Prison de Bourg-en-Bresse : un nouveau survol en drone

2
492
La protection DJI GEO du centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse.

Un pilote de d’un drone a été interpellé le 19 janvier 2023 près de la prison de Bourg-en-Bresse, indique Le Progrès. L’engin était prévu pour faire livrer du matériel à l’intérieur de l’enceinte du centre pénitentiaire. Ce n’est pas une première au-dessus de cette prison : il y avait déjà eu un précédent en 2019 (voir ici), puis en 2022 (voir ici). Puisque la pratique perdure, on imagine que d’autres livraisons se sont déroulées sans que les drones ne soient détectés.

Détection

La réglementation impose des règles particulièrement contraignantes pour prendre les commandes d’un drone – voir ici le « résumé ». Le but ? Selon les législateurs, c’est à la fois d’assurer la sûreté et la sécurité nationale. Le principe ? Compter sur la bonne volonté des pilotes pour s’identifier auprès des services de l’Etat, sous certaines conditions d’enregistrer leurs drones et diffuser un signalement électronique, respecter les zones interdites. Mais tout cela n’engage que ceux qui veulent bien s’y conformer. Les opérateurs de livraisons en prison ne sont pas vraiment coopératifs – et on s’en doutait un peu… On ne peut pas non plus compter sur les outils de contraintes de vol intégrés dans certains drones, comme ceux de DJI, puisqu’ils peuvent être hackés.

Ce qu’il faut ? 

Système Hydra de Cerbair.

Ce sont bien évidemment des dispositifs de détection des drones pour protéger les zones sensibles, qui soient totalement indépendants de la bonne volonté supposée du pilote et de la conformité du drone ! Mais leur coût est élevé. Trop sans doute, puisque comme me l’indiquent régulièrement des surveillants pénitentiaires, rares sont les prisons équipées avec du matériel opérationnel. En attendant, le business des livraisons en prison semble très en forme, et les pilotes de drones qui opèrent légalement continuent à devoir se plier à des requis qui ne servent pas à grand-chose. 

Source : Le Progrès
Crédits photos : DJI et Cerbair

Article précédentFlywoo Explorer LR 4 O3, le test d’un mini racer 4 pouces avec 4K stabilisée
Article suivantCanada : retour sur la collision entre un drone et un Cessna

2 COMMENTAIRES

  1. Bonsoir Fred,

    juste une petite remarque suite à la dernière phrase de ton article : “En attendant, le business des livraisons en prison semble très en forme, et les pilotes de drones qui opèrent légalement continuent à devoir se plier à des requis qui ne servent pas à grand-chose”.
    Je répond juste : “à être droit dans ces bottes”.

    Amicalement,

    Pierre

  2. @ BISQUE : Sans doute. Mais ce n’était pas une nécessité puisque ça n’est d’aucune aide pour stopper les vols illégaux type prison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.