Ehang 216 et le Covid-19

3
1128

Le constructeur chinois avait fermé ses bureaux nord-américains au printemps de 2018, suite à la mise en faillite de sa filiale aux Etats-Unis. Mais l’activité a continué en Chine, avec la poursuite des essais en vol du Ehang 184, présenté comme un multirotor destiné au transport de personnes. L’appareil a évolué dans un stade autrichien au printemps 2019. Puis, comme un pied-de-nez à son passé aux Etats-Unis, lors d’un vol d’essai en Caroline du Nord, en janvier 2020. A l’occasion de ce vol, c’est une nouvelle version de l’appareil qui avait été présentée, le Ehang 216.

La suite ?

Un communiqué de Ehang annonce que, « dans le cadre d’exercices pour la prévention et le contrôle de l’épidémie de CoronaVirus organisés par les autorités locales de la ville de Hezhou dans la province de Guangxi, le Ehang 216, un appareil à deux places, a transporté avec succès des fournitures médicales depuis le Hezhou Square jusqu’à l’hôpital Hezhou’s People, distants de 4 kilomètres, avec un atterrissage réussi sur le toit de l’hôpital qui compte 25 étages. Le Ehang 216 est ensuite retourné automatiquement à son point de départ. Le parcours de 8 kilomètres a été pratiqué sans personne à bord, ce qui est critique pendant l’épidémie actuelle ». A noter que Google Maps indique une distance à vol d’oiseau de 2,8 km entre le parc et l’hôpital.

Un appareil pour passagers sans passagers à bord ?

Ehang ne s’est pas contenté de faire un vol sans personne à bord. Le responsable de la stratégie (CSO) de Ehang, Edward Hu, a pris place dans le Ehang 216 pour le même vol, depuis le centre ville jusque sur le toit de l’hôpital. Il a déclaré que « dans une situation d’urgence en zone urbaine, cet appareil permet aux personnes et aux marchandises d’être transportées efficacement à travers la ville en suivant des routes presque droites ». D’autres vols habités ont eu lieu lors de la même expérience, y compris de nuit, et sur des distances qui ont atteint 15 kilomètres, avec une vitesse de pointe de 80 km/h. Certes le Covid-19 a sérieusement ralenti l’économie chinoise, mais à l’évidence elle n’est pas à court d’idées pour tirer profit de la situation et organiser la relance…

Source : Ehang

3 COMMENTAIRES

  1. C’est un hélico autonome en somme. Ce qui me fait peur dans les véhicule volant autonome de petite taille c’est l’anticipation et l’évitement.

  2. L intelligence artificielle a bien sur , ses limites ; mais nos voisins Chinois ont une avance certaine dans cette spécialité des aéronefs sans pilote , solution rêvée dans les villes encombrées !
    Il y a aussi des facteurs extérieurs comme la foudre ou une panne électronique , dans l’ aéronef ou dans la station de contrôle : le résultat est le même !
    C ‘ est une invention à suivre : elle nous étonnera encore

  3. @tige aucune innovation chez Ehang… Ils ont pompé l’open source et fait un drone plus grand. Pas de sécurité, pas de logiciel controlé…. C’est une vaste fumisterie basé sur de la communication… Quand ils se crasheront encore, comme a Dubaï, cette fois ci avec des morts comme ça sera en ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.