Turbo Racing Mini Micro Rally 1/76, le test (parfait pour confiner)

6
3194

Comment transformer un petit appartement en un terrain de jeu pour radiomodéliste ? Il y a les nano racers, bien sûr. Mais pour une fois, c’est un véhicule roulant que j’ai décidé de prendre en main. Cette voiture représentant une Mini (version BMW post 2001) est… 76 fois plus petite que l’originale. Minuscule, mais tout de même radiocommandée ! Mignonne, mais tout de même vite lassante. La seconde vie de cette micro voiture, la plus intéressante, c’est lorsqu’on lui offre un équipement FPV pour un pilotage en immersion…

La vidéo

Tour du propriétaire

La Mini Micro Rally 1/76 mesure 4,9 x 2,2 x 1,9 cm pour un poids de… 12,7 grammes. Les deux roues arrière sont motrices, les deux à l’avant sont directionnelles. Sous la voiture se trouvent un interrupteur et un connecteur USB-C. Dans la boite, le constructeur fournit un câble USB vers USB-C pour assurer la recharge de la voiture. Il faut compter environ 35 minutes pour obtenir une pleine charge. La boite contient une énooooorme radiocommande, tout du moins en comparaison avec la voiture. Elle est de format habituel pour les voitures radiocommandées, avec un volant à prise latérale et une gâchette pour les gaz. La poignée se retire pour le transport, et pour donner accès aux piles. Il faut l’alimenter avec 4 piles AAA. La dotation est complétée par 2 carrosseries grises et un manuel.

A l’intérieur ?

Le système radio est en 2,4 GHz, avec un appairage réalisé d’usine. Mais il est possible de réappairer la voiture et une radio. Il suffit d’allumer la radio, puis la voiture et d‘introduire un trombone (fourni) dans un trou sous la Mini. Vous pouvez retirer la carrosserie, en tirant le pare-choc arrière et en soulevant l’arrière du carénage en même temps. On découvre que la voiture est faite d’un bloc comprenant un composant principal et, bien caché dans une protection plastique, le moteur tracteur et le moteur à pas de vis qui pilote la direction. On voit aussi 2 LED blanches à l’avant, 2 LED rouges à l’arrière. La batterie est soudée sur le composant principal, c’est une Lipo 1S 3,7 V de 75 mAh. On voit aussi l’antenne radio, un brin court dont une partie est noyée dans de la colle.

Prise en main

La Mini Micro Rally 1/76 dispose d’une direction proportionnelle avec un rayon de braquage assez court. Les accélérations sont assez brusques, mais on peut réussir à les rendre plus souples en appuyant très doucement et progressivement sur la gâchette. La fiche technique promet une vitesse de 21 km/h. C’est plus que de l’optimisme de la part du constructeur, c’est une erreur : la vitesse maximale est en fait de 2,1 km/h ! C’est grave ? Non. C’est largement suffisant… Elle n’est pas prévue pour des courses de vitesse, mais plutôt pour un pilotage de précision. La radiocommande permet de trimmer les commandes sur les gaz et la direction. Avec quelques réglages, on obtient de belles lignes droites quand on ne touche pas au volant. L’autonomie ? Elle est de 25 minutes environ. Pas mal du tout !

Les parcours ?

Il est possible de trouver de jolis tapis imprimés représentant des circuits. Il existe même des circuits réels avec des bosses, des virages relevés, des cônes, etc. Oubliez tous ces artifices ! Le vrai terrain de jeu de la Mini Micro Rally 1/76, c’est votre appartement, votre maison ! Evidemment, la voiture a besoin d’une surface lisse pour fonctionner. Elle est basse, avec 1 mm seulement entre le sol et le bas de caisse. Et ce n’est pas une 4 roues motrices. Elle est donc destinée à rouler sur du parquet, du carrelage, du béton. Mais pas sur des tapis, de la moquette, du goudron… Elle ne franchira pas non plus d’obstacles trop hauts.

