DJI Goggles 2 : le test des antennes d’origine vs O.R.T. vs TrueRC vs StartRC Yagi

2
2037

Je vous avais déjà propose un test comparatif (voir ici) entre les antennes d’origine de DJI installées sur le casque Goggles 2, les antennes X-Air 5.9 Mk II de TrueRC et les « râteaux » Yagi de StartRC. Old Radio Transmission (O.R.T.), un fabricant indonésien spécialisé dans le FPV, propose ses propres antennes pour le casque Goggles 2. J’ai essayé le modèle DJI Helical en version 3 tours (il existe aussi une version 6 tours). Il m’a été donné par FPV Fly, qui distribue les produits de O.R.T. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Pour mémoire, le casque Goggles 2 de DJI repose sur 4 antennes de « technologie d’antennes 2T4R, ce qui signifie que deux antennes externes sont utilisées pour la transmission de signal et que les quatre antennes peuvent recevoir des signaux » (d’après la FAQ de DJI). Il y a deux antennes cachées sous la façade avant, non amovibles, et deux antennes externes. Ces dernières sont prévues pour laissées en place tout le temps, et c’est la raison pour laquelle elles sont pliables. Mais elle sont tout de même amovibles, via un connecteur MCX : il suffit de tirer dessus pour les retirer. Les antennes d’O.R.T. sont destinées à les remplacer en offrant un gain en portée et en pénétration.

Installation

Les antennes Helical 3T sont beaucoup plus volumineuses que celles d’origine de DJI, et plus volumineuses que celles de TrueRC. Elles sont faites d’une base sur laquelle est fixée une plaque de plexiglass et l’antenne en serpentin de 3 tours, elle-même protégée par une double plaque transparente et rigide. Sur la base est fixée une mâchoire qui maintient le connecteur MCX. Pour faciliter l’installation, le fabricant a ajouté un autocollant L (left) l’antenne à placer à gauche et R (right) sur l’antenne à placer à droite. Un détrompeur sur chaque connecteur réduit les risques d’inverser les antennes (mais on peut tout de même les insérer en forçant). Il faut pousser fort pour insérer la base de l’antenne dans son logement. L’avantage, c’est qu’elle tient très bien une fois en place !

Le résultat en vol ?

O.R.T. assure que l’angle efficace est de 150°. Pourtant, on s’aperçoit vite qu’il est assez resserré, probablement pas autant que pour les antennes de TrueRC, plutôt dans les 100°. Cela signifie que les antennes offrent des performances comparables à celles des antennes d’origine à courte distance. Mais lorsque le drone s’éloigne, elles sont beaucoup plus efficaces… à une condition : il faut que le drone se trouve dans leur angle efficace.

Et ça fonctionne ?

Oui ! Dans des conditions d’éloignement ou de pénétration d’obstacles, lorsque le bitrate descend jusqu’à la coupure avec les antennes d’origine, il tient mieux avec les antennes d’O.R.T. C’est très rassurant en vol quand la liaison se dégrade !

La contrainte ?

Il faut impérativement que les antennes soient dirigées vers le drone – et ce n’est pas toujours facile quand on est concentré sur le vol. C’est plus facile avec l’aide de l’observateur (vous savez, cette personne qui doit se tenir à vos côtés pendant un vol en immersion). Le gain de performance est obtenu aussi bien mode CE (25 mW max) qu’en mode FCC. 

L’inconvénient des antennes O.R.T. ?

C’est le même que pour les antennes de TrueRC : elles sont imposantes et ne rentrent pas dans les mallettes de transport prévues pour les antennes d’origine pliables. Il faut donc les installer avant chaque session de vol et les retirer ensuite.

Face aux TrueRC et aux Yagi ?

J’ai noté des performances assez semblables à celles de TrueRC, peut-être un peu meilleures lorsque les antennes ne sont pas orientées parfaitement – l’angle efficace plus large l’explique peutê-être. Elles donnent aussi de meilleurs résultats que les boosters passifs Yagi de StartRC… mais la différence n’est pas folle. En revanche, les Yagi sont très directionnelles, il est donc important de les pointer dans la bonne direction sous peine de performances semblables à celles des antennes d’origine.

Faut-il acheter les antennes O.R.T. ?

Si vous avez envie d’optimiser au maximum la réception avec un casque Goggles 2, par exemple pour voler derrière plusieurs murs, en forêt, ou en longue-distance (là où c’est autorisé, bien sûr), les antennes d’O.R.T. donnent satisfaction, avec des performances un poil meilleures que celles de TrueRC, meilleures que les Yagi de StartRC et nettement supérieures aux antennes d’origine. Mais elles ne sont pas pratiques pour le transport, et elles coûtent assez cher : comptez 65 € chez FPV-Fly (taxes comprises)…

D’autres photos

Article précédentUn nano racer se crashe dans la foule du festival EDC (pas de drame)
Article suivantFlying Eye propose un pack homologation parachute et coupe-circuit pour l’Inspire 3 de DJI

2 COMMENTAIRES

  1. Merci pour ton test.

    Maintenant que l’on sait aller loin, reste à régler le problème du confort!
    A quand le test des mousses alternatives?
    Existe-t-il l’équivalent de la mousse confort des v1/v2 pour le goggles 2?

    J’ai déjà essayé 1 mousse alternative sans être convaincu.

  2. @ Pierre : je suis dans le même cas, je trouve la mousse fournie d’origine assez inconfortable… et j’ai pas trouvé d’alternative convaincante jusqu’à ce jour.
    Mais depuis peu, une mousse a priori iflight (d’après AliExpress) semble prévue pour améliorer le confort…, j’attends les premiers retours… et une nouvelle mousse vient aussi de faire son apparition sur le site de Dji, mais pas plus d’informations si ce n’est qu’elle est un peu plus chères…
    Hâte d’avoir enfin une solution de remplacement 🤞🏻

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.