JJRC X9 Heron, le test

6
4965

Cette caméra volante affiche un air de famille évident avec le Spark de DJI. Son encombrement est similaire et il filme en FullHD avec une nacelle stabilisée sur 2 axes. Voilà beaucoup de points communs. Pourtant le X9 Heron est proposé à moins de 180 € (hors taxes), deux fois moins cher que son concurrent de DJI. Quelles sont les raisons de ce prix plancher ? Vaut-il tout de même le coup ? Réponse dans cette chronique. Notez que le JJRC X9 Heron nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

Le X9 Heron est compact, fait de plastique dur avec des bras moteur fixes, pour un encombrement de 14,5 x 14,7 x 6 cm et un poids de 256,4 grammes en ordre de vol, c’est-à-dire avec sa batterie. Les hélices sont des modèles bipales pliables d’un diamètre de 12 cm. Mais pas facilement amovibles : il faut ôter 2 vis pour les retirer et les remettre . Les moteurs sont des brushless 1812 à 1900KV. Le constructeur ne communique pas sur l’électronique à bord. Mais il indique que le X9 Heron est équipé d’un GPS pour le positionnement satellite, d’un baromètre altimétrique pour le maintien de la hauteur, et d’une caméra verticale pour éviter la dérive.

Recharges…

La batterie, une 3S 11,4V de 1000 mAh à connecteurs propriétaires, se charge avec l’aide d’un sabot à brancher en microUSB. Il faut compter environ 3 heures et 30 minutes pour obtenir une pleine charge – c’est long ! La radiocommande, fournie avec le X9 Heron, est également compacte. C’est la même que celle du JJRC X7 Smart (testé ici). Son alimentation repose sur une batterie intégrée non amovible 1S 3,7V de 1200 mAh (il s’agit en fait d’une pile chargeable 18650). Pour la recharger, il suffit de la brancher avec un câble microUSB. Elle est livrée avec un support amovible pour clipser un smartphone. Les deux antennes sont dépliables. Elles ne sont pas factices, contrairement à celles de nombreux drones d’entrée de gamme.

La partie logicielle

Il est possible de décoller sans l’application de JJRC, mais les vols se font uniquement à vue et sans avoir de témoin d’enregistrement des vidéos ni les informations de télémétrie. Cette application, Enjoy-Fly, est disponible pour les smartphones iOS sur l’AppStore et Android sur GooglePlay. Elle ressemble beaucoup à DJI GO 4 ! La suite est simple : il faut allumer la radiocommande, puis le X9 Heron. Les deux sont déjà appairés, et les deux créent un point d’accès wifi. Si vous voulez piloter avec la radiocommande, choissisez le point d’accès « Controller-xxxx », si vous voulez piloter uniquement avec le smartphone, choisissez l’autre point d’accès « Drone-xxxx ».

Oui mais…

Encore faut-il que votre smarphone soit compatible avec le wifi 5G du X9 Heron ! Avec un P20 Pro de Huawei et un One Mini de HTC, les points d’accès wifi ne sont jamais apparus dans la liste. Avec un iPad Pro, en revanche, c’est instantané. Voilà qui est un peu pénible, d’autant qu’il n’est pas possible de connecter le smartphone à la radiocommande par un câble USB. D’autant, aussi, que le P20 Pro est supposé être compatible avec le wifi 5G… Une fois connecté, en revanche, l’affichage du retour vidéo est rapide.

Avant de décoller

Il faut attendre que le module GPS du X9 Heron ait accroché suffisamment de satellites. Cela peut parfois prendre un peu de temps. Pour décoller, il faut appuyer sur l’icône à l’écran du smartphone ou faire une pression longue sur la touche dédiée de la radiocommande. L’appareil démarre les moteurs, pousse les gaz et se positionne en stationnaire à environ 1 mètre du sol. Une autre méthode est celle « de DJI » : croisez les joysticks vers les coins extérieurs bas. Dans ce cas, c’est à vous de pousser les gaz pour décoller. Il faut être doux sur les commandes, l’appareil monte vite – et redescend tout aussi rapidement. Un bon point : la radiocommande permet de piloter en mode 2 (gaz à gauche) ou en mode 1 (gaz à droite). Mais pas en modes 3 et 4.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

6 COMMENTAIRES

  1. Hello,
    Boom, tout est dit et bien dit : un Spark killer qui ne fera pas… d’étincelles.
    Merci, il est tellement difficile de s’y retrouver dans la guerre des clones.
    Bravo pour vos articles. Contenus et images sont pro, la rédaction impeccable, sans se prendre trop au sérieux non plus.
    PS: risque de confusion à appeler 5G le wifi 5.8GHz, non ?

  2. @ LudoRc : Merci 🙂
    Merci aussi pour le code ! A 150 €, c’est un prix encore plus plancher. Le souci, c’est que ça ne remédie pas aux points faibles de l’appareil, ça permet seulement de les accepter un peu plus facilement. J’en reste à ma conclusion : ce n’est pas un bon choix si on cherche à faire de belles images, mais ça l’est si le budget est définitivement serré.

    Pour le 5G wifi, oui, clairement, il y a risque de confusion 🙂

  3. Il y a beaucoup de drone pas mauvais du tout en terme de fonctionnalités à ce prix. C’est souvent la camera qui n’est pas top. Est t’il possible de changer les camera par des plus performantes ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.