Eachine & Diatone ER349 SX, le test

2
3615

Ce micro racer adopte un look commun à tous les appareils récents de chez Diatone. Il se présente sous la forme d’un X allongé (stretched), à la différence du GT349 que j’avais testé ici. L’allure est athlétique : on se dit qu’il va voler vite… Pourquoi Diatone est-il associé à Eachine pour cet appareil ? La réponse ne se trouve pas dans la fiche technique. Il est donc probable qu’il s’agisse d’un accord commercial dont nous ne saurons rien. Notez que cet appareil nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le ER349 SX mesure 14,2 cm de diagonale de moteur à moteur, pour des dimensions de 13,2 x 11 x 3,5 cm hors hélices et antennes. La structure en carbone est d’une pièce (unibody), d’une épaisseur de 4 mm. Les bras sont légèrement courbes, avec des pointes en bout de supports moteurs pour les protéger des chocs. Les moteurs sont des brushless, des 1408 à 4000KV pour des hélices tripales de 3 pouces 3052. Elles sont maintenues sur l’axe par un écrou. Dans la boite, on trouve un autre jeu d’hélices, de forme similaire, mais avec un adaptateur central qui permet de les fixer sur l’axe des moteurs avec 2 vis (fournies) plutôt qu’un écrou.

A l’intérieur ?

Les moteurs sont reliés à l’ESC 4 en 1 par des fils sans gaine mais fixés proprement avec des Rislan. Cet ESC de 25A se trouve à la base d’une mini tour de composants. Juste au-dessus, c’est le contrôleur de vol, un FuryF4 OSD basé sur un processeur F4 et flashé avec Betaflight 3.5.1. Son connecteur microUSB sur le flanc droit est facilement accessible. A noter que les soudures sont bien réalisées. Un condensateur est placé sur le contrôleur de vol. Le dernier étage est celui de l’émetteur vidéo 5,8 GHz, placé au-dessus d’une plaque fine de plastique, probablement pour isoler les composants de manière électrique et thermique.

Watts !

Il faut dire que l’émetteur en question risque de chauffer un peu. C’est un TBS Unify Pro. Ou Unfty Pro selon la fiche technique. Une contrefaçon de Team BlackSheep. Non : le composant est bien un Unify Pro V3 de TBS, mais monté sur un composant pour atteindre les 2 x 2 cm et être équipé d’un condensateur. Cet émetteur vidéo émet sur 37 canaux en 0 mW (pitmode) ou 25 mW, le maximum autorisé en France. Son point fort ? Là où c’est autorisé, il est capable de passer à une puissance d’émission de 200 mW, 500 mW et même 800 mW ! Intéressant… L’antenne est une dipôle connectée sur l’émetteur vidéo avec une prise u.FL. Bon point : elle est fixée le long du carénage avec un Rislan qui la maintient bien place. La caméra FPV est une Micro Swift de RunCam, une 600TVL avec une lentille 2,1 mm.

Carénage et LED

Le carénage central est une simple lame en plastique translucide, solide. Juste en-dessous, le constructeur a logé 2 rangées de 13 LED blanches. Dans l’obscurité, le ER349 SX ne passera pas inaperçu ! Pour animer l’appareil, il faut encore ajouter un récepteur radio. J’ai choisi un R-XSR de FrSky, puisqu’il est prêt à être utilisé avec le contrôleur de vol, avec un connecteur compatible. Il faut aussi une batterie. J’ai essayé des Lipo 3S 450 mAh et 4S 450 mAh, avec une prise XT30. La batterie est prévue pour être fixée sous la frame, avec une sangle fournie. A noter que le constructeur propose, dans la boite, une sélection de vis M2 de 3 à 9 mm, une prise XT30 de rechange, un buzzer à monter au besoin, les vis pour le second jeu d’hélices, 2 sangles de plus, des Rislan… Prêt à décoller mais sans batterie, le ER349 SX pèse 142,8 grammes….

Réglages

Les réglages avec Betaflight Configurator sont simples, dans la mesure où tout est déjà préconfiguré, notamment les PID. Il ne reste plus qu’à gérer les interrupteurs d’armement des moteurs, de choix des modes. On peut aussi piloter les réglages de l’émetteur vidéo directement depuis la radiocommande via l’OSD avec SmartAudio. Veillez à configurer l’émetteur sur 25 mW en France, sous peine de recevoir une visite d’un patibulaire contrôleur de l’ANFR. Mais si vous volez dans un pays où c’est autorisé, n’hésitez pas à passer à 200 mW ou plus. L’augmentation de la puissance se traduit par une salutaire réduction des parasites en vol. L’affichage de l’OSD repose sur une police un peu grande, qu’il est préférable de changer pour ne pas occuper tout l’écran.

Premiers essais

J’ai effectué un premier vol avec une batterie 3S, le temps de prendre l’appareil en mains. Il répond bien au sollicitations et reste très stable même en mode Acro – il est verrouillé, mais pas trop. Avec cette batterie 3S, il est nerveux, grimpe vite… et redescend très doucement en raison de son poids plume. Voilà qui permettra aux pilotes de freestyle d’essayer des figures audacieuses. La batterie suivante est une 4S. Aucun souci de vibration ni de PID mal réglés : le ER349 SX se comporte de manière parfaite ! La différence de puissance est sérieuse et la vitesse que l’on peut atteindre avec cet appareil 3 pouces est impressionnante.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

2 COMMENTAIRES

  1. Salut les gens !
    Question à deux balles, Le spare pour les éléments de frame on les trouve où?! je n’en vois nulle part !
    normal ?
    Merci par avance

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.