Z-Kill, ou l’envie de faciliter la pratique du FPV Racing

62
4365

Souvenez-vous de cette interview de Hervé Pellarin alias NoComp (voir ici), c’était en février 2016 juste avant la compétition FPV Airshow sur le domaine du Planet. Il avait conclu en souhaitant qu’un gosse, à la sortie de l’école, puisse dégainer un multirotor, quelques airgates, pour s’entrainer légalement au FPV Racing.

Le constat en 2018 ?

Voler en agglomération sur un stade, même avec un appareil de taille minuscule, n’est toujours pas autorisé, sauf à l’occasion de rares événements ponctuels qui impliquent une débauche de tracasseries administratives et logistiques. Hervé a présenté ces jours-ci le Z-Kill, un petit accessoire limiteur de hauteur. Il vient s’insérer entre la batterie du multirotor et le câble d’alimentation de l’appareil. Cela valait quelques questions !

Helicomicro : Dis-moi, tu n’as pas lâché l’affaire depuis 2016, ton idée a continué son chemin. Tu peux nous parler du Z-Kill ?
Hervé Pellarin : En fait, je n’ai pas lâché depuis 2014. C’est à cette époque que j’ai commencé à réfléchir et à mettre en place un espace de pratique légal, fruit d’une convention entre l’ONF et la mairie d’Argonay en Haute-Savoie. Pour moi, la course de drones est le nouveau sport mécanique apparu dans les cinquante dernières années. Comme tous les sports, pour perdurer, il aura besoin d’avoir ses espaces de pratique.

HM : C’est là tout le problème, les espaces d’entrainement sont rares…
HP : Depuis 2014, j’ai avancé par étapes pour valider des questions, des problématiques. L’empreinte d’une course de drones était un vrai souci à résoudre, ce qui a été fait avec le FPV Airshow. D’ailleurs je tiens à remercier une fois de plus ici tous ceux qui ont cru en ce projet et qui, à divers niveaux d’implication, mais avec tous le même dévouement, ont pu rendre ce projet possible. Pendant cet événement, j’ai passé beaucoup de temps avec le public. J’ai viré 3000 personnes de mon compte Facebook et je me suis retiré de tous les groupes, qui ne font au final que brasser de l’air, pour pouvoir me concentrer sans subir d’altération de jugement.

HM : A ce point ?
HP : Oui, c’était nécessaire pour me consacrer à la suite de mes projets. N’étant plus directement impliqué dans le côté économique du drone, je me suis retrouvé libre de faire ce que je voulais, comme je le voulais et avec qui je le voulais. J’ai identifié plus de 160 points à améliorer ou à développer pour rendre les courses de drones intéressantes. Parce qu’en l’état, c’est juste imbuvable ! Mais avant de m’attaquer à la « plastique » du sport, il fallait d’abord faire un focus sur la vraie case départ.

HM : La question est donc ?
HP : La question est : « comment peut-on faire pour avoir des espaces de pratique dans les villes, là où généralement on se trouve dans des Nofly Zones ? » Cette question m’a miné des mois. Plusieurs angles, plusieurs approches étaient potentiellement possibles, mais la pierre angulaire à toutes les hypothèses, c’était la sécurité.

HM : Le sujet est particulièrement complexe !
HP : Je suis parti du principe qu’un terrain de foot, en taille, suffit pour pouvoir y exercer une pratique du FPV Racing acceptable, suffisante pour les pilotes, qu’ils soient débutants ou déjà affutés. Mais le problème, c’est que le p’tit gars qui veut aller voler à Paris, sur un terrain de foot, ça lui est interdit. Il faut trouver de quoi rassurer les autorités. La solution est venue d’une réflexion sur une problématique que l’on a à la base aérienne de Salon de Provence.

HM : Tu as fait appel à des compétences ?
HP : Dans ma petite vie du FPV, j’ai rencontré des gens brillants, avec qui je peux discuter de tout en toute confiance. Philippe Duvivier [ancien de chez Parrot], est l’un de ceux-là. Je lui ai schématisé ce que j’avais en tête pour voir si ça tenait la route. Banco ! Suite à ça, là aussi en profitant de relations de confiance, je me suis rapproché de l’équipe de CopperYu [voir ici]. Ils m’ont suivi sans poser de questions, j’étais très touché.

HM : Quel était le cahier des charges ?
HP : L’idée était toute simple, il s’agissait de proposer un dispositif de sécurité, indépendant du drone, de son électronique, de son code informatique, basique, robuste, certifiable, garantissant une sécurité absolue de non-pénétration du drone dans l’espace aérien civil. Chacun admettra qu’un espace de vol de 20 mètres de haut est largement suffisant en FPV Racing pour pratiquer, apprendre et s’améliorer. Le but est que cela rassure les autorités de savoir que dans tous les cas de figures, qu’il s’agisse d’une erreur de pilotage, d’un fly-away ou d’un bug logiciel, il y a coupure du système à une hauteur donnée.

HM : Comment se présente le Z-Kill ?
HP : Il est basé sur un baromètre altimétrique à très haute performance. Nous n’avons pas fini de définir sa forme finale. Son poids n’est donc pas définitif non plus, mais ca ne pèse pas grand-chose, dans les 7 grammes… Il faut noter que la version actuelle est un prototype, encore loin de la finalisation.

