Fimi A3, le test

16
16215

Les fonctions automatisées

Outre le décollage et l’atterrissage automatisés, le A3 propose d’autres fonctions. Orbit Flight permet de faire tourner l’appareil autour d’un point. Follow Me le lance dans un suivi de personne qui fonctionne plutôt bien, mais reste très basique : l’appareil ne modifie pas son cap, ni sa hauteur, et ne pilote pas la nacelle pour incliner ou relever la caméra. Il se déplace simplement pour suivre la position de la radiocommande. La fonction Selfie Mode lance le A3 dans un vol arrière pour filmer son sujet à reculons et en montant. A cela s’ajoutent un mode Headless, un mode Fixed-Wing (avance constante).

Limites de navigation

La limite de hauteur est fixée à 120 mètres par défaut, mais elle peut être modifiée pour atteindre 500 mètres. Attention, c’est à vous de vous conformer à la réglementation en vigueur là où vous volez. Il est possible d’ajouter une barrière virtuelle en indiquant la Flight distance, c’est-à-dire un rayon à ne pas dépasser. Le retour automatique se déclenche automatiquement en cas de perte de liaison radio, ou à la demande avec une pression longue sur le bouton Home de la radiocommande. La hauteur de ce retour est de 30 mètres par défaut, mais vous pouvez la modifier. A noter que l’option Home Point Update permet de choisir un point de retour RTH positionné sur l’endroit du décollage, ou vers la position de la radiocommande. Et les NFZ, autrement dit les NoFly Zones, ces endroits interdits de vol par le constructeur ? Il y en a dans l’A3, mais ils ne concernent pour le moment que la Chine.

Calibrage et accessorisation

Vous pouvez demander un calibrage du compass (la boussole électronique), de la radiocommande, de la nacelle et du drone lui-même. Je n’ai eu besoin de le faire qu’une seule fois, à la demande du logiciel de la radiocommande. A quoi servent les 6 pins sous l’appareil cachés, par un caoutchouc ? Elles permettent d’alimenter (10 V à 12 V) et de piloter à distance des accessoires.

Quels accessoires ?

A vous le décider, il suffit simplement d’être un peu bricoleur. Vous pouvez ajouter des LEDs puissantes, un buzzer, une pince commandée à distance, et tout autre accessoire basé sur un servo. Dans les menus de réglages de la radiocommande, vous pouvez associer la molette de droite au déclenchement en PWM. Sympa !

Modes et mises à jour

La radiocommande, par défaut, fonctionne en mode 2 (gaz à gauche). Mais il est possible, dans les réglages, de choisir le mode 1 (gaz à droite). Ainsi que le plus exotique (mais utilisé) mode 3. Pas de mode 4, en revanche. Fimi propose des mises à jour que l’on peut télécharger sur leur site. Entre la réception de l’appareil et ce test est apparue une mise à jour, qui a par exemple ajouté le mode Cinematic. La procédure de mise à jour est simple : il suffit de copier les fichiers sur une carte mémoire, d’insérer cette carte dans le A3 (pour la mise à jour et l’appareil et de sa caméra), puis dans la radiocommande. Simple et efficace.

Autonomies

L’autonomie du A3 est de 25 minutes selon Fimi. Cette valeur est optimiste, très optimiste même, par rapport aux vols que j’ai effectués. En extérieur, avec des températures proches de zéro, l’autonomie est de 13 minutes environ. En intérieur à 20° et en stationnaire, elle atteint 16 minutes. On est loin des 25 minutes promises, malheureusement. L’autonomie de la radiocommande n’est pas formidable non plus, elle assure quelques vols seulement. L’écran consomme beaucoup, forcément. Mais sachez que vous pouvez alimenter la radiocommande pendant le vol avec une Powerbank via un câble USB-microUSB. Si vous branchez ce câble sur un ordinateur de bureau, l’écran de la radiocommande vous permet de lire la carte mémoire à l’intérieur de la radiocommande comme un média amovible ou de simplement l’alimenter. Elle offre aussi un mode « caméra », que je n’ai pas réussi à exploiter sur un Mac.

La portée radio et vidéo ?

Lors de mes essais, je n’ai jamais perdu la liaison radio, même derrière des obstacles. La liaison vidéo, elle, est plus capricieuse. Elle est caractéristique du 5,8 GHz analogique : l’image est passable quand tout va bien, de la neige apparaît lorsque la liaison faiblit. Dans les réglages de la radiocommande apparaissent 2 choix : CE et FCC. La documentation ne délivre pas d’informations à ce sujet. On peut supposer que le choix CE limite la puissance d’émission à 25 mW, le maximum autorisé en France – et en Europe. Préférer FCC permet d’émettre avec un peu plus de puissance, sans que l’on sache combien. En mode CE, j’ai perdu l’image à environ 200 mètres (sans obstacles). En mode FCC, je suis allé à plus de 600 mètres sans perdre l’image. Je me suis arrêté là, au-delà de cette distance, on perd l’appareil de vue puisqu’on ne distingue plus les LED clignotantes.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

