DJI Phantom 3 Standard, le test

44
48343

DSC_0195-600Ce quadricoptère constitue l’entrée de gamme chez DJI. Il n’est pourtant pas dénué de qualités, bien au contraire. Il est commercialisé depuis plusieurs mois maintenant. Est-il toujours au goût du jour et compétitif ? Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique ! Notez que l’appareil nous a été donné par DJI. Comme d’habitude, à vous de nous dire si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Question de design

Le look des Phantom n’a pour ainsi dire pas évolué depuis le tout premier modèle sorti début 2013, et c’est sans doute le signe d’un excellent boulot de design. Au premier coup d’œil, on ne voit pas la différence avec les autres modèles des gammes 1, 2 et 3. Même en y regardant de plus près, il faut connaître les différentes déclinaisons sur le bout des doigts pour le distinguer des autres. Le détail le plus évident est le sticker gris métDSC_0181-600allisé qui indique « Phantom 3 Standard ». Pour le reste, il ressemble énormément aux autres Phantom 3. L’appareil mesure 35 cm de moteur à moteur, il est donc de classe 350. Son poids est de 1217 grammes avec sa batterie. Les pieds « façon tabouret » sont au rendez-vous. C’est le train d’atterrissage, mais il sert aussi à fixer les antennes radio et la boussole électronique. Les câbles sont soigneusement gainés et cachés, ils ne risquent pas d’être arrachés. Le reste de l’appareil semble avoir bénéficié du même soin de finition : les bords de la coque sont bien joints. La première impression est bonne, surtout pour un produit d’entrée de gamme. La caméra et surtout le mécanisme de sa nacelle sont protégés par un support en plastique translucide, très efficace. Mais il faut s’y reprendre à plusieurs fois avant d’avoir le coup de main pour le mettre en place.

Tour du propriétaire

DSC_0198-600Les 4 moteurs brushless sont des 2312A 800KV, plus efficaces que les précédents modèles qui équipaient la toute première génération de Phantom 3 Standard. Ils sont légèrement inclinés vers l’intérieur, sans doute pour améliorer la stabilité. Les hélices sont des modèles autobloquants –ce qui signifie qu’il suffit de la placer sur leur axe et de les visser dans le sens inverse de la rotation pour qu’elles se verrouillent, sans besoin d’un outil. Une pince est fournie pour bien les serrer et surtout pour les retirer. Mais avec un peu de pratique, on s’en passe facilement. Aucun risque de les placer dans le mauvais sens, le pas de vis fait qu’elles ne peuvent être installées qu’au bon endroit. Les hélices mesurent 9 pouces (soit 23 cm) de diamètre.

La partie vidéo

Sous l’appareil se trouve une plateforme montée sur 4 amortisseurs en caoutchouc. Elle sert de socle pour la nacelle stabilisée en brushless, sur 3 axes, qui pilote la caméra. Oubliez les imposantes nacelles et les volumineuses caméras Gopro : celle du Phantom 3 Standard est toute petite malgré son gros objectif. DSC_0159-600La fiche technique indique que son nom est la FC300C, et qu’il s’agit d’une caméra Panasonic Smart FSI avec un capteur 1/2.3″ de 12 mégapixels, avec un objectif f/2.8 de 20 mm (en équivalent 35 mm), qui offre un angle de 90°. Les photos sont shootées en 4000 x 3000 pixels. Les vidéos sont en 2,7K à 30 images par seconde pour la résolution la plus élevée, ou 1920 x 1080 pixels à 30 images par seconde, ou encore 1280 x 720 pixels en 60 images par seconde. Notez que le matériel permet probablement de filmer en 1080p/60 – il y a de fortes chances qu’il soit volontairement bridé.

Prêt à voler !

