Eachine X220 V2, le test

1
6117

Le X220 est un racer 5 pouces emblématique chez Eachine (voir le test du X220S ici). De nombreux pilotes FPV ont fait leurs premières armes avec cet appareil, et il y en a qui volent toujours ! Avec pour certains des transformations façon Frankenstein : remplacement de la partie vidéo par un système numérique, changement de l’électronique. Il y a ceux qui adorent, et il y a ceux qui détestent cordialement ! Le X220 est de retour en version V2. Pour le meilleur ? Réponse dans cette chronique. Notez que le X220 V2 m’a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le X220 V2 arbore un look… daté. Sa structure carbone est classique, sans efforts particuliers sur le design. Les bras moteurs sont épais de 5 mm, désolidarisés de la structure centrale et facilement changeables en retirant une seule vis. Ils se présentent en X wide, avec une diagonale de moteur à moteur de 22,5 cm. La structure centrale permet d’accéder plutôt facilement aux composants électroniques par les côtés. Le cœur de l’appareil est une tour composée d’un contrôleur de vol de Eachine, d’une plaque de distribution du courant et d’un émetteur vidéo.

Accès facile

Pour intervenir plus sérieusement sur la tour, il suffit de retirer la plaque supérieure, fixée avec 3 vis seulement. Pour accéder à la caméra, la petite plaque à l’avant tient avec 4 vis. Lesquelles permettent de fixer un support TPU pour caméras GoPro 6/7/8, livré dans la boite. A l’arrière, une autre pièce en TPU maintient l’antenne vidéo et comprend aussi un support pour installer une antenne de type Immortal-T de TBS. Il faut encore ajouter soi-même un récepteur radio, puisque le X220 V2 en est dépourvu. Une fois tout installé, il reste beaucoup de place à l’intérieur du X220 V2…

Les composants ?

Le contrôleur de vol est un F405 de Eachine, flashé avec Betaflight, avec un connecteur USB-C. Il ressemble beaucoup à celui du LAL5 de Eachine, mais il est dépourvu de Bluetooth et libellé « DJI Dual Bec ». Pourquoi ? Parce qu’il est prêt à accueillir un boitier compatible avec le système DJI Digital FPV System. C’est pas non plus du plug ‘n play, il faut souder soi-même les fils. Mais il y a plusieurs UART libres, vous avez le choix des armes, et une pin qui délivre 9 V. Sur le X220 V2, Eachine renoue avec 4 ESC séparés, plutôt qu’un ESC 4 en 1. Ce sont des 30A BLheli_S qui sont fixés sur les bras, gainés de manière efficace.

La partie vidéo ?

La caméra FPV est une Foxeer Arrow Micro Pro CCD 600TVL. Elle est associée à un émetteur vidéo 5,8 GHz analogique TC5804 Pro de Eachine. C’est un modèle compatible avec 48 canaux, capable d’émettre à 25 mW, mais aussi à 200, 400 et 600 mW. Le connecteur d’antenne est un MMCX. Une rallonge part vers un connecteur SMA. Eachine fournit une antenne Lollipop 3 en RHCP à visser sur ce connecteur. A noter que l’émetteur est compatible avec SmartAudio pour les réglages avec la radiocommande via le retour vidéo et son OSD actif. SmartAudio occupe l’UART 2.

Ajout d’un récepteur radio

J’ai choisi d’installer un Crossfire Nano RX de TBS. Pour le brancher, j’ai utilisé le pad à côté de la prise USB-C, qui offre un 5V, un GND, et de quoi utiliser l’UART 1 (RX1 et TX1). Le reste de la configuration du récepteur, dans l’onglet Configuration / Receiver, ne pose pas de problème. Dans le cas du récepteur Nano RX, j’ai choisi SBUS et CRSF. Notez que la petite prise à 4 broches à gauche de ce pad permet de brancher un récepteur de type FrSky ou Flysky, avec un +5V, un signal et un GND, en utilisant l’UART 6. Il reste de nombreux UART libres pour ajouter de nombreux périphériques par la suite, comme par exemple un Digital FPV System de DJI ou un GPS.

Motorisation et hélices ?

Le X220 V2 est équipé de moteurs brushless Eachine 2207 à 2550KV, deux en CW (ClockWise) et deux en CCW (CounterClockWise). Ils sont par conséquents livrés avec deux types d‘écrous. Les hélices sont des tripales Racerstar de 5 pouces 5046, à placer en disposition « props in » (celle par défaut de Betaflight). A noter que les écrous sont un peu difficiles à visser sur les axes moteurs. Eachine fournit des clés de vissage en carbone… qui ne feront pas long feu. Mieux vaut utiliser un outil de serrage plus solide. L’alimentation repose sur un connecteur XT60. La batterie est prévue pour être positionnée sur le dessus de l’appareil. Eachine y a installé un grip antidérapant et 2 straps en Velcro. La configuration est destinée à accueillir des batteries 4S.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

1
2
Article précédentXK K127, un petit hélico pour débuter
Article suivantLe pack de LUT de Stéphane Couchoud est en approche !

1 commentaire

  1. Une machine pour les débutants qui est mal réglée sortie d’usine, c’est bien dommage. Mais bon, ça obligera à débuter dans les réglages PID… Ou pas!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.