HM : La hauteur limite sera paramétrable ?
HP : Non, elle ne sera pas modifiable, c’est nécessaire pour être efficace. Il y aura trois versions, chacune avec une hauteur définie, matérialisée par une couleur. Sur le prototype, nous avons fixé une hauteur de 5 mètres pour réaliser nos tests, et ils sont opérés manuellement pour l’instant. Plus tard, nous prévoyons de fixer les hauteurs à 15 mètres, 30 mètres et 45 mètres. Des démos et des tests sont en cours, ainsi qu’un programme de benchmark pour évaluer la précision dans le temps. Bientôt nous aurons accès à du matériel de contrôle aéronautique pour mesurer précisément la précision et la régularité du seuil de déclenchement. On part avec une précision entre 10 et 20 cm.

HM : Quelle est la fréquence de mesure de la hauteur ?
HP : On est à 400 mesures par seconde, ce qui permet d’obtenir une précision satisfaisante.

HM : Le Z-Kill privilégie la simplicité ?
HP : Oui, il vient se placer entre la prise de la batterie et celle de l’alimentation du multirotor. C’est le seul moyen efficace pour s’affranchir des électroniques embarquées par les multirotors et garantir un même niveau de sécurité qu’importe le matériel sur lequel il est utilisé.

HM : Lorsque l’alimentation est coupée, le multirotor retombe comme une pierre. Cela peut poser problème !
HP : Le Z-Kill ne dispense pas d’être vigilant. Oui, arrivé à la hauteur maximale autorisée, il coupe le courant, et le quad retombe. Mais sans ce système, il retomberait de beaucoup plus haut ! Il est là pour agir comme une limite absolue. Mais je répète, normalement le Z-Kill ne devrait pas se déclencher si on respecte les hauteurs de vols, ça n’est en aucun cas une contrainte, bien au contraire.

HM : Et pour les événements qui incluent du Freestyle, avec une hauteur de vol supérieure ?
HP : Une autre version est dans les starting-blocks. Cette fois-ci, il n’y aura pas de coupure d’alimentation, mais un plafonnement de l’altitude sans perte de contrôle pour le pilote. On a imaginé ces deux stratégies de sécurisation pour offrir le choix, autant pour les autorités que pour les organisateurs de courses. Il ne faut pas oublier que les vols en immersion, en France, sont plafonnés à 50 mètres par la réglementation, d’où la version limitée à 45 mètres. A terme, les usages dicteront les stratégies les plus adaptées à notre sport. L’avenir nous le dira.

HM : Tu travailles à la reconnaissance du Z-Kill par les autorités ?
HP : Oui, et les premiers retours sont pleins de bon sens. Jusqu’à maintenant, je ne me suis jamais trompé dans mes choix d’activités dans le drone. Je vous fais le pari que ça va aboutir.

HM : Tu paries quoi ?
HP : Un bâton de colle chaude, quelle question ! Plus sérieusement, on a enfin un outil qui nous permettra, j’en suis sûr, de pouvoir obtenir plus de terrains pour pratiquer notre discipline, ceux dont les accès nous sont pour le moment interdits pour des raisons de sécurité.

HM : Quel est le calendrier du développement ?
HP : Le calendrier sera basé sur les résultats des tests, ce sera le point de départ.

HM : La production du Z-Kill sera-t-elle liée à son acceptation par les autorités ?
HP : Non, car plusieurs organisations étrangères sont demandeuses, le Z-Kill répond à beaucoup de leurs problématiques.

HM : Tu as une idée du prix du Z-Kill ?
HP : Le but est de parvenir à un appareil à moins de 30 €… C’est notre objectif.

HM : Z-Kill, ça signifie quoi ?
HP : Z, comme la coordonnée de hauteur dans un référentiel d’espace X, Y, Z. On “tue” la hauteur ! C’est Philippe Duvivier qui a proposé ce nom, et j’aime beaucoup…

Le site officiel du Z-Kill se trouve ici.

Une vidéo de présentation du prototype

62 COMMENTAIRES

  1. Idée intéressante mais voir son multi tomber comme une pierre et exploser au sol causant plusieurs jours de réparation et du matériel à racheter pour un 10cm de trop ça donne pas envie.

    Pourquoi ne pas activer une résistance proportionnellement à la puissance détectée de la batterie? Genre le composant voit passer 80A au max pendant le vol, il laissera passer que 20% 16A si la hauteur est dépassée. Admettons que les 20% permettent de juste contrôler une chute et permette de revenir dans l’espace autorisé.

    Car en coupant 20m 30m et même 45m ça ne permet pas de réarmer rapidement et sauver sa machine.

    En l’état je mettrais jamais ça sur mes machines, en mode limitation de puissance oui si ça me permet de voler en ville sur un stade par exemple. En tout cas bravo pour l’initiative.

  2. Sur l’idée, je suis fan. Par contre, le gros problèmes des baromètres, c’est qu’ils sont sensibles aux conditions météo, notamment bien sûr la pression atmosphérique. Si cette dernière évolue pendant le vol, l’évaluation de l’altitude est faussée. Sur des planeurs, j’ai pu constater que l’on peut vite arriver arriver à des erreurs de plusieurs mètres…

    En ce qui concerne le mode d’action du Z-kill, à savoir une coupure franche, là aussi je reste dubitatif. Une coupure sur un multi lancé à près de 100km/h à 15 m d’altitude, cela va se traduire par une machine qui va parcourir encore une belle distance avant de s’écraser. Au lieu de renforcer la sécurité, on va se retrouver avec quelque chose qui risque de poser plus de problèmes qu’il n’en résout… La seule approche viable serait à mon avis un Z-kill qui permettent de limiter l’altitude (ce qui est évoqué à la fin de l’article d’ailleurs). Ce qui implique une connexion et un dialogue avec la carte de vol.

