XK X450, le test

15
8080

C’est un appareil un peu différent des autres qui est en test dans cette chronique. Cela reste un multirotor, puisque le principe de fonctionnement du X450 repose sur 3 hélices – c’est un tripcoptère. Mais il sait aussi se transformer en appareil à voilure fixe (en avion, pour faire simple). Et même en bicoptère ! Il fait partie de la famille des VTOL, c’est-dire les appareils sont capables de décoller et atterrir à la verticale, de poursuivre leur vol ainsi ou de passer dans une configuration qui permette une meilleure autonomie.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le X450 mesure 44 cm d’envergure, 44 cm de longueur et 10 cm de hauteur, pour un poids de 203,9 grammes. C’est une taille assez réduite pour un appareil capable de voler en mode aile ou avion. Il est livré en mode RTF (Ready To Fly), prêt à voler. Ou presque. Il faut simplement fixer les deux dérives arrière avec des vis (fournies). La radiocommande est livrée, il suffit d’y insérer 6 piles AA (non fournies), puis de charger la batterie (fournie) avec le chargeur secteur (fourni), une Lipo 3S 11,1V d e1000 mAh 20 avec un connecteur XT30. Allumez la radiocommande, insérez la batterie dans son logement – vous n’avez pas à vous préoccuper de la gestion du centre de gravité, branchez la batterie, soulevez le joystick des gaz et baissez-le : l’appareil est prêt à décoller !

Comment ça fonctionne ?

La radiocommande est équipé d’un interrupteur à 3 positions, celui du haut à gauche. En position haute, le X450 vole en mode tricoptère. En position intermédiaire, il passe en mode avion. En position basse, il bascule en mode bicoptère. Les 3 hélices sont des bipales de 11 cm de diamètre, et les 3 moteurs sont tous des brushless 1370 de KV non précisé, animés chacun par un ESC. L’hélice arrière et son moteur sont fixes, toujours placés sur un plan horizontal. Les deux hélices avant et leurs moteurs sont montés sur un mécanisme qui permet de les maintenir à l’horizontale, mais aussi de les incliner jusqu’à passer à la verticale. Ce sont deux servos qui s’occupent de piloter cette inclinaison. L’appareil est également équipé de 2 ailerons avec deux autres servos (différents des premiers). Ils sont utilisés pour contrôler le roll en mode avion et en mode bicoptère.

Et ça fonctionne ?

Le décollage s’effectue à la méthode DJI, en croisant les joysticks. Les moteurs sont armés, mais c’est à vous de pousser les gaz pour décoller. L’appareil monte doucement, même si on pousse fort sur les gaz. Il reste en mode stationnaire, avec une légère dérive qu’il est facile de corriger manuellement, puis éventuellement avec l’aide des trims de la radiocommande. Dans le mode tricoptère, les 3 hélices tournent. Pour avancer, le X450 incline les blocs moteurs avant vers l’avant. Pour reculer, il les incline vers l’arrière. La rotation (yaw) est obtenue en inclinant les deux blocs différemment. Le pilotage est étonnamment facile et réactif. Le X450 parvient même à prendre pas mal de vitesse, tout en restant parfaitement à l’horizontale ! On peut voler dans un mouchoir de poche dans ce mode…

Passage en mode avion ?

Pour activer le mode avion, il faut faire basculer l’interrupteur principal sur la position intermédiaire. L’appareil incline les moteurs presqu’à l’horizontale, prend de la vitesse, et finit par couper le moteur arrière. Il part dans une petite embardée à ce moment, qui surprend un peu. Il est recommandé de pousser les gaz et de tirer un peu le manche de profondeur pour ne pas perdre d’altitude. C’est surtout important si vous passez dans ce mode à faible hauteur. Attention, il faut de l’espace, puisqu’il n’est plus du tout question de vol stationnaire, mais d’une évolution de type avion, avec des virages larges et une prise de vitesse. Le pilotage est facile, en effet le contrôleur de vol s’occupe de la stabilisation. C’est agréable pour un pilote débutant.

Vraiment facile ?

Il n’y a pas de difficulté spéciale à voler en mode avion, si ce n’est d’anticiper les virages et de veiller à ne pas toucher le sol si on s’amuse à pratiquer le rase-mottes. Car c’est là que réside le principal défaut du X450. Les deux mécanismes d’inclinaison des moteurs avant se trouvent sous l’appareil… très exposés aux chocs. En vol avion, assez rapide donc, j’ai fait sauter à plusieurs reprises la tringlerie. Ce n’est pas bien grave, on peut remettre en place s’il et juste déboité, ou bricoler un rafistolage s’il y a de la casse. Mais j’ai aussi grillé un servo. Là, c’est plus gênant, puisqu’il faut le changer. Une protection pour ce mécanisme aurait été la bienvenue. Aucun souci pour revenir au mode tricoptère au mode avion, il suffit de pousser l’interrupteur vers le haut. L’opération est automatique, il n’y a rien à faire !

Retirer la stabilisation ?

