Eachine Cinefun 1080p, le test

0
3846

Le résultat ?

La stabilité des images, en l’absence de stabilisation mécanique et logicielle, est directement liée à celle du drone. En intérieur ou en l’absence de vent, on ne perçoit aucune vibration. De quoi revenir de vol avec de belles séquences, souples en étant doux sur les joysticks, énervées en les sollicitant plus vigoureusement. S’il y a du vent, les images sont plus difficiles à regarder et souffrent de Jello – le contraire serait étonnant, les 53 grammes de l’appareil sont insignifiants face à une bourrasque. Pour arrêter « proprement » l’enregistrement vidéo, il est recommandé d’appuyer sur le bouton de la caméra et vérifier que la LED bleue passe au fixe. Mais si vous débranchez la batterie sauvagement, ce n’est pas bien grave, vous perdez moins de 5 secondes à la fin de l’enregistrement et, surtout, le fichier vidéo n’est pas corrompu.

L’autonomie ?

Avec des vols doux, le Cinefun tient en l’air pendant 4 minutes 30 au moins, plus si vous poussez la batterie un peu plus loin. C’est très correct ! Si vous pilotez de manière plus agressive, évidemment, l’autonomie fond, mais elle reste tout de même au-dessus des 3 minutes. J’ai passé l’ESC 4 en 1 à 48 KHz avec la méthode habituelle. J’ai flashé en version 16.80 (S-H-50) 48 KHz avec succès, mais je n’ai pas gagné en autonomie. Il se trouve qu’ils étaient déjà en version 16.80, peut-être sont-ils déjà flashés en 48 KHz d’usine. Je suis passé en version 4.2.6 de Betaflight : l’autonomie n’a pas bougé non plus… et l’appareil a développé un forme de Jello très désagréable que je n’ai pas réussi à corriger avec les PID.

Les points de détail ?

J’ai utilisé le Cinefun avec peu de précautions, principalement en forêt pour voler entre les arbres. Malgré des crashs un peu durs contre les troncs, la structure de l’appareil n’a pas bronché et les hélices sont restées intactes. Le carénage est solide, lui-aussi, avec 3 points de fixation et des arceaux courbes qui lui permettent sans doute d’amortir les chocs. L’objectif de la caméra est plutôt bien protégé. Je suis resté coincé dans des branches en haut d’un arbre à plusieurs reprises : la fonction Flip Over After Crash a sauvé l’appareil, et me permettant de le dégager à coups de gaz. Je n’ai pas tente d’alimenter l’appareil avec une Lipo 2S : les moteurs à 19000KV n’y résisteraient sans doute pas.

Faut-il l’acheter ?

Oui ! Le Cinefun de Eachine est un Tinywhoop petit, très discret à tel point qu’on ne l’entend plus à 20 mètres de distance, léger pour qu’il ne présente aucun danger, avec des protections d’hélices efficaces. Il est facile à piloter, suffisamment précis pour voler dans un environnement avec obstacles, suffisamment nerveux et rapide pour s’amuser. Il reste un appareil 1S dont on trouve vite les limites de puissance. Est-ce un Cinewhoop ? Disons que l’enregistrement en 1080/60 est bien trop juste pour cela. Est-ce pour autant décevant ? Non ! Les séquences que l’on peut enregistrer avec le Cinefun sont tout simplement bluffantes pour un appareil aussi petit. L’autonomie, cela ne gâche rien, est correcte. La version 1080p que j’ai testée est proposé à partir de 152 € chez Banggood (sans le port, sans les taxes). Elle est aussi disponible avec un récepteur radio Flysky ou Crossfire de TBS, et avec une caméra 4K Loris de Caddx – mais c’est plus cher.

Pour comparer le Cinefun à d’autres nano racers, consultez le tableau des appareils qui ont été testés sur Helicomicro (de préférence avec les navigateurs Chrome ou Firefox).

D’autres photos

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.