Eachine Wizard X220s, le test

31
3968

Voici la seconde version du X220 de Eachine : le X220s est un racer prêt à l’emploi. Vraiment prêt à l’emploi : il est livré avec tout ce qu’il faut pour décoller à sa sortie de la boite. Pratique quand on n’a pas du tout le courage, ni le temps et encore moins les compétences pour se lancer dans la réalisation d’un FPV racer. Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

Le X220s est un racer de classe 220, soit 22 cm de diagonale de moteur à moteur. Un engin assez imposant aussi bien capable de voler sur des parcours de FPV racing que d’évoluer en freestyle. Il repose sur la même structure, à quelques détails près, que celle du X220 d’origine. C’est une forme en X plus large que long, qui est faite de 4 bras en carbone de 4 mm d’épaisseur (2 strates de carbone qui enserrent un cœur de fibre de verre), et maintenus en sandwich par une pièce de 1 mm et une pièce de 2 mm. La partie centrale est de facture très classique, avec des plaques de carbone et des entretoises de 3,5 cm de hauteur. Classique mais efficace puisque toute l’électronique est logée à l’intérieur. Eachine livre des petits patins en mousse adhésive en guise de train d’atterrissage.

Suite du tour

Cela permet de ne pas se poser sur les bras moteurs ni les diodes que l’on trouve au bout de ces bras. Les moteurs sont des modèles brushless 2206 à 2300KV, protégés des chocs par des pièces en plastique. Et, surtout, montés sur des supports softmount destinés à limiter les vibrations parasites. Ils sont pilotés par un ESC 4 en 1 de 30A hébergé à l’intérieur de la structure, BLheli_S et Dshot600. Un soin tout particulier a été apporté au choix de… la couleur des composants ! Les hélices fournies par Eachine, des tripales 5051 mauves. Les moteurs sont assortis, mauves eux-aussi. Tout comme les entretoises et les gaines qui font passer les fils d’alimentation des moteurs aux ESC. Sympa. Evidemment, il faut aimer le mauve… Notez que les hélices sont des copies de modèles Racekraft, avec de petits winglets en bouts de pales.

L’électronique

Elle est installé en “tower”, c’est-à-dire que chaque composant important est superposé sur les autres, en tour. A l’intérieur du X220s se trouve un contrôleur de vol F4 Omnibus V3 flashé en Betaflight 3.1.7. Il est bien caché dans la structure, pourtant on peut accéder facilement à son connecteur microUSB pour les réglages sous Betaflight Configurator. La trappe est protégée par un capuchon en caoutchouc que vous perdrez dès que vous essayerez de l’ôter. Ce n’est pas bien grave, il ne sert à rien. Juste à côté se trouve une trappe d’accès à la carte mémoire microSD de la Blackbox du contrôleur de vol. A quoi ça sert ? A mémoriser les paramètres de vol pour les analyser et optimiser l’appareil – mais la pratique est réservée aux amateurs éclairés. A l’arrière se trouvent la prise pour l’antenne vidéo et la prise d’alimentation, une XT60, ainsi que l’antenne radio figée dans une gaine pour qu’elle n’aille pas se prendre dans les hélices. On trouve aussi deux rangées de 5 LED présentées à la verticale.

La partie vidéo

A l’avant est logée la caméra FPV, un modèle de 800TVL en CCD et PAL montée sur une charnière. Elle est reliée à un émetteur vidéo 5,8 GHz de… 72 canaux ! Il inclut bien sûr la compatibilité avec les fréquences Raceband d’ImmersionRC, plus les plages habituelles, et d’autres moins communes (intéressantes mais interdites d’usage en France). Mieux encore : la puissance de 25 mW par défaut (et réglementaire en France) peut être poussée à 200 mW ou 600 mW. Sympa pour qui veut aller plus loin en sécurité (à l’étranger). Pratique ? En théorie, oui : il suffit d’appuyer sur le bouton unique plus ou moins longtemps pour faire cycler les fréquences, les plages de fréquences, et la puissance d’émission.

Oui mais…

L’émetteur est dans la structure centrale, sous les attaches-velcro destinées à maintenir la batterie. Autant il est possible d’accéder au bouton unique en tirant sur l’attache arrière, autant l’indicateur LED des fréquences et de la puissance est inaccessible. Il est par conséquent nécessaire de retirer la plaque supérieure en ôtant ses 6 vis, avec précaution – il ne faut pas endommager les câbles. Ce n’est pas pratique du tout, et c’est tout simplement rédhibitoire pour un usage en compétition, lorsqu’il faut changer de fréquence vidéo à la demande du marshall. Dommage ! Il est toutefois possible de retirer l’un des deux velcros qui maintient la batterie, la trappe donne accès à l’indicateur LED et au bouton de réglage. Mais la batterie est moins bien maintenue…

Prêt à l’emploi

Ou presque. La version RTF du X220s est livrée avec un récepteur radio i6X et une radiocommande A8S, de marque iRangeX ou Flysky selon que votre exemplaire de l’appareil fait partie ou pas des 500 premiers livrés. Ce sont exactement les mêmes modèles. L’appairage entre la radio et le récepteur est déjà établi. A vous de « fignoler » le profil sur la radiocommande pour saisir un nom, par exemple. Pour mémoire, il faut allumer la radiocommande en poussant les trims inférieurs vers l’intérieur pour avoir accès aux réglages. Avant d’installer les hélices, il est indispensable de passer dans Betaflight Configurator pour vérifier les réglages.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

31 COMMENTAIRES

  1. C’est vrai qu’il est par contre TRÈS laid : une benne à ordure montée d’un conteneur 🙁
    Après pour se faire la main pourquoi pas 🙂 Et pour une fois que l’accus ne sert pas de train d’atterrissage pourquoi s’en priver, on n’est pas forcé aimer quand on compte ses sous et pour le premier prix de l’élégance on passera son tour …

  2. “C’est encore mieux en 600 mW, mais l’autonomie est amputée d’un bon tiers !”
    Heu non, un VTX de 600mW ne consommera pas plus que 0.3A en 12V (moins de 3W), à comparer aux (1.5 * 0.8 x 60 /6) = 12A de moyenne pompés pas les 4 moteurs, si on suppose 80% de décharge d’un 1500mAh et 6 mins de vol (tranquille). Donc au max le VTX consomme 2-3% de l’énergie, peut pas être responsable d’une quelconque chute d’autonomie.

