Freeway prod et le Tour de France 2014

11
294

tourdefrance2014La grande boucle 2014, la 101e édition, sera cette année sous le signe de l’Angleterre puisqu’elle s’élancera de Leeds le 5 juillet 2014. Après quelques étapes outre-Manche, elle traversera toute la façade est du pays avant d’attaquer les cols des Alpes, puis ceux des Pyrénées, et de remonter sur la capitale. Le 27 juillet, ce sera l’arrivée sur les Champs-Elysées !

Vues du ciel

Freeway prod, que vous aviez peut-être découvert avec de superbes images tournées à l’opéra Garnier, a réalisé un « pré-Tour » pour fournir des images à France 3. Michael Gisselere, co-gérant de Freeway prod, nous a décrit le contexte de réalisation de ces images. Ne manquez pas, après son interview, le making of des images du Tour !

photo-4 - copie-600
DJI S1000 au-dessus de l’ossuaire de Douaumont

Helicomicro : Sous quelle forme seront présentées les images pour France 3 ?
Michael Gisselere : Nous avons tourné toutes ces images pour deux programmes. Le premier, « Au plus près du Tour » est diffusé depuis 2 semaines déjà sur France 3 entre « Tout le Sport » et « Plus belle la vie » à 20 h 15. C’est un programme court 100 % drone qui montre les endroits, paysages et monuments que les coureurs vont traverser. Le deuxième but de nos tournages, le plus important, qui est à la base de notre contrat avec France Télévisions, c’est de fournir des images drones et non pas hélicoptères pour illustrer les monuments architecturaux et paysages que traversent les coureurs. Nos images seront mixées avec celles de la caméra Cineflex des hélicoptères, tournées pendant le direct.

IMG_1734-600
Abbaye de Rievaulx, près de Hemsley dans le nord de l’Angleterre

HM : Vos images sont donc complémentaires de celles tournées avec des hélicoptères grandeur nature ?
MG : Le mot d’ordre du réalisateur Jean-Maurice Ooghe était de proposer des images « drone » et non pas en plans trop larges. Car il les aura déjà avec ses deux hélicoptères. Le journaliste Jean-Paul Ollivier appelle nos drones « ses libellules » !

HM : Quelques chiffres à nous donner ?
MG : Il faut savoir que le Tour de France est diffusé dans 190 pays dans le monde, avec 3,5 milliards de téléspectateurs, selon Amaury Sport Organisation. Pour nous, ce contrat constitue une énorme vitrine. France TV Sport a été très content de notre travail il y a un an, pour la centième du Tour, et a reconduit notre prestation cette année. Je pense sincèrement que le drone est maintenant bien installé sur le Tour de France. Toute l’équipe de Freeway prod est très fière de travailler sur ce qui est le 3e événement sportif le plus important au monde !

HM : Quel est le nombre d’endroits filmés ?
MG : Nous avons filmé 17 lieux pour différentes étapes. Il y a certaines étapes sans images de drones parce que nous n’avons pas réussi à obtenir les autorisations de survol. C’était le cas à Londres, par exemple. Certaines étapes, en revanche, ont 3 lieux filmés par nos drones.

IMG_1780-600
DJI S1000 dans la cathédrale Notre-Dame de Saint-Bertrand-de-Comminges

HM : Ca se passe comment ? Il y a des réunions préparatoires ? Des synopsis précis ou vous faites ce que vous semble le mieux ?
MG : Le réalisateur a fait un repérage plusieurs mois avant le départ sur la route du Tour. Il a noté les endroits qu’il souhaiterait voir filmés par nos soins. Nous disposons donc d’une liste très détaillée des lieux à filmer et rien n’a été laissé au hasard. Dès que France TV Sport nous a transmis la liste, nous avons démarré nos demandes d’autorisation auprès des préfectures et monuments. C’est Christelle Bozzer, au sein de Freeway prod, qui est chargée de cette lourde tache administrative. Il faut savoir que nous passons 5 fois plus de temps à faire nos demandes qu’à tourner ! Nous pouvons aussi donner notre avis sur certains lieux qui semblent compliqués à filmer et faire d’autres propositions. Je suis en contact permanent avec le réalisateur et le Directeur Technique de France TV Sport pour les tenir informés de l’évolution de nos tournages. C’est important pour eux pour mieux préparer le passage du Tour. Par exemple, nous devions filmer le château de Vizille, dans le Dauphiné. Le réalisateur avait repéré le lieu plusieurs semaines auparavant. Mais lors de notre passage un mois et demi plus tard, il était recouvert d’échafaudages à 80 %. Les services administratifs de la mairie ne nous avaient tout simplement pas avertis. J’ai donc appelé le réalisateur pour l’informer. Résultat, il déviera ses hélicoptères du château…

IMG_1821-600
Porte de Metz à l’entrée des fortifications de Toul

HM : Quel matériel a été utilisé ?
MG : Notre partenaire DJI Innovations nous a mis à disposition des octocoptères S1000, des matériels de transmission vidéo Lightbridge et des nacelles stabilisées pour appareils photonumériques Panasonic Lumix GH4 et Canon 5D Mark III. Pour les, vols réalisés en scénario S3 [vols en agglomération], c’est un drone de conception Freeway prod qui a été utilisé. Notre drone contre-plongée, celui imaginé pour réaliser les images de l’opéra Garnier, sera utilisé pour au Grand Palais à Paris le 15 juillet prochain.

