DJI Inspire 2 et X5S, la preview

7
3499

Réglages des vidéos

L’Inspire 2 est destiné à des amateurs exigeants en matière de vidéo, il offre des modes d’encodage inédits sur les multirotors clés en mains. En utilisant une carte microSD, il permet d’encoder dans le classique h.264, ainsi que dans le plus récent et optimisé h.265. Mais l’Inspire est prévu pour accueillir à bord un périphérique de stockage SSD. Dans ce cas, il donne accès aux encodages en Adobe CinemaDNG et Apple ProRes 5,2K. Attention, il faut être titulaire de licences de ces formats, sous peine de ne pas pouvoir les utiliser ! Comptez 1100 € pour une clé CinemaDNG, et 600 € pour une clé Apple ProRes. Je n’ai pas pu tester ces deux formats, en l’absence de licence. Dommage, car il est possible d’atteindre la résolution record de 5280 x 2970 pixel à 30 images par seconde en CinemaDNG ! Ajoutons que les réglages sont complexes et dépendent du type de support, du codage, de la définition, du nombre d’images par seconde, sachant que toutes les variantes ne sont pas autorisées. Le poids du SSD est négligeable : un peu plus de 40 grammes. Il vient s’insérer à l’arrière de l’Inspire 2, entre les 2 batteries, est disponible en capacités de 120 à 480 Go. Attention, tous les modes vidéo ne sont pas disponibles sur le modèle à 120 Go. Un lecteur de SSD à brancher en USB est fourni pour transférer les fichiers sur un ordinateur.

La qualité des vidéos ?

Je ne vais pas énumérer les différents modes vidéo disponibles en h.264, ils sont trop nombreux. Sachez que les plus importants sont le C4K (4096 x 2160) en 60 images par seconde, le 4K (3840 x 2160) en 60 images par seconde, le 2.7K (2720 x 1530) en 60 images par seconde, et le Full HD (1920 x 1080) en 120 images par seconde. De quoi filmer avec une grande fluidité en 4K, y compris pour des panoramiques et des vols à grande vitesse, et de produire de beaux ralentis en Full HD. L’image est dépourvue d’effet FishEye, elle est corrigée en temps réel. La combinaison de la nacelle stabilisée et de la haute résolution assure de belles images qui brillent par leurs détails. Même lorsque l’Inspire 2 est secoué par des rafales de vent, le cadrage ne bouge pas, l’image semble filmée depuis une caméra fixe. DJI GO 4 offre des filtres en temps réel. Sympa mais comme pour les photos, ils sont définitifs. Mieux vaut filmer sans filtre et ajouter des effets en post-production. Les radiocommandes disposent d’une sortie HDMI pour envoyer l’image avec une faible latence vers un dispositif d’affichage, un moniteur de contrôle Full HD, un écran géant pour du public, etc.

Faut-il l’acheter ?

L’Inspire 2 est une machine positionnée à un prix dissuasif pour les particuliers. Le ticket d’entrée est 3399 € pour l’appareil complet mais sans la nacelle – caméra. Il faut ajouter 699 € pour la caméra X4S, ou 2199 € pour la caméra X5S (celle que j’ai testée), et encore 629 € pour une seconde radiocommande. Soit entre 4098 € et 6227 €. Plus les éventuelles licences logicielles. DJI est passé maitre dans l’art de vendre des accessoires, un peu comme Apple. Ainsi vous pouvez ajouter une télécommande spécialement destinée à gérer le focus de la caméra (1099 €), plus les câbles (33 € l’unité), un GPS pour la radiocommande (33 €), un pare-soleil pour la tablette (17 €), une paire d’hélices supplémentaire (17 €), une paire d’hélices spécialement prévue pour les vols entre 2500 et 5000 mètres d’altitude (25 €), des batteries additionnelles (199 € l’unité), un disque SSD (de 349 € pour la version 120 Go à 999 € pour la 480 Go).

