Walkera Rodeo 110, le test

5
0

Ce nano racer complète la gamme de Walkera, avec un modèle plus petit que le Rodeo 150 (voir le test ici). C’est une machine prête à voler, il suffit d’une radiocommande Devo de Walkera pour décoller ! Simple, efficace. Mais que vaut-elle en vol ?

Tour du propriétaire

Il s’appelle Rodeo 110 pourtant ce n’est pas un appareil de classe 110 : il mesure 13 cm de diagonale de moteur à moteur. La structure de l’appareil repose sur une plaque de carbone inférieure d’une épaisseur de 2 mm qui comprend les bras moteurs. Elle est renforcée par une plaque de carbone supérieure de 1,5 mm. Les deux sont solidarisées par une pièce de plastique et des vis. Le tout est très compact, avec une épaisseur de 2 cm au milieu, là ou doit être placée la batterie, ne laissant pas voir ce qui se trouve à l’intérieur – on peut espérer que cette disposition offre une bonne protection aux composants électroniques. A l’avant se trouve un capot, une sorte de déflecteur destiné à accueillir et protéger la caméra FPV. Il s’agit d’un modèle 600TVL associée à un émetteur vidéo de 5,8 GHz à 8 canaux seulement en 25 mW. Sous la caméra est logée une diode blanche, sorte de phare avant. Le look rappelle celui des précédents modèles de Rodeo.

Suite du tour

Les ESC sont fixés sur les bras moteurs, soudés du côté des moteurs, mais fixés avec un système de pins du côté contrôleur de vol, ce qui laisse supposer un remplacement assez facile. Walkera ne fournit pas d’informations au sujet de ces ESC : ni l’ampérage, ni le pic d’ampérage, pas plus que la tension acceptée. Le constructeur ne donne pas non plus d’informations au sujet des moteurs. Ce que l’on sait ? Le tout est prévu pour des batteries 7,4V (2S). Les hélices sont des tripales de 2,8 pouces. Walkera en fournit dans la boite, avec un jeu de rechange. A noter : sous les moteurs sont fixés des pieds qui évitent que la structure de l’appareil ne touche directement le sol. Ces pieds incluent des protections, un petit plus qui permet sans doute d’augmenter l’espérance de vie des moteurs. Sur le flanc droit on trouve une diode et un bouton Reset. Sur le flanc gauche figurent deux autres diodes et un connecteur microUSB.

Réception radio

Sous l’appareil, on trouve deux encoches dans le carbone : l’une donne accès à des pins pour connecter un récepteur radio externe, l’autre à un interrupteur qui permet de choisir entre le mode de fonctionnement SBUS ou PPM. Pourquoi ? Walkera inclut à l’intérieur du Rodeo 110 un récepteur radio 2,4 GHz compatible avec les radiocommandes Walkera de la marque (branché en PPM). Mais le constructeur a compris qu’il n’était pas seul sur le marché, et qu’une compatibilité avec d’autres normes radio était une bonne idée. Ce système permet de brancher votre propre récepteur radio petit format pour utiliser le Rodeo 110 avec une Futaba, une DSM2 ou DSMX, une FrSky, une Flysky, etc. Si vous disposez d’une radiocommande Devo de Walkera, la liaison entre elle et le Rodeo 110 est immédiate, sans réglage.

Fin du tour

Le dessus de la machine est prévu pour accueillir la batterie, à fixer avec une sangle Velcro (fournie). Elle est maintenue à l’avant par une butée qui évite qu’elle aille percuter la caméra en cas de choc violent. A l’arrière, une autre butée lui évite de partir en cas d’accélération un peu sauvage. Cette butée contient le connecteur de la batterie, une prise JST rouge. La batterie fournie par Walkera est une Lipo 2S 7,4V de 850 mAh. La butée héberge aussi des supports pour l’antenne de l’émetteur vidéo (de type dipôle) et pour les deux antennes du récepteur radio. Sur la plateforme qui accueille la batterie, on trouve des encoches qui laissent apparaître des diodes, des dips qui servent à modifier la fréquence vidéo et un bouton. Le tout est monté de manière très propre, sans fils apparents sauf la petite portion entre les ESC et les moteurs. Le Rodeo 110 sans batterie pèse 101,4 grammes. La batterie livrée pèse 47 grammes, soit un total de 148,4 grammes en ordre de vol.

Avant de décoller

Petit passage dans Cleanflight Configurator pour vérifier que tous les réglages sont corrects. La connexion est simple : le connecteur microUSB est facile d’accès. Particularité une peu bizarre : l’onglet Failsafe ne s’affiche pas, il reste bloqué sur la mention « Waiting for data… ». Aie. Il faut se déconnecter, puis se reconnecter pour reprendre le contrôle. Aucun souci pour choisir la méthode d’armement, les modes de vol Angle, Horizon, Acro (ni Angle ni Horizon). Mais en revanche, pas de trace de l’Airmode, c’est dommage. La méthode d’armement par défaut, ni vous ne choisissez pas la votre, est… désarmante : il faut pousser le joystick de gauche dans la direction opposée à celle habituellement utilisée sur les autres racers. Il y a de quoi se tromper, préférez un armement avec un interrupteur. Il y a un buzzer à bord, que vous pouvez associer à un interrupteur sous Cleanflight.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

5 COMMENTAIRES

  1. Faudrait le comparer au TAROT_120 qui est similaire et je crois même un peu moins cher. Il faudra juste lui adjoindre un récepteur , mais cela le rend aussi compatible avec votre radio au choix 🙂

  2. Un OSD pour les réglages depuis la télécommande ?! A part le Vortex 150 qui coûte plus de 2 x le prix du Rodeo 110, je n’en vois pas d’autres de petites tailles et dans cette gamme de prix qui en possèdent.

  3. Bonjour, ce drone m’intéresse beaucoup. J’ai eu en ma possession un bebop 2, un latrax alias et j’ai un hubsan x4 107c, celui qui reste le plus joueur pour ma part est le hubsan. En voyant ce petit walkera je me dit qu’il pourrait parfaitement remplacé mon hubsan en utilisation intérieur et extérieur, je ne cherche pas forcément de fpv pour le moment.
    Pensez vous qu’il ferait l’affaire pour moi ?

LAISSER UN COMMENTAIRE