  3. C’est une bonne idée en soi mais je trouve que couper l’alimentation est trop radical. Sur un terrain de foot avec des gens autour pour regarder la perte de contrôle d’un mixeur de 500gr à pleine vitesse est bien plus dangereuse que d’aller à 16m au lieu de 15m…

  4. Bien cool ce truc 🙂
    une idée en passant : au lieu de couper l’alimentation, pourrait il la réduire à son minimum sur une plage de hauteur ?
    Par exemple un Z-Kill de 45m couperait net à 45m, mais aurait une zone de warning entre 35 et 45m ou la tension serait réduite à 7v au lieu de 12 ou 15. Une tension juste suffisante pour ne pas couper la carte de controle.

    Les hélices ne tourneraient plus assez vite, le drone tomberai doucement, le pilote saurait rapidement au feeling qu’il a atteint les 35m et qu’il ne pourra pas aller plus haut, mais il n’y aurait pas de crash brutal.

    Et ajouter un beeper aussi : il beeperait entre 35 et 45m avec un son different de celui le al batterie faible. Comme ca on est prévenu.

  5. Très riche idée …..
    Par contre comment connaître sa hauteur de vol sur un racer sans télémétrie et retour de l’info sur la radio ???

  6. Alors d’un côté oui, l’idée est bonne, mais du coup, la première remarque qui me vient à l’esprit c’est que le fait que le z-kill fasse une coupure tout-ou-rien non réversible de l’alimentation, cela ne revient t’il pas à créer un projectile totalement incontrôlable ?
    Imaginez : décollage à fond les gamelles, avec un angle de 45° – La machine dépasse la hauteur de consigne à pleine vitesse, le Z-Kill entre en fonction et coupe tout. Nous voilà avec un projectile de 300 à 500 gr, non contrôlable, qui est parti dans une belle trajectoire ascendante, et qui va aller 50 m plus loin percuter le sol (au mieux) ou un spectateur (au pire)…
    Il faudrait que le système se réenclanche lorsque l’on repasse sous la hauteur de consigne, non ?
    (Ce n’est absolument pas une critique négative contre cette super initiative, juste la première observation qui me vient à l’esprit.)

  7. Bravo, c’est super bien pensé !

    Si cette techno est agréée par les autorités et permet l’accès à des nouvelles zones comme des terrains de foot (déserts) ou autres zones dégagées, je signe tout de suite (on a le droit de rêver non ?).

    Même pour le freestyle, 15m suffiraient amplement si ce Z-Kill nous permettait de voler la conscience tranquille (= en accord avec la règlementation).

  8. Idée déjà concrète, bravo Nocomp.
    Mais, oui il y a un “mais”… La coupure totale du quad me gène vraiment… !
    Pour des raison évidement de sécurité (on sait pas vraiment ou il va tomber…) et accessoirement, de dommages sur le multi, lié à sa chute. (oui, nous sommes tous également des aficionados de la colle chaude !)
    Je vais suivre ce projet avec intérêt. Mais surtout sur le proto ou il n’y aura pas coupure d’alimentation (reprise aux sticks du multi et /ou via fonction Airmode) 😉
    Bon vol dans la Yote !

  9. Certains vont râler mais perso je trouve l’idée géniale ! 0 soudure, ça s’enlève facilement quand on vole en campagne, c’est niquel !

    A voir pour une version XT30 pour les 3 pouces et moins (plus logique dans les “petit” espace comme un stade).

  10. Le 45 mètres a certainement de l’avenir, les deux autres je ne pense pas (puisque la réglementation est de 50 mètres). Chercher à bouger la réglementation sur la hauteur de vol dans des no-fly est pertinant.

  11. hello tout le monde,
    merci beaucoup pour vos encouragements, ca me change de ce que j ai pu lire sur la vidéo que j avais posté sur youtube
    tout d abord, je comprends vos inquiétudes sur le coté projectile, truc qui tombe, mais gardez à l esprit une chose, si le zkill se déclenche, c est qu il y a eu soucis, et sans zkill alors votre quad tombera de beaucoup beaucoup plus haut. c est comme un fusible ou un airbag, à chaques fois que vous regardez la tv, vous changez pas de fusible, à chaque fois que vous prenez la voiture, vous changez pas l airbag. Mais si il y un soucis, ils se mettent en route. Et bien c est ça la réflexion derrière le zkill, et ça permet de rassurer les autorité sans empêcher les pilotes de voler Imaginons que pour une course, on ai un niveau à 40 m, il y a aucunes raison que ça déclenche, sauf un flyaway ou un infinit spin suite à un choc. C est pour ca qu une deuxième version sans coupure de puissance est développée et on a encore besoin de pousser les tests, mais c est prometteur.
    Il fallait de toutes façon trouver un système pour rassurer tout le monde si on voulait pas être cloué au sol bientôt. J espéré qu elle saura donner des ailes au sport en ouvrant l accès à des terrains qui nous étaient jusque là fermés.
    je suis ouvert au débat, vous me connaissez, tant que ca reste poli et courtoi, je vous répondrai, passé l age de devoir supporter des “casse toi avec ta merde connard” comme j ai pu lire sur youtube.
    encore merci pour vos messages d encouragements, vraiment.