Faites vos calculs

L’Inspire 2 est par conséquent un appareil difficile d’accès pour les particuliers, à moins d’être particulièrement fortuné. Il vaut mieux se tourner avec un Phantom 4 Pro, qui offre une qualité de vidéo tout à fait suffisante les amateurs de belles images. L’Inspire 2 est en revanche orienté vers les professionnels de la prise de vue, qui sont en mesure de prévoir un plan d’amortissement. Si pour vos missions vous vous déplacez beaucoup, l’Inspire 2 est un appareil séduisant : par rapport à des machines de catégorie similaire, il est peu encombrant, et surtout facile à dégainer puisqu’il ne requiert aucune préparation. Un peu comme un Phantom : vous installez les hélices, les batteries, vous allumez, vous attendez le fix GPS, et c’est parti ! Je n’ai pas suffisamment d’expérience pour affirmer que la caméra X5S est supérieure (ou pas) à un GH4 de Panasonic. Mais ce qui est certain, c’est que l’Inspire 2 n’est pas un gros porteur difficile à déplacer, long à mettre en oeuvre, et complexe à piloter… Or pour porter un GH4, il faut impérativement une grosse machine et sa logistique beaucoup plus lourde.

La question…

Est-il bien raisonnable de mettre aussi cher dans un quadricoptère, sachant que la panne d’un seul moteur, d’un seul ESC ou d’une seule hélice peut entrainer la chute de l’Inspire 2 et potentiellement sa destruction ? L’Inspire 2 est une machine qui… inspire confiance, la redondance des composants est rassurante, mais la panne peut survenir à tout moment, même en prenant le plus grand soin de l’appareil et en pilotant avec précaution. La solution proposée par DJI, c’est le service DJI Care Refresh. Le principe ? En cas d’incident, DJI remplace l’appareil, à concurrence de 2 par an. Le prix ? 339 € par an pour DJI Care Refresh Inspire 2, et 219 € par an pour DJI Care Refresh X5S. Le remplacement est-il gratuit ? Non, dans le cas de l’Inspire 2, c’est 239 € pour le premier échange, et 379 € pour le second. Pour la caméra X5S, c’est 179 € puis 269 €. Il est important d’inclure ces chiffres dans le tableau Excel de calcul d’amortissement. Attention, pour certains scénarios de vol français, il faut ajouter un parachute – ce que proposent plusieurs sociétés, comme par exemple Studiosport.

Une vidéo

Elle est également disponible en téléchargement 4K/60fps ici.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

7 COMMENTAIRES

  1. Belle machine en effet, mais prévoir la redondance de toute l’électronique et ne voler que sur 4 moteurs c’est un peu un contre sens vu sous l’aspect sécurité. Maintenant le prix n’est pas supérieur à ce que certains ont mis quelques années auparavant dans une machine bien moins performante.
    A quand un Inspire_III sur base d’hexa ?

  2. Perso avec l’expérience voler sur 4 moteurs ne me dérange plus, j’ai monté un X8 il y a quelques temps “pour la redondance” et finalement il est tombé sur une panne moteur (le A2 est pourtant censé gérer) alors que je n’ai encore jamais eu de chute de X4…
    Le parachute est plus indispensable que la redondance moteur de mon point de vue, puisque dans tous les cas ça finit tôt ou tard par redescendre quelque soit la manière 🙂

  3. ”Si une batterie lâche, l’autre est prévue pour prendre la relève.”

    -Qui a déjà eut une lipo qui ”lâche” d’un coup en plein vol ? ^^

    -Après, pour l’histoire des 4 moteurs, si ils sont de bonne qualité…Pourquoi pas.
    Ça peut tenir très longtemps. Assez au moins pour que l’inspire 3 sorte lol.

    En tout cas, très belle machine 🙂 .

  4. @terry, j’ai eu une lipo qui à lâché en plein vol sur mon Q500, une cellule HS, crash sans conséquences dans
    des arbustes mais je te garantis que sa par très, très vite en vrac.

    @Fred, possible d’avoir une photo comparative entre hélices standard et “les montagnes” ?

    L’inspire fait rêver, d’ici quelques années on pourra s’en payer un d’occasion.

  5. Je rejoins certains avis ci-dessus car de mémoire, dans une analyse de risque, il avait clairement été identifié que deux moteurs supplémentaires était une solution bien plus robustes qu’un parachute avec autonomie- payload quasi identiques…

  6. belle machine tu dit qu’il coûte cher pour des priver mais pas plus cher que d’acheter une moto ou une voiture, partir en vacances, si on ne fait rien de se que j’ai mentionné ci dessus se n’est pas cher.j’ai calculer qu’il me faudrait 15 mois en économisant 760fr Suisse par mois =11400frs facile et can on n’aime il ni a aucun problème évidement les acheteurs potentiels veulent tout tout suite, il nom pas la patience d’économiser alors can on voie nos économie augmenter avec une application pour le budget mensuel exemple daily budget rien n’est plus facile
    François Bonnet fleurier Suisse canton de Neuchâtel

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.