Autel Robotics Evo II, le test

30
7698

Autel Robotics est l’un des seuls concurrents capables de faire face à DJI, le géant des drones. Son Evo II est un appareil décliné en une gamme qui compte 4 modèles. J’ai testé la version d’entrée de gamme, équipée d’une caméra… 8K ! Rares sont les drones de série capables d’atteindre une telle définition. Autel s’appuie pour cela sur un capteur Sony 1/2’’ de 48 mégapixels, qui repose le procédé Bayer. Une technologie intégrée dans de nombreux smartphones et dans le Mavic Air 2 de DJI. Elle permet de profiter d’images avec une belle définition, ou d’images avec une plus faible définition, mais de meilleure qualité, avec en sus la possibilité de profiter de HDR pour relever leur dynamique. Que vaut vraiment l’Evo II ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil m’a été prêté par la boutique Miss Numérique. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Pour s’affranchir de la compression de YouTube, la vidéo est également disponible en version 8K à télécharger ici et en version 4K à télécharger là

Tour du propriétaire

L’Evo II reprend à son compte le look des Mavic, avec des bras pliables et une caméra sous le nez avant. Il se distingue au premier coup d’œil par sa couleur orange. Cette couleur est connotée « professionnelle » voire « secours ». Elle n’est pas discrète… et c’est volontaire : l’Evo II n’est pas prévu pour passer inaperçu. Son poids ? L’Evo II s’affiche à 770,2 grammes avec ses hélices mais sans sa batterie, laquelle ajoute 367,8 grammes. Soit un poids total au décollage de 1138 grammes. Fermé, il mesure 23 x 13 x 11,5 cm. Une fois les bras dépliés, il s’inscrit dans un volume de 27 x 35 x 11,5 cm. La diagonale de moteur à moteur est de 40 cm. C’est donc un appareil plutôt lourd et assez imposant.

Il y a des raisons à cela…

Ce n’est pas la caméra 8K ni même sa nacelle, qui sont d’un petit format. Le bloc image pèse 70 grammes – un poids donné à titre indicatif, car il n’est pas prévu pour être retiré. En revanche, l’Evo II est bardé de capteurs ! Il y a 2 caméras à l’avant, 2 sur le dessus, 2 à droite, 2 à gauche, 2 à l’arrière et 2 en-dessous. Plus des capteurs à ultrasons, également placés sous l’appareil. C’est un dispositif impressionnant qui laisse augurer d’une détection des obstacles dans toutes les directions ! A cela s’ajoutent 2 LED sous l’appareil pour éclairer le sol et pouvoir utiliser les caméras verticales même dans le noir. Autel Robotics ne communique pas sur les moteurs. Ce sont des modèles brushless pour des hélices pliables, des 9029. Soit 9 pouces ou encore 23 cm de diamètre (dépliées). Elles sont dotées d’un mécanisme de fixation rapide, sans besoin de visser, et avec un détrompeur qui évite une erreur à l’installation. Les hélices peuvent rester en place pendant le transport. Repliées, elles ne prennent pas de place et se calent le long du carénage.

Préparation du drone

Il faut déplier les bras, d’abord ceux à l’avant, puis ceux à l’arrière. Il faut ensuite retirer la protection de la caméra destinée à la sécuriser pendant le transport. Elle est facile à ôter et à remettre – ce qui n’est pas toujours le cas sur des modèles concurrents. Il faut veiller à ce qu’une carte mémoire soit installée dans la trappe sur le côté gauche de l’appareil. A vrai dire, ce n’est pas un drame si vous vous rendez compte trop tard que vous avez oublié de prendre une carte mémoire. L’Evo II dispose en effet d’une mémoire interne de 8 Go. Ce n’est pas énorme, mais c’est mieux que rien pour éviter de revenir bredouille d’une séance de vols. Il faut ensuite placer la batterie dans son logement. Elle se clipse en poussant fort. C’est un modèle avec un connecteur de type propriétaire. A l’intérieur se trouve une batterie Lithium-Polymère (Lipo) 3S de 7100 mAh. Une pression courte sur le bouton de la batterie indique son état de charge avec l’aide de 4 LED.

Tour de la radiocommande

Autel Robotics a fait son possible pour s’écarter du design classique des radiocommandes. Elle est compacte, mais avec des formes rondes et un bel écran OLED de 3,3 pouces (8,3 cm) de diagonale. Les joysticks sont très courts, avec une course réduite. La façade avant montre les boutons on/off, RTH, décollage et atterrissage et Pause. Sur la tranche arrière, il y a une molette pour contrôler l’inclinaison de la nacelle, une autre pour naviguer sur l’écran de la radiocommande, un bouton de retour, un bouton photo et un bouton vidéo. Il y a aussi deux antennes dépliables. A noter que les réglages permettent de choisir le mode 2 (celui par défaut, gaz à gauche), mais aussi le mode 1 (gaz à droite) et le mode 3.

