Boldclash F08 DVR, le test

0
2305

Le Graal des mini caméras de type combo ou AIO, c’est un module capable de filmer, de transmettre l’image au sol via la technologie 5,8 GHz, et d’enregistrer dans le même temps la vidéo HD sur une carte mémoire. Pourquoi ? Parce que sans le module d’enregistrement à bord, on doit se contenter d’enregistrer l’image reçue au sol pour conserver une trace de ses prouesses en vol. On a cru avoir trouvé ce Graal lorsqu’est sortie la caméra DVR03 de Eachine. Mais non, pour faire simple, soit elle enregistre soit elle diffuse la vidéo pour le FPV. Les explications détaillées sont ici. La F08 DVR de Boldclash est un nouveau combo. Le Graal, enfin ? Réponse dans cette chronique.

Une vidéo

Tour du propriétaire

La F08 DVR est plus petite et plus légère que la DVR03. Un bon point ! Elle mesure, objectif compris mais antenne exceptée, 2,4 x 2,2 x 1,9 cm pour un poids de 5,4 grammes. Il faut ajouter la carte mémoire microSD (non fournie), pour environ 0,3 gramme, soit 5,7 grammes. Et éventuellement une rallonge pour brancher une batterie JST 1.25 (celle du Tiny Whoop) pour 0,2 gramme supplémentaire, soit 5,9 grammes. Comme la plupart des autres combos FPV, les composants sont à nu, sans protection. A vous de vérifier à ce que la caméra ne touche pas directement des matériaux conducteurs comme le carbone, sous peine de voir la caméra rendre l’âme dans une petite fumée. Sur le côté gauche, bien cachée, se trouve la trappe destinée à accueillir la carte mémoire microSD.

Suite du tour

L’antenne est de type dipôle, soudée d’une manière qui semble assez solide. Le câble d’alimentation est soudé à la base, mais sans gêner le positionnement à plat de la caméra. Il se termine par un connecteur JST 1.25 mâle. Le même que celui d’une batterie pour appareil de type Tiny Whoop, il faut donc utiliser la rallonge fournie, qui est en fait un changeur de genre : elle offre un connecteur JST 1.25 femelle à chaque extrémité. Deux boutons se trouvent le sommet de la caméra. Celui de gauche lance et stoppe l’enregistrement d’une vidéo. Celui de droite permet de changer de fréquence (pression courte) et de plage de fréquences (pression longue). L’émetteur est compatible avec 8 x 6 = 48 canaux dont le Raceband d’ImmersionRC, avec une puissance de 25 mW.

Allumage et premiers essais

Branchée avec une batterie de Tiny Whoop, la caméra s’allume. On note une diode orange fixe, et 6 x 8 mini diodes qui indiquent la plage et la fréquence d’émission. Aucun souci en réception, l’image passe bien, sans parasite. La lentille filme avec un angle de 120° : c’est du grand angle, parfait sur un petit multirotor. Le retour en temps réel est sans latence, en tous cas imperceptible. Parfait, donc, pour des vols en immersion. Notez que la caméra est protégée avec un filtre contre les parasites générés par les moteurs en marche. Pas de souci sur un nano multirotor quand on pousse les gaz, aucun défaut n’apparaît à l’écran. La portée, malgré une puissance d’émission de 25 mW seulement (c’est la limite légale en France), est très correcte, y compris en présence d’obstacle – à se demander, d’ailleurs, si la puissance d’émission n’est pas un peu supérieure aux 25 mW annoncés…

L’enregistreur de vidéos

La fiche technique de la caméra promet des enregistrements DVR en « 720p, 840 x 480 ». Une manière un peu bizarre de présenter les choses : c’est soit 720p soit 480p… Lorsque l’enregistrement est lancé, la diode orange clignote pour en témoigner. Une pression sur le bouton de gauche, la diode orange repasse au fixe, la vidéo est stockée. Le résultat est une vidéo de type .avi basée sur du Mjpeg, à 29,97 images par seconde (NTSC) dans une résolution de 1280 x 720 pixels en 16:9. Ce format 16:9 est un peu gênant, dans la mesure où l’image est filmée en 4:3 : elle est donc étirée sur la largeur. On peut utiliser un logiciel spécialisé dans la retouche d’image pour corriger ce ratio qui ne correspond pas à la réalité.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here