JJRC X7 Smart, le test

5
4440

Le pilotage ?

Le X7 Smart répond bien aux commandes, sans à-coups, pour un vol assez fluide. L’impression de stabilité est confirmée, y compris quand on accélère un peu. La rotation (yaw) est un peu faible pour réaliser des virages serrés. L’appareil n’est pas destiné à réaliser des records de vitesse. On peut le passer en mode Sport, un peu plus nerveux, avec une pression sur le bouton M de la radiocommande. Effectivement, les débattements sont plus larges, mais l’appareil reste souple et doux. Pour se poser, il est possible d’utiliser l’icône à l’écran, la touche de la radiocommande ou tout simplement de descendre et d’attendre l’arrêt automatique des moteurs.

Autonomie

L’autonomie est de 14 minutes environ. On est loin des 23 minutes promises par la fiche technique, d’autant qu’il faut 2h45 pour obtenir une pleine charge de la batterie – l’avantage étant qu’il suffit d’une prise USB, celle d’une Powerbank par exemple, pour la recharger. A noter que le X7 Smart ne souffre pas du bug « toilet bowl », cette oscillation ample qui se déclenche sur certains engins dépourvus de capteurs additionnels comme une caméra verticale. Il reste stable y compris quand on lâche les commandes brusquement. C’est rassurant.

Le retour vidéo

L’image affichée à l’écran montre… le principal souci du X7 Smart : sa caméra n’est pas stabilisée. Même en l’absence totale de vent, le retour vidéo est chahuté. Le retour wifi souffre d’une latence assez forte, et le nombre d’images par seconde diminue très rapidement avec la distance. Il doit être proche de 25 fps à courte distance, moins de 50 mètres, il chute jusqu’à ce que le retour lâche, à environ 100 mètres. La liaison radio, elle, ne flanche pas. Peut-on faire mieux ? Oui, retirer le smartphone du support de la radiocommande permet de gagner un peu en portée. L’antenne 2,4 GHz est sans doute trop près du smartphone… D’ailleurs à ce sujet, ne vous donnez pas la peine de déplier les antennes de la radiocommande : elles sont factices. L’antenne 2,4 GHz se trouve à l’intérieur, au-dessus du connecteur microUSB…

Les fonctions automatisées

Le retour automatique au point de départ est opérationnel : le X7 Smart revient en se tournant préalable dans la bonne direction. Il s’est posé, sur chacun de mes essais, à moins de 2 mètres du point de décollage. Pour un appareil dépourvu de capteurs autres que le GPS, ce n’est pas mal du tout. L’app Enjoy Life offre un mode Orbit : l’appareil tourne sur lui-même automatiquement. Sympa, mais sans grand intérêt puisqu’on peut facilement le faire à manuellement. Il offre aussi un mode Follow me. Il est peu efficace, malheureusement : on sort du champ de la caméra en marchant calmement, et il faut contrôler manuellement l’inclinaison de la caméra.

D’autres fonctions sont disponibles

Mais elles ne fonctionnent que sur smartphone, radiocommande éteinte. C’est le cas de la fonction Track pour créer un parcours avec des points de passage, ou Altitude. Attention : en mode Sport, le positionnement au GPS est désactivé, on passe en mode Atti. Cela signifie que le X7 Smart ne reste pas à sa position, il dérive si vous ne contrez pas son déplacement. La radiocommande est en mode 2 (gaz à gauche) par défaut. Comment passer en mode 1 (gaz à droite) ? Il faut pousser le joystick de droite vers le bas et appuyer sur la touche photo-vidéo, puis allumer la radiocommande. Pour repasser en mode 2, il faut pousser le joystick de gauche vers le bas, appuyer sur la touche décollage et allumer la radio.

Récupérer les photos et vidéos

La carte mémoire microSD, spécialement formatée par le X7 Smart, réserve une mauvaise surprise : elle n’est pas lisible sur un PC Windows ni sous Mac OS X ! Son formatage n’est pas reconnu, pour une raison que j’ignore. Je n’ai pas cherché à utiliser des logiciels de récupération de données : ce sont des outils que l’on utilise quand tout va mal, pas en usage normal. Brancher l’appareil directement via son connecteur microUSB sur le flanc ne donne pas accès à la carte mémoire. Le seul moyen, à ma connaissance, pour accéder aux images, est de le faire depuis l’app Enjoy Life…

Récupérer les photos et vidéo, suite

Depuis l’interface, il faut appuyer sur l’icône dossier. Local Photos et Local Videos contiennent les images stockées sur le smartphone, en faible définition (720p) et avec les parasites de la liaison radio. L’onglet intéressant est Camera, qui établit la liste des images disponibles sur la carte mémoire. Il est possible de les télécharger dans la mémoire du smartphone. Le principe est ensuite de les transférer depuis le smartphone vers un ordinateur de bureau. Ca fonctionne, mais c’est fastidieux !

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

5 COMMENTAIRES

  1. Un appareil qui enregistre des photos qu’on ne peut pas recuperer est à eviter;C+ a lancé la mode il y a quelques années, maintenant tout le monde s’y met, même ma TV Sony sur des emissions TNT !

  2. Bref, c’est pas mieux que le Fairy XT175 de Simtoo à 126€… mais qui a au moins 1 avantage : il tient dans la poche 😉 🙂

  3. dommage, look et pilotage agréable mais résultat pourris en vidéo, c’est rédhibitoire !
    sur des quad entrée de gamme avec une caméra gadget c’est pas grave, on l’accepte mais la , juste
    une stabilisation numérique ferait passer la pilule du capteur qui pixelise , sa lenteur dans la balance
    et la latence.
    je comprend pas pourquoi ces constructeurs reste toujours a la limite de faire “bien”.

  4. @ Jacques B. LOL c’est la rançon de la gloire 👎 👎
    Ou le simple fait d’avoir été vu ici alors qu’il n’intéresse personne par ailleurs…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.