DJI exhorte la FAA à revenir sur l’identification électronique à distance

2
3019

L’identification électronique à distance est une volonté commune à la plupart des pays actifs dans la réglementation des drones, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le sujet fâche. C’est le cas en France, avec une mise en application qui traine depuis 2016. C’est aussi le cas aux Etats-Unis. Mais outre-Atlantique, la Federal Aviation Administration (FAA) a pris la peine de publier ses propositions réglementaires et d’ouvrir une consultation publique (voir ici) avant de les entériner.

Un joli score !

Cette consultation publique est désormais close, avec au total 52637 contributions. On pouvait craindre que les résultats de cette consultation ne soit pas pris au sérieux, mais devant un nombre aussi important de réactions, très majoritairement hostiles, la FAA devra revoir sa copie. Non seulement les commentaires indiquent un refus des propositions de la FAA, mais ils rejettent plus globalement la notion d’identification électronique à distance.

La position de DJI

Le constructeur a publié un communiqué de presse le 3 mars 2020, dont le titre est « DJI exhorte la FAA à revenir sur le projet bancal de l’identification électronique à distance ». On savait déjà que DJI n’appréciait pas les propositions de la FAA (voir ici). Le constructeur explique avoir mandaté un expert indépendant en économie pour décortiquer et chiffrer les propositions de la FAA. Son rapport est disponible en ligne. L’administration américaine avait estimé le coût du signalement électronique à distance à $582 millions pour les 10 prochaines années. L’expert de DJI a revu les calculs pour parvenir à un résultat très différent : ce seraient… 5,6 milliards de dollars qui devront être dépensés, aux frais du contribuable américain, pour les 10 ans à venir. Puisque les notions de liberté et de vie privée n’ont à l’évidence pas eu de prise sur la FAA, DJI joue donc sur un autre tableau, celui du portefeuille… Il est probable que ces chiffres, en période électorale, pèsent suffisamment lourd pour inviter la FAA à revoir sa copie.

Source : DJI

2 COMMENTAIRES

  1. DJI se soucierait de la vie privée de ses clients ? ils se soucient surtout de leur business ! ils ont tout intérêt à vendre leur système propriétaire.
    En attendant les mouchards dans les drones semblent être une préoccupation majeure de nos administrations. Alors question : combien les drones causent-ils d’accident par an ? combien y-a-t il d’accidents sur les routes tous les ans ?
    alors qu’est-ce qu’on attend pour installer des mouchards dans les bagnoles ?!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.