DJI, Parrot : exploitez vos journaux de vol avec Airdata

5
585

Les drones de prises de vues stockent les données de vol en temps réel. C’est le cas pour tous les appareils, ou presque. Ces informations peuvent être consultées dans l’interface sur smartphone pour obtenir des cartes avec les tracés des vols. Certaines applications s’amusent à conserver une trace de vos « records » : les vols les plus longs, les plus hauts, les plus rapides. Sympa, mais on ne peut rien faire de très intéressant avec ces données. Pour aller plus loin, il faut récupérer les journaux de vol et les présenter sous une forme exploitable. Je vous avais déjà présenté l’outil en ligne PhantomHelp (voir ici), mais il était limité à un usage avec des vols réalisés avec des appareils de DJI. Il y a plus intéressant et plus complet !

L’outil du moment ?

C’est Airdata ! Il a été créé par une société californienne, Airdata UAV. Le principe est simple : Airdata est une base de données de vos vols, stockée en ligne sur les serveurs de Airdata UAV. C’est vous qui choisissez d’envoyer vos données depuis le logiciel que vous utilisez pour vos vols Une alternative consiste à utiliser l’application pour smartphones iOS et Android, Airdata UAV, à télécharger gratuitement sur l’AppStore et Google Play. Elle s’occupe de récupérer les journaux de vols et de les synchroniser avec les serveurs de Airdata UAV.

La compatibilité ?

Airdata est capable d’exploiter les données des DJI Mavic 2, Pro, Air, Mini, Inspire 1 er 2, Phantom 3 et 4, Spark, Parrot Bebop 2, Disco, Anafi, Yuneec H520, etc. Notez que vous n’êtes pas cantonnés à utiliser les journaux de vols produits par les logiciels officiels que sont DJI GO 4, DJI Fly, l’export des données prend aussi en charge les outils tierce-partie comme Litchi, DroneDeploy, DroneHarmony, Pix4D ou les journaux en ligne comme ceux de Parrot. 

Avertissement

Une fois les données de vos vols envoyées hors de votre smartphone, vous savez que vous en perdez le contrôle. Malgré tous les outils juridiques mis en place en France et en Europe, vous ne pouvez pas être certain de ce qui est fait de vos informations par la société qui les héberge et par ses partenaires ou prestataires de services, notamment pour le stockage de masse. Vos données sont également à la merci d’un bug, d’un piratage. Vous l’aurez compris, même si Airdata UAV est digne de confiance, la sécurité informatique a ses limites. Ne confiez que des données qui ne posent aucun problème si elles sont utilisées et diffusées à votre insu. Les avertissements étant faits, à vous de jouer !

Connexion sur Airdata

La première étape consiste à créer un compte sur Airdata. C’est gratuit, et c’est à faire ici. Vraiment gratuit ? Oui. Le service de base de Airdata, appelé HD Free, ne coûte pas un centime. Il est clairement destiné à vous décider à opter pour une version payante, sur abonnement. Vous avez par exemple accès aux 100 derniers vols seulement avec HD Free. Les plus anciens sont stockés, mais non accessibles. Une fois le compte créé, connectez-vous ici. Cliquez sur My Flights. Pour accéder aux réglages, cliquez sur votre icône.

Les réglages

Les points importants sont les lignes DJI Login et Parrot Login, à renseigner selon la marque de votre appareil. Elles permettent à Airdata d’accéder aux données qui sont stockées sur les serveurs de DJI et de Parrot. Lancez la synchronisation des données – c’est une étape qui peut prendre un peu de temps selon le nombre de vols que vous avez effectués. Passez aussi dans Preferences pour choisir les unités.

Consulter les vols

Cliquez sur My Logs en haut de l’écran. La page affiche un récapitulatif du nombre de vols stockés, de ceux auxquels vous avez accès et des « records ». Passez aux choses intéressantes. Sur la gauche sont récapitulés tous les vols, par date et heure. Cliquez sur l’un d’eux pour en savoir plus. La fenêtre principale montre la carte du vol, entourée par ses caractéristiques, c’est l’écran General. Juste sous la carte se trouvent des liens vers des fichiers. C’est là que vous pouvez télécharger les coordonnées du vol aux formats .kml et .gpx. Nous verrons un peu plus bas dans ce post ce qu’il est possible d’en faire.

Plus de renseignements

Si vous avez constaté un comportement bizarre lors d’un vol, les données du journal de vol permettent parfois de mieux comprendre ce qu’il s’est passé. Dans l’onglet General, Notifications, vous obtenez une liste des événements survenus pendant le vol. Par exemple l’état de la batterie, les avertissements de vent fort, les changements de mode de vol. Important : si vous regardez sous la carte, vous obtenez un listing de ces événements par ordre chronologique, avec plus d’informations que sur la carte.

Le HD Flight Player

Cliquez sur HD Flight Player : vous pouvez rejouer l’intégralité du vol avec une indication de tous les paramètres, y compris les données du baromètre altimétrique, celles du sonar, la vitesse, la tension de chaque cellule de la batterie, la vitesse, etc. On constate parfois des données contradictoires entre les différents capteurs, notamment le baromètre altimétrique et le sonar. Cette présentation des vols est adaptée à la recherche de causes de crash ou de comportement erratique.