Tour de la radiocommande, suite

Sous la radiocommande se trouvent deux boutons configurables. Pour utiliser la radiocommande, il faut déplier ses deux poignées ainsi que le bras destiné à accueillir un smartphone, de manière optionnelle. Sur la tranche avant se trouve un connecteur USB-C pour la connexion à un smartphone Android et la recharge de la batterie intégrée et non amovible, une 1S de 5000 mAh. ll y a un second connecteur, USB classique, pour connecteur un smartphone iOS. Le poids de la radiocommande est de 383,5 grammes, pour des dimensions (repliée) de 15,5 x 9 x 6,5 cm. L’ergonomie de cette radiocommande est passable. Elle tient plutôt bien en mains, mais les poignées sont glissantes et l’accès aux boutons et molettes n’est pas très intuitif.

Mise en route

Pour allumer la radiocommande, il suffit d’une pression longue sur le bouton on/off. Idem sur le drone, une pression longue sur le bouton de la batterie allume l’appareil. Les LED s’allument et la nacelle procède à son calibrage. Puis l’appareil attend ses ordres. L’écran de la radiocommande indique les principales informations de télémétrie, et notamment s’il capte suffisamment de satellites. Vous pouvez tout de même décoller même si aucun satellite n’est détecté, en intérieur par exemple. Dans ce cas, le maintien de la position n’est pas effectué aux GPS, mais avec les caméras verticales. Pour décoller ? Soit vous appuyez sur le bouton dédié au décollage et à l’atterrissage sur la radiocommande, l’appareil lance les moteurs, décolle et se place en vol stationnaire à environ 1,50 mètre du sol. Soit vous croisez les joysticks « à la manière de DJI », auquel cas les moteurs sont lancés, mais c’est à vous de pousser les gaz pour décoller.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

30 COMMENTAIRES

  1. Utilisateur pro d’un Autel Evo 2 Pro 6K, je te confirme que pour une des première fois nous tenons enfin un vrai concurrent à DJI ….. c’est une machine super, largement au niveau (et même sur certaine specs au dessus) du concurrent …… et puis 10 min d’autonomie en plus, en pro ça compte beaucoup !!!
    Espérons seulement qu’ils développent un peu plus la partie “pro” des logiciels (programmation de vols) encore un peu juste …. mais je suis certain qu’ils y travaillent.
    Juste une chose pour ceux qui voudraient faire de la photogrammétrie avec, je pense qu’il est affecté du même souci que le Mavic 2 à sa sortie …… mon logiciel 3D n’arrive pas à redresser correctement les images et produit un résultat franchement mauvais …. à surveiller

  2. Merci pour ce test complet, c’est vraiment une belle machine a un tarif intéressant vu les prestations
    fournie.
    Dommage que le poids ne soit pas a la limite des 800 gr mais bon….

  3. Bonjour Fred,

    comme d’habitude article complet très bien rédigé.
    Je trouve une particularité vraiment intéressante : l’absence de NFZ, ce qui évite la procédure mise en place chez DJI (Gain de temps).

    Merci pour cet article.

    Pierre

  4. @ Roger Lesboules : Il va vraiment falloir que tu sois plus convaincant auprès des fabricants de capteurs photo, ils ne veulent pas de tes moniteurs !

  5. Super reportage ! J’ai failli me laisser convaincre par la bête, jusqu’au moment ou j’ai vu le tarif des batteries …180€ ! Non mais franchement , on peut m’expliquer la raison de ces tarifs délirants (pire que DJI déjà hors prix). Comme pour mon activité j’ai besoin d’au moins 5 batteries par machines et c’est vraiment le minimum, mon envie de cette machine va s’arrêter la
    Dommage 😉

  6. Bonjour à tous , très joli cet Autel Evo , il a une faille bien cachée : la portée de son émetteur , au delà de 650m , il s’ en va ! …. et ni le RTH ,ni le GPS Beidou , ne permettent de le retrouver . La promotion de Bangood s ‘ envole et 1000 euros avec . DJI n’ a pas à trembler de ce concurrent,

  7. @ Tige : Je n’irai pas dans le Gers, même si l’envie ne me manque pas… Ces temps-ci, je ne vais pas pouvoir dépasser les 10 km autour de l’est parisien 😎
    J’ai vraiment cherché les ennuis en le mettant en difficulté sur des environnements distants ou avec pénétration que je sais compliqués avec d’autres appareils, il n’a pas montré de signes de faiblesse ni de microcoupures. Quand j’ai perdu la liaison, il est revenu correctement. 650 mètres, c’est vraiment très très peu. Je penche donc pour un souci plus sérieux qu’une coupure radio !

