Yuneec Typhoon H Plus, le test

10
6474

La nouvelle version du Typhoon H de Yuneec est enfin disponible, c’est le Typhoon H Plus ! A contre courant du marché qui privilégie les appareils aux dimensions réduites et au poids plume, le nouveau-venu chez Yuneec ne change pas de look par rapport à son prédécesseur, ou à son cousin le H520. C’est un appareil assez imposant avec ses 6 moteurs et ses 6 hélices. Un hexacoptère, ce qui selon Yuneec permet d’envisager des vols sereins. Que vaut le Typhoon H Plus ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil nous a été prêté par Yuneec. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

A noter que vous pouvez télécharger la vidéo originale sans la compression de YouTube, en 4K Cine.
Sont aussi à dispo des exemples de vidéos shootées dans différentes définitions, en h.264 et en h.265, ainsi que des exemples de photos, y compris en panoramas.

Tour du propriétaire

En ordre de vol, le Typhoon H Plus mesure 46 x 46 x 29 cm environ (sans compter les hélices). C’est donc une belle bête. Mais ses bras sont pliables, il ne mesure alors plus que 35 x 28 x 29 cm. Il tient ainsi dans la boite de transport. Dommage qu’il ne s’agisse que d’un conteneur en EPP, qui n’est utilisable que dans sa boite en carton. Une valisette de transport, un peu plus rigide, sans ouverture et avec une poignée aurait été plus agréable. Pour déplier les bras moteurs, rien de plus simple : il suffit de les relever, un clic indique qu’ils sont en position. Pour les replier, il faut appuyer sur un bouton à la base des bras. La manipulation ne prend que quelques secondes.

Le système d’hélices

Les hélices sont à retirer pour le transport. Ces modèles bipales de 25 cm (9,8 pouces) profitent d’un système de fixation autobloquant. Il est efficace : chaque hélice est mise en place en un geste, il ne faut pas plus de 5 secondes montre en main pour installer les 6. Un code couleur simple – noir et argent – permet de placer les hélices sans se tromper, avec un système de détrompeur pour éviter les erreurs. Pour les retirer, c’est aussi simple et rapide. Les 6 hélices pèsent 55 grammes, soit moins de 10 grammes la pièce. Elles sont plus grandes que celles du Typhoon H et du H520.

Batterie et chargeur

La batterie est un modèle propriétaire, une LiHV 4S 15,2V de 5250 mAh, qui pèse 565 grammes. Elle est équipée d’une poignée pour faciliter l’extraction. Dommage qu’elle ne dispose d’aucun outil de test de la tension de charge, d’autant que tous les concurrents de Yuneec ont adopté ce principe. Pour connaître l’état de charge d’une batterie, il faut lancer la procédure complète d’allumage du Typhoon H Plus. Le chargeur fourni avec l’appareil est assez imposant, prévu pour une seule batterie, avec une diode unique qui indique l’état de la charge. Rouge, ça charge, vert c’est chargé. Il fonctionne avec l’aide d’une alimentation secteur. Mais Yuneec fournit aussi un câble allume-cigares – pratique pour la recharge pendant un déplacement. Notez que le chargeur dispose d’une prise USB pour assurer la charge de la radiocommande.

La partie visible…

Il y a plusieurs pièces mécaniques sur le Typhoon H Plus. Outre les moteurs, le train d’atterrissage est fait de deux pieds motorisés. Deux courtes antennes 2,4 GHz sont placées à la base des pieds. Il y a aussi l’ensemble indissociable composé de la caméra C23 et de la nacelle destinée à la stabilisation des images. Amovible, elle repose sur 3 moteurs brushless et une base montée sur des amortisseurs en caoutchouc. Une cale bloque la nacelle pour le transport – il ne faut pas oublier de l’ôter avant d’allumer l’appareil. A l’avant de la machine se trouvent 2 capteurs à ultrasons qui s’occupent de la détection des obstacles vers l’avant (il faut être à plus de 1,50 mètre du sol pour qu’elle soit opérationnelle). Et ce sont les seuls capteurs visibles : pas de caméra verticale, pas de sonar vers le bas, pas d’infrarouge. Le poids du Typhoon H Plus est de 1376 grammes sans batterie ni hélices. En ordre de vol, il est de 1996 grammes. Juste en dessous de la barre des 2 kilos !

