Parrot : les résultats du 3e trimestre 2017

7
1902

Le constructeur Parrot s’est trouvé dans la tourmente début 2017 (voir ici). La société dirigée par Henri Seydoux a opéré une difficile réorganisation, notamment avec des effectifs en baisse de 854 (fin 2016) à 572 personnes. Parrot va-t-il mieux ? Les résultats financiers du troisième trimestre 2017 semblent indiquer une amélioration de la marge brute, mais le constructeur souffre toujours d’un résultat net négatif. Le cap de la fin d’année est important puisque les ventes de fin d’année ont un fort impact sur le résultat de la société.

Tout pour le professionnel ?

Les parts de chaque secteur sont restées assez semblables entre 2016 et 2017 : les drones professionnels sont passés de 19 % du chiffre d’affaires à 22 %, les drones grand public de 56 % à 58 %, et le reste (dont l’audio) de 22 à 19 %. Le communiqué de presse de Parrot indique que « Pour l’exercice 2017, Parrot confirme viser une croissance globale de son chiffre d’affaires, tirée par la croissance des drones professionnels et une croissance modérée dans les drones grand public qui s’accompagnera d’une forte amélioration de la marge brute et d’une forte diminution des pertes opérationnelles et des pertes nettes ». On peut en déduire que Parrot va miser sur le professionnel pour assurer sa croissance, tout en maintenant sa présence dans le grand public. Car il est difficile de se passer de 58 % de son chiffre d’affaires…

Et pour 2018 ?

On attend que Parrot présente des produits grand public autres que le Mambo FPV et le Bebop 2 Power, qui n’étaient que des renouvellements de gammes existantes. Il faut des annonces capables de déstabiliser la concurrence, principalement celle de DJI qui détient environ 70 % des parts de marché. Henri Seydoux ne nous en dira pas plus qu’un énigmatique « Au-delà̀ des ventes de fin d’année, la feuille de route 2018 est maintenant bien engagée ». Pourtant on aimerait savoir !

Source : Parrot

7 COMMENTAIRES

  1. Parrot est une belle marque qui suscite le désir et créée une émotion au regard de ses produits.

    Le consommateur particulier, comme le professionnel, a besoin de points de repère.
    66% de sa décision d’acquérir un de leurs produits est déjà prise en utilisant Internet, par bouche à oreille, sans qu’il est besoin d’un conseiller, d’un vendeur. Reste à transformer les 34% restant en achat.

    S’ils veulent transformer, il faudrait qu’ils se mettent à revoir leur politique de prix.

    Prenons l’exemple du Parrot Disco.
    Des mois et des mois à env. 1299€, puis d’un coup, le pack passe à 499€ il y a quelques semaines, et là, il est repassé à 899€ sur leur shop.

    Entre deux lipos, ça discute pas mal sur le terrain sur les marges qu’ils se font et le fait que tel ou tel “n’aurait jamais acheté un pack Disco FPV s’il n’était pas à 499€”. Sans compter tout ceux qui râlent et qui l’ont acheté au prix fort.

    Entre DJI qui occupe 74% de part de marché (qui fixe ses prix aux clients et aux revendeurs, opérant une baisse de prix la plupart du temps au moment de la sortie du nouvel opus à venir) et Parrot qui joue au yoyo avec sa grille tarifaire, difficile d’apprivoiser sereinement le perroquet.

  2. @5GTT: En effet, le Spark étant un peu sombre et n’ayant pas agrandit l’image, je n’avais pas vu dans quelle direction il était. Cependant, rien ne dit que le Spark n’est pas en train de reculer, et du coup le Bebop le suit bien… Oui bon, je n’aime pas avoir tort! 😛

  3. @ stitch et 5GTT : Les deux machines étaient en stationnaire pour la prise de vues 🙂 C’est que je galère à photographier et à piloter 1 machine en même temps, alors photographier et piloter 2 machines en même temps… 😉
    (les autres photos sont ici)

  4. J’ai un dji phantom 4 et j’ai une parrot disco, et bien que que ce sont deux machines totalement differentes, je peux quand meme vous dire que ce n’est pas du tout la meme finition. Chez dji, tout est propre, bien pencé, solide, design, bref c est beau. Pour la parrot disco, c est le fun aussi a faire voler, mais c est pas la meme finition, le logiciel est moins pro, la manette parait jouet, le touché des boutons etc. Les 2sont vraiment le fun a faire volet mais il y a un net decalage dans le choix des materieux et la finition.

  5. […] forte amélioration de la marge brute et d’une forte diminution des pertes opérationnelles et des pertes nettes[..]
    “Les dépenses opérationnelles courantes sont de 24,6 M€, soit une baisse annuelle de 15 M€, et de 2,5 M€ par rapport au trimestre précédent, permise par la finalisation de la réorganisation, les mesures d’économies et l’optimisation des process”

    Ils se gardent d’évoquer les quotes part d’imputation de ces baisses.

    Chez parrot on boit de l’eau, s’assoie sur des chaise de jardin (les blanches bien cheapos) et on bosse sur des dx400

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here