DJI Spark, les caractéristiques

28
8066

Le constructeur chinois ne pouvait pas ignorer le succès de petits appareils comme le Dobby de Zerotech ou le Breeze de Yuneec, eux-mêmes talonnés par une armée de modèles concurrents. Il est amusant que constater que tous ces appareils affichent des fonctions proches de celles promises par feu Lily, en son temps. Le Spark place la barre assez haut ! Cet appareil qui pèse 300 grammes en ordre de vol mesure 14,3 x 14,3 x 5,5 cm pour une diagonale de 17,5 cm. Ses bras ne sont pas pliables… mais ils n’ont finalement pas vraiment besoin de l’être. Car sans ses hélices, il entre dans un sac à dos et sait se faire oublier…

Sa particularité ?

Il propose 3 méthodes de pilotage. La première est classique, elle repose sur l’usage d’un smartphone en wifi. La seconde est classique aussi, elle s’appuie sur une radiocommande en option. La troisième et dernière méthode ne requiert aucun matériel ! Car le Spark peut être piloté avec des gestes… Une fois équipé de ses protections d’hélices, l’appareil décolle de la main, reconnaît vos mouvements qu’il interprète pour bouger, prendre une photo, s’éloigner, se poser. Et ça fonctionne bien ? Il faudra attendre des tests pour le savoir… cela dit la démonstration de Michael Perry à New York est convaincante. Les protections d’hélices seront disponibles en option. Elles viendront se clipser sous les moteurs. Elles ajouteront 4 x 9,5 grammes, soit un peu moins de 40 grammes.

La partie photo et vidéo

La caméra filme en Full HD en 1920 x 1080 pixels à 30 images par seconde. Elle repose sur un capteur CMOS 1.2/3’’ de 12 mégapixels, et un objectif à FOV de 81,9°, 25 mm en équivalent 35mm f/2.6. L’ISO en vidéo peut aller de 100 à 3200. En mode photo (3968 x 2976 pixels, soit 12 mégapixels), la vitesse d’obturation peut aller de 2 secondes à 1/8000e de seconde, et l’ISO va de 100 à 1600 ISO. Les prises de vues se font à l’unité, en rafale de 3 photos, en timelapse avec des intervalles de 2 à 60 secondes, ou en AEB (Auto Exposure Bracketing) pour prendre 3 clichés d’expositions différentes à 0,7EV pour créer des photos HDR.

Deux outils pour la photo

Parmi les nouveaux modes photo, on trouve Pano, qui permet de réaliser des panoramas horizontaux et verticaux avec une gestion de la nacelle et de l’orientation du Spark. Ou encore ShallowFocus (Focus Idéal), un outil qui permet de réaliser des effets de profondeur de champ ! Les images sont stockées sur une carte microSD. La caméra est stabilisée mécaniquement sur 2 axes (inclinaison verticale et roulis). Son inclinaison verticale (pitch) se pilote à distance, entre 0 (horizontale) et -85° (presque la verticale). La technologie UltraSmooth permet de réduire de manière logicielle les vibrations et les effets du Rolling Shutter.

L’assistance au pilotage

Le Spark est doté d’un IMU qui assure la stabilité en vol, assisté par un module GPS et Glonass pour le positionnement par satellite. A cela s’ajoute un système de caméra verticale appelé Vision Positioning System pour améliorer le stationnaire et assister le pilotage, y compris en l’absence de signaux satellites. Cette fonction est opérationnelle jusqu’à une hauteur de 30 mètres. Le résultat, selon DJI, est un positionnement à horizontal avec une précision de 1,50 m sans Vision Positioning, 30 cm avec. Le positionnement vertical est d’une précision de 50 cm sans Vision Positioning, 10 cm avec… Un outil de détection d’obstacles à base d’infrarouge, se trouve à l’avant, qui fonctionne jusqu’à 5 mètres de distance. Voilà qui permet de piloter le Spark avec un smartphone, avec une portée de 50 mètres environ. La radiocommande du Spark permet une plus grande précision dans le pilotage et une plus grande portée, jusqu’à 2 kilomètres. Le Spark sera compatible avec le casque DJI Goggles (sans que l’on sache si la transmission de l’image passe par OcuSync ou un autre moyen).

Alimentation et autonomie

La batterie du Spark est de type propriétaire. Il s’agit d’une Lipo 3S 11,4V d’une capacité de 1480 mAh, qui pèse 95 grammes. La batterie peut être chargée via l’USB – voilà qui est très pratique quand on est loin de toute prise de courant. L’autonomie, selon DJI, est de 15 minutes environ. L’appareil est capable de voler jusqu’à 50 km/h en mode Sport (il n’est disponible qu’avec la radiocommande), et peut voler jusqu’à 4000 mètres (c’est le plafond de vol, pas la hauteur de vol autorisée). En mode Sport, la nacelle reste figée pour un vol de type racer (toutes proportions gardées). La mode des stickers d’habillage qui fait un tabac sur Mavic Pro n’a pas échappé à DJI : le Spark sera proposé en 5 couleurs : « Sommet blanc », « Ciel bleu », « Pré vert », « Magma rouge » et « Aube jaune ».

