Collision possible entre un Boeing 737 et un drone

22
1776

Un nouvel incident a été rapporté par le pilote d’un Boeing 737-887 de la compagnie Aerolinas Argentinas. Samedi 11 novembre 2017, vers 9h15, alors que l’appareil était en approche de l’aéroport Jorge-Newbery de Buenos Aires, le commandant de bord a fait état d’un visuel avec un drone présent sur la trajectoire, puis d’un choc. Une photo circule sur les réseaux sociaux, montrant… peu de choses ! Des internautes y ont vu des déchirures (il n’y en a pas), d’autres une hélice plantée dans le fuselage (il s’agit du capteur d’incidence). Une autre photo montre un extrait de rapport qui mentionne un « impact apparent sous la fenêtre L2 ». Il est difficile de vérifier si la photo est en rapport avec l’incident !

Plausible ?

L’impact aurait eu lieu à environ 1000 mètres de la piste. A cette distance, si l’on en croit le site Flightradar24, l’appareil se trouvait à environ 225 pieds (70 mètres) de hauteur et 144 nœuds (270 km/h). A cet endroit se trouve un parc d’attraction, le Tierra Santa, ce qui pourrait expliquer la présence d’un drone. Le périmètre de protection GEO de DJI établit une NoFly Zone (NFZ) de 2 kilomètres de rayon centrée sur l’aéroport. A 1000 mètres de la piste, l’endroit est hors de cette NFZ, la présence d’un drone DJI est donc possible… L’enregistrement de la discussion entre le pilote et le contrôle aérien est disponible, ici. Une fois encore, peu importe que l’incident soit avéré ou pas, il est désormais important que les aéroports et les zones sensibles soient équipés d’outils pour la levée de doute – à défaut, pour l’instant, de moyens de neutralisation.

Source : Infobae
Merci à tous ceux qui m’ont fait part de cet incident.

Le vol AR1865 sur Flightradar.

La distance entre le point d’impact supposé et la piste

La NFZ GEO de DJI

22 COMMENTAIRES

  1. Ça va encore créer la polémique. Et mettre des idées négative dans la tête de gens. On me regarde d un air suspicieux quand je fais voler mon dji f450 ou mon racer en campagne. Mais les mêmes personnes viennent me parler quand je fais voler mon easystar en me disant que ça doit être génial… Pourtant c est l easystar qui ressemble le plus à un Predator ou Reaper 🤣…

  2. arrêtez un peu de relayer ce genre de truc complétement débile, un drone contre un 737!
    dire des conneries pareilles! arrêtez un peu de faire le jeu de ceux qui nous détestent et de tomber dans le panneau a chaque fois. Testez, parlez de nouveautés, les dronistes sont assez adultes pour savoir ce qu’ils ont a faire, moi le premier, arrêtez de nous faire passer pour des pilotes de drones complétement irresponsables, bientôt on va nous assimiler a des terroristes avec vos conneries. Le gars c’est pris un volatile, tout simplement, mais bon: dire qu’il c’est pris UN DRONE a plus d’impact sur la société pas vrai?! ah les médias, tjrs les 1ers a balancer des trucs pourris!

  3. comme montré sur l’image , le problème c’est la forme et les distances des NFZ . Impossible pour les particulier d’éditer des NFZ pour les rendre conformes à ce qui est vraiment nécessaire ( rectangle dans le sens de la piste , avec des paliers sur les cotés et avec des distances adaptées à la taille de l’aéroport ) .

    Les constructeurs verrouillent ,bon pourquoi pas ils font ce qu’ils veulent ( reste à l’usager la décision d’acheter ou pas ) , mais alors qu’ils fassent quelque chose de propre et de cohérent !