Le Phantom 3 Standard fait partie des appareils dits RTF, Ready To Fly : il est prêt à voler dès sa sortie de la boîte. Ou presque. Il faut, c’est important, recharger la batterie de l’appareil et celle de la radiocommande. Et, tant qu’à faire, celle de son smartphone. DSC_0212-600Car le Phantom 3 peut voler sans l’aide d’un smartphone ou d’une tablette, mais ce serait se priver de la plupart de ses fonctions. DJI fournit un chargeur secteur (avec un clapet de protection des contacts) pour la batterie, un imposant bloc 367 grammes qui contient une Lipo 4S de 4480 mAh. Son format est spécifique aux batteries du Phantom 3 de DJI (tous les modèles de la gamme), que l’on peut qualifier de propriétaire puisqu’aucune autre marque de l’utilise. Vous n’aurez donc pas le choix : il faudra acheter vos futures batteries supplémentaires chez DJI – ou prendre le risque d’acheter des batteries copies chinoises. Comptez environ 1 heure et 15 minutes pour obtenir une pleine charge. Bon point : la batterie est doté de 4 diodes qui indiquent l’état de charge. A tout moment, appuyez sur le bouton de la batterie pour connaître son état. Pendant la recharge, elles clignotent en indiquant l’état de charge, puis s’éteignent quand elle est achevée. Bien vu. La batterie vient s’insérer dans la trappe à l’arrière du Phantom. Un clic indique qu’elle est en place.

La radiocommande

DSC_0108-600Elle n’a pas vraiment changé de look, elle non plus, depuis celle qui accompagnait le premier Phantom : même design tout en courbes, avec un bel habillage blanc. Pas de trims : la stabilisation est entièrement prise en charge par l’électronique à bord. Ce qui est nouveau : 4 diodes en façade témoignent de la présence d’une batterie au lieu de piles, une Lipo de 2600 mAh qui se recharge via un port microUSB à l’avant de la radiocommande. Est également présente, à l’arrière-gauche, une molette destinée à contrôler caméra. Les joysticks reviennent au neutre, c’est-à-dire au centre, automatiquement. Cela permet de configurer facilement la radiocommande pour les pilotes en mode 1, 2, 3 et même 4 ! Une pince, à fixer sur la poignée métal, permet de placer votre smartphone bien en vue.

Questions de fréquences

Comment fonctionnent l’envoi des commandes et le retour de la vidéo ? La radiocommande émet en reçoit en 5,8 GHz numérique vers le Phantom, avec une puissance de 25 mW en France pour correspondre au seuil autorisé par la réglementation. Le reste est moins clair : votre smartphone capte un point d’accès wifi en 2,4 GHz, qui n’apparaît que lorsque la radiocommande est allumée. Il n’est pas actif lorsque seul le Phantom est allumé. DSC_0119-600Pourtant la fiche technique indique que la puissance de la liaison wifi est de 100 mW (pour la France), et qu’elle est en charge de la transmission de la vidéo, jusqu’à une distance de 500 mètres. Le plus probable est que la liaison 5,8 GHz diffuse uniquement les commandes, pour limiter la latence dans les ordres de vol, et que la liaison 2,4 GHz s’occupe de créer un point d’accès wifi sur la radiocommande utilisé à la fois par le Phantom et le smartphone pour transporter la vidéo et la télémétrie. DJI annonce une portée vidéo et commandes de 500 mètres à une hauteur de 120 mètres avec les réglages européens (CE). Avec les réglages USA (FCC), cette portée passe à 1000 mètres, la puissance étant de 80 mW.

Mise en route

IMG_2051Allumez la radiocommande. Allumez le Phantom 3 Standard en appuyant une courte première fois sur le bouton de la batterie, puis en appuyant à nouveau et en maintenant la pression jusqu’à ce que l’appareil s’allume. Posez-le au sol sur une surface plane et à distance d’objets métalliques. Sur votre smartphone, téléchargez l’application DJI GO sur l’App Store ou sur Google Play. Notez que nous avons mené nos essais sur un iPhone. Connectez le wifi de votre mobile sur le réseau Phantom qui apparaît dans la liste, indiquez le mot de passe 12341234 : vous êtes connecté. Bon point : vous pourrez changer ce mot de passe plus tard. Lancez l’application DJI GO. Elle dispense un mini tutoriel très bien fait qui donne les bases de ce qu’il faut savoir avant de décoller. Il est fort probable qu’elle vous accueille en vous demandant de procéder à une mise à jour. Il y a toutes les chances pour qu’elle s’effectue OTA, Over The Air, ou encore sans fil. Pour faire simple, votre smartphone se connecte à Internet pour télécharger la mise à jour, et l’installe sur votre appareil. Ou plutôt les installe, puisque la plupart des mises à jour concernent à la fois la radiocommande et le multirotor lui-même. Parfois même la batterie. La procédure est automatique, sans douleur, il suffit d’avoir bien rechargé les batteries avant de la démarrer. Un très bon point pour le Phantom, d’autant que les mises à jour sont plutôt fréquentes.

