DJI Digital FPV System, les caractéristiques

27
5478

DJI est connu pour ses produits autour de l’image, volants avec ses drones, au sol avec les nacelles à main. Un peu moins pour ses produits destinés au monde du FPV racing et des vols en immersion. Pourtant il avait déjà commercialisé OcuSync Air et le masque DJI Goggles Racing Edition, un kit pour équiper des racers avec un retour vidéo numérique et HD (voir ici). Ce n’était pas une révolution puisqu’un concurrent était déjà positionné, Amimon avec son ProSight HD (voir ici). Ni OcuSync Air ni ProSight HD n’ont connu le succès. Amimon semble avoir jeté l’éponge pour ce type de produits.

Persévérance

Mais DJI a continué sur sa lancée et amélioré cette technologie, en la frottant à des conditions d’usage réelles sur des compétitions en Chine. C’est là que nous avons pu les voir en action à plusieurs reprises (voir ici). Alors que les projets HD temps réel semblaient un peu oubliés, DJI revient à l’attaque avec le Digital FPV System. Pour faire simple, c’est l’évolution de OcuSync Air en tenant compte des critiques et des retours d’expérience.

C’est quoi, le Digital FPV System ?

C’est la combinaison de la DJI FPV Camera, de DJI FPV Air Unit Module (émetteur vidéo), des DJI FPV Goggles (lunettes d’immersion) et de la DJI FPV Remote Controller (radiocommande). La version de base comprend la caméra et l’émetteur (Air Unit Module) à placer à bord d’un racer, plus le masque pour recevoir les images. Pour une version plus complète, le Air Unit Module peut servir de récepteur radio, il est dans ce cas à utiliser avec la radiocommande. Quel est l’intérêt d’une liaison vidéo numérique au lieu d’une analogique (comme l’utilisent la plupart des racers) ? Elle permet d’obtenir une image avec une meilleure définition et avec moins de parasites de type neige.

Les avantages du Digital FPV System ?

Les images filmées par la caméra à bord de votre racer sont transmises au masque dans une définition de 1280 x 720 pixels à 120 images par seconde ! Et la latence, puisque c’est le nerf de la guerre pour les transmission vidéo en temps réel ? Le mode 720p/120 qui privilégie la latence à la qualité de l’image est appelé « Faible Latence » par DJI, qui table sur 28 millisecondes. Un autre mode, appelé « Haute Qualité », propose un retour en 720p à 60 images par seconde avec une latence de 40 millisecondes. Si les valeurs promises par DJI en mode « Faible Latence » sont vérifiées, le pilotage nerveux en immersion sera possible ! Comment fonctionne la technologie HD Low Latency (HDL) utilisée par DJI ? « Elle utilise un système de communication bidirectionnel pour stabiliser les signaux des connexions, permettant aux pilotes plus de flexibilité lorsqu’ils volent dans des zones difficiles ». Un autre outil, le Focus Mode, permet de concentrer les données vers le centre de l’image, ce qui permet de conserver un visuel correct là où c’est le plus important si la liaison vient à se dégrader.

La caméra ?

Elle repose sur un capteur CMOS 1/3.2’’ pour 4 millions de pixels, avec un objectif 2,1 mm et un rolling shutter. Elle permet une plage ISO entre 100 et 25600. L’angle (FOV) est de 150°. Les dimensions ? 2,21 x 2,11 x 2,01 cm pour un poids de 8,2 grammes. Il est possible de reste dans le mode « Standard » proposé par défaut, ou de préférer le mode « Racing ». Il augmente le contraste pour mieux voir l’environnement, surtout en cas de changements de luminosité. Le mode « LED » permet de réduire le bruit des images sombres et d’adoucir la saturation des couleurs pour réduire l’impact des LED d’un parcours nocture.

L’émetteur vidéo – récepteur radio ?

Il se présente sous la forme d’un petit boitier fermé qui mesure 4,4 x 3,78 x 1,44 cm pour un poids d’un peu moins de 40 grammes. Il fonctionne dans la plage 5725 à 5859 MHz en numérique, avec une puissance différente selon un usage en Europe (CE) ou dans le reste du monde (FCC  / SRRC). DJI assure qu’il est possible d’en utiliser 8 simultanément sans qu’ils ne se parasitent mutuellement. L’enregistrement à bord est possible, sur une carte microSD. DJI indique qu’il faut s’attendre à 5 de millisecondes de plus quand l’enregistrement est activé à bord du racer. Cet enregistrement n’est pas cantonné à du 720p, les images sont stockées en 1080p à 60 images par seconde, avec un encodage en H.264 comprenant le son.