  12. Arrgh… ça fait un moment que j’avais vu le Powermeter sur le Blog du Chauve, et du coup j’ai plus pensé à checker la chaine !
    Mais sinon quelle bonne idée….

  13. 30€… sérieusement! Vu l’électronique nécessaire… je sais que ca ne se calcul pas que pour le hardware, il y a un peu de recherche derrière mais quand même…
    En plus pour voir son quad se crasher! J’espère que ça ne sera jamais validé. Le quad restera un projectile une fois débranché. L’idée est très bonne mais sur du logiciel. Vu les cartes actuelles quasi toutes équipées de baro c’est faisable et ça reste une bonne idée mais pas celle là.

  14. Et du coup la limitation de puissance sur l’amperage ou la tension, vous en pensez quoi? Car ok le concept du fusible mais perso la réparation me coûte déjà bien trop cher ce qui a tendance à me décourager, pas envie de risquer de tout casser pour un dépassement. En l’état ça ne m’amènera pas à voler dans des lieux dédiés à cela, je continuerai à prendre la voiture pour aller là où l’on est loin de tout et tranquille pour expérimenter.

  15. Très bonne idée.
    Ce qui est le plus important, c’est de pouvoir assouplir la réglementation. Si pour que l’administration accepte, il faut que le drone se crash en cas de dépassement de hauteur autorisée… ben c’est toujours mieux que de rester cloué au sol.
    Et pour pouvoir voler dans les jardins publics la nuit à Paris (après le boulot) comme les ballons de foot de 450gr, il faut un Z-kill de quelle couleur ? 🙂

  16. Petite question, le baromètre s’initialise à “0m” lorsqu’on branche la lipo?
    ou la valeur est figée en dur? ça peut poser des soucis suivant le site de vol.

  17. Bravo Hervé, l’idée du fusible est louable (comme les fusibles faut pas les tester en pratique) , je pense que tu vas faire une série de Beta_Tests avec de vrais pilotes pour mûrir le concept et le principe.
    J’y aurais rajouté un buzzer de warning à -20% juste pour prévenir , mais poids oblige je pense que tu ne l’as pas envisagé… Sinon une sortie (fil) vers l’OSD pour faire flasher qqchose dans le champ de vison, voir une LED discrète sous la caméra de bord ?
    Sinon attentions aux risques et à la jurisprudence t’incombant en cas de soucis avec le dispositif et aux conséquences légales …
    Bravo en tout cas d’essayer d’innover pour nous permettre de rester en l’air et de voler encore dans le futur 🙂

  18. Merci pour ton intervention ici Hervé !
    Je pense que tout le monde a bien compris que ton idée vise à promouvoir la discipline, il serait vraiment idiot de critiquer la démarche. Les seules réserves qui ont été émises sont liées à des choix techniques.

    Je fais aussi partie de ceux qui pensent qu’une coupure nette est une mauvaise idée, parce qu’elle aboutirait toujours à la perte de contrôle du modèle et donc à son crash. Cybertoto a proposé une solution qui serait plutôt intéressante je trouve : une limitation du voltage ou de la tension qui ferait obligatoirement descendre le modèle sans pour autant le transformer en projectile incontrôlable.

  19. je vais essayer de répondre à ttes vos questions
    @Voodou
    ca sera à – de 30 eur, c est sur avec des composants de merdes on peut faire moins cher, on a préféré faire avant tout du fiable.
    je le repette encore car apparament c est pas clair, on a aussi une version QUI NE COUPE PAS LE COURANT ET PERMET DE GARDER LE CONTROL mais quid de la certification de cette méthode.

    @wallace c est le principe de base de notre deuxième type de z-kill

    je me repette encore, si tu as une voiture qui a un système qui la fait arrêter si tu roule à plus de 200, et que tu as pas le droit de rouler à plus de 130, où est le problème?

    @flypr ou il fait un Fox echo à chaque boot

    @fpv_67 le buzzer est dans les tuyaux, faut qu on regarde apres niveau encombrement ou prix, car tu vois à – de 30 eur y en a qui pleurs déjà, moi je trouve que si on peut voler avec ca, c est pas cher comme prix pour de la liberté. apres peut etre reflechir à un partenariat avec apple, mettre un logo apple dessus et là les gens seront content de le payer 500 eur car ca sera une revolution!
    @tb250 dans l absolu oublie pas qu e si tu respecte les hauteurs de vols, il a aucunes raison de declencher, donc low riding et no stress 🙂

  20. @herve pellarin : ne pense pas qu’aux compétiteurs chevronnés qui maîtrisent. Si ton idée passe au niveau de la règlementation, les vols en agglomération seront autorisés et permettra à tout un chacun de s’entrainer qui sur un terrain vague, qui sur un terrain de foot. Et qui dit entrainement, dit erreur, et donc déclenchement du Z-Kill.
    Et c’est dans ces circonstances que les petits pilotes “en devenir” ont peur de casser leur matos.
    Déjà qu’on a suffisamment d’occasion de le faire sans ton système … 😀
    Mais si un modèle “doux” est à l’étude, c’est une excellente nouvelle.

    J’aime beaucoup l’idée de FPV_67 qui propose une LED qui flasherait dans le champs de vision de la caméra, peut être avec un rythme d’autant plus élevé qu’on s’approche de la limite.

    Une autre idée : avoir un modèle de Z-Kill programmable, pour s’entraîner progressivement, ou pour des événements en club par exemple.

