MJX Bugs 3 Mini, le test

4
3301

Nous avions plutôt apprécié le Bugs 3, un multirotor brushless destiné aux débutants (voir le test ici). Le Bugs 3 Mini est la version petit format du Bugs 3 ! Car au lieu d’une diagonale de 31 cm de moteur à moteur, le Bugs 3 Mini ne mesure que 17,5 cm. Un petit appareil qui ressemble un peu à un racer. Mais même s’il est doté de moteurs brushless, il n’a pas pour but de rivaliser avec des machines de course. Lui est plutôt destiné à l’apprentissage du pilotage. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique. Notez que l’appareil nous a été donné par la boutique Geekbuying. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

La structure du Bugs 3 Mini est en plastique, le tout semble assez résistant. Les bras moteurs sont couverts, ne laissant entrevoir aucun fil. Les moteurs sont des modèles brushless 1306 à 2750KV pour des hélices bipales de 9,5 cm de diagonale, de type auto serrantes. Ce qui signifie qu’il n’y a pas besoin d’écrou, il suffit de les visser sur leur axe. Cela signifie aussi qu’elles sont spécifiques à ce modèle. La version du Bugs 3 Mini que j’ai testée est de base, sans caméra. Ce que l’on voit à l’avant est une diode blanche, peu puissante. A l’arrière se trouve un compartiment pour glisser la batterie. C’est un modèle propriétaire qui enferme une Lipo 2S 7,4V de 850 mAh et 45C.

Suite du tour

Pour la charger, MJX fournit un chargeur sur prise d’équilibrage et un adaptateur à venir fixer sur la batterie, pour faire le lien entre la prise propriétaire et la prise d’équilibrage. Ce sont là beaucoup d’efforts pour rendre les utilisateurs de la machine captifs avec les batteries de MJX. La radiocommande fournie avec l’appareil affiche un look tout en rondeurs, avec 2 joysticks, 4 boutons à l’avant, 2 à l’arrière, 4 trims et une molette factice. Ainsi que deux antennes type oreilles de lapins crétins. On ne peut les orienter que vers le bas. Bizarre pour des antennes dont le plat semble devoir être dirigé vers le drone, comme c’est le cas avec des appareils plus haut de gamme. La radiocommande est en mode 2, gaz à gauche.

Fin du tour

J’ai ouvert le boitier pour étudier la possibilité de passer la radiocommande en mode 1 (gaz à droite). Malheureusement les joysticks sont soudés, la modification dépasse mes compétences. Dommage. Mes tests sont déroulés avec mes faiblissimes compétences en mode 2 (puisque je pilote d’ordinaire en mode 1, gaz  droite). L’ouverture de la radiocommande permet de découvrir que les antennes sont… factices ! L’antenne 2,4 GHz est unique et logée sur le haut du boitier, juste au-dessus du logo MJX. Vous pouvez par conséquent orienter les antennes comme il vous plait, ou même les retirer…

Un détail ?

Pour paraitre plus lourde, la radiocommande est lestée de deux poids ! Il faut 4 piles AA (ou rechargeables) pour alimenter la radio, à placer dans le logement à l’arrière. En parlant de poids, le Bugs 3 Mini pèse 131,5 grammes sans la batterie, laquelle ajoute 56,3 grammes. Pensez, avant de décoller, à faire un calibrage de la radiocommande : allumez la radio en appuyant sur le bouton rouge, puis poussez le joystick de droite vers le bas. Ensuite poussez le trim vertical vers le bas pendant 3 secondes, jusqu’à ce que la radio bippe 3 fois. Ensuite gigotez les joysticks dans toutes les directions. Terminez en poussant à nouveau le trim vers le bas pendant 3 secondes jusqu’à ce que la radio bippe 3 fois. Profitez-en pour calibrer le gyroscope du Bugs 3 Mini : allumez radio et drone, puis poussez les deux joysticks vers le bas droite. Les diodes clignotent, c’est fait ! Si plus tard vous constatez une dérive un peu forte, refaites un calibrage de gyroscope.

Premier décollage

Pour armer les moteurs, il faut une pression courte sur le bouton rouge. Les moteurs tournent au ralenti, à vous de pousser les gaz. Le Bugs 3 Mini décolle très vite, brusquement si vous poussez un peu fort la manette des gaz. Les autres commandes sont tout aussi réactives ! La bonne nouvelle, c’est que l’appareil est vif. Ce qui peut inquiéter les pilotes débutants, qui n’en demandent pas tant. Mais le comportement est sain, et la vivacité permet d’apprendre à être doux sur les commandes. L’appareil peut être chahuté, la stabilisation de son contrôleur de vol est efficace. On s’enhardit rapidement à pousser les gaz.

Le Bugs 3 Mini suit la cadence

Il faut être prudent et veiller à ne pas aller trop loin sous peine de ne plus le voir. Pour couper les moteurs, il faut une pression longue, 3 secondes environ, sur le bouton rouge. Pas de problème si vous vous posez correctement. Mais si l’engin se retrouve sur le dos, les moteurs continuent de tourner pendant 3 secondes au moins ! Il aurait été plus avisé de devoir appuyer 3 secondes pour armer les moteurs, et de pouvoir les couper instantanément. A se demander si MJX n’a pas trouvé là un moyen de vendre plus rapidement des moteurs et des contrôleurs de vol… La radiocommande peut bipper pour deux raisons : soit parce que la liaison avec l”appareil est perdue, auquel cas un failsafe coupe les moteurs, soit parce que la batterie du Bugs 3 Mini est faible. Dans ce cas, les diodes de l’appareil clignotent et un buzzer s’active… mais il produit un son très faible.

On apprécie…

Deux points très positifs sont à noter. Le premier, c’est que l’autonomie atteint les 10 minutes de vol, même en pilotant de manière agressive. La seconde, c’est que l’appareil se sort sans broncher de gros crashs dans l’herbe, sans doute grâce à sa structure plastique et son poids plume. Il ne faut pas en attendre de miracle non plus, des crashs sur du béton auront raison du Bugs 3 Mini. Un troisième point positif ? Le constructeur propose – des pièces détachées, notamment la structure principale et le carénage, pour quelques euros seulement. La touche L/H permet d’activer des débattements plus grands : le Bugs 3 Mini devient encore plus réactif. Il tient plutôt bien dans le vent, malgré son poids plume. Il est parfait pour des vols en extérieur ou en gymnase. En intérieur, il est un peu trop puissant et nerveux pour être utilisé correctement.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

4 COMMENTAIRES

  1. Salut Fred, chouette test comme d’hab, mais une question tout de même : quid de l’autonomie avec la caméra et le vtx à bord ?
    Parce que ça m’intéresse pour faire débuter la gamine 😉

  2. @ Alain (ToucheF12) : Il n’y a pas de réduction signification de l’autonomie avec le système FPV à bord, elle est entre 8 et 10 minutes selon le degré d’énervement du pilote… 🙂

  3. Bonjour

    Moi je dis qu’il est à 45€

    Comme ça on est 2 à raconter des conneries !!!!
    y a qu’à vérifier :
    MJX Bugs 3 Mini 175mm Wheelbase Mini Brushless Racing Drone 4in1 4A ESC RC Quadcopter RTF – Black
    Item Code: 390196 (6 Reviews)
    Price:

    78.42€ 85.92
    Discount:9% OFF

  4. @ Jean-Herald Khu : Ah ben zut, il est monté en gamme… Bon, je le mets à 35 € pour être sûr de rester dans l’erreur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.