Brest : survol illégal avec un drone

6
2910

Selon plusieurs articles parus dans la presse quotidienne – qu’il faut recouper pour obtenir des informations plus précises -, la préfecture maritime de l’Atlantique a indiqué avoir porté plainte le 10 septembre contre deux personnes ayant fait voler un drone dans le port de commerce de Brest, dans le Finistère. Les faits se sont déroulés le samedi 5 septembre, et les deux personnes ont été identifiées par la police municipale.

Pourquoi ?

Les alentours du port de commerce de Brest, avec Geoportail.

Geoportail pour les drones de loisir indique que la zone est interdite de vol avec une couleur rouge. Effectivement, ce n’était pas du tout une bonne idée que de décoller à cet endroit. Pour en savoir plus, il faut se tourner vers un outil plus complet que Geoportail comme Mach 7 Drone. Le port de commerce de Brest se trouve dans la P 112, une vaste zone qui protège la base militaire de l’île Longue, sur la presqu’ile de Crozon. Elle héberge notamment des activités liées aux sous-marins de la force de dissuasion nucléaire française. Mais ce n’est pas tout, cet endroit cumule les zones sensibles. La CTR militaire de Lanvéoc, dont les limites sont les mêmes que celles de la P 112, est également interdite de vol. Il faut encore ajouter à cela l’emprise d’une hélistation et le fait que le port de commerce est considéré comme agglomération, donc interdit de survol sur l’espace public.

C’est tout ?

Les alentours du port de commerce de Brest, avec Mach 7 Drone.

Non ! Car à proximité se trouvent des zones interdites de prises de vues, celle du port de Brest à quelques centaines de mètres, celle de l’Ile Longue à environ 9 kilomètres, celle de Guivapas à 6 kilomètres, et celle de Lanvéoc, à 11 kilomètres. Joli score, qui en théorie peut aboutir à de lourdes peines puisque celle, maximale, en cas de survol d’une zone sensible par maladresse peut atteindre 6 mois de prison et 15 000 € d’amende (ou 1 an et 45 000 € s’il est prouvé que l’infraction est intentionnelle). Celle pour photographier une zone interdite de prises de vues peut aboutir à 1 an de prison et 75 000 € d’amende (voir ici). Il est peu probable que le pilote soit lourdement condamné, mais il sera intéressant de connaitre l’issue donnée par la justice…

Déjà en 2016 ?

Non. En janvier 2016, la presse avait pourtant relayé témoignages de survols de l’Ile Longue. Accompagnés par une psychose anti-drones, le fait-divers avait contribué à l’élaboration des textes de la loi dite « drones » de 2016. Tout ça pour qu’en septembre 2016, le parquet de Quimper indique qu’il s’agissait de fausses alertes (voir ici) – ce qui n’a pas été relayé par la presse. Cette fois–ci, les faits sont avérés, mais le survol était cantonné au port de commerce de Brest.

Sources : 20 Minutes, Alouette, France Bleu

6 COMMENTAIRES

  1. Par la peur, on vous fait des lois, on vous impose … bref, ça s’appelle “la stratégie de la peur” … on nage en plein dedans en ce moment d’ailleurs … !

  2. -Et , au delà de la peur , il y a nos impôts , nos contributions , nos taxes , nos prélèvements à la source !
    -Le plus petit citoyen Français a le droit de savoir où est parti son argent , car enfin : c ‘est nos impôts qui financent cette ” dissuasion” coûteuse et illusoire !
    – “Selon que vous serez riche ou pauvre , puissant ou misérable , les tribunaux vous rendront blanc ou noir “….. Jean de la Fontaine

    Le ciel est à tout le monde

  3. Mach 7 drone me paraît bien moins complet que geoportail. Le camp militaire de Carpiagne (avec les chars Leclerc) est oublié, le parc national des Calanques…

  4. Ce survol ne pouvait pas tomber plus à point nommé …….. au sujet des balises de signalement électronique !!!
    J’en pleure encore de rire …… Imaginez une seule seconde la scène :
    Un drone est détecté dans ce qui est un des secteurs les mieux défendus et les plus secrets de France ….. il fait tranquillement un petit vol, prends sûrement quelques clichés ou vidéos sympa …… et s’en va peinard, comme il est venu !!!!
    Moi je pose quelques questions existentielles :
    * Pourquoi n’a t’il pas été immédiatement abattu (c’est un P4 pas un racer !) …. on doit bien posséder ce qu’il faut comme tireurs et armes …… non ?
    * Pourquoi n’a t’il pas été brouillé …… on doit posséder sur ce genre d’enceinte d’un système de brouillage efficace (cf le sommet du G7 à Biarritz) ….. non ?
    * Etait-il équipé de sa balise (peut-être vu qu’ils auraient interpellé les télépilotes ??)
    La vrai réponse :

    ON SE FOUT DE NOTRE GUEULE A PLEIN TUBE …….. on vas nous faire croire qu’on a laissé un drone relativement lent et peu manoeuvrant se balader peinard dans ce genre d’enceinte sans le shooter immédiatement (ou le brouiller) …… ou alors c’est encore plus grave que je ne le pensais …. et honnêtement c’est la thèse la plus probable !!!

  5. Mouais… attachez une Insta360 à un ballon tout pourri gonflé à l’hélium (avec un fil de nylon que vous tenez…), et prenez toutes les vidéos que vous voulez…
    Le seul machin volant que j’ai failli percuter un jour avec mon drone… c’était un cerf-volant…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.