Xiaomi MiTu, le test

10
13558

Le MiTu est la réponse du constructeur Xiaomi à Parrot et son Mambo (voir le test ici), à Ryze avec son Tello (voir le test là). Le principe est le même, c’est un appareil de petite taille, prévu principalement pour les vols en intérieur et doté de protections d’hélices amovibles, avec des moteurs brushed de faible dangerosité. Il se pilote avec un smartphone et ses commandes sont ultra-assistées. Un appareil destiné aux débutants, capable de filmer. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le MiTu est livré dans une boite dont les inscriptions sont toutes écrites en chinois. A l’ouverture, l’appareil est présenté sans ses hélices, sans ses protections d’hélices et sans sa batterie. A vous de placer les hélices, en veillant à respecter le code couleur pour ne pas vous tromper de position. Ce sont des bipales de 7,5 cm de diamètre. Les moteurs sont des modèles brushed 8520, dont le KV n’est pas indiqué. La batterie se présente sous la forme d’un capot rond. La batterie est une LiHV 3,8V de 920 mAh, avec des connecteurs qui la rendent propriétaire. Pour la charger ? Il faut la placer dans le MiTu et le brancher avec le câble USB vers microUSB fourni dans la boite (ou n’importe quel autre câble de ce type).

Suite du tour

Les bras moteurs sont évidés pour limiter le poids de la structure, avec des plots en caoutchouc sous les moteurs pour amortir les chocs à l’atterrissage. Sous l’appareil est placé un sonar pour déterminer la hauteur par rapport au sol. A l’avant se trouve une caméra, sur le flanc gauche le connecteur microUSB, sur le flanc droit le bouton d’allumage, et à l’arrière un bouton poussoir pour sortir la batterie. Il y a d’autres capteurs, mais on ne les voit pas. Il suffit de retirer les 4 vis sous le MiTu pour accéder à l’électronique.

Fin du tour

On constate la présence d’une caméra verticale, à côté du sonar, elle est destinée à fournir les informations au contrôleur de vol pour maintenir la position horizontale. Au-dessus de la caméra se trouve une diode. Il y en a une autre juste à côté, et encore une à l’arrière. A quoi servent-elles ? Nous allons le voir un peu plus loin. La dotation du MiTu est complétée par 4 protections d’hélices à clipser sur les bras moteurs, sans besoin de retirer les hélices. Les dimensions ? 17 x 17 x 3, cm avec les protections d’hélices. Le poids ? 62,3 grammes « nu », 87,5 grammes avec la batterie, 91,9 grammes avec la batterie et les 4 protections d’hélices. La finition de l’appareil est très réussie. A noter qu’il faudra sortir le fer à souder si un moteur lâche…

L’application, les préliminaires

Mes premiers pas avec le MiTu ont été réalisés avec l’application de Xiaomi à télécharger via le QR Code dans la documentation. Un peu pénible, cette version pour iOS et Android, puisqu’elle est intégralement en chinois. Fort heureusement, une version anglaise est désormais disponible, également pour iOS (ici) et Android (). L’application chinoise était compatible avec mon compte Xiaomi utilisé avec les Mi Drone et Mi Drone 4K, mais la version anglaise n’a rien voulu savoir. J’ai donc du créer un nouveau compte, via l’application. Il faut impérativement être enregistré pour accéder aux fonctions du logiciel.

L’application

Il faut allumer le MiTU avec une pression de 3 secondes sur le bouton on / off, puis connecter le smartphone au réseau wifi avec le mot de passe 123456789. L’app affiche rapidement le retour vidéo de la caméra à bord, accompagné par une représentation de joysticks et des icônes. Pour décoller ? Il y a deux méthodes. Le décollage depuis le sol, qui place le MiTU en vol stationnaire à environ 1 mètre du sol, et le décollage de la main. Dans ce cas, les moteurs sont armés à faible vitesse, il vous suffit de lancer l’appareil pour qu’il accélère les moteurs et se place en stationnaire. Pour atterrir, il suffit de toucher l’icône d’atterrissage, il descend tout seul et coupe les moteurs. Sauf si l’atterrissage n’est pas franc, auquel cas les moteurs continuent de tourner ou d’essayer de tourner, même s’ils sont bloqués par des herbes, des obstacles. Il faut venir le dégager en le retournant, par exemple.