16 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, si on le compare a un spark, il faut aussi prendre en compte le fait qu’il ne faut pas de tablette/smartphone pour le retour vidéo. Moi qui cherche un modèle sympa est pas torp cher pour mon neuveu, c’est plutot pas mal 🙂

  2. le tarif est attractif pour des prestations pas si mauvaises que ça, c’est une bonne caméra volante
    pour débutant avec un peu d’upgrade pour l’améliorer un poil.

    merci Fred pour ce test bien frais, la musique c’était pour te réchauffer! 😉

  3. Perso je trouve que c’est trop cher payé au regard des vidéos que Fred a mis en ligne. En cherchant sur les petites annonces de style LBC ou Ebay, si on fait abstraction des arnaqueurs, on peut trouver facilement aussi performant voir plus pour des coûts presque aussi raisonnables. Un Spark pour ne pas le nommer donnera de meilleurs clichés, on en trouve à moins de 300€… 😉

  4. @ FPV67 :
    A ce tarif là, d’ici quelques temps tu trouveras ce drone pour moins de 150 euros en occasion… Il faut comparer ce qui est comparable : du neuf avec du neuf. Et franchement la machine me parait tout à fait suffisante pour quelqu’un qui voudrait tourner quelques images de temps en temps et se contrefiche de la 4K.

  5. Bonjour Fred.
    Merci pour tes articles que je consulte presque quotidiennement. Le temps de vol réduit est directement lié à la température lors de tes essais. De même la buée.
    Pour éviter ce phénomène il aurait fallu le laisser “refroidir” avant utilisation. Le drone ! Pas ses batteries…
    Une excellente petite vidéo sur Youtube concernant le vol en montagne réalisé à “la Plagne” récemment explique notamment les problématiques de perte de temps de vol et de condensation dans l’objectif de la caméra par temps froid y compris pour un Mavic 2 pro.
    ++
    JR

  6. @Jean-René : En fait, je n’avais qu’une batterie pour voler, donc un seul vol par session (ce qui est pénible quand on doit faire 80 bornes aller-retour pour voler sur un terrain autorisé 🙂 ). Sur certains vols, j’ai dégainé le A3 directement sorti de la voiture, à température bien supérieure celle de l’extérieur. Sur d’autres vols, le A3 est resté en extérieur éteint pendant au moins une demi-heure, le temps que je fasse voler d’autres machines. Si tu regardes la vidéo du Mavic 2 Enterprise Dual, tu me vois avec le A3 accroché au sac à dos, il a eu le temps de se mettre à température ambiante 😉 Le souci, c’est que la buée est arrivée sur tous ces vols, sans distinction. J’ai donc l’impression que ça va au-delà de la simple mise à la bonne température…

  7. @FPV_67, tu ne peux pas comparer du neuf et de l’occasion. Surtout en drone. Déjà, tu as l’usure de la batterie mais surtout, le plus important, tu ne sais pas ce qui a été fait avec le drone. S’il a chuté (donc fragilisé), s’il a pris l’humidité (donc durée de vie à craindre). Moi je ne prendrais jamais le risque de prendre un drone d’occasion, sauf à un ami

  8. @Alchi, t’as probablement raison, on trouve aussi du neuf en “occasion” .. Après il faut voir ce qu’on recherche, je ne parle pas de la 4K, comme semblerait le dire TB250. On verra bien comment évolue cette machine en popularité, mais dans 3 mois je parierais qu’on l’aura oubliée .

  9. Pas trop mal ce Fimi pour le prix, mais si on n’est pas pressé, il vaut peut être mieux attendre la version 2…

  10. Pour ce qui est de la buée, normalement la condensation s’installe sur un corps froid qui est placé dans une atmosphère chaude… si on souffle dessus pour réchauffer la lentille, ben ça ne fera rien ou alors ça reviendra de suite.

    Le truc c’est de mettre la machine quelques heures dans un sac de riz. ça marche.
    Il faut toujours avoir un sac de riz en tournage 🙂

  11. Si il y a des Dijonnais qui hésitent, le Spark est en solde à la Fnac pour 199 €. Il y a également une offre de remboursement de 30 € ce qui le fait à 169 €. Jeudi soir il en restait 10 en stock, j’ai hésité à en prendre deux.

  12. @Thibauly: as-tu fait l’échange? Combien de temps cela a-t-il prit? Est ce que le problème est résolu sur le nouveau drone?

  13. Bonjour,
    Vu que ce test est vraiment ultra complet, je pensais trouver le détail dedans mais en fait non.
    J’ai une question qui peut paraître bête désolé, mais ce drone va être mon premier drone avec caméra : quelle est l’utilité de chaque carte SD ?
    J’imagine qu’on peut enregistrer des images/vidéos sur chacune d’elles, mais même en ayant lu la notice, ce n’est pas clair.
    Et les 2 sont-elles obligatoires ou peut-on n’en utiliser qu’une ?
    Merci d’avance si quelqu’un peut m’éclairer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.