Parrot dans la tourmente

22
2425

Un communiqué de presse de Parrot indique que les résultats préliminaires de la société sont inférieurs aux prévisions. Les résultats définitifs seront publiés le 1er mars 2017. Le chiffre d’affaires a été de 85 millions d’euros au lieu de 100 attendus. Sachant que les drones grand public représentent 57 % du chiffre d’affaires de Parrot, on peut y voir un retard technologique face aux concurrents asiatiques, principalement le désormais géant DJI. La 4K est notamment absente des appareils de la marque, alors que tous les concurrents disposent d’une offre. La qualité des photos et des vidéos est aussi pointée du doigt. Il manque probablement des outils grand public haut de gamme et d’autres pour répondre à une attente semi professionnelle, pour éviter de laisser DJI occuper ces deux segments de marché avec les modèles Phantom 4, Mavic Pro et Inspire. On peut y voir aussi un nombre trop important de produits très grand public, des minidrones qu’il est difficile de différencier. Et sans doute des raisons structurelles plus complexes à déceler. Le titre Parrot a dévissé de 15 % suite à l’annonce de ces résultats en berne, avec une cotation à 9,34 € à la bourse de Paris le mardi 10 janvier 2017.

Les annonces de Parrot ?

Le groupe envisage de réduire le nombre de produits, de prendre en compte l’expérience acquise avec les drones professionnels pour l’injecter dans des outils grand public, de se recentrer sur les marchés porteurs. Ces décisions s’accompagnent d’un plan de réduction du personnel, qui diminuera les effectifs de 30,9 %, dont 17,8 % en France. Une passe difficile à négocier pour Parrot, malgré une trésorerie positive de 200 millions d’euros. Le constructeur français a noué des partenariats intéressants, nous avons pu en découvrir certains en avant-première, qui devraient donner naissance à des initiatives séduisantes au cours de 2017. Espérons voir des annonces de produits capables de faire face à la concurrence au printemps 2017, pour préparer l’été. Puisqu’avec les noms employés par Parrot il est toujours question de musiques, j’attends avec impatience le Hard Rock. Et le Heavy Metal !

L’intégralité du communiqué de Parrot

« Résultats préliminaires du 4ème trimestre 2016 Réorganisation des activités drones grand public

Eléments financiers préliminaires

Les données financières exposées ci-dessous sont les meilleures estimations du Groupe à date et n’ont pas été auditées ni fait l’objet d’une revue des commissaires aux comptes. Les résultats annuels consolidés audités et arrêtés par le Conseil d’administration seront publiés comme prévu le 1er mars 2017.

A l’issue du 4ème trimestre 2016, Parrot enregistre un chiffre d’affaires d’environ 85 M€ inférieur à son objectif d’environ 100 M€ communiqué fin novembre1.

Le chiffre d’affaires de l’activité Automobile s’établit à environ 23 M€, en ligne avec les attentes.

Les Drones ont généré un chiffre d’affaires autour de 60 M€, dont environ 11 M€ pour les drones professionnels et 49 M€ pour les drones grand public.

La dynamique commerciale du 4ème trimestre dans les drones grand public n’a pu être atteinte qu’au prix de marges insuffisantes pour assurer une croissance rentable de cette activité à moyen et long terme.

Le Groupe s’est fixé comme priorité de régler rapidement ce défi avec une stratégie visant à rétablir ses équilibres financiers.

Drones grand publics : projet de réorganisation et de redéploiement

Parrot prend acte de l’évolution du marché des drones grand public et considère que la gestion de son développement sur ce segment passe par une adaptation de son offre dans un contexte de réduction des coûts.

Le plan d’action envisagé vise à adapter le niveau des ressources engagées au niveau d’activité atteint en 2016. Il s’appuie sur quatre axes :

– Concentrer la capacité d’innovation sur un nombre réduit de nouveaux produits avec la volonté d’accomplir un bond technologique significatif ;

– Redéployer l’offre de produits en s’appuyant notamment sur les expertises acquises dans les drones professionnels ;

– Recentrer les moyens marketing et commerciaux sur les canaux de distribution les plus rentables et les marchés les plus prometteurs ;

– Ajuster les fonctions support au niveau de l’activité.