Les fonctions spéciales ?

Quickshot est un ensemble de séquences de vol programmées. Rocket fait grimper le Spark en pointant la caméra vers le bas. Dronie lance l’appareil dans un vol vers l’arrière et en montée avec la caméra pointée sur le pilote. Circle permet de voler en cercle autour d’un sujet, en le suivant s’il est en mouvement. Helix (Spirale) fait monter le Spark en spirale autour d’un sujet en pointant sur lui. A cela s’ajoutent les outils déjà connus sur d’autres modèles comme le retour automatique au point de départ et atterrissage de précision. Ou encore ActiveTrack pour le suivi de personnes et d’objets, derrière, devant, en cercle, ou en conservant un angle initial. Sans oublier TapFly pour indiquer une direction sur l’écran, le retour automatique au point de départ avec l’assistance de la gestion d’évitement des obstacles.

Quand ? Combien ?

Le Spark sera disponible mi-juin 2017, et proposé à 599 € en version de base, avec une paire d’hélices et un câble USB pour la recharge. La version Spark Fly More ajoute la radiocommande, des hélices et des protections d’hélices, une batterie supplémentaire, une station de recharge de la batterie et un sac en bandoulière, pour 799 €. C’est cher ? Oui, évidemment. Mais il est bien positionné face à des appareils concurrents qui disposent pourtant de beaucoup moins de fonctions. A qui est destiné le Spark ? A ceux qui aimeraient un Mavic Pro mais ne disposent pas d’un budget suffisant, à ceux qui n’ont pas envie de s’embarrasser d’une radiocommande pour faire de petites prises de vues en vacances, à ceux qui ont envie d’un appareil suffisamment petit pour être transporté dans un sac à dos.

Envie de savoir…

… ce que vaut la nacelle stabilisée sur 2 axes, ce que donnent les vidéos à 30 images par seconde, la détection d’obstacles, l’autonomie réelle, le temps de charge en USB, etc. ? Restez à l’écoute…

Mille mercis à David, du forum DJI Phantom, Mavic, Inspire et Osmo (qui va s’enrichir désormais d’un Spark !). C’est LA référence pour tous les pilotes d’engins DJI !

Une vidéo

D’autres photos

28 COMMENTAIRES

  1. Le prix pique un peu ! Je pense que la réglementation française va être énervé ! Houah ça claque ! On va attendre un peu

  2. 600 ? C’est le prix du Vitus ! Alors effectivement, c’est pas exactement la même cible mais bon, pour moi le choix est vite fait !

  3. vu les perf annoncée le Bebop 2 peut aller se reconvertir en n’importe quoi!
    DJI a carrément décidé de défoncer Parot et les autres fabricants!

  4. Le prix le prix arrêtez un regardé ce que l’on mets comme budget dan un racer sans radio et sans toutes ces fonction , on vole 3min est on est heureux comme tout ! mdr.
    C’et pour une clientèle particulière mais je penses qu’elle sera bien large au final.
    Et comme dit précédemment ca va faire mal a Parrot.

  5. Le plus gros pb est la nouvelle mise à jour obligatoire par DJI pour maitriser les zones de vol autorisées…
    800€ pour ne pas pouvoir décoler de son jardin en cas de zone interdite (urbaine, proche aéroport, etc…) ça fait mal…
    Parrot sort des bras et hélices pliables au beebop et hop ils reprennent la course… mais ils ne le font pas !!?!

  6. C’est quand même moitier prix du mavric et donc je vais bien comparer les deux…si il reste transportable…il a tirer pas mal du grand frère quand même si je m’abuse…dji frappe fort la…need x2 …
    Bon Vol!

  7. Moi j’adhère, j’en prend un, j’essaye. même si la mise à jour permet de maîtriser les zones de vol, à la rigueur je préfère, j’ai trop de voisin à l’affût et moi content de découvrir d’autres endroits ou il est possible de voler. Et au pire il sera revendable sans étre inculpé.

  8. Croisons les doigts pour que la radio du Mavic soit compatible !
    Ca pourrait éventuellement me faire craquer…

  9. Bien, mais quid de la stabilité pour ce poids plume ? Déjà entre le Bebop 1 et le Bebop 2 on sentait bien la différence…

  10. Habitant vers Marseille yas souvent du vent…j’ai peur qui soit trop léger en fait…moi c pour du vol de loisirs au dessus de la mer…un follow me de mon bateau…lol…et surtout le temps de vol la faut pas se manquer… le Mavrick il est étanche ? mdr…
    Bon vol!

