Eachine Tyro89, le test

5
7532

Les réglages

Pour accéder aux réglages du contrôleur de vol via Betaflight Configurator, Eachine fournit un petit adaptateur. En effet, bien qu’une encoche ait été pratiquée dans le carénage, la plupart des prises microUSB sont trop larges et épaisses pour être branchées directement. Cet adaptateur coudé pratique permet même de brancher le câble USB avec les hélices montées. Ce qu’il ne faut SURTOUT pas faire, évidemment, les hélices de 2,5 pouces lancées à pleine vitesse sont des tri-râpes à fromage… Les réglages sont déjà effectués, mais au cas où, il est recommandé de vérifier que le SerialRX pour l’UART1 est activé (radio) et que le Periphérals de l’UART2 est fixé à VTX (TBS Smartaudio).

Les réglages, suite

A vous de choisir les réglages pour votre récepteur radio, pour armer même incliné (Arming à 180), d’indiquer comment armer et changer de modes, de placer les bons éléments dans l’OSD. Franck indique que « les moteurs M1 et M2 ne tournent pas dans le bon sens ». Comme les mini connecteurs ne permettent pas de permuter les moteurs, c’est à vous de gérer. Il faut, hélices retirées, lancer BLheli Configurator pour aller inverser le sens de rotation de ces deux moteurs – ce n’est qu’une question de quelques secondes.

Le choix de la batterie ?

L’électronique du Tyro89 est capable de prendre en charge des batteries jusqu’à 4S. Je ne me suis pas fait prier : j’ai effectué mes vols avec des 4S 450 mAh de Tattu et de BetaFPV. Ce sont celles qui offrent les meilleures sensations en vol, avec de belles accélérations. J’ai tenté l’expérience avec des 3S 300 mAh. Malgré le gain en poids, elles offrent moins de puissance. L’autonomie avec les 4S 450 mAh est de 3 minutes environ si vous volez de manière très agressive, mais elle peut grimper à 4 minutes pour des évolutions plus pépères.

Les sensations en vol

L’image de l’EOS2 est très correcte – pour un retour analogique -, avec de belles nuances quand la luminosité est forte, et une image suffisamment éclairée quand la luminosité est faible. La bonne nouvelle, c’est que la vidéo est totalement exempte de vibrations de type Jello ! Les réglages de PID sont corrects, avec des mouvements assez peu lockés. Le Tyro89 convient pour les courses puisqu’il est capable d’accélérer assez fort et de tourner brusquement. Les amateurs de freestyle peuvent s’en donner à cœur joie : avec son poids plume, l’appareil reste en apesanteur quand on le lance avec un coup de gaz.

La portée vidéo ?

Le Tyro89 est rapide, très rapide, même ! Avec un émetteur vidéo, on peut craindre de dépasser assez rapidement la portée et perdre l’image. Mais j’ai été très surpris, je suis allé bien plus loin qu’avec d’autres modèles 25 mW, au-delà des 200 mètres sans que l’image ne se dégrade… A tel point que j’en vienne à douter que cet émetteur respecte vraiment les 25 mW.

Outdoor ? Indoor ?

Le Tyro89 est clairement destiné à des vols en extérieur. L’absence de protections d’hélices est un indice. Il faut de l’espace pour le faire voler correctement. Il est difficile d’évoluer dans un appartement. Certes on peut évoluer dans un gymnase ou en parking, mais c’est dans les grands espaces qu’il s’exprime vraiment. Même s’il y a un peu de vent, il parvient à tenir tête aux rafales, et l’image bouge assez peu.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

5 COMMENTAIRES

  1. Bonjour à tous,
    j’ai récemment acheté le tyro sauf que j’ai un problème avec la FC.
    Première config avec betaflight, windows reconnait la FC tout va bien.
    D’un coup windows ne la reconnait plus et du coup impossible de la configurer ou de la flasher car il n’y a 0 documentation et le drone est donc inutilisable…
    Auriez-vous une idée ce que je pourrais faire ou simplement comment la flasher ?

    PS: Je débute en drone FPV…

    Merci à vous 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.