Feima Robotics J.Me

4
2412

Le Dobby de Zerotech et le Breeze de Yuneec ont initié une génération de petits multirotors équipés de GPS, capables de suivre un objet ou une personne, et qui se pilote principalement avec un smartphone. Ils sont tous nés à partir du concept de Lily – qui n’a finalement jamais vu le jour. Leur principal défaut ? La stabilisation numérique ne donne pas suffisamment satisfaction en 1080p, et elle est absente quand on filme en 4K. Le J.Me est peut-être celui qui va transformer les essais que sont le Dobby et le Breeze : sa caméra est dotée d’une nacelle mécanique stabilisée en 2 axes. 2 axes, ce n’est pas aussi bien que les 3 axes qui équipent toutes les caméras volantes du moment, mais c’est déjà mieux qu’une stabilisation numérique insuffisante.

La motorisation

Le J.Me mesure 16,9 x 16,9 x 7 cm pour un poids de 550 grammes. Il est équipé de moteurs brushless (dont on ne connaît pas les caractéristiques) qui entrainent des hélices tripales. L’alimentation est assurée par une batterie Lipo 4S de 3000 mAh pour une autonomie de 23 minutes selon la fiche technique. Elle est dotée d’un indicateur à une diode dont la couleur indique l’état de la charge. L’appareil repose sur des outils de positionnement GPS et Glonass (et Beidou, mais uniquement pour la Chine), une caméra verticale, un baromètre altimétrique et un capteur à ultrasons. Pas mal ! 

Photos et vidéos

La partie vidéo s’appuie sur un capteur de 13 mégapixels avec objectif de 76° 28mm pour des photos de 4096 x 3072 pixels, avec possibilité de prises de vues à intervalles réguliers (timelapse). La partie vidéo permet de shooter des séquences en 4K (3840 x 2160 pixels) en… 20 images par seconde. Autant dire que ce mode n’a pas grand intérêt. Mais elle filme aussi en 1920 x 1080 et 1280 x 720 pixels à 30 images par seconde. C’est correct, pourtant on regrette l’absence d’un mode 60 images par seconde pour être assuré de produire des vidéos fluides. Les fichiers images sont stockés sur une carte mémoire microSD à bord.

Le pilotage

Une puce wifi permet de diffuser l’image en temps réel en 1280 x 720 pixels à 30 images par seconde vers un smartphone ou une tablette, iOS ou Android. La fiche technique indique une latence de 150 millisecondes selon le matériel de réception et d’affiche utilisé. Le pilotage s’appuie sur une simulation de joystick à l’écran, sur l’inclinaison du smartphone et sur de la reconnaissance vocale. Pas de radiocommande prévue, c’est dommage. La portée radio est de 200 mètres, celle de la vidéo de 100 mètres. Le logiciel interne permet de fixer l’appareil à une position ou de le lancer la poursuite d’un objet ou d’une personne à suivre, avec un mode Follow me. Le J.Me offre aussi un mode RTH pour revenir automatiquement au point de départ à la demande ou en cas de coupure de la liaison radio. Il sait tourner autour d’un point d’intérêt en le filmant, et propose une barrière virtuelle pour ne pas le laisser partir trop loin. Il atterrit aussi tout seul en cas de batterie trop faible. Le J.Me de Feima Robotics sera proposé à 449 € chez HobbyGaGa (sans le port et sans les taxes), en version blanche ou or.

D’autres photos

4 COMMENTAIRES

  1. Voilà la nacelle qu’aurait du avoir le bebop 3.
    Il lui manque juste une rc pour augmenter la porté et il aurait été parfait.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.