    Et quant aux 30€, ceux qui râlent sont juste des hypocrites – C’est franchement rien par rapport à la somme qu’il faut sortir pour faire voler un quad (radio, xx accus, chargeur, cartes élec, caméra, hélices…). C’est juste ridicule.

    Bref, continue, c’est une super idée.

  21. hello @paraglandeur
    yep je comprends ton point de vue, car je vraie but c est pas l usage en compete, mais pouvoir voler avec des potes là où jusqu à maintenant on avait pas le droit. alors c est sur, une erreur, une casse ca fait schmir.
    le on/off etait mon idée, radicale certe mais elle laissait pas de place à l hypothese. Puis francois, qui maitrise son domaine, m a dit qu il avait une alternative qui est la version sans perte de controle.
    Au final, je sais pas laquelle sera peut etre la plus facilement certifiable, il faut comprendre que dans quelques années, il sera demandé un taux de fiabilité de 1 / 10 000 000 pour les systemes de sécurité, 10 fois plus que sur un avion de chasse, car on a pas de pilote à bord qui ferra tout pour prendre la meilleure décision, et de plus on a pas 6 niveau de redondance.
    Voilà pourquoi j ai voulut un truc simple, avec un code simple et robuste, et c est pour celà que jamais les codes betaflight et autres seront jamais certifiables, trop complexes, d où le systeme independant.
    le coup de la led c est bien, mais ca reste qu informatif, de plus ca va pas etre simple à metrte le zkill sur un drone de maniere à voir la led.
    un truc qui est sur, c est qu on a une bonne idée de la pratique du sport et de ce qui est, ou serrait le mieux pour les pilotes, et c est dans cette direction que l on prendra nos décisions, meme si dans ce genre d innovation, quand on devra argumenter avec les autoritées, il faudra savoir bouger des curseurs. La liberté à un prix, celle de voler aussi, mais promis je ferrais de mon mieux, comme je je pense l avoir toujours fait.

  22. Pour moi la coupure ne pose pas vraiment de problème. Ce qui me gène un peu plus c’est de ne pas savoir quand elle va arriver. Je n’ai pas toujours la notion de ma hauteur de vol. Si il y a des arbre je me dis qu’il font entre 10 et 20m. Si la hauteur du limitateur est de 15m. Après 30€ c’est un peu cher si il faut en acheter 3, voir 6 si on veut des modèles xt60 et xt30.

  23. Non mais serieusement vous imaginez peu etre que la reglementation va s’assouplir et que vous allez voler en ville car vous avez ce gadget . Les reglementations se durcissent uniquement jamais l’inverse et ce gadget viendra se rajouter au moyen de restriction .

  24. @Hervé :
    Je comprends parfaitement les impératifs liés à la certification. Cependant, il faut bien comprendre que les altimètres basés sont très sensibles aux conditions météo. Entre le début d’un vol et la fin d’un vol, il peut y avoir un décalage de plusieurs mètres, voire plus, si la pression atmosphérique a changé.

    Une marge d’erreur de quelques mètres sur une valeur de 15 m, c’est bien sûr énorme. Autant je pourrais tolérer que le dispositif se déclenche à 7 ou 8m si la seule conséquence est de brider les moteurs, autant il est absolument hors de question que je l’utilise si il coupe les moteurs à une altitude aléatoire et parfois très inférieure à la limite… Il faut prendre garde que le Z-Kill ne se transforme pas en “Quad-kill”…

  25. Ce qui serait vraiment bien, c’est aussi d’avoir une info altitude. Je ne vois pas où est le problème théorique de s’en tenir à la réglementation, mais un problème pratique . De mémoire je n’ai jamais vu de racer équipé de baromètre permettant de connaître son altitude. Ok d’être limité a 15m mais… Comment je sais que je suis à la limite sans info instrument ? Prévoir un lien avec la FC serait a mon avis plus que judicieux, même si ce n’est que des alertes qui flashent dans l’Osd par exemple.
    Et qu’en serait-il de la correction de température ? Plus il fait froid, plus les couches de pressions sont basses, et donc les 15m seraient interprétés par exemple à 10m réels, visuellement ça fait un sacré écart.

    Je serais en effet plus que gené de voir mon quad se transformer en projectile droit dans la tête d’un enfant qui regardait avec émerveillement l’évolution

  26. Bonne idée, mais pourquoi pas ajouter une prise pour le déclenchement de parachute ? comme ça même les professionnels pourrait l’utiliser sans voir sa machine s’écraser.

  27. @ludo et tu crois serieusement qu en faisant rien, en essayant rien ca ira forcement dans la bonne direction pour nous? ….

    @tb250 entre ta mise à zéro lors de la mise en route, et la fin de ton vol de 3 min max, tu l estimes à combien ta modification barométrique? ce que tu décrit comme décalage, ben c est une sérieuse tempête où crois moi tu serais pas dehors à faire du quad

    @flowx dans betaflight tu peux afficher l altitude dans l osd
    @lego essaye de fixer un parachute sur un 250 … de plus le parachute n est pas obligatoire

  28. Hello tous,
    En usage Pro la réglementation impose pour nos racers (enfin pour les appareils ayant une masse inférieur à 2kg je crois) davoir une information d’altitude sur l’OSD et que l’appareil puisse limiter l’altitude automatiquement dans le cas du scénario s1 ou s3.
    En conséquence le Z-Kill est LE système que j’attendais pour pouvoir utiliser mon racer en conformité avec la loi (en usage pro).
    Pour l’information d’altitude de plus en plus de cartes de vol intègrent un baromètre et il suffit de cocher l’option dans Betaflight pour que l’information s’affiche dans l’OSD.