Dans cette perspective, Parrot envisage, en concertation avec les instances représentatives du personnel et dans le cadre juridique applicable, un plan qui pourrait aboutir à réduire les effectifs d’environ 290 personnes sur un total de 840 salariés actuellement dédiés aux activités Drones du Groupe. Les réductions viseraient les effectifs tant en France qu’à l’étranger. En France, le projet se traduirait par la suppression d’environ 150 postes, compte tenu notamment des reclassements possibles dans les autres activités du Groupe.

Au global le coût de cette transition est estimé à environ 45 M€, incluant environ 20 M€ de dépréciations d’actifs qui seront provisionnées dans les comptes 2016.

1 Cf. communiqué Parrot du 14 novembre 2016 : Résultats du 3ème trimestre 2016, disponible ici : https://corporate.parrot.com/fr/publicationsfinancieres/resultatsdu3etrimestre2016

Drones professionnels : poursuite des investissements

L’activité dans les drones professionnels (cartographique / monitoring, agriculture et inspection) a continué de se développer. L’offre de drones, de solutions et de services professionnels a été rationalisée et a continué de s’étoffer.

Parrot vise en 2017 une accélération de sa croissance et entend poursuivre son plan d’investissements en s’appuyant comme par le passé sur les atouts de chacune des filiales tout en favorisant en parallèle une approche verticale, adaptées à certains segments de clientèles en quête d’une offre complète et intégrée que Parrot a les moyens de servir habilement.

Automobile : poursuite du projet de partenariat et déconsolidation de l’activité grands comptes

Les négociations2 avec Faurecia concernant l’activité Automobile grands comptes se poursuivent sur les bases annoncées le 6 décembre 2016 et, à la suite de l’avis favorable du comité d’entreprise, devraient pouvoir aboutir à une signature courant janvier des accords définitifs qui feront l’objet d’un communiqué, la réalisation effective des opérations étant prévue dans le courant du 1er trimestre après réception des autorisations règlementaires.

Dans la perspective de la concrétisation du partenariat, les actifs, passifs et opérations de Parrot Automotive (activité Automobile grand comptes) seraient présentés dans les comptes 2016 selon les dispositions d’IFRS 5 « Actifs destinés à être cédés», puis après la conclusion des accords, la société serait mise en équivalence.

Le plan de marche est conforme aux attentes avec une reprise de la croissance de l’activité Automobile en 2017.

Premiers éléments d’appréciation des perspectives financières pour 2017

Avec environ 200 M€ de trésorerie nette à fin décembre 2016, outre la perspective de la souscription par Faurecia à une augmentation de capital de Parrot Automotive et aux obligations remboursables en action Parrot Automotive, Parrot dispose d’une situation financière saine et de la capacité de financer le rétablissement de ses équilibres opérationnels et la poursuite de ses investissements dans un secteur des drones civils en pleine croissance dans lequel il compte pleinement jouer son rôle parmi les leaders.

La stratégie de Parrot dans les Drones reste dans la ligne de celle communiquée au moment de l’augmentation de capital de fin 2015 : le développement d’un positionnement original sur le segment grand public associé à une montée en puissance dans le segment professionnel, avec pour objectif de constituer une part de marché de taille mondiale et rentable dans le domaine des drones civils.

Parrot vise en 2017 une croissance de l’ordre de 10% dans les Drones et dans l’Automobile3, et se fixe comme objectif d’équilibrer sur l’année son exploitation hors coûts de transition de son activité Drones grand public.

Henri Seydoux, Président Directeur général de Parrot conclut : « Parrot est positionné sur deux secteurs extrêmement prometteurs de la high tech : les drones civils et les voitures connectées. En réorganisant rapidement l’entreprise je suis confiant dans l’excellence de nos choix technologiques et dans notre capacité à rester un leader tout en renouant avec une croissance durable et profitable. »

2 Cf. communiqué Parrot du 6 décembre 2016 : Projet de partenariat avec Faurecia, disponible ici : https://corporate.parrot.com/fr/communiquesdepresse/projetdepartenariatavecfaurecia

3 étant entendu que le secteur Automobile grands comptes serait retraité selon les dispositions d’IFRS 5 et serait mis en équivalence à la conclusion des accords.