A l’écran ?

IMG_2058Vous pouvez décoller sans vous préoccuper de ce qui est affiché à l’écran de votre smartphone. Vous pouvez même, d’ailleurs, laisser votre mobile éteint et voler. Mais ce n’est pas conseillé. L’application DJI GO vous donne de nombreux renseignements importants, parfois même indispensables. Elle indique le nombre de satellites qui ont été détectés par le Phantom, elle montre le mode de pilotage, elle affiche l’état de la batterie. A cela s’ajoutent une carte, l’indication de la hauteur, de la distance, des vitesses verticale et horizontale. Plus d’éventuels messages d’avertissement. Bref, difficile de se passer de ce tableau de bord après y avoir goûté.

>>>> La suite de la chronique est ici <<<<

44 COMMENTAIRES

  1. Bravo pour l’article 🙂 Toujours pas de mode “impression” one shot 🙁
    Concernant le Phantom, que je n’ai jamais piloté, j’ai du prêter main forte à quelqu’un de vraiment débutant dans ce domaine 🙁 qui avait acquis une machine via une grande surface française (F… pour ne pas la citer) .
    J’ai été surpris par le fait qu’aucune notice en “Français” n’était jointe.
    Celle ”anglaise” fournie avec la boîte n’était de loin pas explicite quant à la mise en route de l’appareil. DjI ne fait pas fort de ce point de vue là, et la législation française n’est pas appliquée; de plus il manquait aussi la notice explicative des droits d’utilisation sur le sol français
    Donc attention aux vrais débutant tout ce bazar n’est pas vraiment “Plug & Play”

  2. @ FPV_67 : Concernant la dispo des manuels en français, je ne sais plus trop quoi dire, rares sont les multirotors fournis avec, malgré la réglementation. Et quand ils le sont, c’est souvent avec un temps d’avance sur la réforme de l’orthographe…
    Sur le P3S, il y a tout de même les notices “DGAC” des pays européens, je ne connais pas d’autre constructeur qui le fasse (Parrot a son propre document, qui n’est pas la notice). Pas si mal…
    Pour les documentations et les notices en français, elles sont toutes dispos sur le forum DJI Phantom & Inspire : http://www.djiphantom-forum.com. Je conseille à tous les débutants (et pas qu’aux débutants) d’y aller avant le premier décollage, on y apprend tout ce qu’il faut faire et ne pas faire…

  3. Toujours le meilleur test qu’on puisse trouver, critique mais raisonnable. Cela change de la plupart de ceux du journal Drones multirotors auquel tu collabores et qui semble écrit ou traduit par un concepteur de notices chinois… 🙂

  4. @ FRED : Merci pour le rappel du site DjI. Mais les débutants sont souvent ceux qui lisent le moins avant d’essayer (tu sais pour beaucoup cela reste un jouet …) mais ton rappel est judicieux 🙂
    @ André : N’oublie pas que les journaux ne sont que très rarement objectifs et qu’ils ménagent trop souvent la chèvre et le choux .. Je regrette aussi le “google-french” de trop d’articles encore 🙁
    @ Tigeraslan : J’ai vu beaucoup de Phantom autour de moi, c’est une valeur sure, bien qu’on trouvera toujours mieux, mais pour 80% des besoins c’est un bon point de départ.
    Beaucoup diffusé, il soulève souvent la critique, mais c’est la rançon de la gloire 🙂

  5. Super test..
    Moi j’ai toujours mon Q500 avec lequel j’ai jamais eu de crash pour le moment….mais j’avoue qu’un dji phantom en plus ça me dirait bien….
    Le Q500 est assez limité question distance de liaisons vidéo…
    De plus ça m’a quand même fait rager quand il ont sortie le 4k juste après…
    Par contre sur mes vidéos j’ai souvent des saut d’image et je sais pas d’où ça vient…
    Encore mercredi fred pour ton super test….
    Voilà une de mes vidéos pour ce que ça intéresse..