Passage en FPV…

Rouler en vue directe, c’est amusant, et puis on se lasse, même à deux. Même en essayant d’aller énerver le chat et le chien. J’ai décidé d’installer un combo FPV avec une caméra et un émetteur vidéo 5,8 GHz analogique. J’ai râclé mes fonds de tiroirs pour y trouver une caméra qui puisse convenir. Celle que j’ai utilisée est la PandaRC Cam_A600, un modèle capable d’émettre entre 25 mW et 200 mW… Mais elle n’est malheureusement plus disponible. Cela dit, n’importe quel combo AIO semblable fera l’affaire – il faut évidemment privilégier les plus légers ! Le combo, avec son antenne dipôle et une petite prise Molex, pèse 4,2 grammes.

Alimentation ?

J’ai dans un premier temps branché la caméra directement sur la batterie de la voiture… mais ça ne fonctionne pas. D’abord parce que la caméra est alimentée en continu – il faudrait ajouter un interrupteur. Ensuite parce que lorsque la caméra est alimentée, les moteurs de la voiture ne fonctionnent plus. Je me suis donc rabattu sur une batterie externe, une 1S 3,7 V de 150 mAh avec prise Molex. Son poids ? 4,6 grammes. Pour simplifier le montage, j’ai utilisé de l’adhésif-scratch Dual Lock de 3M. Pratique mais un peu lourd : les petits morceaux utilisés pour fixer la caméra sur la voiture et la batterie au dos du combo ajoutent 1 gramme. Au final, mon dispositif vidéo ajoute 9,8 grammes…

C’est trop ?

Non, la Mini Micro Rally 1/76 ne peine pas avec sa surcharge, y compris dans des montées ! J’ai fait au plus simple et au plus rapide pour le montage, en plaçant les éléments à la verticale. Ce n’est pas la meilleure configuration : le centre de gravité est trop haut, la voiture verse si elle penche sur le côté, et elle est haute. J’ai utilisé l’un des deux carénages supplémentaires livrés dans la boite. La portée radio est de 10 mètres environ. Ce n’est pas beaucoup. J’ai percé un trou à l’avant droit pour laisser passer l’antenne radio à l’extérieur du carénage. Dans cette configuration, la portée est doublée pour atteindre 20 mètres environ. Cela reste peu pour évoluer dans un parking souterrain, mais largement suffisant dans un appartement. Que ce soit avec un écran FPV d’entrée de gamme ou avec des lunettes FatShark, la réception radio est perdue avant la vidéo.

Faut-il l’acheter ?

Oui, la Mini Micro Rally 1/76 est parfaite pour s’amuser en intérieur, surtout si vous lui ajouter un émetteur vidéo pour la piloter en FPV. Avec 3 bouts de ficelle, des planches en bois, du papier, du scotch, la maison se transforme en un terrain de jeu immense… et compatible avec le confinement. Reste que cette voiture n’est pas donnée : comptez environ 69 € chez Banggood (hors port, mais taxes comprises sur l’entrepôt en Espagne). Si vous avez envie d’une livraison plus rapide, elle est proposée à 79 € chez Miniplanes ou 80 € chez RC Team. Il faut aussi ajouter le prix d’un combo AIO, comme celui-ci pour environ 19 € (hors taxes) et une batterie 1S 150 mAh pour 8 € (hors taxes). Et éventuellement un écran avec récepteur vidéo si vous n’êtes pas déjà équipé, pour moins de 40 € chez Amazon. Moi je retourne explorer mon appart’, derrière le canapé, sur la table, sous les meubles…

Edit : envie de remplacer le moteur principal par un plus puissant ? Ca se passe ici… Merci à Boko Coo sur FB !

D’autres photos

6 COMMENTAIRES

  1. J’aimerais un peu tempérer ton ardeur Fred, je possède cette voiture depuis plus de 6 mois, mon expérience est que, elle roule beaucoup trop lentement pour être fun, mais surtout et c’est à mon sens l’inconvénient majeur, les roues trop petites s’ encrassent très trop rapidement, de sorte qu’après 3-4 run, elle devient impilotable . Le nettoyage de tout ce qui s’est embobiné entre roues et axes devient un vrai parcours du combattant et enlève tout plaisir à la chose. Démonter les roues pour nettoyer et quasiment voué à l’échec aussi. Donc il faut rouler dans un environnement de laboratoire médical pour profiter longtemps de la joie de pilotage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.