BetaFPV LiteRadio 2, le test

7
3495

Qui dit petits racers dit le plus souvent… énorme radiocommande ! Dommage, quand on désire partir équipé d’un nano racer léger en balade, de devoir trimballer une radio grand format. La tendance, ces derniers mois, est à des modèles beaucoup plus petits, avec des formes empruntées aux joysticks de consoles de jeux. La LiteRadio 2 s’inscrit dans cette tendance : elle ne mesure que 17 x 11 x 7 cm, pour un poids de 228,3 grammes en ordre de fonctionnement. Sympa ? Réponse dans cette chronique. Notez que la LiteRadio 2 nous a été donnée par BetaFPV. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

La vidéo

Tour du propriétaire

228,3 grammes, c’est plus léger que la Taranis X-Lite de FrSky et la Tango II de TBS, qui pèsent dans les 350 grammes, plus léger que la Jumper T8SG qui approche les 400 grammes, que la Jumper T12 qui les dépasse. La LiteRadio 2 épouse les formes d’une manette de jeux, avec une coque blanche. En façade avant, il y a les deux joysticks. Pas d’effet Hall, mais ils sont agréables sous les doigts et leur hauteur est réglable. Entre les joysticks se trouve le bouton on/off avec une LED intégrée. Il faut une pression longue de 3 à 4 secondes environ pour allumer la radio, qui vibre à deux reprises pour confirmation. La diode reste en vert pendant un court instant, puis passe au bleu : elle est prête. Si la LED est rouge, c’est que le joystick des gaz est levé. Pour éteindre la radiocommande, il faut une pression longue jusqu’à obtenir une vibration : la radio s’éteint.

Suite du tour

Sur la tranche avant de la LiteRadio 2, il y a un connecteur microUSB pour la recharge de la batterie et la connexion à un ordinateur de bureau pour des simulateurs de vol, et un jack 3,5 mm pour l’écolage avec une autre radiocommande. Sur la tranche arrière, ce sont les interrupteurs. Il y a les SA et SD à deux positions, et les SB et SC à 3 positions. Ces inters sont courts, à peine 8,5 mm. Mais ils sont faciles à manipuler, bien qu’un peu durs. Ils risquent peu de casser en cas de choc, à la différence de ceux des Taranis. A l’arrière, il y a bouton pour l’appairage et un bouton pour les réglages. Il faut une pointe pour y accéder. L’avantage ? On ne risque pas d’appuyer accidentellement. L’inconvénient ? Ils ne sont pas faciles à manipuler. Il faut l’aide d’une pointe, par exemple celle d’un tournevis. Une trappe, à faire glisser avec les pouces, cache la batterie amovible de la radiocommande. Il s’agit d’une 2S 350 mAh avec une prise XT30 (qui ne sert à rien), à brancher via sa prise d’équilibrage.

Prise en mains

A l’usage, la LiteRadio 2 tient bien dans les mains, avec un grip (plastique) à l’arrière, sa coque faite de courbes est très agréable. J’en suis premier surpris dans la mesure où je ne suis pas fan des manettes de jeux. C’est la deuxième radiocommande de ce type qui me séduit, la première étant la Tango II de TBS. La tension des joysticks est parfaite – à mon goût. La radiocommande est compatible avec les « thumbers » (utilisation avec les deux pouces uniquement) dont je fais partie. Elle semble un peu moins pratique pour les « pinchers » (utilisation pincée entre les pouces et les index), et les « hybrides » (thumbers mais avec l’aide des index).

OpenTX « lite » ?

C’est bien OpenTX qui anime la LiteRadio 2, mais en l’absence d’écran, elle ne donne pas accès aux fonctions de télémétrie, de réglages complexes, de scripts LUA, etc. C’est grave, docteur ? Si vous voulez piloter un racer de 5 pouces avec des réglages aux petits oignons, oui, c’est gênant. Mais dans le cas de nano racers à utiliser en indoor ou en indoor à petite distance, ce n’est pas bien grave. En confinement, je n’ai pas pu mettre à l’épreuve la portée de la LiteRadio 2. Etant donné que l’antenne 2,4 GHz est à l’intérieur de la coque, plaquée contre la tranche avant, il est probable que la radiocommande ne brille pas avec une superbe portée. En indoor, appartement et parking souterrain, cela dit, la liaison n’a pas montré de signes de faiblesse. Il est peut-être pertinent de faire sortir cette antenne de la coque – mais ce serait au détriment de la portabilité de l’ensemble.

Réglages ?

En l’absence d’écran de contrôle, le nombre de réglages possibles est très réduit. Vous avez la possibilité d’appairer un appareil et de choisir le protocole radio. La LiteRadio 2 est proposée en deux versions. L’une est compatible avec le protocole Bayang pour les nano drones jouets et ceux qui fonctionnent avec des contrôleurs de vol Silverware. Mais j’ai testé l’autre, compatible avec les protocoles FrSky D8, D16 Non EU et D16 EU. Cela permet de prendre le contrôle de tous les appareils avec des récepteurs XM, XM+, R-XSR, SPI FrSky (intégrés sur les cartes mères), etc. Comment savoir dans quel protocole est réglée la radio ? Radiocommande éteinte, il faut appuyer sur la touche Bind à l’arrière (avec une pointe fine), maintenir la pression et allumer la radio avec le bouton on/off jusqu’à ce que la LED clignote en mauve. Une fois, c’est le mode D16 Non-EU, deux fois c’est le mode D16 EU, trois fois c’est le mode D8.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<<

7 COMMENTAIRES

  1. Les poids pour lester, comme au début des radios pour Anafi de Parrot, pour faire genre bonne camelote…..depuis un moment Parrot a abandonné cette “option”….

  2. @ gilles : Je ne sais pas trop ce que ça signifie pour les clients actuels ou futurs, je ne suis pas certain qu’il y ait des mises à jour.
    D’un point de vue éthique, si c’est confirmé, c’est bien dommage…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.