Et la portée ?

La fiche technique indique qu’elle est de 700 mètres au mieux en mode CE, donc en Europe. Et de 4 kilomètres max en modes FCC et SRRC. Le mode FCC pourra-t-il être choisi et le cas échéant comment ? Ce n’est pas indiqué dans la présentation de DJI. En l’absence de GPS comme sur les caméras volantes de la marque, on peut supposer que le réglage est manuel. Le Air Unit est à alimenter entre 7,4 V et 17,6 V, donc avec du 2S à 4S. Il faut brancher les 2 antennes, via un connecteur MMCX et veiller à sécuriser les prises. A noter que le récepteur vidéo se double d’un émetteur radio, à coupler avec Betaflight v4.1.0 ou plus récent (et la radiocommande de DJI).

Numérique ? Analogique ?

La FPV Air Unit émet en numérique, mais puisqu’elle fonctionne sur la même plage de fréquence que le 5,8 GHz analogique, elle est susceptible de parasiter des liaisons vidéo analogiques. Et vice-versa. A noter que la FPV Air Unit surveille sa température et passer en mode « Low Power » si elle devenait trop élevée, qui réduit le nombre d’images par seconds (à 30), qui augmente la latence (jusqu’à 60 millisecondes) et interdit l’enregistrement vidéo. DJI recommande de faciliter la circulation de l’air pour refroidir naturellement la FPV Air Unit en vol.

Les lunettes d’immersion ?

Elles mesurent 18,4 x 12,2 x 11 cm (sans les antennes) pour un poids de 415 grammes en ordre de marche (sans batterie). La vision repose sur deux écrans LCD de 2 pouces d’une définition de 1440 x 810 pixels, avec un rafraichissement de 120 Hz. Il n’y a pas de batterie à l’intérieur des lunettes, il faut les alimenter avec une source en 7,4 V à 17,6 V (2S à 4S). Les lunettes sont prévues pour recevoir les images en provenance de l’émetteur Air Unit Module. Elles ne sont pas compatibles avec les émetteurs des précédents appareils des gammes de DJI.

Enregistrement et réglages

Il est possible d’enregistrer les images du vol sur une carte microSD à insérer dans les lunettes. La définition est du 720p en 60 fps, qui peut être rejoué immédiatement (et permet de retrouver un appareil plus facilement, !). Le FOV des lunettes est de 54°, réglable pour être plus petit, jusqu’à 30°, pour ceux qui éprouvent du mal à piloter avec un écran trop grand. L’écart interpupillaire est réglable, entre 56 et 70 mm. Un mode « Audience » est proposé par les lunettes : il permet à une seconde paire de lunettes de se connecter à la FPV Air Unit, mais sans protocole bidirectionnel.

D’autres précisions sur les lunettes

Les lunettes sont compatibles avec des images analogiques, par exemple en provenance d’un récepteur 5,8 GHz externe. Les images stockées sur les lunettes peuvent être visualisées directement sur les 2 écrans intégrés. Les antennes, quatre en tout, sont placées de manière à couvrir un large espace. Elles sont de type LHCP. Un panneau tactile et deux boutons sur le côté gauche de l’appareil permettent de piloter les réglages et les menus. Elles sont compatibles avec l’ajout de lentilles correctrices (+2.0D, +4.0D, +6.0D, +8.0D).

La radiocommande ?

Elle reprend le look des radiocommandes de DJI type Phantom, avec un design épuré. Elle est livrée en mode 2 (gaz à gauche) ou mode 1 (gaz à droite). Il semble que la modification d’un mode à l’autre soit possible, mais non recommandée par DJI. Les photos montrent les deux joysticks au neutre, mais en pratique, le joystick des gaz sera en position basse. Le constructeur assure que la latence des commandes entre la radio et le FPV Air Unit est de l’ordre de 7 millisecondes. La portée max est de 700 mètres en mode CE, et de 4 kilomètres en mode FCC / SRRC. Cette radiocommande n’est pas nécessaire, mais elle permet de faciliter les réglages du système. Elle pèse 765 grammes avec sa batterie intégrée 2S 7,6V de 4920 mAh. La résistance des joysticks est réglable, il suffit d’un tournevis.