  3. Je viens de le recevoir en version ARF, pas encore pu voler, mais j’ai relevé que le baromètre annoncé dans les spécifications n’est pas activé par défaut dans Betaflight. C’est juste un oubli ou il y a une raison cachée ?

  4. @ Kroki : La fiche technique indique “No baro”. Je t’avoue que je n’avais pas fait attention à ce qui était marqué quand ils ont publié la fiche, peut-être ont-ils corrigé depuis ?

  5. @Fred : Effectivement, je viens de comparer les fiches Banggood et Aliexpress, et elles sont sensiblement différentes, notamment “FC V2 avec Berometer BMP280” d’un côté, et “FC V3 NO BARO” de l’autre !
    Bizarre …

  6. Finalement, j’ai trouvé des photos comparatives V2/V3 et il n’y a pas de doute, j’ai un FC V3 : ce serait donc la fiche Banggood la plus à jour et j’ai donc probablement perdu mon baro 🙁

  7. @ Kroki : Aie. Tu en avais vraiment besoin ? Ca ne fonctionnait pas très bien quand j’avais essayé sur une Naze32 – c’était il y a pas mal de temps, peut-être que ça a progressé depuis. Je suppose que le X220s n’est pas vraiment fait pour des vols avec maintien de la hauteur…

  8. @Fred : En fait, je ne sais pas vraiment si j’en ai besoin, je débute et pour l’instant je me suis juste essayé sur un E10S et un QX90C. Je ne suis pas bien sûr de ce qu’un baro peut apporter mais je pensais que ça faisait partie de l’équipement standard des “gros” racers.
    Après j’ai retrouvé un peu d’espoir dans les commentaires Banggood : il y en a un qui dit avoir essayé de l’activer et ça semble répondre : je devrais pourvoir tester ce w-e, on verra …

  9. @Kroki Comme te dis Fred, je vois pas l intérêt d un baromètre sur un racer, à part a titre indicatif pour savoir a quelle altitude tu voles.

  10. @ Kroki : Bon, si c’est juste pour ça, tu peux faire ton deuil du baro sans souci, le temps que tu lises la valeur, tu es déjà redescendu 😉 Et puis tu vas vite vouloir voler en Acro, sans stabilisation, d’ailleurs je te recommande de le faire et de ne pas passer par la case facilité avec les modes Angle et Horizon. Ce sera justement pour monter et descendre plus vite, et tu n’auras vraiment pas le temps de mater l’OSD 😉 La valeur importante, c’est le VBAT pour savoir si tu peux rester en vol 🙂

  11. ” l’ESC 4 en 1 a lâché après quelques vols en 4S ”

    C’est de la grosse daube ce drone alors, si ça lâche dès les 1er vols 🙁 …Et du coup, pas de 5s possible, c’est très décevant..
    Autant partir sur la V1, qui est nettement moins cher d’ailleurs.

  12. @ terry : non, non, je n’ai pas dit ça, ce n’était pas pendant les premiers vols, j’ai ajouté “un peu sauvages”, du mauvais traitement genre montées pleins gaz plusieurs secondes, ce qui ne se fait pas en pilotage normal, y compris en course…

  13. Pour avoir testé le baromètre sur ce type d’engins, ça fait de gros saut de puces en vol. +/-2 à 3m…
    Alors l’intérêt en reste très très limité, pour l’assistance passer votre chemin. 🙁

  14. Fred : Même en vol sauvage, c’est pas censé lâcher, surtout vue le prix très élever de ce modèle pour du Eachine..

    Les esc doivent être de mauvaise qualité et le refroidissement n’est pas suffisant surement. Vivement une V3 pour corrigé ça ^^.

  15. Pour info, les bras des tout premiers x220s sont fait de 2 plaques de Carbon sépare d une mousse. Ce procédé est utilisé en aviation pour alléger les machines. Ils n avaient pas pensé qu ils allaient finir par terre nos racer 😂. Du coup il envoient des bras full Carbon aux premiers acquéreurs, le problème étant règlé sur les modèles qui sortent maintenant d usine

  16. Fred : Le prix ne veut rien dire. Si ça marche pas, c’est une pur perte..

    Et 215 euros, c’est élever pour de la chinoiserie. On s’attend à un minimum de fiabilité à ce prix et non à un 4in1 qui lâche au bout du 6éme vol ^^.

  17. Merci pour le test!
    J’ai reçu le drone et en installant les hélices je constate que celle à l’avant gauche frotte légèrement, vous n’avez pas ce problème? Que puis-je faire?

  18. @ Samuel: Ah non, ce n’est pas normal du tout. Ne décolle surtout pas comme ça. Vérifie si les vis sous les moteurs sont bien serrées. Fais une photo si tu peux.

LAISSER UN COMMENTAIRE