    Enfin 30€ pour être en conformité avec la loi c’est donné (en usage pro).

    Bravo Hervé !

  29. @Hervé :
    Sur des vols de 15 minutes en planeur, j’ai déjà pu constater des dérives assez importantes sans que ce soit la “tempête”. Les baromètres sont sensibles à plusieurs paramètres, notamment la température. Il suffit que le soleil soit masqué par un nuage quelques temps puis qu’il revienne par exemple…

    Le phénomène de dérive des altimètres est bien connu de plusieurs disciplines. A titre de comparaison, une dérive de 30 m sur une rando d’une heure semble tout à fait normal. Ce qui représente environ 2,5 m de dérive toutes les 5 minutes…

    En ce qui concerne l’autonomie, j’ai des amis qui volent cool et obtiennent 10 minutes d’autonomie. Et un débutant peut parfaitement commencer en 3S avec des 1800 mAh…

    Sur les drones de prise de photo, je pense que les données du baromètre (qui sont fiables sur le court terme, mais peu sur le long terme) sont croisées avec les données du GPS (qui sont fiables sur une moyenne, mais peuvent connaitre des erreurs importantes sur le court terme).

  30. @tb250
    comme indiqué dans le titre, le z-kill a été fait pour proposer un systeme de securisation DES COURSES DE DRONES, ce qui veut dire en resumé:
    temps de vol < 2 min
    altitude < 20m
    donc pas de prob de dérive baro, et pas de vol de 20 minutes.
    maintenant si les planeurs estiments que ca pourrait etre utile, tu l as bien compris, il faudrait faire un autre design.

  31. Bravo Hervé pour cette initiative, après je pense que si on veut une alerte ou une réduction des gaz en fonction de l’altitude, il faut se tourner vers betaflight (ou autre soft) et le demander d’intégrer un fonction pour, on trouve facilement des fc avec un baro intégré ou en ajouter un via un bus quelconque n’est pas très compliqué.

  32. @ Hervé :
    Juste par curiosité, j’ai trouvé les relevés de pression atmosphérique de ma ville datant d’hier. En prenant en compte la plus forte variation observable sur une période de 10 minutes (soit l’autonomie que peut atteindre un débutant en 3S, et je ne prends aucune marge de sécurité):
    – 12h20 : 1010,4 hPa
    – 12h30 : 1011,7 hPa

    Ce qui conduirait à une erreur d’évaluation de l’altitude de 11,2 m en fin de vol… Pour un dispositif sensé se déclencher à 15 m, est-ce que cela te semble acceptable ?

  33. PS : @ Hervé :
    Je ne t’apprendrais sans doute rien, mais MEME en compétition les courses durent régulièrement bien plus que 2 minutes…

    Alors dans le cadre de personnes qui débutent la course (c’est bien ce que tu décris dans l’interview), des autonomies qui atteignent les 10 minutes n’ont rien de déraisonnables.

    En d’autres termes, si ta solution technique se base uniquement sur un baromètre, je doute très fortement qu’elle soit certifiée, d’autant plus qu’en cas déclenchement, elle rend l’appareil totalement incontrôlable… Peut être faudrait-il couplé le baro avec un GPS pour le rendre plus fiable ?

  34. Bonne idée, il faut poursuivre. Par contre comme dit au dessus, ce qui me pose problème n’est pas le fait que ça coupe, mais le fait qu’on n’ai aucun avertissement AVANT et qu’on n’a pas d’altimètre généralisés sur nos racers pour se rendre compte…
    De mon point de vue, le plus simple qui rassurerait tout le monde serait une baisse significative de voltage au lieu d’une coupure directe (le double intérêt est qu’on verra direct “battery low” dans notre OSD donc on va forcément redescendre ), et si le pilote persiste: une coupure nette au pif dans les ~5 secondes qui suivent la baisse de voltage…. avec ce type de fonctionnement ça ne me générait absolument pas de mettre ça sur ma machine, par contre comme dit aussi plus haut: hors de question de mettre ça sur mon racer si ça peut couper net sans le moindre avertissement ^^ (beaucoup trop dangereux pour tout le monde au final, sans même parler de la casse du drone liée à sa chute)

  35. Aucune certification ne sera validée uniquement par ce qu’on ne peut pas “abattre” un drone comme ça: cela représente un trop grand danger pour les gens au sol ^^
    Couper net l’alim en plein vol sans aucun avertissement/mode dégradé avant, revient à abattre un drone en plein vol (même les forces de l’ordre ne peuvent pas prendre l’initiative de faire tomber net un drone en l’abattant sans validation venant de plus haut…).
    Bref ça ne sera jamais validé par les autorités/Etat sous cette forme.La seule chose qui passerait sans soucis est un mode dégradé qui forcerait la machine à redescendre –> on en revient donc à une “baisse” de tension (par ex baisse de tension continue jusqu’à ce que la machine redescende à l’altitude max programmée dans ton dispositif) mais en aucun cas une coupure nette du courant ^^

