CyPhy Works Pocket Flyer

12
409

pfPressImageCleanFullResUn micro multirotor capable de voler pendant plusieurs heures, ça vous dit ? Hmmm ? C’est le résultat obtenu par CyPhy Works, une société américaine. Une batterie révolutionnaire ? Des moteurs qui fonctionnent à l’air ? Rien de tout ça…

Y’a un truc

Autant le dévoiler tout de suite : le Pocket Flyer a un fil à la patte. Mais c’est là tout l’intérêt de la technologie développée par CyPhy Works : il s’agit d’un microfilament capable de transporter à la fois le courant et les données informatiques. En d’autres mots d’alimenter l’appareil, de lui donner ses ordres de vol et de diffuser un flux vidéo HD en temps réel. Ohhh, décevant… Pour le radiomodélisme, oui, bien sûr. team-helen-greiner-origMais on peut entrevoir tout le potentiel du Pocket Flyer pour des applications professionnelles. Ca ressemble à un projet d’étudiant un peu fou ? Ne vous y trompez pas…

Spécialiste du robot

A la tête de CyPhy Works, on trouve Helen Greiner. Son nom ne vous dit rien ? Et pourtant : elle a fondé la société iRobot en 1990. Vous savez, les robots aspirateurs (ou plutôt balais-brosses améliorés) qui font le ménage à votre place… iRobot est connu pour ses produits grand public, mais la société est surtout créatrice de robots militaires et destinés à une exploitation dans des environnements hostiles : déserts, nucléaire, espace.

Le microfilament

cyphy-microfilament-closeup-origHelen Greiner a expliqué à l’organisation IEEE les raisons pour lesquelles elle a décidé de faire développer cette technologie de microfilaments. « Dans le cas des outils communicants sans fil, vous pouvez détecter le signal, et potentiellement vous rendre maître du véhicule. Si vous n’avez pas les compétences pour cela, vous pouvez tout de même vous débrouiller pour parasiter l’environnement et brouiller les signaux. Le résultat, c’est que le contrôle du drone est perdu. Le microfilament permet d’éviter cela ». A cela s’ajoute une source constante d’énergie et la possibilité de capter un flux vidéo sans pertes ni ralentissements ou décalages. Les essais menés par CyPhy Works reposent sur un microfilament de 76 mètres qui se déroulent lorsque la tension augmente.

Portable ?

cyphyworks-pocketflyer2Le Pocket Flyer, un petit hexacoptère animé par des moteurs brushless pour tenir face au vent, est clairement destiné à des opérations sur le terrain, particulièrement des manœuvres militaires. « Le Pocket Flyer tient dans une pochette qui peut être glissée dans une poche de pantalon. Le principe, c’est qu’il se trouve à portée de main lorsque survient une situation dangereuse dans laquelle il peut être utilisé », explique Helen Greiner. On pense évidemment à la reconnaissance depuis les airs. CyPhy Works propose une pochette qui contient le Pocket Flyer, une batterie capable d’assurer une autonomie de 2 heures environ et le dérouleur de microfilament. Le contrôle de l’appareil est assuré par un smartphone, qui reçoit le flux vidéo en temps réel. La solution est fonctionnelle, assurent les dirigeants de CyPhy Works. Sa production est sur le point de débuter, sous la forme d’un contrat passé par l’US Air Force Rapid Innovation Fund. Avec pour but de diffuser le kit sur le terrain le plus rapidement possible…

Oui mais…

cyphyworks-pocketflyer3Et si le filament est coupé ? C’est bien sûr le point faible de cette technologie. Les ingénieurs de CyPhy Works expliquent que le coût du Pocket Flyer est suffisamment faible pour qu’il puisse être perdu en opération. Et assurent que la résistance du matériau (plus fin qu’un fil de casque audio) est étonnante…

Crédits photos : CyPhy Works

Source : IEEE Spectrum via sUAS News

Une vidéo du prototype

12 COMMENTAIRES

  1. Aaaah, pas du tout ! La version améliorée, c’est sans doute le Fotokite (un quad) : http://www.fotokite.com/
    Le fotokite n’est pas un projet neuf mais n’est pas encore dispo commercialement. En effet ce n’est sans doute pas une machine qui remplacera nos quads/hexas radiocommandés mais personnellement j’y vois de nombreux cas potentiels d’utilisation.
    Donc je suivrai de près 2 projets au lieu d’un à partir de maintenant 🙂

  2. C’est comme les riches, ils vivent dans les hauteurs parce qu’ils sont alimentés par la classe moyenne par l’intermédiaire d’un fil d’argent (les riches sont riches d’argent, c’est clair). Conscient que ce fil ne tiendra pas une éternité, “Dieu” a prévu de faire élever d’abord ceux qui ont moins de valeur spirituellement parlant (ce sont juste des robots programmés sur les bancs des écoles qui servent à surveiller la classe moyenne). Comme quoi tout se rejoint 😉 Merci Fred 😉

  3. Petite coquille pour le à la foiS dans le paragraphe “Ya un truc”, ou alors cette technologie nous dépasse tous 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.