Le premier vol ?

Le vol stationnaire, en intérieur est très agréable : l’appareil ne bouge pour ainsi dire pas, ni en hauteur ni sur les côtés. Pas mal. Le test classique qui consiste à chahuter la machine en la poussant et en la faisant tourner donne satisfaction : le MiTu rétablit son équilibre et retrouve sa position d’origine, y compris son cap. Evidemment, il ne résiste pas à une maltraitance trop poussée. En extérieur, s’il y a du vent, l’appareil dérive pendant quelques secondes, puis se fixe à sa position, plus ou moins bien. Ce n’est clairement pas un engin destiné aux vols en extérieur.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

10 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Eric,

    Très joli article sur ce drone qui à l’air de très bonne qualité pour le prix.
    J’ai acheté ce dernier, et je l’ai reçu il y a quelques jours.
    Cependant, il m’est impossible de me connecter au drone, aucun réseau wifi n’apparait une fois ce dernier sous tension. J’ai essayé de me connecter sous plusieurs serveurs : US, Chineland, Europe, autant avec l’app. en englais que en chinois mais impossible de capter le moindre signal wifi du drone.
    Le réseau n’apparait même pas dans le wifi de base du téléphone, bien que ce dernier capte bien le wifi 5Ghz (NEXUS 6P).
    As-tu pu constater ce problème et as-tu une solution pour m’aider ?

    Stéphane

  2. @ ANDRIEU : Aie. Le souci avec les mobiles Android européens, c’est qu’ils ne captent pas les fréquences 149, 153, 157, 161 et 165 utilisées par les appareils chinois et nord-américains. Le MiTu, indique mon Mac avec Netspot, fonctionne sur le canal 149 (5745 MHz). Les mobiles d’Apple sont eux compatibles avec toutes les fréquences (européennes, USA, chinoises)…
    Malheureusement je ne connais pas d’outil pour changer la région d’un mobile Android 🙁

  3. Bonjour,

    Je suis exactement dans le même cas que Stephane, avec un galaxy s7 edge.
    Très déçu de ne pas arriver à faire fonctionner mon drone qui semble pourtant bien fini.
    Je suis preneur si quelqu’un trouve une solution.

    Merci,

    Yannick

  4. Update :

    Je viens d’essayer mon drone sur l’iphone d’un ami et ça fonctionne, au contraire d’android

  5. @Fred, Merci pour ta réponse réponse claire et bien détaillée. C’est vrai que c’est une déception totale. Beaucoup de personnes doivent être dans cette situation là.

  6. Bonsoir,

    Mon smartphone Huawei P20 ne capte pas le drone. Par contre ma tablette Samsung Tab A capte le drone.

    Si jamais quelqu’un a une solution, je suis preneur.

    Marc

  7. Merci pour le test.
    J’ai reçu ce drone il y a deux jours. Il semblerait que Xiaomi ait corrigé le tir concernant les fréquences : il se pilote sans problème avec un Redmi Note 5 ou un Samsung S7 Edge.

  8. Bonjour à tous,
    Le service aprés vente geekbuying m’a transmis un mode opératoire pour mettre à jour le firmware du mitu et passer une la fréquence de 2,4 Ghz.
    Cependant pour mon cas je ne suis pas arrivé à faire la mise à jour !

    voici les instructions :
    Dear Stéphane ANDRIEU,
    Thank you for your reply.
    Unable to connect WIFI or unable to search WIFI signal
    Please proceed in accordance with the steps first:
    1) Please kindly tell us your Country and region, mobile phone model and system version.
    2) Kinly le us know whether your mobile phone supports 5G WIFI (is 5.8G band or 2.4G band) If it is 5.8G band can not connect WIFI Please check the video, If it is the 2.4G band Guide the user to manually upgrade the firmware
    The following is the method to upgrade the firmware: http://bbs.xiaomi.cn/t-29476735 There are detailed steps to open the link Follow the steps to

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.