  36. bon je vais répondre une dernière fois car j ai vraiment l impression de me répéter :
    l altitude où il déclenchera, est une altitude où vous n auriez rien à faire, est ce que vous comprenez ça?
    si vous avez genre le droit de voler à 20m et qu une sécurité à 30m est demandée, à la base vous avez pas à depasser 20m
    de plus c est prévu pour les courses où plus tu t éloigne du sol, plus tu perds du temps et c est pourquoi les gens volent rarement au dessus de 4m.
    de plus pour la derniere fois, il y a aussi une version QUI NE COUPE PAS LES GAZ , je sais plus comment l ecrire…

    le zkill n interagit pas avec la carte, donc pour les informations des osd, tout est configurable déjà et dispo dans beta flight, vous etes grands, rien ne vous empêche d afficher l altitude et de garder un oeuil dessus si vous voulez aller vous “promener”. Le zkill est pas là pour vous déresponsabiliser, c est un arrêt d urgence, et il se mets en route quand il y a URGENCE.
    @tb250 si tu peux me passer le lien de tes relevés ca m intéresse, assez “extraordinaire” comme changement, mais je te rassure, le système est assez intelligent, il y a un travaille de lissage et de filtrage sur plusieurs niveaux.

  37. Si il y a un fly away ben la tension diminue et la machine redescend pour ne jamais dépasser l’altitude max comem je te le décris dans mon exemple !.
    ps: Une machine actuelle qui fait un flay away il se passe quoi ? ^^
    Ton système ne sera jamais validé, et je t’ai dit pourquoi.Libre à toi de croire que ça passera…
    Tu ne lis pas mes remarques, car ta réponse n’a finalement aucun rapport avec les points bloquants que je te donne en exemple…
    ps: l’exemple de l’excès de vitesse en bagnole est totalement hors sujet –> en voiture on sait à quelle vitesse on roule car on a un compteur, combien de fois dois je répéter que c’est pas le cas en drone et qu’en fait on ne sait pas à quelle altitude on vole ? .Quand on débute en accroc on est obligé de prendre un minimum d’altitude, si à chaque léger dépassement la machine chute je te laisse imaginer le danger !

  38. EDIT
    ps: aucun de mes drones (contrôleur F4) n’a de baromètre et n’affiche l’altitude, je ne sais pas ou tu as vu que c’était accessible pour tout le monde.Je dirais plutôt qu’une minorité a cette fonctionnalité sur sa machine…
    Je dis juste que le simple fait qu’une version de ton dispositif puisse couper net l’alim du drone sans que le pilote n’ai eu un avertissement qu’il vient tout juste de franchir l’altitude limite, est inconcevable.
    Pourquoi parles tu d’approximation de limite de hauteur ? je te parle de réduire drastiquement et IMMEDIATEMENT le voltage en continue de la batterie du drone au moindre dépassement jusqu’à ce que la machine descende sous la hauteur max paramétrée–> ça revient exactement à ce que demande le gouvernement quand il parle de réduction des capacités… il n’a jamais été question de faire chuter les drones pour toutes les questions de sécurité des personnes au sol. Meme dans le cas d’un fly away, la machine ne peut donc pas dépasser l’altitude max et ne sera jamais un danger pour le traffic aérien. Le problème depuis le départ c’est le danger pour les personnes au sol, pas en l’air/traffic aérien.

  39. @macfly si ça te dérange que ça coupe net, et bien prends la version qui ne coupe pas l alim, je peux pas te dire mieux,
    je pense avoir fait le tour des questions, je vais arrêter de me répéter.

  40. @ Mac fly : La réduction de capacité automatisée était un blocage de type geofencing. Mais la mesure ne sera pas appliquée, en l’absence d’outils multiplateformes convaincants et non modifiables, y compris sur les appareils de type caméras volantes. En attendant, les pros ont vu arriver une obligation de coupe-moteur indépendante du système de pilotage et de radio, pour pratiquer certains vols. C’est beaucoup plus contraignant puisqu’on parle de couper en vol l’alimentation de machines qui coûtent beaucoup, beaucoup plus cher qu’un racer.
    Et je précise, notamment avec l’expérience des vols sur l’hippodrome de Longchamp, que le danger face au trafic aérien est bel et bien pris en compte par les autorités.

  41. Tu ne me lis pas encore une fois –> Je ne peux pas faire mieux que te dire que “la version qui coupe net” ne pourra jamais être certifiée donc vendue “légalement” en France…

  42. @Fred, sur une machine camera volante pro ça ne pose normalement aucun souci de couper net en vol, car de mémoire il y a l’obligation du parachute non ?
    Sur un racer en revanche… pas de parachute, et vu la vitesse à laquelle ça se déplace…

  43. @ Mac fly : Non, les deux ne sont pas liés. La coupure moteur doit être déclenchée si l’appareil sort du volume de vol autorisé. Le parachute n’est obligatoire que sur certains scénarios. Sur les vols rapides, il est inutilisable puisqu’il ne se déclenche pas et parce qu’il impacte la tenue en vol.

    Sur les courses et les environnements de vol où le Z-Kill pourrait être nécessaire, et il faut rappeler que ce n’est pas le cas de la plupart des sites de vol, les autres dispositions de sécurisation doivent être déclarées et validées. Ca inclut des distances de sécurité, l’usage des protections existantes ou à installer. C’est déjà le lot des organisateurs de toutes les compétitions qui se déroulent en zones urbaines.
    En d’autres mots : ceux qui ne veulent pas du Z-Kill ne l’utilisent pas. C’est aussi simple que ça. S’ils veulent voler sur les zones spécifiques débloquées par l’usage du Z-Kill (entre autres mesures), ils l’installent.