La partie invisible

Le Typhoon H Plus repose sur un contrôleur de vol PIX4 élaboré sur le principe de l’Open Source. C’est un composant éprouvé, qui profite d’une base de développeurs active. Il a été adopté par de nombreux constructeurs, notamment dans le domaine industriel, pour ses capacités à gérer des vols de manière automatique. Dans la caméra C23, on trouve un capteur de 1 pouce pour 20 mégapixels. Yuneec ne communique malheureusement pas sur le processeur qui s’occupe du traitement des données. L’objectif 23mm offre un FOV de 91°. La définition maximale en photo est 5472 x 3648 pixels, soit 19 mégapixels. En vidéo, la C23 offre du 4K Cine, soit 4096 x 2160 pixels à 60 images par seconde et du FullHD 1920 x 1080 pixels à 120 images par seconde pour de beaux ralentis. Sous la caméra se trouvent, protégées par une languette, une prise microUSB et la trappe pour la carte microSD.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

10 COMMENTAIRES

  1. Perso je les ai vu à RotorLive en Allemagne, cette machine me séduit plus que les Phantom étant un fana des hexa qui s’ils perdent un moteur/hélices restent contrôlables.
    De plus Yuneec jouit d’une réputation de SAV meilleure 🙂
    Puis la machine à plus de gueule que les sempiternels oiseaux blancs.

  2. les vidéos sont vraiment superbes !!! même sous YouTube 🙂

    par contre pour les photos …
    je viens de télécharger les 1,3 Go de photos
    en regardant de prés les 3 photos (jpg) 005 / 009 / 021 : je trouve que le lissage du JPG est vachement dur !!!
    comme s’ils avaient poussé le curseur netteté au maximum
    alors que le rendu du fichier DNG sous LR est vachement BON lui (et sans rien post-traiter en plus !!!)
    comparaison du YUN_0009 : https://nsa39.casimages.com/img/2018/07/29/18072909221527957.jpg

    en plus le gain en Mo n’est pas si important que ça … ~20Mo pour le JPG et “que” ~34 Mo pour le RAW !!!
    l’image est vraiment détériorée pour une réduction de taille de fichier … pas si importante que ça …

    le pano fait avec ICE à l’air pas mal du tout … y a surement moyen de faire une mini-planète bien sympa 🙂
    je vais essayer de mon côté … si vous acceptez, je la posterais ici 😉

    en tout cas merci encore beaucoup pour tous les essais publié ici 🙂

    yann

  3. la mini planète est prête 🙂
    je l’ai retouchée avec LR est c’est bien sympa comme résultat !!!
    d’ailleurs le pano fait avec ICE est vraiment PARFAIT !!!
    on voit pas les raccords et c’est encore plus visible sur la planète !!!

  4. Après un test comme ça, ça donne envie. Malheureusement pas évident de ce faire plaisir avec une grosse machine comme ça. Les racers sont plus fun et permettre de belle image dans une autre catégorie. Par contre j’aimerai bien essayé un gros porteur un jour genre alta 8 ou autre machine du genre.

  5. @Laloke, détrompe toi, c’est plaisant a piloter et en mode sport tu t’éclate bien, c’est sur que tu pilote pas
    un gros multi comme ça de la même manière qu’un petit quad, l’idéal c’est d’avoir les deux, je crashe le Tarot 250 TLH et le Realac Real 5 !! ;-))

    je me tâte pour remplacer le Q500 qui est encombrant, dépassé technologiquement
    mais toujours aussi fiable, malgré le fait que je m’attend a une défaillance un jour ou l’autre.

  6. Attention, je viens de faire l’amère expérience du SAV Yuneec ……… ULTRA NULLISSIME ……. (en réalité, totalement absent et/ou incompétent) …..
    Soyez super prudent lorsque vous achetez du Yuneec …. je viens de me faire prendre et je le regrette profondément (sur le sempiternel problème des mises à jour de la radio, mise à jour qui bloque tout !!!)

    Pour ma part, heureusement que mon revendeur est très réactif et sérieux sinon il ne me resterait que mes yeux pour pleurer.

    Yuneec SAV France n’existe plus (il semblerait) et Yuneec Allemagne est incompétent.

    Bon courage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.