A PROPOS DE PARROT

Fondée en 1994 par Henri Seydoux, Parrot conçoit, développe et commercialise des produits sans fil de haute technologie à destination du grand public et des grands comptes. L’entreprise s’appuie sur une expertise technologique commune pour se développer sur trois principaux secteurs :

– Les drones civils avec des drones de loisirs et des solutions destinées aux marchés professionnels.

– L’automobile avec la gamme la plus étendue du marché de systèmes de communication mains-libres et d’infotainment pour la voiture.

– Les objets connectés dans les domaines du son et du jardin notamment.

Parrot, dont le siège est à Paris, compte aujourd’hui plus de 1 000 collaborateurs dans le monde et réalise la grande majorité de ses ventes à l’international. Parrot est cotée depuis 2006 sur Euronext Paris (FR0004038263 – PARRO). Pour plus d’informations: www.parrot.com »

22 COMMENTAIRES

  1. Ben y’a pas qu’autour de moi il y a des difficultés, je disais encore l’an passé qu’on ferait bien de s’intéresser aux drones pour avoir un marché en croissance … sic ….
    Mais le drone de loisir n’est et ne sera florissant que si les gens ont de quoi se payer de vrais loisirs et pas des semblant de gadgets chinois à trois sous 🙁 🙁

  2. pourtant la recette est simple :
    pliable, retour vidéo en HD, une meilleur camera et surtout garder la solidité et la taille du bebop…
    Mais ils préfèrent faire les guignoles au CES 2017 avec des drones qui danse la lambada……………….

  3. Je crois sincèrement que le drone est une histoire de passionnés, le grand publique se lasse bien trop vite de ce genre de gadgets construits pour eux avec des pièces détachées trop onéreuses.

    Je connais plein de gens qui ont acheté un drone pour faire des vidéo et une fois avoir filmé leur maison sous toutes les coutures, le chien et les enfants, ils se rendent compte que les vidéos ne servent finalement pas à grand chose et au final le drone fini sur LBC ou dans un placard si ce n’est pas une batterie morte ou des hélices à racheter qui annonce la fin de sa courte vie.

  4. @ Tomppy :
    C’est pas faux, le grand public est versatile. Dès qu’une nouvelle marotte fera son apparition, il migrera. D’un autre côté, c’est peut être pas plus mal. Cela évitera peut être des incidents liés à des conditions de vol scabreuses, et que les médias soit focalisés sur ce loisir dès qu’il y a un incident.

  5. Tomppy a mille fois raison moi aussi autour de moi les drones on tous fini au fond d un placard quand au drone racing ils va ce faire bouffé par le esport (foot) restera les passionnes.quand a l usage professionnel ya un problème d autonomie,j ais vue les gas de LCI fair des testes d un drone alimenter par câble 🙂

  6. FPV_67 : C’est pas qu’une question d’argent. C’est une question de législation aussi…

    Avec des lois plus souple, le marché du drone décollerait litéralement.

  7. terry c est pas une question de législation,mais de passion.est d argent.le marche du drone est une bulle avec des gens qui cherche a faire de l argent avant quelle éclate

  8. Franchement les BeBop et autres discos sont beaucoup trop chers par rapport à ce que l’on trouve ailleurs, que ce soit en wifi ou en “vrai” 2.4 et 5.8. Leur erreur a été de vouloir rester sur un positionnement “haut de gamme” avec des produits clairement moyen de gamme. Et une vague de minidrones ridicules sans même une caméra embarquée alors que ce segment croule sous les équivalents chinois, moins cher et plus riches en fonctionnalités.

  9. Bonsoir, Je tenais à défendre Parrot, société Française (je ne suis pas Arnaud).

    J’avais acheté un drône AEE suite à une bonne offre. J’y ai glissé par caméra Sportive (je n’ai pas envie de faire de la pub pour ceux qui ont un mauvais Karma) et ce fut la déception. J’ai donc décidé d’y mettre la fameuse caméra+mon stabilisateur. ça fonctionne pas mal mais c’est lourd, que ce soit en en poids ou en organisation.