Les packs

Le kit Fly More Combo comprend une caméra, un Air Unit Module et ses deux antennes, la radiocommande FPV Remote Controller, les lunettes FPV Goggles avec les 4 antennes, une alimentation sur prise XT60, un câble microUSB et la sangle de maintien. Elle sera proposée à partir de mi-août à 999 € (taxes comprises). La version FPV Experience ajoute une caméra et un Air Unit Module pour équiper un second racer, mais ne comprend pas la radiocommande. Son prix sera de 879 €. DJI n’a pas encore communiqué sur le prix des différentes pièces détachées – ce sera une information indispensable puisque les composants souffrent sur un racer… La page dédiée au Digital FPV System se trouve ici

Ce qu’on en pense ?

DJI n’allait pas rester sur l’échec de son premier produit pour le FPV racing, d’autant que les séquences professionnelles réalisées depuis des racers et intégrées dans des images plus classiques sont de plus en plus fréquentes. Le rêve de DJI est probablement de pouvoir organiser des courses de drones avec un retour vidéo HD pour assurer le spectacle, et de convertir tous les pilotes de FPV racing aux images numériques. C’est cher, le Digital FPV System ? Oui, c’est le moins que l’on puisse dire. Est-ce le bon prix d’un retour vidéo numérique enfin efficace ? JohnnyFPV, qui fait partie des meilleurs pilotes de la planète, est revenu d’Islande (à la demande de DJI) avec de superbes images et semble convaincu. Evidemment, tant que j’aurais pas eu ce produit en mains, je me garde bien de donner un avis : je demande à voir ! Je demande aussi à être séduit, parce que j’attends un outil numérique efficace depuis longtemps ! 

Edit : les pièces détachées (et les kits complets) sont disponibles chez Studiosport. La caméra seule est proposée à 59 €, le Air Unit seule est à 109 €, la paire d’antennes pour la Air Unit est à 15 €.

1000 mercis à Kosem de l’incontournable forum DJI francophone – c’est là que vous trouverez les réponses à toutes vos questions au sujet du matériel DJI !

Une vidéo promotionnelle

D’autres photos

27 COMMENTAIRES

  1. 40 g à bord d’un racer… Cela me semble galère et en plus, c’est assez volumineux. Cela sera donc réservé à minima aux 5 pouces, et encore….
    Sinon, mention spéciale au casque qu’on dirait tout droit sorti de The Ant Man. 999€, ça pique je trouve.

  2. 900 boules!….. c’est pas demain que je vais m’équiper!
    Quand on met en face le prix d’un set complet analogique à qques 10aines d’euros aujourd’hui… Franchement, il n’y a que les pilotes sponsorisés qui pourront se frotter à ce système!

    Sinon, Est ce que le récepteur est compatible avec un protocole autre que celui de DJI?
    parce que si on ne peux pas binder notre radio habituelle… on perd un fonctionnalité qui nous éviterais de rajouter du poids.

    Ceci dit, les fonctionnalité sur le traitement de l’image ont l’air vraiment sypa!

  3. Attention à comparer ce qui l’est ensemble. Si vous avez un bon équipement avec le top du gros requin, de la diversité, une bonne caméra et tout et tout, faites bien le compte. Puis dans 6 mois vous trouverez ça à moins 20% 🤒

  4. @ Bben :
    Je rejoins FPV_67, lisez bien les offres !
    Le pack à 879 euros comprends les lunettes avec récepteurs intégrés, mais aussi DEUX caméras, DEUX VTX et les antennes qui vont bien avec.
    Bref, on est dans des tarifs parfaitement comparables à un bundle en analogique si l’on veut le top du moment. Mais ici les caractéristiques sont potentiellement bien plus sympas.

    Quant au poids et à l’encombrement du VTX, pour relativiser un peu, le module permet l’enregistrement en HD. A titre de comparaison, ce n’est donc pas forcément plus compliqué à intégrer qu’une gopro, une tarsier ou autre par exemple.

    Perso, je suis vraiment très curieux de voir les premiers retours, c’est le genre de matos qui peut vraiment changer la donne !