    https://youtu.be/HQBhgFxPVl8

  6. merci Fred pour ce test énorme! je n’ai plus qu’à attendre le printemps pour me faire plaisir avec un P3 Advanced (maintenant ça ne sert à rien le temps est dégueulasse je risque d’être frustré de voir la bête prendre la poussière à la maison)

  7. Le format de la batterie ressemble beaucoup a celle du P2 (3S). Qu’arrive t’il quand on la branche sur le P3, qui fonctionne avec une 4S? Message d’erreur?

  8. Wahouuuuu , quel boulot @FRED 😉

    Une tres bonne machine pour ce prix effectivement , ce qui m’embete un peu , c’est de ne pas pouvoir filmer en 1080 60 ips , et surtout , la perte de liaison phantom/radio plusieurs secondes .

    Mais ce qui me gène vraiment le plus , les retour go home tout seul ! Ce dernier point ne me plait vraiment pas du tout , c’est meme un gros frein à l’achat pour moi ! Suivant ou le phantom se trouve , suffit qu’il y ais quelque chose au dessus , et boom crash , parceque si je ne me trompe pas , la procédure de retour automatique , c’est tout dabord une monté droite , avant de venir se positionner au dessus du point de décollage , puis descente.

  9. @FLY2: Tu as raison, le RTH (Return To Home) est bien une montée à la hauteur paramétrée (si l’appareil se trouve au dessus de cette valeur alors il reste à la hauteur), retour vers le point de décollage et enfin atterrissage.
    Quoi qu’il en soit, je ne connais pas tous les modèles du marché (à usage caméra), je ne crois pas qu’il existe d’appareil sur lequel il n’y a pas de RTH. De plus, en fonction de ton environnement tu as la possibilité de paramétrer la hauteur du RTH, voir même de changer le point de RTH ou encore de laisser l’appareil en stationnaire ou de le faire se poser où il se trouve. La responsabilité de l’utilisateur et son jugement de l’environnement sont importants.

  10. Ok daccord pour la configuration du failsafe , donc en cas de pertes radio , on peux lui dire de rester sur place en statio , ou bien d’atterir la ou il est , mais ça me dérange quand meme ces pertes radios la , c’est le gros point noir pour moi , sinon , pour le prix , il serait parfait .

    Ha oui , autre chose , vue que la liaison radio est en 5,8 Ghz , est il possible de mettre un emetteur video en 5,8 Ghz pour un retour vidéo sur lunette ?

    Je me réponds deja un peu à moi meme , vue les pertes radio qu’il à deja , autant ne pas lui envoyer un deuxieme 5,8 Ghz dans le nez ! Si vous avez d’autres avis…

  11. Superbe article, comme d’habitude 🙂
    Et le “Et quand ils le sont, c’est souvent avec un temps d’avance sur la réforme de l’orthographe…”, juste sublime 🙂
    (s’applique également à bien des internautes)

  12. Super article, avec beaucoup d’infos très intéressante.

    cette version du phantom en devient presque abordable. Pour un débutant vous conseilleriez plutôt le Phantom 3 ou le Yuneec Q500??

  13. Bonjour à tous, je tiens à féliciter les rédacteur de ce site c’est un chef d’œuvre !
    J’ai une question concernant ce phantom 3 standard, est ce que pour le piloter il faut le faire homologuer ? (puisqu’il est supérieur à 1kg) ou bien je pourrai voler avec comme avec mon h107d ? Merci de votre réponse et surtout continuez votre super boulot

  14. @Vincent : Je dirais que le P3S est plus facile à porter, de meilleure qualité globalement que le Q500 de base, notamment pour la vidéo. Mais le Q500 est très rassurant, stable.
    Pas facile de choisir 😉 Pour le transport, le P3S est beaucoup moins encombrant.

