Eachine Q90C, le test

8
2745

C’est le petit frère du Flying Frog Q90 : même forme évoquant une grenouille, même couleur verte pour le carénage, mêmes extrémités de bras moteurs qui ressemblent à des pattes de batracien… Le moule du carénage est d’ailleurs exactement le même, mais en plastique transparent. Nous avions beaucoup apprécié le premier modèle (voir ici). Celui-ci est-il encore mieux ? Réponse dans cette chronique. Notez que le Q90C nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

La radiocommande ne propose que le mode 2 (gaz à gauche). Puisque je pilote en mode 1, j’ai fait mes vols en mode stabilisé. Ce qui permet d’affirmer que la stabilisation est très correcte. Laurent, mode 2, a pris l’appareil en mains en mode Acro (Manual).

Tour du propriétaire

Les caractéristiques du Q90C sont presque un copier-coller de celles du Q90 ! Puisque le carénage est semblable (et même interchangeable avec celui du Q90), les dimensions sont inchangées : 14,7 x 12,2 x 4,5 cm avec les protections d’hélices, 10,5 x 8 x 4,5 sans. La caméra est toujours placée à l’horizontale, sans inclinaison et sans possibilité de lui donner de l’angle, et c’est toujours une 1000TVL. La batterie est à placer sous l’appareil, avec un connecteur Molex 2.0, maintenue par un élastique. Les protections d’hélices viennent se placer sur les moteurs, des modèles brushed de type 8520 à 14000KV. Ce sont donc le mêmes que ceux du Q90.

Ce qui change ?

Les hélices sont désormais des tripales. L’appareil est livré RTF (Ready To Fly), c’est-à-dire avec une batterie et une radiocommande, prêt à décoller. Vraiment prêt à décoller : il ne manque que 4 piles AA pour quitter le sol. La batterie est une Lipo 2S 7,4V de 300 mAh 25C livrée avec un chargeur USB. La bonne nouvelle ? Le 2S promet des vols rapides. La mauvaise ? La batterie perd 50 mAh par rapport à celle du Q90, on peut s’attendre logiquement à une autonomie un peu réduite. Il faut un peu plus d’une heure pour recharger cette batterie.

La radiocommande

Nous l’avons vu, elle est livrée avec le Q90C. C’est un modèle d’entrée de gamme, petite et efficace, mais à l’évidence peu précise. Elle est dépourvue d’antenne, ce qui la rend suffisamment solide pour être jetée dans un sac à dos sans trop de précautions. La façade de la radio présente 6 boutons liebllés D/R, Bind, CH/Game, Angle, Horizon et Manual. On comprend rapidement que la radiocommande, bien qu’en 2,4 GHz, fonctionne avec son propre protocole incompatible avec les autres radiocommandes du marché, y compris la T8SG de Eachine. Le Q90C est donc condamné à être utilisé avec sa radiocommande… C’est un modèle mode 2, gaz à gauche. Tant pis pour les mode 1, 3 et 4.

Inhabituel…

La fiche technique du Q90C est catégorique : c’est le firmware Betaflight qui anime l’appareil. Vérification en le branchant avec le câble USB (fourni) via le connecteur microUSB situé sur le flanc gauche, facilement accessible. Si vous utilisez votre propre câble, sachant qu’il faut une prise microUSB à gaine étroite pour passer entre les deux bras moteurs. L’appareil est effectivement détecté sous Betaflight Configurator. Direction l’onglet CLI pour connaître la version de Betaflight. Surprise : les commandes CLI ne répondent pas. Ni « version », ni « dump », ni rien d’autres ! Retour aux onglets habituels…

Vraiment inhabituel !

Le Q90C affiche sa différence : les 4 voies du récepteur fonctionnent, mais on ne trouve pas de trace des boutons (à défaut d’interrupteurs). Il n’est pas possible de tester les moteurs non plus. Le protocole moteur est PWD, rien n’est prévu pour gérer l’armement des moteurs ni le changement de modes. Bref, on se trouve face à un Betaflight qui ne répond pas. La fiche technique indique que seuls les PID peuvent être modifiés. Bien bien. Qu’à cela ne tienne, tant pis pour les réglages de Betaflight, place au vol ! Allumez la radiocommande : elle vibre par intermittence, signe qu’il n’y a pas de liaison radio. Branchez la batterie : les vibrations s’interrompent. Signe qu’un système de télémétrie est en place entre le Q90C et la radio. Intéressant !

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

8 COMMENTAIRES

  1. Hello.
    Dommage pour l’absence de protocoles dsm ou autres, c’est très limitatif surtout pour les pilotes autres que mode2. J’ai l”ancien” q90 qui marche très bien après changement du rx dsm qui est buggé (j’ai perdu mon 1er q90 à cause du fail safe buggé).aussi, le pack plus petit c’est dommage. On perds une grosse minute d autonomie.
    Bref pas vraiment un évolution positive.
    merci au site helicomicro excellent en infos et essai détaillés et à la portée de tout le monde.
    Jean

  2. Un masque, un petit quad, une radio et autres accessoires pour 76€… à balancer dans un petit sac à dos lors d’une rando dans les Alpes après un bon petit sandwich une fois arrivé au col…

    Pourquoi pas 😉

  3. Fausse joie en effet 🤔
    Donc on n’a pas encore trouvé le chaînon manquant pour que les lecteurs d’HelicoMicro puissent faire passer leurs kids des drones jouet à des quad FPV 2s brushed reglables.
    J’ai pris le Furibee 90 Wasp à 25eur hier, on verra si sa réception Dsm2 et sa fragilité sont si mauvaises…

  4. Au moins j’aurais eu de la chance : le Furibee F90 est déjà remonté à $78 chez Gearbest.
    Je suis surpris que HM n’ai pas mentionné ce 11.11 ‘Jour des célibataires’ et de bonnes affaires en Chine. Ou alors j’ai raté l’info.

  5. @ morgan : Non, c’est là tout le problème, l’appareil est en rideau dès qu’on touche à Betaflight.
    Mais peut-être que quelqu’un trouvera une solution pour contourner le problème…

  6. Fred, concernant le mode 1 puisque tu en parles dans ton test, aurais tu une petite liste de drone RTF qui sont vendus dans ce mode car c’est la croix et la bannière pour les trouver. D’ailleurs tu ne pourrais pas le rajouter dans une colonne de ton tableau comparatif. 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here