  4. @ delta : Très juste.
    DJI m’a laissé entendre que les NFZ pourraient adopter des formes plus complexes dans un proche avenir, rectangles ou polygones simples. Mais je doute que l’emprise à paliers française soit adoptée un jour, c’est bien trop gourmand en stockage mémoire, et en capacité de calcul… et c’est aussi une exception française…

  5. A 1000m (0,5Nm), le drone se trouvait dans la CTR du terrain. Il serait intéressant de savoir ce que la réglementation nationale (si il y en a une) dit à ce propos.
    @ christian segonne : Est-ce si improbable que cela ? Il faut avoir des œillères pour dire que ce genre de truc est “complétement débile”. Le lieu s’y prête, la hauteur de vol aussi. De plus, le nombre d’avions dans le ciel, ainsi que le nombre de drones étant en constante augmentation, ces collisions sont de plus en plus probables. Il faut donc bien-sûr s’attendre à ce qu’il y en ait de plus en plus de rapportées.
    Sinon, sur la photo, je ne vois pas l’endroit de l’impact (au milieu du reflet de la voiture peut-être ??).

  6. Les constructeurs doives faire ci ou ça, on entend toujours les mêmes réflexions mais si ces
    NFZ était directement gérée par les Aéroports le problème serait réglé, encore faut il trouver le bon
    système de brouillage/verrouillage de nos appareils.

    ce serait un travail conjoint entre constructeurs et gestionnaires d’Aéroports afin d’adapter un système fonctionnel a la source et facilement gérable, il n’y à a mon avis que cette façon de faire qui éliminera tous doutes ou affirmations fondé/infondée de pilotes d’aviation civile.
    on vois bien que lorsqu’il faut sécuriser le transport aérien, les moyens sont mis en place, TCAS, radar de piste, Fauconniers,etc, etc…sa coûte très chers mais c’est la seule solution pour éviter les incursions de pseudo-dronnistes crétins.

    la réglementation serait allégée pour nous et en même temps plus ferme pour ceux qui n’en n’ont rien a foutre!

    Attention, c’est une réflexion personnelle sur le sujet!

  7. Vu que les constructeurs d’avions militaires et civils testent tous leurs avions avec des poulets congelé normalement un drone n’est pas censé poser plus de problème que les dégâts crées par des volatils.

    A voir mais si un réacteur ou un cockpit encaisse un cygne ou une oie a 800kmh est ce qu’un drone ferait pire?
    Après bien sur cela augment la probabilité de collision.

  8. @ MR Dinar : des poulets congelés ? T’es sérieux ? Lol, non, il ne sont pas congelés au moment des essais 😉
    Ensuite, à 800km/h, ils sot trop haut pour encaisser un cygne. Sous 3500m, les avions (civils) ne peuvent pas voler à plus de 250 kt (450 km/h). Reste le cas des avions militaires qui peuvent voler à 850 km/h jusqu’à 75 m de hauteur. Eux peuvent se taper une cygne dans le moteur, et ça fait mal…

  9. merci d’avoir publié mon message, après, chacun pense ce qu’il veut. mais tout ce tapage ne plaide pas en notre faveur, mais je me dis que tout ça finira par s’atténuer de lui même (et déjà ça s’est bien atténué), vous savez, j’ai connu les débuts de la CB, c’était pareil!, ils nous détestaient tous, Haro sur les cibistes! et puis la CB a continué quand même et quelques années plus tard, personne ne s’en soucie plus, et maintenant, la CB, qui s’en souvient? ça fera pareil pour nos drones! Le temps arrange tout… Je persiste a penser a un volatile (dans les années 50, on aurait dit que c’était l’œuvre d’un OVNI!) on vit une époque ou tout le monde attend de lire ou voir du sensationnel, et un simple volatile ne fait pas très sensationnel MDR; et puis vous pensez sérieusement que les pilotes (en pleine phase d’approche…) on eu le temps d’apercevoir un drone avec marqué DJI dessus? aux vitesses ou ça se passe!, un hélico en stationnaire je veux bien le croire, mais un 737, laissez moi rire! faut pas me prendre pour un couillon mais libre a vous de le croire et jusqu’à preuve du contraire, un drone n’a encore tué personne (hormis militaire). Et pour finir: faut être un crétin (ou un terroriste, et c’est cela dont j’ai peur un jour, car plus rien ne les arrête…) pour aller faire voler son drone dans un couloir d’approche.

  10. @ Christian : je peux t’assurer qu’il est très facile de distinguer un drone (ou un oiseau) en approche finale à 150 kt. Et des crétins (ou inconscients) pour faire voler leur drones à proximité des plateformes aéro, il y en a beaucoup plus qu’on ne le pense !