  15. Merci Fred pour le conseil. Je voudrais pas un drone trop gros, donc effectivement, je vais sûrement m’orienter vers le P3. Par contre Standard, advanced, 4K, PRO 4K…ils auraient pu faire plus simple pour la gamme 🙂
    J’hésite à démarrer avec le Standard qu’on trouve à 450€ en direct import ou bien à passer directement à la gamme au dessus avec le 4K (pas le pro). Mais ce qui me gène sur le 4K c’est le retour vidéo en 480p, je trouve ça incompréhensible alors que tous les autres sont en 720p…
    Et je me demande si pour la prise de photo il y a de grosses différences entre les versions. On trouve moins d’infos que pour la partie vidéo.

  16. Magnifiques articles

    question1 : avec le S1 en position “fonction” plus aucun automatisme????
    question2 : tuning gain et expo – je ne comprend pas bien le fonctionnement

  17. Bonjour
    Quelqu’un peut-il me dire avec certitude si le phantom 3 standard est compatible avec l’Iphone 5C ?

    Merci

  18. Bonjour je voudrais acheter ce drone et je me demandais :
    niveau vitesse ça donne quoi (en pointe, quand on monte ou on descend etc…)
    Merci beaucoup 😀

  19. Je dois avoir un probleme´pas moyen de démarrer les hélices alors que la caméra fonctionne.utilisation manuelle

  20. Bonjour. Sur vos capture écran l’appli DJIGO est en français, là mienne est en.anglais , pouvez me dire ou trouver celle en.français ? Merci

  21. Dommage de ne pas avoir parlé du cran de blocage situé en bas du joystick de gauche, de son utilité et de son danger en vol….
    D’ailleurs même DJI l’a omis dans le manuel !

  22. au secours,j’ai un phantom 3 standard il fonctionne très bien mais impossible de faire fonctionner la camera.J’ai telecharger l’appli ,aprés le choix du modèle sur mon smartphonne ça bloque

  23. Bonjour å tous. Je suis tenté par le P3S surtout vu les prix proposé en solde, mais je me pose une question concernant la futur législation. Quelle seront les obligations pour les possesseurs de l’engin ?
    Vu les 1,2 kg du P3, j’en conclu qu’il faudra l’immatriculer. Y rajouter le bruit sur les hélices. Passer la formation (ca j’en suis pas sur).
    Beef je me demande si c’est une si bonne affaire dansle temps ?
    Qu’en pensez vous ?

  24. @ Cyber : Il faudra l’enregistrer électroniquement (note que ce n’est pas immatriculer), passer un QCM en ligne (une formation light si tu préfères), les autres requis n’intervenant pas avant juillet 2018 au mieux. Tu as tout le temps de profiter de la machine d’ici là…
    N’oublie pas de passer ici pour des explications sur la règlementation en cours et celle qui nous attend : https://www.helicomicro.com/accueil-2/la-reglementation-francaise-ce-quil-faut-savoir/

  25. Bonjour.
    moi je n’ai pas réussi a utiliser mon drone phantom3 standard car il ne se connect pas à la télécommande et il ne s’arrête pas de biper.
    Pourtant les mises à jours sont ok mon téléphone est bien connecté mais je n’ai pas de signal provenant du Phantom.
    quelqu’un a une idée ?

  26. Bonjour
    Félicitation pour ce tuto , très complet .
    On vient de m’offrir un Phantom 3 standard et j’ai été étonné par le mode d’emploi minimalisme et grâce à votre tuto je commence à comprendre .
    J’ai peut être raté une ligne mais qui m’indiquer à quoi sert l’interrupteur S2 sur la gauche de la Télécommande .
    Merci d’avance

  27. Bonjour,
    pour faire écho à FPV_67, ce problème de traduction est récurant chez DJI, il y a deux ans j’avais déjà acheté un drones (plus grand que le Phantom, 5 moteurs) et là… surprise, que de l’english, n’étant pas anglophone dans l’âme, j’ai passé des heures sur le net pour essayer de le faire décoller. maintenant on trouve de explication plus claires, ici par exemple, en ce qui le concerne je l’utilise en le bloquant dans une demi-sphère de trente mètres, comme ça je suis sûr de ne pas faire trop de bêtises.
    JMP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.