Eachine Racer 130, le test

7
3958

Un petit racer en brushless, donc plutôt puissant, que vous pouvez emporter partout avec vous, ça vous tente ? Ce Racer 130 de Eachine vient concurrencer le P’tiot d’Aero-tek (testé ici) ou le TL120H1 de Tarot (testé là). Ce qu’il offre par rapport à ses concurrents ? Une caméra HD ! Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Tour du propriétaire

Le Racer 130 est livré dans une mallette de transport, entièrement monté. Il est fait une plaque de carbone principale avec 4 bras moteurs, d’une épaisseur de 2,5 mm, et d’une autre plaque de carbone de 2 mm d’épaisseur, maintenues par deux entretoises à l’arrière, et une pièce métallique (aluminium ?) protège-caméra à l’avant. Les ESC se trouvent sur les bras, gainés sauf leurs soudures et fixés avec des Rislan… dont les fermetures font aussi office de train d’atterrissage puisqu’elles sont en contact direct avec le sol ! Le contrôleur de vol doublé d’une PDB est surélevé par rapport à la plaque du bas. On note la présence d’un buzzer, sous le contrôleur, qui est apparent via un trou pratiqué dans la plaque inférieure pour laisser passer le son. Le récepteur radio, compatible Flysky, est fixé sous la plaque supérieure à l’avant. Il est associé en usine avec la radiocommande Eachine I6 (en fait une Flysky i6), livrée dans la mallette avec des batteries NiMH.

Suite du tour

La caméra FPV est montée sur une charnière qui pivote à l’aide de deux pièces de carbone, deux sortes d’oreilles. Elle est reliée à l’émetteur vidéo 5,8 GHz qui se trouve à l’arrière, collé sous la plaque supérieure. Il émet avec une puissance de 300 mW. Pour rappel, la puissance est limitée à 25 mW en Europe. L’antenne, de type brin, passe à travers un trou de la plaque supérieure. Une autre ouverture permet d’accéder aux dips de réglages des canaux de l’émetteur. Il y en a 40 de disponibles, notamment la plage de fréquences Raceband d’ImmersionRC. La batterie est une Lipo 3S 11,1V de 450 mAh et 30C, avec une prise JST rouge. Elle est livrée avec un cache de prise d’équilibrage, très pratique ! La batterie est destinée à être placée sur la plaque supérieure, à l’extérieur de l’appareil, maintenue par un grand Velcro. Un peu trop, même.

Mais il y a une raison !

Dans la mallette se trouve aussi la caméra HD. Dépourvue de batterie, elle est très légère puisqu’elle ne dépasse pas 10 grammes avec son câble et une carte microSD (non fournie). Elle se branche avec un connecteur sur une prise qui sort de la structure juste à côté de l’alimentation. Où doit-elle être placée  Sur la batterie, avec le Velcro. Une trappe à l’arrière de la caméra permet d’insérer une care mémoire de type microSD, et un petit bouton démarre et interrompt l’enregistrement. Les hélices sont de 3020 en fibre de verre, à deux vis. Le Racer 130 pèse 93,6 grammes avec ses hélices, sa batterie ajoute 41,1 grammes. En ordre de vol, il s’affiche donc à un peu plus de 137 grammes. Il faut ajouter 10 grammes si vous décidez d’installer la caméra HD à bord.

Avant de décoller

Un petit passage dans Cleanflight, en branchant le contrôleur de vol via son connecteur USB, permet de vérifier le firmware : il s’agit de Cleanflight 1.12.1, une version assez ancienne, mais dotée de l’Airmode. IL est conseillé de paramétrer les modes de vol, la méthode d’armement, et même d’en profiter pour augmenter un peu les rates pour gagner en nervosité. Bonne nouvelle, le Failsafe est activé par défaut. Vous pouvez le rendre plus immédiat dans Cleanflight. La LED à l’arrière de l’appareil n’est pas programmable via Cleanflight. Mais 3 dips permettent de choisir la couleur : rouge, bleu, vert, et des combinaisons pour obtenir du jaune, du mauve, du blanc. Je n’ai pas mesuré la consommation mais en règle générale, les couleurs de base consomment moins que les combinaisons, le blanc étant le plus gourmand. Si vous poussez tous les dips vers la droite, la LED est éteinte et ne consomme rien.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

7 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Sur beaucoup de vos tests on peut voir que les émetteurs vidéos émettent largement au delà de la réglementation européenne (200à 300 mW > 25 mW).
    Comment gérer cette situation ? Cela est-il configurable/ajustable, ou faut-il aller jusqu’au remplacement de l’émetteur ?
    Merci,

  2. @ Sébastien : Sur certains modèles, la puissance est réglable, sur d’autres elle ne l’est pas.
    La règlementation interdit l’utilisation d’émetteurs 5.8 GHz > 25 mW, mais pas leur vente ni leur détention.
    Il est clair qu’un émetteur à puissance variable est le plus pratique. Avec le Vendetta, en France, je vole à 25 mW. Mais en Islande, je passe immédiatement en 600 mW !
    Techniquement parlant, je n’ai encore jamais entendu parler de brouillage d’équipements par des émetteurs vidéo de radiomodélisme, quelque soit la puissance d’émission. L’ARCEP m’a soutenu qu’il en existait, mais ne pas jamais communiqué les détails malgré mes demandes répétées. Je les soupçonne d’intox aux infos invérifiables (et voulues comme telles).
    En revanche, trop de puissance est un souci entre pratiquants de FPV sur un même terrain, d’où le respect des 25 mW dan la plupart des compétitions de FPV racing.
    A toi de voir si tu dois le changer 😉

  3. bonjour,
    je voulais savoir si on peux mettre une camera type mobius ou autre à la place de celle fournie qui ne semble pas terrible?
    merci!

LAISSER UN COMMENTAIRE