Valeurs supplémentaires

Dans l’onglet Power, Cells Graph, vous pouvez surveillez l’état de chaque cellule de la batterie utilisée pour le vol, histoire de vérifier si l’un d’entre elles n’est pas trop basse en tension. Les données incluent, lorsque l’information est présente, le numéro de série de la batterie et son comportement avec les courbes de températures. L’onglet Sensors permet de vérifier le comportement du signal radio pendant le vol, et celui du GPS. L’onglet Rudder donne des informations sur la latence des commandes.

Météo !

L’onglet Weather récapitule les données météo au moment du vol – ce dont les données de stations météo, pas celles mesurées à bord de l’appareil. Pratique pour avoir une idée des conditions météo lors d’un vol, même plusieurs mois après. L’onglet Kp donne la valeur de l’activité solaire. Un indice très élevé peut théoriquement influencer les capteurs des drones – mais cela reste à prouver. Les informations concernant le vent ne sont pas disponibles dans la version gratuite de Airmap.

Le prix ?

Vous pouvez utiliser la version gratuite, qui donne accès aux principales fonctions. Pour avoir accès aux 400 derniers vols et aux rapports sur les conditions de vent, il faut souscrire à un abonnement de $3 par mois. Il existe d’autres abonnements pour profiter d’autres fonctions, mais vous n’en aurez probablement pas besoin. Dommage, la diffusion en temps réel sur les réseaux sociaux d’un vol, une fonction très intéressante, ne figure pas dans les abonnements de base.

Utiliser les fichiers .kml ?

Que faire des fichiers .kml que vous pouvez exporter depuis la carte principale de Airdata ? Une méthode consiste à les injecter dans le service Google Earth pour une visualisation 3D de votre vol. Pointez votre navigateur web sur https://earth.google.com/web. Utilisez de préférence Chrome, sachant que certains navigateurs comme Safari ne sont pas compatibles avec le service Google Earth. Cliquez sur l’icône à 3 barres horizontales en haut à gauche, puis sur Settings. Descendez jusqu’à la ligne « Turn on KML file import » et cochez pour que l’interrupteur devienne bleu. Cliquez sur Save. Vous pouvez désormais importer des fichiers .kml dans Google Earth version web.

Chargement du tracé

Cliquez sur l’icône Projects (celle à gauche stylisant une carte et un pointeur), cliquez sur Open, puis Import KML file from computer. Pointez sur un fichier .kml généré par Airdata et cliquez sur Ouvrir. Google Earth vous permet de choisir le point de vue de la caméra pour visualiser le tracé du vol en 3D. Vous pouvez utiliser la souris et des combinaisons de touches du clavier pour positionner la caméra comme vous le souhaitez.

Utiliser les fichiers .gpx ?

Pointez votre navigateur sur Ayvri, un outil en ligne pour visualiser les tracés .gpx. Cliquez sur Sign In et créez un compte ou, plus simple, connectez-vous via votre compte Google ou Facebook. Cliquez sur Create Your Own, puis glissez-déposez le fichier .gpx exporté par Airdata. Cliquez sur What was the activity et tapez dro, validez Drone et cliquez sur Continue. Cliquez sur Give you Scene a Title, et donnez un nom à ce vol, puis cliquez sur Create Scene. Une animation qui reproduit le vol est lancée automatiquement. Zoomez pour mieux la voir. Vous pouvez changer la position de la caméra à tout moment, et avancer ou reculer dans le déroulement du vol. Cliquez sur Stats pour obtenir les statistiques en temps réel. Vous pouvez même partager le vol sur les réseaux sociaux…

5 COMMENTAIRES

  1. ……”Une fois les données de vos vols envoyées hors de votre smartphone, vous savez que vous en perdez le contrôle. Malgré tous les outils juridiques mis en place en France et en Europe, vous ne pouvez pas être certain de ce qui est fait de vos informations par la société qui les héberge et par ses partenaires ou prestataires de services, notamment pour le stockage de masse”

    Ce passage est très important , dans ton article , Fred , qui peut dire où vont les données de vol et qui les exploite à l’ insu du télépilote !
    Le suivi électronique des drones est à ranger dans une armoire : il existe déjà chez DJI en particulier

  2. J’avais laissé un commentaire mais apparement la mise à jour de la veille du serveur, ne l’a pas pris en compte. Pas grave 😉
    Avant que Tige ne laisse son commentaire, voici celui que j’avais laissé. On se rejoint donc sur le sujet très [email protected]

    “Produit interessant mais qui me laisse penser immédiatement (et sans paranoia), à un super big Brother !!
    Rien à me reprocher mais trop peu pour moi quand à l’exploitation (c’est hélas certain) de mes donnés.
    Je ne suis pas fessebouc et tout autres réseaux sociaux. encore moins de Cloud ( vive les DD externes de sauvegarde! ) On est déjà bien tracké par d’autres moyens. Réduire au max ces intrusions sans trop d’effort qui plus est, me vont terriblement bien au teint !
    Je veux juste voler pour mon plaisir et celui de mes amis et pi voilà ! :-))
    bon vol ! “

  3. Merci Fred pour ce très bon article comme très souvent.
    Nous avons eu un problème avec un de nos drones DJI: l’exploitation de toutes les données de vol sur Airdata a permis de démontrer que la panne ne venait pas d’une erreur de pilotage.
    La garantie DJI a pu être activée sans problème et le drone a été remplacé. Bon à savoir…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.