  8. Je pense aussi : je l’ avais déjà envoyé a 1000m sans souci , au bout de 6 mois d’ usage c’ est vraiment nul !

  9. Pour en remettre une couche : il faut aller voir les avis de clients sur Trustpilot , c ‘ est édifiant , je ne suis pas le seul a avoir perdu mon drone -et mon argent- ! On ne compte plus les clients mécontents , c ‘est une marque à fuir et à éviter

  10. Une goujaterie supplémentaire chez Autel Robotics :
    -On ne peut pas remplacer la batterie de télécommande!
    -Elle n’ existe pas en pièces détachées et le remote controleur est scellé
    -Quand l’ appareil perd la télécommande , la dernière position GPS est fausse

  11. Pour être tout à fait honnête , il faudrait nous signaler :
    -les bugs d’ inclinaison de la nacelle
    -la notice en Chinois ou en Anglais
    -les différences entre l’ application et le drone !
    -le RTH fantaisiste

  12. @ Tige : Dis, tu es en boucle 😉
    – le bug d’inclinaison de la nacelle est indiqué dans le test
    – le manuel est dispo en français, ici
    – j’ai du faire une quarantaine de RTH y compris en dégradé avec une caméra Osmo Action de DJI qui plombe le GPS, pas de souci.

    Restent les différences entre l’application et le drone, de quoi s’agit-il ?

  13. Tu n’ es pas en cause , Fred …
    Vas sur Trustpilot , lire un peu ce que pensent
    les utilisateurs….
    Bonne journée et continues comme ça

  14. @ Tige : Avec cette recherche, je trouve 8 avis, dont 2 mauvais seulement concernent l’Evo 2. Je suppose que je ne regarde pas au bon endroit ?

  15. Bjr pouvez vous mettre à disposition l’article complet sur le test du drone Autel Evo II pro SVP, format pdf serait parfait. Merci à vous

  16. Bonjour Fred, Merci pour ce test très détaillé comme d’habitude.
    Heureux propriétaire d’un Autel EVO II Pro 6K depuis quelques mois je confirme les formidables performances de ce drone par rapport à son prix. La stabilité de la caméra et sa résistance aux forts vents parfois présents dans ma région (mistral) sont bluffantes (il y a des limites bien sur 🙂 ) et la portée excellente. Le RTH est micrométrique (avec une piste bien visible) !
    Équipé de 4 batteries et de 2 télécommandes cela me permet de faire d’importantes cessions de vol, de piloter à deux (maitre/élève ou relais), De plus les batteries peuvent être rechargées immédiatement contrairement à d’autres marques…
    La caméra 6k dispose d’une sensibilité aux basses lumières admirable,
    Vivement la disponibilité du nouveau Smart Controller ça devrait être une tuerie avec ce drone
    La fonction ”boat” à disparue avec le dernier firmware de mars, et je n ai pas encore trouvé (et osé) lancer et récupérer le drone de mon bateau… je suis preneur de tous conseils…
    Par contre mes équipements sont biens estampillés CE je viens de vérifier.
    A bientôt et continue comme ça

  17. @ Olivier Calanques13008 : Note qu’on parle de marquage CE avec indication de classe, au sens de la réglementation européenne, ce qu’aucun appareil n’a à ce jour – ce n’est pas le “simple” marquage CE.
    Pour le bateau, je ne suis pas bien placé pour donner des conseils 😎

  18. Bonjour Admin je viens d’acquérir le evo 2
    Je voudrais savoir jais une tablette Android avec l’application autel explorer ma tablette à une sortie HDMI si je connecte ma tablette HDMI sûre un FPV du genre HDO2 sa ne fonctionnera pa ?

  19. @ Fafa : Si la tablette permet un mirorring de son image vers la prise HDMI, ça fonctionnera. J’avais une tablette Nvidia HDMI, je pouvais sortir le retour vidéo de mes apps vers des lunettes ou un téléviseur. L’intérêt est que la latence ajoutée est assez faible.

  20. Slt Fred dsl du retard de la réponse 😊
    Tu a jamais testé un FPV sûr le evo 2 ?
    Je sais que en VR sa marche mais les lunettes son énorme on dirait un cosmonaute 😋
    Je trouve personne pour me renseigner si sa fonctionne ou pa avant de faire des Frai pour rient ..

  21. Bonjour, et merci pour ce test complet.
    Dans les premiers commentaires, je lis que la version EVO II Pro 6K donne de mauvais résultats en photogrammétrie (qui, j’imagine, se retrouvent également sur la plupart des capteurs de type ‘rolling shutter’). Est-ce que le firmware du capteur a finalement été amélioré depuis, ou bien est-on définitivement condamné à se recentrer sur les plateformes proposant des capteurs ‘global shutter’ (P4Pro2, Yuneec, etc) pour réaliser des produits photogrammétriques de qualité (fidélité géométrique des modèles 3D, rendu des ortho-images)? Dans ce cas, dommage, l’appareil semblait intéressant (encombrement, comportement en vol, luminosité du capteur…). Merci par avance de vos éventuels retour d’expérience…

  22. Slt admin je voudrais savoir si je peux survoler San
    le mode GPS avec le evo 2 ?
    Et la distance à conbien je peux ?
    Care brancher mon CrystalSky sûr ma tv via HDMI
    Je veux le piloté care pa de GPS Dan m’a Maison

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.