  5. @ LOIC LERNON : Yes, c’est prévu. L’Europe risque de passer un peu après les autres, semble-t-il… (pour les exemplaires de test)

  6. Ralala, on attendait tous ce moment. Connex si etait froté. Imaginez dans les 2 ans qui viennent une solution encore plus compacte. C est top ce qu ils font… Comme toujours

  7. il faut avouer que DJI fait fort sur le coup, si la promesse est tenue sa va cartonner!!
    mention top design pour les lunettes qui ont l’air performante avec un look terriblement cool!

  8. Ca a l’air génial!

    Question en suspens, est ce qu’elle pourrait être compatible avec une télécommande de mavic pro qui utilise également le protocole ocusync. Je trouve le form factor bien plus intéressant et j’en ai déjà une surtout.

  9. Beaucoup d’interrogations sur toutes ces spécifications…..mais ça l’air top et finalement concernant le prix, ça paraît correct vue les promesses affichées….. le top du matos actuel fpv est tout aussi comparable en terme de prix mais …..en analogique
    Vivement un vrai test sur helicomicro …. sans partie pri 😜

  10. Evidemment, si les specs sont respectées, alors on a affaire à une vrai révolution. Mais j’attends de voir des tests un peu moins exaltés que ceux de rotor riot et ummagawad… Pour ce dernier, j’avais vraiment l’impression de regarder une vidéo promotionnelle…

    Sinon, question prix, pour faire une comparaison -très très rapide – sur le set #1:
    ………………………………….chinois………. studiosport
    taranis X9D plus…………….201.65………… 229.9
    tarsier…………………………..80.12………. 104.9
    TBS unify pro…………………22.38………. 41.98
    TBS crossfire micro……….. 31.35…………39.9
    TBS cross fire tx micro…..75…………… 79.9
    FS attitude V5……………..270.06……..349.9
    Lumenier AXIIx2………………..29.7……..43.8

    Total……………………..710.26……..890.28

    On est dans une gamme de prix comparable pour un matos en analogique qui se rapproche (j’ai pas écumer pour avoir le meilleur du meilleur chef, ni même les prix les plus bas, c’est juste pour avoir un ordre d’idée), d’autant que j’ai zappé qque élément d’accastillage, et j’ai essayé d’avoir du matos que l’on retrouve sur les sites chinois et studiosport (j’aurais pu prendre un autre shop français, mais c’est celui cité par Fred comme revendeur du set de dji).

    Perso, je ne cherche pas à avoir le meilleurs matos, mais plutôt le meilleur rapport qualité prix pour ma pratique : je ne film pas mes vols, donc exit tarsier, la plupart de mes engins sont montés avec mes vieille runcam, prenons la swift micro – 26.1/39.9, je ne vole pas en crossfire, je monte plutôt du xsr => 15.29/21.9. On arrive déjà à 200€ de moins que ci dessus (565.18/727.38). Et surtout, je ne me rééquipe pas à chaque set up! (je vole toujours avec mes vieilles attitude sd V2!!!)

    Partir sur cette nouvelle techno équivaut à faire table rase de mes précédents investissements! (et j’ai de la pièce détachée!)

    Bien sur que je rêve de voler en HD, mais ce prix est plus qu’un gros frein! Est ce destiné au péquin moyen que je suis?!?

    Pour finir, est ce que la performance est conservée si on prend le set #2 sans la radiocommande? Est ce qu’on conserve les possibilité de réglage à distance?
    => vu le test des RR, en mode audience, on prend de la latence et de la définition dans la vue, et son explication -peut être fumeuse- fait intervenir la radiocommande…..

    Bref j’attends la concurrence.

  11. @Bben : Bien sûr on a tous du matos plein les tiroirs et l’on vole très bien avec de l’ancien qui fait encore son boulot 🙂 … Mais c’est comme pour le monde du PC, en permanente évolution où le ticket d’entrée pour rester à la page est élevé. A chacun de faire ses choix ..
    Ton approche sous forme chiffrée est inintéressante et corrobore mes dires, la concurrence viendra peut-être, mais comme pour la gamme “Mavic” les copies seront pas toujours à la hauteur , moi je parie plus sur l’ érosion des prix qui se fait dans les 6-12 mois, concurrence oblige sur le matériel DJI, plus les expériences réelles de VRAIS utilisateurs, (pas des pistonnés, au parti prix, qui se vantent d’utiliser du nouveau matos qu’ils ne payent pas et pour lesquels la critique est difficile (Fred je ne te vise pas toi 🙂 , mais des types genre Casey N. etc …) .
    Donc laissons le temps faire son oeuvre, laissons certains acheter tout cela au prix de lancement, collectons les expériences, forgeons nous notre propre idée, mettons tous les mois qq billets de côté et nous reparlons après Noël 🙂 🙂 pour la saison 2020… Si le législateur nous aura pas encore mis qq bâtons en plus en travers de nos vols 🙁