IMG_1842-600
Devant le Dolder à Riquewihr

HM : Quelles ont été les difficultés administratives ?
MG : Les demandes pour les vols en scénario S3 ont été plus ou moins longues, mais nous avons eu la chance d’obtenir des avis favorables dans des délais très courts, probablement par l’effet « Tour de France ». La principale difficulté s’est présentée pour le survol de Londres. Nous avons obtenu toutes les autorisations nécessaires : celle de la CAA, la DGAC anglaise, un protocole d’accord obtenu auprès de l’aéroport de Londres, l’autorisation de survol de Westminster, celle pour Big Ben, etc. Mais malheureusement les autorités du Port de Londres interdisent le survol à tout type d’aéronef télépiloté au-dessus de la Tamise où le trafic fluvial est très important. Elles considèrent que les bateaux peuvent être distraits et causer un accident. Le vol à Londres a par conséquent été abandonné ! En France, je dois reconnaître que toutes les administrations, mairies, préfectures et la DGAC ont étés vraiment compétentes pour faciliter nos tournages.

IMG_1815-600
DJI S1000 dans la cathédrale Saint-Etienne de Toul

HM : Des difficultés techniques ?
MG : Nous n’avons pas rencontré de difficultés techniques particulières, notamment parce que nous avons eu la chance de profiter d’une météo plutôt bonne sur l’ensemble des étapes du pré-Tour. Seul le tournage à la cathédrale Saint-Front à Périgueux s’est révélé un peu compliqué, techniquement parlant. Nous tournions en pleine ville, c’est-à-dire en scénario S3, et il fallait atteindre le sommet de la tour principale pour obtenir un angle général de la cathédrale. Nous avons dû, la veille, procéder à plusieurs essais de la sécurité sur le drone, notamment au bon déploiement du parachute en cas de problème pendant le vol.

HM : Des difficultés humaines ?
MG : Aucune difficulté, bien au contraire ! Les passants, les curieux, les personnes de l’administration, tout le monde a été particulièrement accueillant. Tous nous ont beaucoup aidé pour faciliter notre travail. Quelques anecdotes… La tour de contrôle de l’aéroport de Carcassonne faisait dévier les avions au-dessus de la citadelle pour nous laisser filmer. Les militaires de la base 133 de Nancy-Ochey sont venus en personne nous voir sur le tournage pour nous faire signer le protocole, ils étaient curieux de nous voir travailler.

HM : Quelles sont les réactions des gens quand vous volez ? Etonnement, intérêt, crainte, autre chose ?
MG : Les gens rencontrés sur les étapes du Tour ont tous été très agréables, très gentils, très intéressés par notre travail. Surtout lorsque l’on leur précise que le but est de fournir des images aériennes en drones pour le prochain Tour de France, tout le monde est très enthousiaste ! C’était vraiment une très belle expérience.

IMG_1655-600
Michael Gisselere (à gauche) et Maurice Boom (à droite). Un Selfreeway sur l’A31 près de Dijon… (notez la déco SW !)

HM : Il y a des endroits que vous avez découverts pendant ce pré-Tour ?
MG : Tous les endroits filmés pour le Tour ont été une vraie découverte pour nous. Les lieux sont tellement différents les uns des autres qu’il a fallu appréhender chaque vol. Nous avons aussi bien filmé une cascade d’eau de 60 mètres de hauteur qu’une abbaye en ruine ou encore une cathédrale en pleine ville. Chaque tournage, chaque plan est préparé et nous essayons de ne rien laisser au hasard. Nous ne faisons jamais de vol de reconnaissance, mais le premier vol est une prise de vue assez générale qui nous permet de visualiser et localiser les endroits intéressants.

Crédit photos : Freeway Prod

La vidéo du making of du pré-Tour de France 2014 de Freeway prod se trouve ici !

makingofpreewayprodpretour2014

11 COMMENTAIRES

  1. Très bon papier. Comme cela on peut voir le bazar pour les Pros et les autorisations…
    Du tout façon quand s’est pour la TV…

    Le tour s’est comme le Foot, a manger pour les cochons. 😉

    Allez je sors. 🙂

  2. Bonjour et bravo pour cet article qui donne la parole aux professionnels. Au delà d’être intéressant, il permet de mettre en lumière les difficultés et les obligations qui sont les nôtres pour réaliser la moindre image (5 fois plus de temps en démarches qu’à tourner, c’est souvent le cas), notamment en zone urbaine.

    C’est quand même un sacré sacerdoce quand on veut faire quoi que ce soit avec des drones, et il ne faut pas prendre le sujet à la légère !

  3. Je ne regardes jamais les emissions ou reportages relatives au tour de france, mais savoir que des artistes de l’image comme freeway sont aux manettes vont changer cela !
    Chapeau les gars 😉 et merci fred pour cet article tres bien structuré.

  4. Merci beaucoup IRISWAR… ça fait très plaisir… Au risque de paraitre complaisant … Je trouve l’article de Fred vraiment très bien rédigé…;) MERCI

  5. Top cet article et très bien illustré! C’est toujours agréable de voir que certains partagent non seulement les images réalisées, mais également l’envers du décor.
    Je suis fan, mais ça tu le sais déjà 😉
    Longue vie!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.