WLtoys V911S, le test

11
2555

Etre aux commandes d’un hélicoptère, c’est une sensation très différente du pilotage d’un multirotor. On perd la stabilisation à l’extrême, on perd aussi ce sentiment de facilité de pilotage – certains diront la paresse du pilote sur-assisté -, mais on gagne en plaisir de voler et même en réalisme. Pour faire simple, il y a deux catégories d’hélicoptère radiocommandés : ceux avec des hélices à pas fixe, pour des vols « simples », et ceux à pas variable qui sont destinés à la voltige 3D. Le V911S fait partie de la première catégorie : c’est un appareil simple à prendre en mains, tout petit format. Que vaut-il vraiment ? Réponse dans cette chronique. Notez que le V911S nous a été donné par la boutique Banggood. Comme d’habitude, dites-nous si vous pensez que la pratique a influencé notre jugement.

Une vidéo

Tour du propriétaire

Le V911S mesure 24 cm de longueur, 5 cm de largeur et 8 cm de hauteur (hors hélices). Il pèse 34,4 grammes sans sa batterie, laquelle ajoute 7,5 grammes pour un total de 41,9 grammes en ordre de vol. Un poids plume, donc, destiné aux vols en intérieur, ou en extérieur à condition qu’il n’y ait pas un souffle de vent. L’appareil repose sur un moteur principal brushed, un 8520 (dont le KV n’est pas indiqué). Il anime les pales principales qui mesurent 11 cm, pour une envergure totale de 24,5 cm. Le moteur pour l’hélice anticouple de 3,7 cm de diamètre à l’arrière est un 0615. Les fils d’alimentation de ce moteur sont bien cachés dans le tube de queue en carbone… de section carrée.

Suite du tour

Le train d’atterrissage est large, long et plutôt flexible. La bulle plastique qui fait office de carénage à l’avant est mince, elle ne doit sa résistance qu’à sa forme. Elle est fixée par deux ergots à l’arrière, faciles à retirer. A vrai dire, elle peut rester en place tout le temps, y compris installer et retirer la batterie. Elle entre dans un petit logement sous l’appareil. C’est une Lipo 1S 3,7V de 250 mAh et 25C, avec une prise Molex 2.0. Sous la bulle se trouvent la mécanique et l’électronique. On voit le moteur brushed, les 2 servos qui orientent le plateau avec des biellettes. C’est un appareil flybarless, c’est-à-dire sans (la disgracieuse) barre de Bell.

Fin du tour

Sur le contrôleur de vol sont branchés les fils d’alimentation des 2 servos, du moteur brushed principal et du moteur brushed anticouple. Le composant comprend aussi un récepteur radio propriétaire, trahi par une antenne souple. Le V911S est déjà associé à la radiocommande qui est livrée dans la boite. Celle fournie est un modèle mode 2 (gaz à gauche), sans possibilité (simple) de modification pour des modes 1, 3 ou 4. Elle est alimentée par 6 piles AA. Un chargeur USB pour 2 batteries est fourni avec le V911S, il permet d’obtenir une pleine charge en 40 minutes environ.

Premier décollage

Le V911S et la radiocommande sont associés en usine, il n’y a donc rien à faire sinon que d’allumer la radiocommande, puis brancher la batterie. Poussez les gaz, le V911S lance ses rotors et décolle. Il ne fait pas preuve d’une puissance folle, mais la machine est facile à contrôler, très réactive. On peut tenir assez bien un vol stationnaire – mais c’est un hélicoptère, il faut compenser sans cesse pour maintenir l’appareil en place. Le contrôleur de vol propose une stabilisation, plutôt efficace : vous n’êtes pas obligé de faire preuve de talents de pilote pour garder l’appareil à plat.

Oui mais…

Ce contrôleur de vol fait preuve un peu trop de zèle. Si vous avancez, puisque vous relâchez le joystick, l’appareil se remet à plat, mais avec un mouvement brusque, pas souple du tout, et ce même si vous êtes très doux sur les commandes. Il n’y a malheureusement pas de moyen, à ma connaissance, pour désactiver la stabilisation ou la régler. Le résultat, ce sont des évolutions parfois un peu saccadées. N’espérez pas vous lancer dans des vols rapides avec le V911S, son moteur principal n’est pas très puissant. Il souffre d’une inertie un peu forte, ce qui rend difficile les reprises de gaz en descente.

>>>> La suite de cette chronique se trouve ici <<<<

11 COMMENTAIRES

  1. Merci pour le test.
    J’ai un peu de mal à comprendre ta comparaison avec les multirotors par contre. Un racer en mode acro n’a pas plus d’assistance qu’un hélicoptère (je dirais même moins, car beaucoup d’hélico ont désormais un mode “panique” pour récupérer les situations critiques)… Il en a en tout cas beaucoup moins que ce modèle, dont la stabilisation ne peut pas être débrayée et qui remet systématiquement à plat le zozio quand tu lâches les manches.

