DroneVolt Streampack et Streampack Mini

6
1581

Pilotes de loisir, passez votre chemin, ces solutions sont destinées à un usage professionnel. Les Streampack sont des outils mobiles destinés à diffuser une source vidéo HD ou SD, numérique ou analogique, partout dans le monde. Potentiellement, du moins, puisqu’elle s’appuie sur les réseaux de téléphonie mobile : LTE, 4G, 3G. La source vidéo est chiffrée et streamée via un VPN sécurisé, avec une définition de 720p à 60 fps ou 1080p à 30 fps, avec possibilité de changer de définition en cours d’émission. La latence est évidemment fonction de la qualité de la liaison avec le réseau mobile – la fourchette donnée par DroneVolt est entre 200 et 2500 millisecondes.

Les versions

La version Streampack se présente sous la forme d’un sac à dos Pelicase compact, comprenant un boitier LTE à 5 modems pour profiter d’un haut débit (jusqu’à 25 Mbps) avec une compression h.265. Les batteries permettent de dépasser 4 heures de streaming en continu, avec la possibilité de remplacer les batteries à chaud. Le sac équipé pèse un peu plus de 5 kilos. La version Streampack Mini est beaucoup plus compacte, c’est un boitier de 15,5 x 4,5 x 13 cm, avec 2 modems LTE, et un codage en h.264. Il intègre aussi un enregistreur basé sur une carte mémoire microSD. Il faut lui ajouter une alimentation.

Pour qui ?

Les outils Streampack, développés par Incendium A/S , sont principalement destinés à aux applications de sécurité qui requièrent de la mobilité, notamment les levées de doute avec des drones. La mise en route du Streampack, selon DroneVolt, ne prend pas plus de 60 secondes. Mais on imagine l’intérêt d’une telle solution mobile sur des événements sportifs ou des reportages live, avec ou sans drones. Le prix est de 15000 € (hors taxes) pour la solution Streampack, et 9000 € pour la solution Streampack Mini. DroneVolt n’a pas communiqué sur la possibilité de location du matériel pour des événements ponctuels.

D’autres photos du Streampack

D’autres photos du Streampack Mini

6 COMMENTAIRES

  1. Bonjour, petite correction à apporter dans l’article: on ne dit pas “crypté” mais “chiffré” une connexion. Le premier n’a pas de sens.

  2. Bonjour,

    intéressant comme système. Par contre sur leur site je ne parviens pas à déterminer si en bout de chaîne il faut installer une appli ou un client lourd pour visionner les vidéos en live ou si un navigateur suffit avec le webRtc.

  3. Une source vdo diffusée en HD, 4h d’autonomie, deux version possibles selon les besoins, cette solution pourrait en effet intéresser des pros, avec ou sans drone.

    Pour rester dans ce domaine, et par analogie puisque nous traitons de réseau 4G, les adeptes du vol de loisir ne sont pas exclus de cette couverture réseau s’ils disposent d’un modem ad hoc embarqué. Pour illustrer mon propos, dans un état d’Amérique du nord ou le long range semble permis, le dernier record de durée de vol avec une Disco (et son Chuck modifié) à permis d’atteindre près de 2h50 de vol et quelques 130 km de distance. Coût (sans abonnements 4G) : quelques dizaines d’euros (modem, antennes, Li-Ion, etc..). Une durée de vol durant laquelle le live streaming s’est avéré très correct, si on en croit la vdo de l’auteur (https://www.youtube.com/watch?v=tWWhD1Ld-Xk).

    Plus modestement, et pour tester cette modification (adieu la garantie constructeur…), voici un vol que j’ai réalisé (hors de France). Distance parcourue 5 km (aller) et près de 50′ de vol, une fois revenu à la base. Le live streaming sur ma tablette a été de très bonne qualité, comme en témoigne la vdo, et ce grâce à une couverture réseau 4G très satisfaisante et correspondante aux repères que j’avais relevés, la veille, sur une cartographie des relais de l’opérateur. Le tout dans un VPN. (https://www.youtube.com/watch?v=ziteMnNLWAY&feature=youtu.be).

    Ainsi donc modfiée, une aile Disco, équipée d’un pack Li-Ion adéquat, est capable de “croiser” longtemps, sous réserve d’une bonne couverture réseau 4G. Cela étant, les 200m de distance et les 50m de hauteur que prévoit la loi actuelle en France limitent évidemment le résultat conjugué entre 4G et autonomie cité plus haut. Il reste néanmoins la possibilité d’effectuer, à titre récréatif et dans le périmètre autorisé, des vols de reconnaissance, voire d’effectuer “…les levées de doute avec des drones”.

  4. les journalistes utilisent depuis longtemps les streamings multi 3g ou multi 4g…
    des solutions us ou bretonnes existent… pour beaucoup moins cher

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.