Le gros bouton rouge de la radiocommande permet de désactiver la stabilisation du contrôleur de vol. L’appareil est donc en mode manuel, ce qui permet de se lancer dans des figures classiques comme les tonneaux et les loopings. Il y a de quoi se faire plaisir et pousser la machine dans ses retranchements. Aucun souci pour les tonneaux, mais avec des loopings les moteurs sont un peu à la peine, même en poussant les gaz. Je n’eu du mal à tenir correctement un vol dos – mais peut-être que je manque de pratique. Le bon point, c’est que la stabilisation peut être réactivée par une seconde pression sur le bouton rouge.

Passage en mode bicoptère

En poussant l’interrupteur vers la position basse, le X450 bascule à la verticale, nez vers le haut. Le moteur arrière est coupé. Les moteurs et les ailerons « travaillent » automatiquement pour maintenir l’appareil en vol stationnaire. Il est possible de le contrôler, mais les mouvements sont assez lents. Il n’est pas possible de décoller ni d’atterrir dans ce mode. Dommage, ça aurait été très amusant ! Pour le reste, il n’a pas un intérêt majeur.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

15 COMMENTAIRES

  1. Je confirme , Fred : c ‘est un appareil très rigolo et très déconcertant , surtout quand tu décolles en VTOL et que tu fais la conversion en ” avion”…. l’ autonomie est courte , il faut avoir plusieurs batteries!
    Bon Noël Fred !!!

  2. Un peu « cheap » comme construction, mais le reste est très agréable à piloter. Le décollage vertical et surtout le posé sont un plus si le terrain ne se prête pas au « kiss landing » traditionnelle….Appareil attachant, un peu fragile mais qui se répare très facilement….

  3. Dans le même style, j’avais déjà remarqué le “Convergence de chez E-Flite mais qui réclame d’aligner 260 euros…Merci Fred pour cette bon plan de Noël à moindre coût !

  4. 89,71euros, Fred ! (BG)
    Super marrant comme jouet !! J’adore !
    Et surement tres agréable à faire évoluer sur les deux modes. J’ai pris grand plaisir à regarder la video de l’essai.
    Mais… Oui il y a un mais… Mon tout premier sentiment avant de lire ton article (Sérieux comme d’hab) c’est un appareil TROP fragile pour mes super talents… de pilotes :-)))
    Autant un arbre qui traverse soudainement mon vol avec un chassis carbone, j’ai pas peur, hi, hi… Mais là sincèrement, il me faudrait une palette de tubes de colle et… Sans les arbres !
    D’ailleurs ne soulignes tu pas délicatement, je cite:
    “Merci à Franck Colombat (notamment pour son aide à la réparation du X450) !”
    Mais je me trompe peut être sur l’objectif de cette maintenance ? 😉
    Bon vol !
    https://www.miniplanes.fr/colle-modelisme/colle-speciale-polystyrene-uhu-por-p-1027.html

  5. @ CriTof : Yes yes, mais j’arrondis généralement à l’euro supérieur 🙂
    Pour les dégâts, comme je le dis dans le test, c’est surtout la tringlerie (pas grave) et les servos (plus casse-pied) qui lâchent. La structure en EPP, y compris le nez et les dérives, tient très bien. Bon, évidemment, un crash depuis un piqué à la verticale ne laisse pas trop d’espoir.

  6. ” Bon, évidemment, un crash depuis un piqué à la verticale ne laisse pas trop d’espoir.”
    Ah, ah, ah !!! On a tous aimé… Un jour ou l’autre le piqué verticale en EPP. Souvenirs…
    Bon puzzle Fred et merci pour ton article XK X450, produit séduisant quoi qu’il arrive !

  7. Pour le même budget, il est tout de même possible de s’acheter un radjet chez hobbyking, qui va être autrement plus sympa à piloter en mode avion…

  8. Le truc, c’est que ce petit bidule est surement beaucoup moins doué en stationnaire que n’importe quel multicopter… Bref, il ne fait rien de façon satisfaisante.
    Je peux comprendre qu’on puisse trouver marrant le passage d’un mode à l’autre. Mais franchement, ça s’arrête là, et sur le long terme c’est le genre de gadget qui va vite prendre la poussière sur une étagère…

  9. Bonjour. Pour passer en mode 1 je suppose qu’on déplace d’abord le ressort du manche de droite 6celui de gauche, mais pour la fonction “logicielle” y a t’il une programmation ou faut-il inverser 1 connecteur dans l’émetteur ?
    Merci!
    Jean

  10. @ TB250 : Mais justement, il est carrément bon en vol multirotor, que ce soit en stationnaire qu’il tient super bien ou en vol beaucoup plus rapide. Non, vraiment, ce n’est pas du tout un gadget alors que je le pensais vraiment en l’achetant… C’est encore plus fun en FPV !

  11. Intéressant.
    C’est peut être l’avenir ce genre de bestiole. Avec un retour DJI et un crossfire on serait au top!

  12. Chez Aliexpress, dans les pièces détachées disponibles pour ce modèle, il est indiqué que les moteurs situés à l’avant sont des 1307 L/2300 kv et que celui situé à l’arrière est un 2000 kv.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.