USA : Drone Scanner pour smartphones détecte les balises Remote ID

16
840

Le Remote ID sera obligatoire pour piloter un drone de plus de 250 grammes aux Etats-Unis à partir du 16 septembre 2023 (voir ici). Pour faire simple, c’est un équivalent du signalement électronique à distance imposé aux appareils de plus de 800 grammes en France, et de la future identification directe à distance qui sera requise sur les appareils avec marquage CE et indication de classe C1 ou supérieure.

Consulter la balise ?

Contrairement au signalement électronique français qui s’adresse aux forces de l’ordre et dont les caractéristiques empêchent les développeurs de proposer des applications sur smartphones (à moins d’ajouter du matériel ou de « rooter » les mobiles), le Remote ID pourra être consulté par tous. Il existait déjà l’application OpenDroneID OSM pour smartphones Android. Voici désormais Drone Scanner, une application développée par la société tchèque Dronetag.

Les caractéristiques ?

C’est une app gratuite proposée pour les mobiles Android (ici) et iOS (), compatible avec les balises Remote ID basées sur les protocoles Bluetooth 4, Bluetooth 5, Wi-Fi Beacon et Wi-Fi NAN. Elle permet de matérialiser les appareils avec Remote ID sur une carte, de récupérer les informations diffusées par la balise comme la position, la vitesse, la hauteur, le cap, la position de la radiocommande, et d’exporter les données pour stockage.

En France ?

Drone Scanner ne sert pas à grand-chose : il est fort peu probable que des appareils évoluent en France avec une balise Remote ID active. Mais l’application devrait être adaptée aux futurs requis européens, qui deviendront obligatoires pour les drones commercialisés à partir de janvier 2024. A noter que la société Dronetag propose aussi des balises et une application pour les détecter.

Article précédentWalksnail et Fatshark : le test de la solution de retour vidéo numérique HD Avatar
Article suivantFlyability : un simulateur permet de s’entrainer au pilotage de l’Elios 3 en environnements industriels

16 COMMENTAIRES

  1. Si l’application peut détecter les trames Wifi Beacon, elle peut trés bien servir pour le signalement electronique Français. Il faut juste faire le traitement des dronées dans la trame.

  2. Fred,
    Il y en a, mais 1° portée ridicule, 2° ça laisse passer des drones à travers la raquette (testé et constaté par des étatiques français). Pas mal de récepteurs sont d’ailleurs concernés par ces deux soucis, que ce soit en do-it-yourself/opensource ou en matériel “pro”.

  3. Matos cheap et insuffisant, logiciel partiel ou copié sur de l’open-source sans l’adapter… Le faible coût des récepteurs fait que leurs créateurs ne peuvent pas beaucoup investir dessus, à moins d’avoir du volume. Ou de proposer des trucs à prix délirants (3-5000 euros pour un équipement, c’est du vécu).

  4. De toute façon le systeme français n’a pas d’avenir… Bientôt on va se retrouver avec 3 gps sur 1 seul drone entre la balise Eu, la balise Fr, et le GPS embarqué… Ca devient complètement débile cette réglementation, d’autant que pour livrer du shit dans une prison (lol), braquer un distributeur (lol) ou survoler ne centrale (lol), il est évident que les “télépilotes” vont s’abstenir !

  5. @ Kriss : J’essaie de suivre 🙂 On parle bien de récepteurs de signalement électronique sur de simples smartphones, sans hardware additionnel ?

  6. Fred: les 3 types. Récepteurs sur smartphone sans hardware en plus, ou avec un petit hardware (style ESP8266/ESP32), ou encore récepteurs spécialisés.

  7. Remarque : les DJI Mavic 2 Pro n’ont pas besoin de balises car le signalement wifi est prévu…
    Peut-on utiliser cette application avec les DJI?

  8. @ GHelle : Je ne suis pas sûr d’avoir compris ta question… Le Remote ID est un requis américain qui ne s’active pas en France. Il est différent du signalement électronique, qui lui ne s’active qu’en France. Drone Scanner ne concerne que les appareils qui émettent le Remote ID US.

  9. @ GHelle : Les trames du signalement électronique français ne sont pas prévues pour être lues par le grand public. Il faudrait au préalable rooter le smartphone pour avoir accès aux couches basses du wifi, et ni Android ni iOS ne l’autorisent sans sérieuse bidouille. A ma connaissance, personne ne s’est lancé dans le dev d’une app (trop de travail pour assurer la compatibilité avec trop de plateformes matérielles, peu d’utilisateurs candidats au root de leur smartphone, tout ça pour une diffusion trop faible).

    Pour lire tout de même ces trames, tu as le récepteur de Skyinnov, ou certains balises qui sont réversibles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.