ozr2-krU1E

  8. salut,
    j’utilise une Sandisk ultra 64Go, et pas de probleme pour filmer en 4K, par contre il fait des fichiers de 3 850 240 Ko max qu’il faut assembler ensuite en post production: il faut compter 3 fichiers pour un vol complet.

    le seul defaut que je lui trouve, c’est la qualité de l’image n’est pas tres bonne en orbite manuel, l’image est un peu flouté, alors qu’elle ne l’ai pas du tout en translation.

    il y a souvent des mises a jour, et je suis sure que tous les petits défauts seront vite corrigés: il est deja incroyable pour le tarif.

  9. @Funny62, étant donné que DJI est ….chinois, parlé de copie chinoise est plutôt amusant :). Et je ne vois pas trop le rapprochement entre ce fimi et un Mavic Air ou Mavic pro ? A part les bras repliables, mais c’est devenu courant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.