  44. @Fred Ok c’est clair.
    L’idée d’un outil tel le Z-Kill est clairement bonne (c’est la 1ère chose que j’ai dit d’ailleurs), le truc est que vu la mentalité du gouvernement qui met en avant “l’insécurité” comme argument pour valider tout et n’importe quoi + le coté “buzz” des média qui jouent à fond la désinformation, quels que soient les “outils” je crains hélas que ça ne nous ouvre pas plus de possibilités au final parce qu’un drone restera toujours un danger potentiel (+- en fonction de la masse/vitesse).
    Pour ma part je reste persuadé, vu la complexité et l’exigence des certifications en matière de sécurité, que les entités concernées de certification ne valideront jamais “une version” d’outil GRAND PUBLIC qui coupera direct sans avertissement un drone en plein vol au moindre dépassement d’altitude. Quand on voit le cinéma que ça fait quand un drone fait un survol illégal et que personne ne veut prendre la responsabilité de le “descendre” ^^

  45. @Herve Pellarin , Je comprends que tu défendes ton bébé bec et ongle et c’est normal car ton system est bien pensé , mais ce n’est pas le bon sens qui dirige notre monde et tu peux avoir la meilleur volontée du monde ,ce system n’ira pas dans notre sens . on a tellement dis et répéter que les multi pouvaient etre dangereuse que maintenant tout le monde en est persuadé et tout ca ne dédramatisera pas la situation .
    Je salue ton travail et ton initiative . je me suis mis au modelisme a cause de toi et tes collegues, ma femme ne te remercie pas .

  46. @Hervé :
    Voici l’endroit où tu pourras trouver le relevé (date du 9 aout de 12h20 à 12h30, le premier qui me tombait sous la main).
    http://www.meteo-jarny.com/DY-pression-24.php

    Ce genre de variation n’a pas grand chose d’extraordinaire (encore une fois en planeur RC j’ai souvent constaté des dérives importantes entre le début et la fin du vol).

    Le problème est que ton dispositif réclame une précision très importante. Pour un plafond de 15 m, la marge d’erreur ne doit pas excéder 1 ou 2 m sur une dizaine de minute, sans quoi ton dispositif devient totalement aléatoire. Le hic encore une fois, c’est que ce sera impossible à obtenir avec un baromètre seul. Et ce ne sont surement pas des filtres ou du lissage qui te permettront de distinguer efficacement et instantanément une variation de conditions atmosphériques d’une variation d’altitude. Sachant que du matos de randonneur à 200 euros n’est pas aussi malin, je vois mal un bidule à 30 euros être plus performant…

  47. Courageux et belle initiative, mais à mon avis est trop naïve.
    C’est plutôt pour se donner bonne conscience!?
    PS: c’est comme demander à tous les automobilistes de mettre un limitateur de vitesse assisté d’un GPS et de couper l’arrivé du carburant …, avec comme argument “on n’a qu’à respecter les limitations de vitesse, bastà!”

  48. Pour le donneur de leçons…
    Fais ce que je dis, mais pas ce que je fais…,
    Ou plutot ce que j’ai fais… à maintes reprises…

    Hahahah… Il a changé le monsieur, heureusement tu me diras 😉

  49. Ouch… la lecture de certains commentaires et surprenante !
    Perso, je considère que sans Nocomp / Herve Pellarin sa passion et ses potes, beaucoup d’adeptes de la discipline (“Drone” / FPV / Racer etc…), dont je suis, n’en seraient pas là aujourd’hui…
    MERCI à lui !
    Bref, loisir ou Pro, je suis “Fan” et je lui souhaite sincèrement que ça avance dans le bon sens…

  50. Ah, j’oubliais: je ne connais pas personnellement ce monsieur, et je n’ai pas non plus de stock-option dans son business…

  51. @Droneàroulette :
    Pourquoi surprenant ? Je ne vois aucune remarque qui remet en question l’influence capitale qu’a eu Nocomp sur le fpv. Quant au Z-Kill, je pense que tout le monde reconnait que c’est une bonne idée. Les discussions tournent essentiellement autour des choix techniques, et j’espère qu’elles sont constructives. Je vois 2 points :
    – La précision
    – La coupure

  52. L’idée est bonne, mais je préfère quand même rester maître de mon multi… mais si ça peut ouvrir l’accès à des zones sous restrictions pour certains, pourquoi pas.

  53. Je ne sais pas pour vous, mais quand je vole, je m’assure que personne ne se trouve dans les environs, dans le cas contraire, j’adapte mon comportement, mon altitude et mon allure, de cette manière en cas de perte de contrôle, je ne risque pas de percuter quelqu’un.

    Avec une coupure nette, pas de temps d’hésitation entre “j’essaie de le récupérer” ou “je désarme”, donc ça ne peut pas être pire.

    Avec un Z-Kill 15m (équivalent à 5-6 étages d’immeuble), on peut déjà bien s’entraîner en race et freestyle. 30m c’est à mon avis déjà trop haut pour un terrain en ville.
    Après 2-3 coupures, la notion de l’altitude viendra (en race à 15m du sol ?)

    Je trouve que la solution est envisageable dans les stades qui sont entourés de filets ou de murs de 10-15m de hauteur (ce qui se fait de plus en plus en région parisienne).

    Sans ces filets un pilote pourra toujours aller se crasher dans une fenêtre de maison, une voiture ou le passant situé 3 rues plus loin et dans ce domaine, et malheureusement il suffit d’un problème (“oui, mais c’était pas moi, c’était mon fils…”) pour que la nouvelle fasse le tour du monde et qu’une nouvelle interdiction soit décidée dans la foulée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.