  12. D’ici là, Franky Zapata a promis une voiture volante en test cette année. On aura bientôt plus besoin ni de racer ni de casque…

  13. Bonjour,
    A votre avis, le montage sur un vortex 230 mojo ça pourrait passer ?
    J’ai peur que les 80 grammes ne passent pas.

  14. Merci pour ton avis. Il y avait une bonne promo sur le Mojo, ça aurait pu faire un bon combo. Dommage, apparemment c’est un bon rtf. Il y aurait un équivalent plus grand ?

  15. @Fred @Greg : en terme de poids, je pense que ça passe sur un Mojo (il n’y a pas de raison puisqu’une Gopro passe), d’autant qu’on enlève la caméra d’origine pour mettre la cam numérique. Donc, il y a moins de 80 grammes à rajouter.
    Après, il faut s’arranger pour fixer l’Air Unit à l’extérieur, peut-être au dessus à la place de la lipo, et éventuellement passer la lipo en dessous. A essayer, mais je pense que ça peut le faire.
    Sinon un gros plus du casque FPV (sauf si je dis n’importe quoi, ce qui est possible…^^) : le FOV est réglable, de 30 à 54 degrés. Personne ne semble en parler. Mais pour moi, c’est un gros plus, notamment pour pouvoir adapter sa place devant l’écran de cinéma, selon ses préférences personnelles, mais aussi l’utilisation. Ainsi, pour du vol tranquille avec une aile, je préfèrerais 54 degrés, tandis que je choisirais 35 ou 40 degrés maxi, pour du vol plus nerveux entre les arbres, par exemple.
    Mais justement, à propos de ce réglage du FOV : est-il graduelle, et permet-il vraiment de choisir son FPV parmi des valeurs situées entre 30 et 54 degrés? Ou bien est-ce juste 30 OU 54 degrés??
    @fred: tu as des infos à propos du réglage du FOV?

  16. @ Guillaume : Sur les premières versions du masque, tu peux régler la taille de l’image sur l’écran et la réduire pour correspondre à la plus confortable selon le type de vol. Il doit y avoir une dizaine (je ne suis plus trop sûr) de tailles intermédiaires entre le FOV min et le FOV max. Donc oui, c’est graduel (si c’est le même principe).

  17. Un système aussi fermer dans une discipline aussi ouverte …hahahah . perso je préfère attendre le système de fatshark.

  18. @ Tijo : Le fait qu’elle soit très ouverte a peut-être aussi conduit à une anarchie qui a handicapé son développement hors du petit univers des fpvgeeks…
    Il est probable que le système soit un succès s’il fonctionne bien, et un flop s’il ne donne pas suffisamment satisfaction, en faisant peu de cas des considérations de système ouvert, de concurrence possible, et même de prix.

  19. @Fred: merci pour les précisions concernant le FOV.;-)
    Comme tu dis, Fred, si le système fonctionne bien, il rencontrera du succès. Sinon, il sera une déception de plus. Ce que j’ai pu voir du système Fatshark, pour le moment ne me donne pas plus envie, et pourtant, je suis équipé de lunettes FATSHARK. Mais j’avoue qu’il est encore trop tôt pour faire un quelconque choix.
    Il est urgent d’attendre, comme on dit!

  20. Matos alléchant mais au prix du caviar du coup je resterai baver derrière la vitrine en me disant que je peux quand même me faire plaisir à voler avec mon matos eachine à 100 balles. Pour moi tout ce matériel aussi premium qu’il soit ne vaut pas plus de 50% du prix proposé. Heureusement l’effet Steve Jobs (“Tu es important car tu es le premier à avoir croqué la nouvelle pomme à la mode”) marche toujours avec les oiseaux des villes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.