    Et ma tendre et chère épouse m’a offert le Bebop 2 à Noël avec le sky controler2.

    Alors oui, j”ai lu ici et là que la vidéo n’est pas top, qu’en dessous de tant de °c, l’image n’est pas génial, mais franchement les gars, qui parmi vous va finir au festival de Cannes et dans un concours de cours métrage ou de reportages animalier?

    Moi le Bebop2, je le trouve génial, il est petit, il a la pêche, il monte à 6m/s, il fait des vidéo sympa et il a un prix raisonnable ‘oui acheté à Boël donc moins de 500€) et il n’aura ps besoin d’être déclaré.

    Et en plus, je fais vivre un vendeur français et un concepteur français.

    Et surtout, on ne peut pas leur reprocher d’être créatif, il ont une offre plus que sympa pour les enfants.

    Voilou.

    Bon vol à tous

  10. Je suis tout à fait d’accord avec Benoit.
    De plus, je trouve que le Bebop 2 a été beaucoup trop comparé et denigré face à des produits plus haut de gamme dont Dji par exemple.
    Pourtant, ce ne sont pas les mêmes machines ni surtout les mêmes budgets…
    Dans sa catégorie, le Bebop 2 est très bien et sans réelle concurrence.
    Toutes ces comparaisons reviennent à comparer par exemple un smartphone prix moyen avec un samsung S7 ou je ne sais quel produit à la pomme.

  11. Et surtout n’oublions pas que si on veut comparer, ce n’est forcément celui qu’on croit qui est le plus cher.
    Parrot Bebop 2=conception francaise + fabrication chinoise
    Dji phantom 3 standard = conception chinoise + fabrication chinoise.
    Et la batterie supplémentaire à 59€, comparé à 150€ chez DJI, c’est aussi important dans la vie d’un drone.

  12. @Benoits
    Les batteries neuves “Officielles” DJI pour P3 se trouvent sans souci @~90€ sur Ebay par exemple, et ce sont bien des batteries officielles.
    (Perso j’ai des batteries génériques P3 @60€ ^^ qui fonctionnent très bien depuis plusieurs mois mais ce choix n’engage que moi)

  13. Ca fait déjà quelques années que Parrot a fourni le drone idéal…Bien Bien avant le Mavic. La seule chose demandée alors par les afficionados était d’avoir de meilleures images par une caméra digne de ce nom, à l’époque.

    Bien évidemment, la merveilleuse machine commerciale française a préféré écouter les discours des financiers qui tablaient sur une diversification des produits vers le “familial” (le jouet de milieu de gamme) pour amasser un maximum de fric en un minimum de temps en prévision, plutôt que de continuer à opter vers l’innovation technologique qui leur était le plus favorable sur leur schéma de production d’alors.

    Comme les sondages en politique, rien n’a marché comme prévu.
    Le résultat d’aujourd’hui : des pertes financières significatives… Quoique ???

    Bref, une histoire française bien classique, voire banale à l’image de la tristesse ambiante sur le territoire national…A qui la faute, aux salariés de cette entreprise bien sûr : Donc au chôm’du !!! TOUT EST LOGIQUE.

    Et le côté perverse de cette histoire, c’est que les mêmes financiers sont toujours là, eux, et qu’ils prévoient dans leur carton, sûrement encore tous un tas d’inepties “bien design” … Bref, encore une entreprise qui se fait plaisir et qui n’en a rien à foutre de votre avis…même le plus lucide sur la question.

    C’est un peu le “Karma” actuel des sociétés commerciales du territoire : Pourquoi faire un drone au top alors qu’on peut écouler par centaine des simulacres de drone au plus grand nombre…Mais voilà la France, c’est pas la Chine les gars. ET ça ne le sera jamais.

  14. PLANCHON je suis tout a fait d accord avec toi je rajouterais juste et tout ça en se regardant le nombril 🙂

  15. Je pense surtout que la bulle drone commence à éclater. Les produits parrot sont au final passable et ne valent clairement pas la concurrence… soit parrot évolue et nous sort un ou deux modèles top et pour pas cher soit la société à terme et voué à disparaître. Ce sont les dures loi de la concurrence et de l’excellence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here