  11. @ christian segonne : Je suis très clair : la photo ne montre rien, je suspecte d’ailleurs qu’elle n’ait pas de rapport avec l’incident, et rien ne prouve que ce soit un drone. Mais ça peut tout à fait être un drone aussi, rien ne prouve le contraire.

    La vitesse à l’approche dans le cas de cet incident est inférieure à 300 km/h. Alors oui, il est fort probable que le pilote voie un élément qui se détache du décor, surtout qu’il est particulièrement attentif à ce moment.

    Je n’ai pas non plus dit que le pilote avait reconnu un DJI, j’ai simplement parlé des NFZ de DJI et de leur couverture à cet endroit puisque la marque représente 7 appareils sur 10 du marché. Si tu as suivi ce type d’infos, tu auras vu que suite à un near-miss filmé (par le drone) en Israël, DJI a augmenté le rayon de sa NFZ à Tel-Aviv.

    J’aurais aimé que les histoires de collisions entre drones et aviation générale restent une blague, un mythe, un sac poubelle qui vole, des suppositions, mais on a passé ce cap, malheureusement.

    Et oui il faut être un crétin pour voler à cet endroit. Mais plus il y aura de machines sur le marché, plus il y a aura de crétins, mathématiquement, et moins il faudra compter sur l’éducation et le bon sens pour éviter de tels vols.

    Ce que je regrette, c’est que tu utilises le qualificatif de “connerie” sans savoir. Effectivement, le tapage médiatique ne plaide pas en notre faveur. Mais mon avis, c’est qu’il est encore temps de trouver des solutions efficaces pour détecter ce type de com^portement (puis pour neutraliser), avant qu’un accident majeur ne vienne mettre un coup d’arrêt définitif à la discipline. “Trouver”, en fait, c’est déjà fait, reste à les mettre en place.

  12. Comme d’hab, du bruit pour rien… Patience, un jour cela finira bien par être réel, ce qui permettra à certains de dire je vous l’avais bien dit. En attendant, autant jouer sur l’anxiogène, c’est évidemment ce dont ce monde a besoin (fatigue…) quel que soit le sujet…

  13. Fred a raison de communiquer sur ce genre d’alerte. N’attendons pas que d’autres médias mal informés le fassent.

  14. Ce qui m’étonne encore une fois c’est le manque de solution côté avion / aéroport ;
    Au cours des derniers mois différents cas ce sont présentés à l’actualité :
    – Perturbation de vol avec des pointeurs laser.
    – Brouilleur de GPS qui bloque un aéroport.
    – Impossibilité de vérifier la véracité des near-miss avec des drones

    Les fers à repasser volant coûtent une fortune et la dashcam ne fait même pas partie de l’équipement de série…
    Mais même si c’était le cas, on pourrait se dire (@christian segonne) qu’il y a au une personne suffisamment stupide
    pour mettre en danger un vol avec un drone.
    – Kevin pourquoi t’as fait ça ?
    – Pour faire un max de vue sur youtube !
    – Ah ouais ! 215 morts quand même …

    Je reste persuadé que la sécurité ne doit pas être du côté des drones :
    “On ne se protège pas en demandant à l’adversaire de ne pas attaquer…”
    Qu’est ce qui a changé depuis l’article d’il y a un an (à 2 jours près) sur le near-miss de Toronto ?

  15. Malheureusement, on ne peut pas faire grand chose. Les LASER et les drones sont dans presque tous les cas signalés bien à l’extérieur des enceintes des aéroports (on ne peut pas mettre des systèmes de lutte anti-drone dans les 30 km autour d’un aéroport, dans les villes et les champs…). Pour les brouilleurs de GPS, on ne peut pas repérer à l’avance quelqu’un qui va mettre ce genre de matériel dans son véhicule et se garer à proximité du grillage de l’aéroport. Ce sont des choses qui ne peuvent pas être anticipées pour la plupart des cas, on ne peut que faire de la prévention pédagogique, et de la répression pour les faits avérés.
    Par contre, pour les grosses manifestations publiques/salons/forums, une mise en place temporaire de systèmes de lutte anti-drones (personnel et matériel) sont maintenant systématiquement mis en place en prévention. Également, les aéroports sont en train de s’équiper également, mais cela ne se fait pas en quelques mois, et ne réglera pas le problème des drones éloignés du site…

