iFlight Alpha A65, le test

3
3077

Premier décollage

J’ai utilisé des batteries Eachine LiHV 1S 300 mAh 80C avec un fil d’alimentation et des BetaFPV LiHV 300 mAh 60C avec un connecteur court. Les deux conviennent, mais il est beaucoup plus facile de brancher les batteries avec un fil d’alimentation : celui de l’Alpha A65 est court. Pour brancher les BetaFPV, il faut insérer la batterie à fond dans le panier, au risque de modifier le centre de gravité. L’appareil décolle sans difficulté, mais sans montrer les muscles. C’est un Tinywhoop 1S, il ne fallait pas s’attendre à de folles accélérations. Cela dit il répond bien aux sollicitations des joysticks.

Le retour vidéo ?

L’image en retour de la caméra est de qualité correcte (pour de l’analogique) quand la luminosité est forte, passable quand elle est faible, en parking par exemple. Le très grand angle est parfait pour voler dans des environnements avec beaucoup d’obstacles. Ce qui est particulièrement agréable, et qui saute aux yeux dès les premières secondes de vol, c’est la stabilité de l’image. Les plupart des Tinywhoop de classe 65 se dandinent, un peu en intérieur, beaucoup lorsqu’il y a du vent. Mais l’Alpha A65 reste étonnamment stable même en présence d’une petite brise. Evidemment, avec son poids plume, il ne résistera pas à un vent un peu fort.

Les sensations en vol ?

L’appareil réagit bien aux commandes, de manière nerveuse… un peu trop même en mode Acro, au point d’être surpris par un tonneau ou un looping un peu rapide. Mieux vaut retourner dans Betaflight pour ajouter un peu d’expo aux commandes. L’avantage, c’est que l’Alpha A65 est très précis, ce qui permet de se faufiler entre les obstacles, de passer au travers du feuillage dans les arbres. Les gaz, en revanche, ne sont pas aussi réactifs. L’Alpha A65 est capable d’avancer vite, de monter assez haut, mais il accélère progressivement. Pousser le throttle un peu fort vide rapidement la batterie, il faut surveiller la tension dans l’OSD quand on se lance dans des vols un peu nerveux. La remise des gaz rapide après une plongée se solde presque toujours par une embardée (propwash) qui peut mener au crash, et ce malgré le sens de rotation des moteurs inversé. La seule solution : être progressif dans la remise des gaz…

La portée

Je n’ai pas expérimenté de souci sur la portée radio, même en partant un peu loin. En revanche, il faut être attentif aux antennes de l’émetteur XM+, qui donnent au A65 un look de cafard décoiffé. Plus gênant, elles se prennent tôt ou tard dans les hélices. Il y a peut-être moyen de les fixer sur la structure plastique, en les plaquant sur les protections d’hélices – mais je n’ai pas essayé. La portée vidéo est évidemment courte en 25 mW. Passer à 50 mW (ne le faites pas en France, malheureux !) permet de gagner en portée, de manière suffisante pour de belles balades sur un terrain avec des obstacles, des arbres, en intérieur pour passer des murs.

Les défauts ?

Le principal défaut de l’Alpha A65, c’est son autonomie. En intérieur, vous pouvez prétendre à 2 minutes de vol, et moins encore en extérieur. Il est possible de flasher l’ESC 4 en 1 en 48 KHz (voir ici), c’est un O-H-5. Le gain, comme souvent, est intéressant. Il permet d’atteindre 3 minutes pour des vols très tranquilles, mais l’Alpha A65 ne dépasse par les 2 minutes en vols agressifs ou qui sollicitent fort la batterie. Il n’y a pas de buzzer à bord et les moteurs bippent très faiblement. Pour retrouver l’appareil dans de hautes herbes ou dans un arbre, pensez à configurer le mode Flip Over After Crash, qui permet de les entendre tourner. Dommage enfin que l’Alpha A65 parte en embardée après un dive. Dernier regret : l’inclinaison de la caméra n’est pas réglable – mais ce n’est pas trop pénalisant en raison du grand angle.

>>>> LA SUITE DE CETTE CHRONIQUE SE TROUVE ICI <<<<

3 COMMENTAIRES

  1. Bon petit test qui donne envie, je me cherchais un petit whoop pour l’hiver, peut être bien celui-ci 😉
    J’aime bien en plus Iflight, et je viens de découvrir dans une nouvelle catgorie “quads LR” long range je pense…3 models Chimera 4 5 et 7 mais quand on clic rien, peut être avez vous plus d’infos?

  2. C’est malin, j’ai craqué et….. j’adore !!!!!!!!!!!!!!!!
    bon un peu chaud a configurer au début entre le liaison avec la RC, la config betaflight que j’ai effacé, refaite…
    Mais maintenant qu’il vole je m’éclate, mes gosses me détestent car je vais partout, j’arrive enfin a faire du vol ACCRO (bon en training) mais je viens d’un phantom 4 en mode photo/vidéo donc lent, alors ici c’est un autre monde qui s’ouvre.

    J’ai été très agréablement surpris de la portée de la vidéo et de la tenue de vol en extérieur, c’est dynamique tout est restant maitrisable et ludique.
    En plus il est assez costaud pour se prendre des murs de face sans broncher…. enfin pour l’instant !

    En flashant les ESC avec votre méthode je dépasse les 3’30 d’autonomie avec des batteries iflight 3.8V/300mAh (même 4′ en vol cool)

  3. Salut ! Il a l’air bien sympa pour l’intérieur, mais j’ai 2 question. Si j’ai le DJI FPV System, avec les antennes iflight crystal en plus. Est ce que je peux m’appairer avec celui-ci ? Quel receiver choisir svp ?

    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.