JJRC X9 Heron, le test

9
8275

Mode manuel

A noter qu’en mode normal, il faut le fix GPS pour décoller. Mais pour évoluer en intérieur, JJRC propose un mode Manuel, par pression sur le bouton M de la radiocommande. Dans ce cas, l’appareil décolle sans besoin du GPS. Il maintient sa position horizontale en s’appuyant sur sa caméra verticale. La plupart du temps, la méthode fonctionne bien et l’appareil reste en place. Mais sur certaines surfaces, sans doute avec trop peu de détails ou trop répétitifs, il se met à osciller doucement, puis en prenant de l’ampleur. Il est recommandé de le poser au plus vite s’il part dans cette danse, qui ne se termine pas bien si le laisse faire…

Le comportement en vol

J’ai vu passer des reviews du X9 Heron totalement catastrophiques, évoquant une instabilité en vol, un effet toilet bowl (une rotation parasite jusqu’à perte du contrôle), des fly-aways… De quoi être hésitant pour les premiers vols. Mais JJRC semble avoir travaillé le firmware de son appareil, puisque je n’ai constaté aucun de ces soucis. Bien au contraire, le X9 Heron est stable en vol. Il répond bien aux commandes, de manière assez douce et sans nervosité. De qui rassurer les pilotes débutants… et les pilotes tout court !

De près, de loin ?

Les débutants peuvent demander un geofencing, c’est-à-dire une limitation de l’enveloppe de vol à 30 mètres de hauteur et 50 mètres de distance. Quelle est la portée de l’appareil ? J’ai dépassé les 300 mètres sans perdre les liaisons radio et vidéo – je ne suis pas allé plus loin, au-delà de cette distance il n’est plus en vol à vue directe. A noter que la carte en bas à gauche de l’écran peut être remplacée par une plus intéressante boussole qui donne le cap pour revenir au point de décollage. C’est pratique… L’atterrissage sur une surface dure n’a pas posé de problème. En revanche, dans l’herbe, même coupée rase, le X9 Heron peine à se figer et à couper ses moteurs.

Conditions difficiles ?

J’ai utilisé l’appareil par jours de vent assez fort : il a réussi à maintenir sa position et son équilibre sans problème. Attention tout de même, le positionnement GPS n’est pas d’une précision formidable. Attendez-vous à des oscillations qui peuvent atteindre 1 à 2 mètres s’il y a du vent. Plus gênant : sur une perte de liaison radio, pourtant à très courte distance, le X9 Heron s’est lancé dans un retour au point de décollage. Il se trouvait sous un arbre à ce moment, il a donc commencé une ascension pour aller rejoindre la hauteur de RTH, soit 30 mètres. Malgré mes tentatives, je n’ai pas réussi à interrompre la séquence – la radiocommande et l’appareil ne se parlaient plus ! La mésaventure s’est achevée par une chute de quelques mètres – je l’ai tout de même rattrapé avant qu’il ne touche le sol.

Question de formatage

Où doit être insérée la carte mémoire microSD pour enregistrer les vidéos ? Il y a une trappe sur le côté gauche de l’appareil. Mais ce n’est pas là qu’il faut glisser la carte… Le souci, c’est que vous pouvez le faire ! La microSD tombe alors à l’intérieur du carénage. Il faut l’ouvrir pour la récupérer. Le même piège, exactement, se trouve sur le flanc droit de l’appareil. L’endroit où insérer la carte est à l’arrière de l’appareil, caché par une languette en caoutchouc. L’application requiert le formatage de la carte à la première utilisation. Sympa, mais elle n’est alors plus lisible sur Mac (je n’avais pas de PC Windows pour essayer). C’est le même comportement que sur le JJRC X7 Smart…

La solution ?

Elle consiste à télécharger les photos et les vidéos sur votre smartphone, depuis l’application Enjoy-Fly. Puis à les transférer du smartphone vers un ordinateur. Ca fonctionne, mais c’est fastidieux, surtout si la capacité mémoire de votre smartphone est limitée. L’autre solution consiste à utiliser un utilitaire de récupération des données. Ca fonctionne mais ce n’est évidemment pas une méthode que je recommande…

Les images

Photo 1920 x 1080 pixels

La caméra du X9 Heron filme en 1920 x 1080 pixels à 30 images par secondes. Il n’y a pas d’autre mode, et il n’y a d’ailleurs aucun réglage possible. Pas de valeur ISO, pas d’ouverture, pas de contraste, etc. On ne peut que démarrer l’enregistrement vidéo et le stopper, et prendre une photo. La nacelle qui porte la caméra est stabilisée sur 2 axes. Elle est… peu efficace. S’il y a peu de vent, elle suffit à réduire les vibrations de l’appareil. Mais elle peine à les supprimer totalement. Elle s’accommode mal de bourrasques, et même de la descente de l’appareil ! Elle penche parfois après une rotation (yaw). Les photos sont également prises en 1920 x 1080 pixels, sans réglages possibles. L’Exif des images ne comprend aucune donnée…

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

9 COMMENTAIRES

  1. Hello,
    Boom, tout est dit et bien dit : un Spark killer qui ne fera pas… d’étincelles.
    Merci, il est tellement difficile de s’y retrouver dans la guerre des clones.
    Bravo pour vos articles. Contenus et images sont pro, la rédaction impeccable, sans se prendre trop au sérieux non plus.
    PS: risque de confusion à appeler 5G le wifi 5.8GHz, non ?

  2. @ LudoRc : Merci 🙂
    Merci aussi pour le code ! A 150 €, c’est un prix encore plus plancher. Le souci, c’est que ça ne remédie pas aux points faibles de l’appareil, ça permet seulement de les accepter un peu plus facilement. J’en reste à ma conclusion : ce n’est pas un bon choix si on cherche à faire de belles images, mais ça l’est si le budget est définitivement serré.

    Pour le 5G wifi, oui, clairement, il y a risque de confusion 🙂

  3. Il y a beaucoup de drone pas mauvais du tout en terme de fonctionnalités à ce prix. C’est souvent la camera qui n’est pas top. Est t’il possible de changer les camera par des plus performantes ?

  4. Bonjour. Bravo pour la revue de ce drone qui est très juste parce que, en ayant un moi-même, j’ai constaté les mêmes lacunes, principalement au niveau de la caméra.

    J’ai un problème au niveau de la carte (map) qui m’indique systématiquement que le drone est à 3 km environ de son emplacement réel. En raison de ce problème, je n’ose pas utiliser les “waypoint” et autres fonctionnalisés de ce type. Je suis avec iOS avec un iPad Xr.

    J’ai deux questions: 1) avez-vous eu ce problème? 2) Quel site devrais-je visiter pour obtenir de l’aide. Le support de JJRC est inexistant.

    Merci!

  5. Bonjour ,
    Donc , si j’ai bien compris , sans smartphone 5G , on ne peut s’en servir ?
    Merci !

  6. Pour ceux qui veulent plus de support sur cet appareil, il se trouve que c’est un clone pixhawk et ArduPilot dedans.
    La series sera bientot supporté par ArduPilot.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.