  16. De plus, il n’est pas nécessaire de “vérifier la véracité des near-miss avec des drones”. L’aviation civile (ou militaire) ne peut pas ne pas prendre au sérieux les dire d’un pilote qui annonce avoir eu un near-miss avec un drone. C’est comme pour les illuminations laser : c’est impossible à vérifier, et pourtant cela est pris très au sérieux à chaque fois, pris en compte, analysé, intégré dans des BDD servant à alimenter des statistiques, et des mesures sont recherchées pour limiter à l’avenir ce genre d’incident, qu’elles soient matérielles ou judiciaires.
    Pour les drones, c’est pareil. Qu’un pilote invente son near-miss ou qu’il soit vrai, l’éventement sera pris très au sérieux (sauf si bien sûr les dires sont vraiment farfelus…).
    Pour info, même les pilotes signalant un OVNI (sisi, ça arrive) sont pris au sérieux. Une entité très sérieuse à même la responsabilité de récolter ces signalements et de les analyser (Le GEIPAN – Groupe d’Etudes et d’Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés).

  17. Le NFZ ne préviennent qu des DJI récents je ne crois pas qu’un Parrot ou un Walker (par exemple) soient empêchés de voler par l’appli de DJI !

  18. Fred relai toujours ces news avec objectivité et précaution avant d’y associer son analyse et les sources sur lesquelles il se base. Cela permet au lecteur de se faire son avis en toute objectivité. C’est une démarche que j’aimerai bien voir dans les grands médias, plutôt que des micro-trottoirs et des pseudos experts.
    Très intéressant aussi l’éclairage sur sur les NFZ (je ne consome pas DJI je ne connais pas) je pensais que c’était calculé de manière un peu plus rigoureuse, sur l’image on voit que ça ne protège qu’à peine les bouts de piste…
    Pour ce qui est de la plausibilité d’un vol de drone à cet endroit (je ne parle pas de la collision juste du fait que quelqu’un mette un multi rotor dans les air à proximité d’un aéroport) je pense que ça ne devrait même pas faire débat :
    – Faisabilité : n’importe qui peut se procurer un appareil qu’il pourra faire voler sans aucune connaissance préalable
    – de manière générale le débile se croit en maitrise même quand il fait n’importe quoi, les appareils tout auto sont sécurisant et pousse l’ignorant à tenter n’importe quoi
    – on le voit sur Internet : YouTube regorge de vidéo de mec qui mettent en danger d’autres personnes en faisant voler un drone en agglomération ou au dessus d’une foule, ma préférée étant le mec qui a voulu voler au dessus des nuages en plein quartier résidentiel et dont le drone a cours de batterie est retombé comme une pierre dans un parc, heureusement sans dégât humain.
    – ou on peut le constater soit même : passez 10min sur une plage touristique et vous verrez forcement un débile voler à 2m au dessus de vous avec son RTF grand public
    Donc oui forcement un tel vol a pu exister ça ne fait pour moi pas l’ombre d’un doute.
    Quand à savoir si c’est bien un drone responsable de l’éraflure sur l’avion… c’est une autre histoire

  19. @ christian segonne : Helicomicro ne fait en aucun cas du tapage médiatique de ce genre d’incidents. Pour moi il s’agit de veille au sujet des dossiers qui sont brandis par les anti-drones comme arguments pour des lois plus sévères.
    Pour les lecteurs de ce site qui, je pense, souhaitent surtout des réglementations plus intelligentes que stupidement contraignantes, il me semble important de pouvoir rester au courant des affaires de ce type pour justement être capables d’argumenter dans le bon sens en connaissant les faits qui pourraient être utilisés (détournés?) par les angoissés des drones.
    Ce sont ces articles que je trouve les plus précieux de ce site, ceux ou Fred apporte une opinion critique (même s’il est un peu partisan ;)) et une expertise difficile à trouver ailleurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here