Hawkeye Firefly 2, le test

3
3889

Pour revenir de vol avec de belles séquences vidéo souvenir, les pilotes de FPV racers utilisent le plus souvent une GoPro. Il faut dire que les caméras sportives du constructeur californien produisent de belles images, surtout lorsqu’elles sont stabilisées en temps réel, en post-production ou utilisées avec un filtre ND (et beaucoup de lumière). Seulement voilà, leur coût rend l’idée d’un crash assez pénible. La solution ? Opter pour une caméra à prix beaucoup plus léger. C’est ce que propose Firefly. Le format « box » adopté par le constructeur chinois n’est pas innocent : la marque entend concurrencer la GoPro Hero5 Session, cubique.

La vidéo

La vidéo non compressée (par YouTube) est disponible en téléchargement ici. Un sample raw d’une vidéo 1080p/60 filmée avec la Firefly 2 est disponible ici.

Tour du propriétaire

La Firefly 2 mesure 3 x 3 x 3,8 cm pour un poids de 34,5 grammes (avec une carte microSD). Elle est donc plus longue que large et épaisse. Ses dimensions sont inférieures à celle d‘une GoPro Session, c’est un point positif. Mais elle n’est par conséquent pas compatible avec les supports plastique ou TPU prévus pour la GoPro. Hawkeye fournit un support incliné et une protection en caoutchouc. Le premier permet de donner de l’angle à la caméra, indispensable sur un racer qui s’incline vers l’avant quand il vole rapidement. Le second permet de protéger la caméra, et aussi d’amortir un peu les vibrations.

L’extérieur

Dans quel sens doit être placée la Firefly 2 ? Je me suis fait avoir sur mes premiers vols : j’ai supposé que la face avec le logo était celle au-dessus. Résultat ? Je suis revenu de mes vols avec une caméra tournée d’un quart de tour, en mode portrait (plus haut que large). La façade supérieure est en fait celle avec les 2 boutons de contrôle. Sur la première version de la Firefly, les boutons étaient proéminents, et donc susceptibles d’être actionnés par mégarde. Bon point : sur la Firefly 2, ils sont légèrement en retrait.

L’extérieur, suite

Sur la façade de droite, on trouve la trappe qui accueille la carte mémoire microSD (non fournie), un connecteur USB Mini-B, différent des USB mini et USB micro habituels. Plus un trou pour effectuer un reset de la caméra. Sur la façade gauche, on trouve un connecteur à 2 pins : il est destiné à la télécommande filaire de la caméra. Il n’y a rien sur la façade inférieure, ni la façade arrière. A l’avant se trouve l’objectif, beaucoup plus petit que celui d’une GoPro.

Les accessoires fournis

Outre le support incliné et la protection en caoutchouc, Hawkeye fournit un ensemble de câbles comprenant une prise USB classique vers USB Mini-B destinée à la recharge de la batterie. Ces câbles comportent aussi une prise vidéo de type Composite pour une sortie analogique (sans son). On trouve aussi dans la boite une télécommande filaire avec 5 boutons et un petit fil. Elle est destinée aux réglages de la caméra, et à brancher sur le connecteur à 2 pins de la façade gauche. La dotation est complétée par un petit Velcro et un manuel imprimé sur un timbre poste, bien trop petit pour que je parvienne à le déchiffrer.

Première utilisation

La caméra est réglée par défaut sur un enregistrement non automatique, en 1080p/60. Pour l’allumer, il faut une pression longue (d’environ 3 secondes), sur le bouton on/off. Une petite LED bleue, un peu trop discrète, témoigne de l’allumage. Pour lancer l’enregistrement, il faut attendre un peu et faire une pression courte sur le même bouton. La LED bleue se met à clignoter pour indiquer l’enregistrement en cours. Une nouvelle pression courte stoppe l’enregistrement. La vidéo est automatiquement stockée sur la carte mémoire.

Sympa, mais…

Comment fait-on pour modifier les réglages de la caméra ? Direction le manuel… en ligne, plus lisible que la doc pour hobbits fournie dans la boite (voir ici). On y apprend – mais on s’en doutait un peu – que le bouton Mode permet de passer du 1080p au 2.5K puis au mode Photo, avec une pression de 2 secondes. La LED passe au rouge pour le mode 2.5K, et au mode bleu/rouge pour les photos. Peut-on effectuer d’autres réglages facilement sur le terrain ? Non.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

3 COMMENTAIRES

  1. Pour info les debits annoncés par la chaine TestUHD sur satellite sont: 6 mbits en 1080 et 24 mbits en 2160.

  2. @ CHD : Ca doit être en partie à cause de ces débits que les vidéos 4K (et même 1080p/60) sur YouTube sont difficile à regarder par rapport à du Vimeo ou le fichier original…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.