  11. Et bah je suis bien déçu pour une fois par DJI. En début d’article, Fred, tu places ce Spark en concurrence avec le Breeze et le Dobby. Le Dobby est pliable, léger, petit, tient réellement dans une poche, filme en 4k à 30ips, et est trouvable à moins de 300€. Le Breeze serait plus proche du Spark dans le look, mais lui aussi filme en 4k, et en plus il possède une manette, et un prix entre 3 et 400€. Si on regarde le Spark, il a quand même du retard sur pas mal de points, pour un prix exorbitant. Autant j’ai toujours trouvé le prix des phantoms et mavic en rapport avec la techno embarquée, autant là je suis très dubitatif. Alors oui, il a une nacelle 2 axes, et une stab logicielle pour le 3ème axe, mais bon, justement, c’est pas une 3 axes motorisée. Une autonomie moyenne pour du DJI, une portée très correcte, mais avec une radio qui coutera 200 balles de plus si on la veut (oui j’ai compris qu’il y avait un pack, mais la radio n’est pas encore trouvable seule, alors ce sera bien 200 balles de plus). Sans rire, si j’ose une comparaison audacieuse, hormis la taille et le poids, mon Phantom1 fait aussi bien: nacelle 2 axes, caméra 1080p à 60ips (le double du Spark), 13 minutes de vol, portée de 800m (certes c’est plus court). Et pour bien moins de 600€/800€! Mon appareil fête ses 3 ans, c’est dire…
    Bref, un “sous-breeze” en 1080p, je n’y vois strictement aucun intérêt, surtout à ce prix (j’ai flambé il y a quelques mois dans un pc pour faire du montage 4k); à 200/300€, il serait encore compétitif, mais là. Et c’est pas la détection d’obstacles à l’avant qui va convaincre ceux qui pilotent. Quel dommage.
    Finalement le seul intérêt du truc, c’est que le Dobby baissera peut-être encore son prix, juste avant les vacances d’été. 🙂

  12. @Stitch. Je suis pas d’accord avec toi. Le dobby même avec l’EIS, ca vibre bcp… Idem pour Breeze pas super nikel … Malheuresement la stabilisation électronique n’arrive pas à tout corriger. 300g une machine qui film du bon 1080p bien stabilisé est bcp mieux qu’une machine en 4K en mode vomi. J’aime bcp mon dobby, mais je dois reconnaître que DJI frappe en grand coup (et pas que sur le portefeuille)… Il y a aussi le Feima J.me mais qui pese 570g … Premiers résultats: https://www.youtube.com/watch?v=5k_qykUFG0Y

    Depuis, j’ai un firmware qui corrige en grande partie ce lacet droite-gauche…

  13. @SeByDock: Ok je n’ai aucune de ces machines, mais il me semble qu’en resserrant bien les hélices du Dobby, ça atténue les vibrations (vu dans le test de Fred). Après une 4k pas stabilisée peu avoir plus d’intérêt qu’une HD stabilisée, car les logiciels de montage actuels proposent en général une stabilisation très correcte, en cropant un peu certes, mais on peut en sortir un joli 2k au final. Certes, il y a des limites, mais bon.
    Ce que je ne comprends pas bien avec le Spark, c’est quelle est la cible client visée. Les dronistes savent qu’on peut avoir bien mieux pour moins cher: Phantom 3S pour les images (ou même un Advance), n’importe quel racer pour les sensations de pilotage, et un Dobby donc pour le côté “voyageur”. Le grand public? Quand on n’a jamais eu de drone, sortir 800 balles pour faire des selfies, je ne suis pas convaincu. La version de base n’a même pas de protections d’hélices, pas très rassurant (et ça fait un peu pingre). DJI ne sont pas des idiots, il ne sortent pas cet engin par hasard, mais les caractéristiques et le prix ne me semblent pas cohérents.

  14. Et pour les vibrations, j’ai justement une nacelle 2 axes sur mon P1, et ça vibre pas mal (à moins de voler super “smooth”). Le Spark compensera ça par une stab logicielle sur le 3ème axe, mais ça implique donc une perte de qualité et un cropping…

  15. En blanc pour moi. Commandé à l’instant. Ça pique un peu, mais il faut savoir se faire plaisir et profiter de la vie. J’espère que pour fin juin il serra là…..

  16. Un peu déçu tout de même, mais surtout la question qui se pose que reste t’il comme produit correct (neuf) dans la gamme 700/900€ ? avant on avait les phantom 3 adv/pro mais sa c’était avant…
    J’espère qu’il vont sortir le Phantom SE en Europe ou bien un Phantom 4 standard dans les prochaines semaines, car je pense que la plupart des gens attendent une machine à bon rapport qualité prix et pas un fossé entre un spark qui ne propose même pas du 60im/s, une portée plutôt restreinte, une stabilisation qui ne m’inspire pas confiance en extérieur (j’ai confiance en dji, mais là 300g…), soit se retrouver directement à une gamme de prix à 1200€ pour un mavic, pour avoir des specs correct.
    j’espère sincèrement qu’ils ont quelque chose dans les cartons …

  17. @fred. Super article comme d’habitude. On doit doivent te le dire. Mais tu fais un super boulot. Toutes mes félicitations.

    J’ai quelques questions :

    1/ pourquoi au tests avec la RC sur le net ? Elle n’est pas encore finalisée ?

    2/ as tu un retour sur les délai d’approvisionnement de dji pour ne pas renouveler la frustration des acheteurs du Mavic qui on attendu une éternité ?

    3/ est ce Une la connection entre la RC et le spark utilise occusync ?

    Merci pour ton retour .
    Jean

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.