    Du coup, parler ici d’un modèle pour des vols plus “exigeants”, ça me laisse tout de même vraiment perplexe. Le simple fait que la stabilisation ne soit apparemment pas désactivable ici me pousserait d’ailleurs fortement à déconseiller l’achat de ce modèle… Il ne laisse aucune possibilité d’évoluer en matière de pilotage.

  2. @ TB250 : C’est un appareil pour débutant, je l’oppose à des engins comme le Mambo, le Tello, le MiTu, le CX-10, ou des modèles chinois d’entrée de gamme de type Hubsan, des appareils avec lesquels tu peux lâcher la radiocommande sans gros risque de catastrophe. Pas à un racer, c’est un autre domaine qui n’est pas pour les débutants. Avec le V911S, même avec la remise à plat automatique, il n’est pas possible de lâcher les commandes, même 3 secondes…

  3. Ahhh ça me rappelle de bon souvenirs ces engins là, mais aussi hélas de très mauvais souvenirs !
    Poser l’appareil était un sacré challenge quand on débutait et ça ne pardonnait pas la moindre erreur.
    Il fallait vraiment le poser bien à plat ne surtout pas avoir le moindre mouvement lors de l’atterrissage, alors qu’avec les drones on peut vraiment les poser limite comme des bourrins comparé aux hélicos RC.

    Mais bon c’est sûr que c’est un très bon moyen d’être précis et doux avec ce genre d’appareil.
    Après lorsqu’on passe avec un drone RC ça devient vraiment un jeu d’enfant de piloter un drone.

  4. C’est FPVisable cette bête ? j’y mettrai bien un eachine tx01 (tout en déplacent la batterie vers l’arrière pour le CG)

  5. @ Astroduce : Ca secoue beaucoup beaucoup à bord, genre on rend les Frosties de l’avant-veille… Même si ça passait en poids, ce serait dur à vivre 😎

  6. @ Fred : En helico, tu as du birotor qui peut être parfaitement stable aussi. Du coup, dire que le vol en hélicoptère est forcément plus exigeant que du multirotor (surtout quand il s’agit du test d’un hélico pour débutant), ça me parait très relatif. Bon, c’est juste une remarque au passage, rien de grave :).

  7. @ TB250 : 🙂 🙂
    C’est vrai, tu as de l’hélico birotor stable et du multirotor pas stable du tout, c’est sûr. Mais mon propos est de dire que l’hélico nécessite généralement un pilotage engagé, là où le multirotor est (généralement aussi) plus assisté. Je ne connais pas d’équivalent hélico, par exemple, du Mambo ou du Tello…

  8. @Fred : J’ai souvenir de mon Lama de débutant, je pouvais poser la radio par terre, il restait sur place..

    Il existe une telle variété d’hélicos et de multirotors qu’il est à mon sens totalement illusoire de comparer leur pilotage “en général”.

  9. Rah ! Helicomicro m’a accompagné depuis mes débuts en multi (remember ladybird et walkera hoten X et les premieres tentatives de fpv dessus /love)
    Et COMME DE PAR HASARD, pile au moment ou je me dis que je me laisserai bien tenté l’aventure helico, HM me tisonne…
    ça fait quelques temps que je voulais me lancer dans l’aventure, mais avant de craquer pour le 450 de mes reves, je pensais me faire la main sur un petit. J’ai trouvé le XK K110, qui m’a l’air d’offrir de bonnes possibilités pour un débutant puis de pouvoir progresser voir pousser vers la 3D. Et on le trouve à environ 90e (FDP inclus mais hors frais de douanes, pour reprendre cette phrase que j’ai dû lire un bon millier de fois ici…)
    Et puis je me dis que même si la reglementation s’applique AUSSI aux helicos, ça ne suscite pas la meme effervescence quand ça vole qu’un [email protected]

  10. Avec le recul (je fais de l’hélico depuis qq temps maintenant) je pense qu’il vaut mieux partir sur un petit pas collectif avec mode 6G débrayable en 3G plutôt que sur un modèle comme celui la.
    Ca permet de débuter avec une machine qui sera aussi stable que celle la mais ensuite passer à du vrai pas collectif et pourquoi pas de la 3D.
    Le modèle le plus plébiscité pour cela est le XK K110 sinon le WLToys v977 qui est son (quasi) clone est super aussi…après y’a le blade nano CPS mais blade c’est toujours plus cher et pas mieux que ces deux la.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.