FUS X111 Pro, le test

0
1689

Le constructeur FUS ne fait pas partie des grands noms du FPV, mais propose quelques modèles de racers. Le X111 Pro n’est par conséquent pas l’un de ces modèles très attendus, plutôt un intéressant outsider. Pourquoi intéressant ? Parce que cet appareil se situe entre les Tinywhoop petit format et les Cinewhoop capables de porter des caméras sportives stabilisées. Il joue la carte du minimalisme avec une structure épurée et des couleurs flashy pour se distinguer. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique. Notez que le X111 Pro m’a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-moi si vous pensez que la pratique a influencé mon jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le FUS X111 Pro repose sur une structure en carbone très épurée qui mesure 11 cm de diagonale de moteur à moteur, faite de plusieurs pièces vissées d’une épaisseur de 2 mm et très étroites, entre 2 et 3 mm. Les parties inférieures et supérieures sont rigidifiées avec les protections d’hélices de type Duct en ABS colorées (en bleu sur la version que j’ai testée). Ce qui signifie que ces dernières ne peuvent pas être retirées, elles font partie de la structure. Les ducts sont entourés par un ruban de mousse de 7 mm d’épaisseur et 9 mm de hauteur, de quoi amortir les chocs. Cette construction minimaliste donne l’impression d’être très fragile et expose les composants électroniques. Les moteurs sont des brushless FUS 1106 à 3800KV. Ils « grattent » quand on les fait tourner à la main, un peu comme ceux du Eachine Wizard TS130. FUS livre des hélices tripales Gemfan 2540 qui, une fois installée, restent assez éloignées des ducts, avec 2 mm entre l’extrémité des hélices et les parois. Sous les moteurs ont été placées des pièces en TPU qui font office de train d’atterrissage et d’amortisseurs.

Suite du tour

Le contrôleur de vol est FUS F411 AIO, un tout en un basé sur un processeur F4, flashé avec Betaflight (Matek411) et couplé avec un ESC 4 en 1 de 20A BLheli_S. Il est à alimenter avec une batterie de 2S, 3S ou 4S, avec un connecteur XT30. Il n’y a pas de récepteur radio à bord, c’est à vous d’installer le vôtre. A l’avant se trouve la caméra FPV, une RunCam Nano2 700TVL fixée sur deux pièces en TPU glissées dans les entretoises. Son inclinaison est réglable avec beaucoup d’amplitude, vers le haut mais aussi vers le bas. Elle est reliée au contrôleur vol avec avec un fil doté d’un connecteur. Attention, il est un peu long, il est recommandé de le fixer à la structure carbone pour ne pas qu’il sorte et se transforme en crochet à l’approche d’un obstacle.

Fin du tour

L’émetteur vidéo analogique 5,8 GHz se trouve plaqué verticalement à l’arrière, l’extérieure de la structure. C’est un modèle compatible avec 40 fréquences capable d’émettre à 25 mW (le maximum autorisé en France), 100 mW ou 200 mW (là où c’est autorisé) pour aller plus loin ou profiter d’une meilleure pénétration des obstacles. Son bouton physique est accessible, mais il se trouve derrière la barre de 8 LED également placée à l’arrière. Il se pilote via l’OSD de Betaflight et le protocole IRC Tramp. L’antenne vidéo est une dipôle avec un connecteur IPEX. Elle passe dans le guide d’une pièce en TPU. L’antenne tire sur le connecteur et, tôt ou tard, va se décrocher. La retrouver risque d’être un joli challenge… Comment solidifier le montage ? Par exemple en appliquant un point de colle chaude, ou en sécurisant l’antenne avec un Rilsan juste à la base de la pièce en TPU.

Ajout d’un récepteur radio

J’ai choisi d’installer un récepteur XM+ de FrSky sur le X111 Pro. Le branchement est assez facile, mais il faut tout de même retirer la plaque carbone supérieure et ses 10 vis. Pas besoin d’extraire le contrôleur de vol, il est possible de réaliser les soudures en le laissant en place. Les connecteurs GND, +5V et SBUS se trouvent sur le côté avant-droit. J’ai tout de même réussi à faire fondre légèrement le bord de l’un des ducts avec le fer – mais que voulez-vous, je ne suis définitivement pas doué en soudure. Le récepteur est facile à loger dans la structure, à l’arrière. La pièce arrière en TPU permet de passer les deux antennes du XM+. Elle accueille aussi deux tubes solides, fournis avec le X111 Pro, qui guident ces antennes. Sans batterie mais avec le récepteur XM+ et les hélices, l’appareil s’affiche à 122 grammes sur la balance.

Réglages avec Betaflight

Le connecteur microUSB pour utiliser Betaflight Configurator est facile d’accès : le connecteur classique a été remplacé par un connecteur vertical, accessible par le dessus. Bonne idée, puisque l’accès à ce connecteur est pénible sur de nombreux Cinewhoop. Les réglages de Betaflight ont été réalisés en usine par FUS, mais de manière partielle. Les plus complexes, ceux qui se trouvent dans l’onglet PID Tuning, font heureusement partie de ceux déjà prêts. L’UART1 est dédié au pilotage de l’émetteur vidéo en IRC Tramp, l’UART2 est associé au récepteur radio. Il n’y a que deux UART en tout, vous ne pourrez donc pas ajouter un autre accessoire qui en nécessite un supplémentaire… Il vous reste évidemment à choisir le type de récepteur radio dans l’onglet Configuration, à indiquer les méthodes d’armement, de changement de mode de vol, le buzzer (qui n’est pas un, ce sont les ESC qui bippent), le Flip Over After Crash. Notez qu’il n’y a pas de Blackbox sur le contrôleur de vol.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.